Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘Chiite’

Un Libanais raconte la «guerre sainte» en Syrie : Les confessions d’un jihadiste

Posted by jeunempl sur décembre 9, 2012

Mona Alami – L’Hebdo Magazine

Islamistes LibanLa mort, le week-end dernier, d’une vingtaine de jeunes jihadistes libanais en Syrie, a recentré le débat sur le rôle des islamistes dans ce pays. Magazine est allé à la rencontre d’un jihadiste libanais afin de retracer le parcours de ces hommes prêts à mourir au nom de Dieu.

Abou Ghurair el-Traboulsi est un jeune trentenaire portant la longue barbe des islamistes. Ce nom est un pseudonyme lui permettant de protéger son anonymat. «Je ne suis pas un salafiste, juste un musulman pratiquant», se défend-il, une fois l’entrevue amorcée.

La révolution syrienne et la guerre civile qui s’en est suivie ont permis de raviver le flambeau des mouvances islamistes radicales comme celles d’al-Qaïda et des autres salafistes-jihadistes. Vendredi 30 novembre, près de vingt-deux jihadistes libanais ont trouvé la mort, ont été blessés ou capturés dans les environs de Tal Kalakh en Syrie. Les combattants seraient tombés dans une embuscade tendue par l’armée syrienne. Seule l’identité de cinq personnes dont Malek el-Hajj Dib, 23 ans, Abdel-Karim Ibrahim, 18 ans, Abdel-Rahman el-Hasan, 22 ans, Youssef Abou Arida, 26 ans, et Bilal Khodr el-Ghoul, 22 ans, aurait été confirmée.

A l’instar de ces «martyrs», Abou Ghurair a grandi dans les quartiers populaires de Tripoli. Il ne rêve, aujourd’hui, que de rejoindre une fois de plus ses compagnons du jihad avec lesquels il a, trois mois durant cette année, mené la «guerre sainte» en Syrie. Contre quels ennemis?

«L’Iran et ses partisans, ceux qui épousent la théorie de la wilayat el-fakih dans le monde arabe, comme le Hezbollah», explique-t-il sur un ton prosaïque. La wilayat el-fakih désigne, en langue persane, la tutelle du guide suprême iranien. «La vie sur terre ne tient qu’à un fil et ce qui compte à mes yeux, c’est la vie dans l’au-delà, le jihad, la guerre sainte Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Saïda après Tripoli : Un pas de plus vers la fitna

Posted by jeunempl sur novembre 18, 2012

L’Hebdo Magazine – Jenny Saleh

Les accrochages à Saïda entre les partisans d’Ahmad el-Assir et ceux du Hezbollah ont fait craindre le pire, dimanche 11 novembre. La perspective d’une fracture supplémentaire entre sunnites et chiites inquiète, malgré l’appel unanime de la classe politique au calme.

Les pluies torrentielles, tombées dimanche sur le Liban, n’auront pas freiné les ardeurs de certains à sortir les fusils. Cette fois, le théâtre des affrontements n’est pas au Nord, à Tripoli, mais au Sud, à Saïda. A l’origine, une sombre histoire d’affiches. Dès vendredi, dans son prêche intitulé Notre paix et leur agression, le cheikh salafiste Ahmad el-Assir, connu pour ses positions clairement anti-Hezbollah, lance un ultimatum aux sympathisants du mouvement chiite dans la ville. Il leur demande d’ôter toutes les affiches à la gloire du parti, disséminées dans Saïda à l’occasion de la Journée des martyrs et de la commémoration de Achoura. Assir et ses partisans souhaitent également que soit déplacé le char israélien exposé sur l’un des ronds-points de Saïda, depuis la guerre de 2006. De leur côté, les autorités, inquiètes, tentent d’apaiser la situation.

Si certains posters sont effectivement enlevés sur les artères principales de la ville, ce n’est pas suffisant au goût de l’imam de la mosquée Bilal Ben Rabah. L’ultimatum de 48 heures arrivant à terme, dimanche, sans être exécuté totalement, les supporters du cheikh salafiste se rassemblent à la mosquée à l’appel de leur leader. Entre-temps, un autre événement intervient. Il concerne le fils d’Ahmad el-Assir, Omar. Celui-ci est interpelé par les FSI, au volant d’une voiture aux vitres fumées. Les officiers l’arrêtent, car le jeune homme, âgé de 15 ans, n’est pas en mesure de présenter de permis de conduire ni l’autorisation du ministère de l’Intérieur de rouler dans un véhicule aux vitres teintées. Cette interpellation n’est visiblement pas du goût d’Assir qui, quelques minutes plus tard, arrive sur les lieux avec quatre véhicules, pour demander qu’il soit libéré. Manu militari, Assir et ses partisans menacent les FSI qui obtempèrent et libèrent Omar.

La preuve par la vidéo

Le cheikh et sa bande, appuyés par d’autres jeunes sympathisants qui les ont rejoints, prennent la direction d’al-Taamir, un quartier pauvre, ouvertement pro-Hezbollah, à proximité du camp palestinien de Aïn el-Heloué. Un portrait de sayyed Nasrallah est déchiré, les premiers coups de feu retentissent. Un jeune Egyptien de 14 ans qui se trouvait au mauvais endroit, Ali Charbini, tombe le premier sous les balles. La fusillade se poursuit, provoquant d’abord la panique parmi les résidants d’al-Taamir, avant d’entraîner des ripostes. L’un des représentants locaux du Hezbollah, le cheikh Zeid Daher tente de calmer la situation, sans succès. Il se prend deux balles, à l’estomac et Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Saïda ville morte, au lendemain de la « discorde avortée »

Posted by jeunempl sur novembre 12, 2012

Mediarama

Saïda était ce lundi une ville morte au lendemain de l’incident qui a fait trois morts et plusieurs blessés, entre des partisans du cheikh salafiste Ahmad Al-Assir et des membres du Hezbollah. Commerces et écoles étaient fermés à l’appel de divers partis et personnalités de la ville, et de l’association des commerçants, en signe de deuil d’abord et pour protester contre les tentatives d’entrainer Saïda dans la discorde communautaire ensuite. Le discours sectaire de cheikh Al-Assir a créé un climat de tension et il était normal que la moindre étincelle provoque un incident grave.

Si le sit-in organisé à la fin de l’été par le cheikh salafiste s’était terminé sans effusion de sang, il n’en n’était pas de même dimanche. Mais l’intervention rapide de l’Armée libanaise a empêché la situation de dégénérer, malgré les appels de cheikh Al-Assir à prendre les armes pour livrer ce qu’il a appelé la «bataille de la dignité».

La tension était montée dès les premières heures de la journée, lorsque le fils d’Al-Assir, Omar, a été arrêté à un barrage des Forces de sécurité intérieure (FSI) car il était au volant d’une voiture aux vitres teintées, sans papier et sans permis de conduire. Ahmad Al-Assir a débarqué en trombe, accompagné d’hommes en Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Montréal ponctue une visite qui a témoigné d’un vif soutien de la communauté libanaise au Général Aoun

Posted by jeunempl sur octobre 30, 2012

MPLBelgique.org

Montréal était la troisième et dernière étape de la visite du Général Aoun et du ministre Gebran Bassil au Canada.

Là aussi, un accueil triomphal leur a été réservé. Lors d’un diner rassemblant plus d’un millier de Libanais, le général Aoun a mis l’accent sur l’influence des pays du B.R.I.C.S (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) qui permettra à terme l’équilibre des forces, assurant par conséquent que la Syrie ne tombera pas entre les mains des extrémistes islamistes.

Le Général Aoun a également pris part à des célébrations religieuses parmi les communautés chrétiennes libanaises à Montréal.

Ainsi, Monseigneur Youssef Khoury a célébré la messe en la cathédrale Saint Maroun, recevant ensuite le leader du CPL dans sa demeure.
Le général Aoun a également été invité à assister à la célébration donnée en l’honneur du Monseigneur Ibrahim Ibrahim en la cathédrale Mkhalles pour les Grecs Catholiques.

Enfin, un accueil particulier fut réservé par la communauté musulmane de Montréal, et spécialement la communauté chiite et son représentant religieux Sayyed Nabil Abbas. Dans son discours le Général Aoun a insisté sur l’entente durable avec le Hezbollah et le caractère national qu’elle revêt. « Beaucoup ont posé cette question; qu’a gagné le Général Aoun de son alliance avec le Hezbollah? Pour nous, la question va au-delà d’une quelconque victoire ou défaite. Car finalement, quoi qu’il arrive, si nous gagnons, nous gagnerons tous ensemble, et si nous perdons, de même nous perdrons tous ensemble ».

Chacun de ces évènements est largement décrit dans le reportage de la OTV.

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Géneral, Nos articles | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

De chez Raï, le Hezbollah salue la visite au Liban de Benoit XVI

Posted by jeunempl sur septembre 8, 2012

Mediarama

Le Hezbollah a salué la visite du pape Benoit XVI au Liban, prévue entre le 14 et le 16 septembre, à l’occasion d’un entretien entre le patriarche maronite Béchara Boutros Raï et une importante délégation du parti, conduite par le chef du bloc parlementaire de la Fidélité à la Résistance, le député Mohammad Raad. Lors de son dernier discours, le secrétaire général du Hezbollah, sayyed Hassan Nasrallah, avait affirmé que son parti considérait la visite papale comme un «événement historique».

La visite de la délégation au siège patriarcal d’été de Dimane s’inscrit dans le cadre du dialogue permanent renoué entre l’Eglise maronite et le Hezbollah depuis l’élection de Béchara Raï. Le député Raad a assuré que «cette visite traduit l’échange permanent avec le patriarche Raï des points de vue sur les affaires concernant l’intérêt du Liban et des Libanais». «Nous avons procédé à un tour d’horizon des questions régionales ainsi que des affaires internes politiques et vitales. Nos points de vue sont proches», a-til ajouté. «Le patriarche est attaché au retour au calme et au renforcement de Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Tayyar & Hezbollah | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tripoli et le Akkar, pertes et profits…

Posted by jeunempl sur mai 26, 2012

(Scarlett Haddad – L’Orient le Jour)

Des sources diplomatiques occidentales se sont étonnées récemment du fait que la situation au Liban soit restée stable pendant tout la période écoulée, c’est-à-dire depuis le déclenchement de la crise syrienne, il y a un an et quatre mois. Ces sources précisent que les pronostics étaient bien plus pessimistes, tant les analyses occidentales estiment que la situation des deux pays est étroitement liée. Elles considèrent d’ailleurs que « ce phénomène » est essentiellement dû à la présence de l’actuel gouvernement, qui, en dépit de ses divisions internes et de sa quasi-paralysie, a réussi à préserver le calme en évitant à chaque occasion d’adopter des positions en flèche et en cherchant constamment à absorber le mécontentement populaire ou partisan, en prenant soin de ne pas réagir à chaud, même au prix de sa propre crédibilité. Ces sources diplomatiques se déclarent agréablement surprises par la capacité du gouvernement actuel à évoluer entre les écueils et les sables mouvants de la crise syrienne qui devient chaque jour plus pesante sur l’intérieur libanais, doublée des pressions arabes grandissantes pour pousser le gouvernement libanais à sortir de sa neutralité affichée. Les sources diplomatiques ne manquent pas non plus de relever la position très ferme du Hezbollah et d’Amal refusant de se laisser entraîner dans tout conflit ou dans tout affrontement sur le terrain, y compris avec des parties sunnites, en dépit de la tension actuelle et des polémiques verbales.

De fait, même l’enlèvement en Syrie des pèlerins libanais qui rentraient d’Iran a été traité avec sang-froid, alors qu’il est intervenu au moment où la crise battait son plein au Akkar et à Tarik Jdidé. Les commandements chiites s’étant empressés d’appeler la base au calme, tout en donnant des instructions claires à leurs partisans de ne pas répondre à la moindre provocation à n’importe quel prix. C’est dire qu’en dépit des craintes actuelles et de la succession d’incidents sécuritaires et autres, le scénario de la discorde et du chaos interne se heurte à une véritable résistance de la part d’un Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tribune Libre: Pour comprendre la politique des Joumblatt par Lina Murr Nehmé

Posted by jeunempl sur mai 22, 2012

Lina Murr Nehmé – Libnanews

PSP – Walid Joumblatt

Le consul anglais Churchill écrit : « Les druzes, toujours prêts à courtiser un parti dominant… »
On ne disait pas cela des druzes quand régnaient sur eux les familles d’origine druze. Ce qui a changé les choses, c’est l’achat, par Ali Joumblatt en 1723, de la place de chef de la communauté druze — puis la collaboration de son petit-fils, Béchir Joumblatt, avec l’émir Béchir, en vue de soumettre les chrétiens et les chiites du Liban.

À l’époque, les deux Béchir se disaient sunnites comme leurs grands-parents, et chacun d’eux jeûnait le ramadan, offrait la zakat, et s’était construit une mosquée dans laquelle il observait les prières islamiques.

La force des Joumblatt a affaibli le parti yazbeki, qui ne peut combattre l’argent avec l’argent, puisque le Liban, qu’il défend, est une entité pauvre, qui ne tire sa force que de l’unité de son peuple. C’est justement cette défense du Liban qui pousse la majorité des druzes à se rassembler autour du parti yazbeki en temps de paix civile.

Les Joumblatt ont donc intérêt à combattre la paix qui les prive de ce pouvoir pour lequel ils ont sacrifié beaucoup d’or et payé les vies de plusieurs de leurs chefs. C’est pourquoi ils soutiennent l’ingérence étrangère qui leur procure l’argent, les armes et le soutien politique. Celle-ci, en échange, exige qu’ils allument la discorde qui affaiblit le Liban et rend son invasion possible. De là, la violence verbale et les attaques confessionnelles et racistes qui remplissent les discours les plus célèbres des Joumblatt. De là, aussi, leurs revirements quand la puissance qui les soutient change de politique.

L’argent et les discours racistes assurent aux Joumblatt la suprématie sur la communauté druze par temps de guerre ou de crise. Car la peur existentielle pousse alors la plupart des druzes à oublier que les Joumblatt, quand ils étaient venus au Liban, n’avaient combattu que Fakhreddine et les autres druzes qui défendaient le Liban, et que leurs fusils ne se sont dirigés vers les poitrines des chrétiens et des chiites du Liban, qu’après avoir éliminé la force des familles druzes qui Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Liban dans l'Histoire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le mode de scrutin proportionnel : Un projet défavorable à Joumblatt et Hariri

Posted by jeunempl sur mai 8, 2012

Arlette Kassas – L’Hebdo Magazine

Au cours de l’histoire contemporaine du Liban, aucune loi électorale n’a jamais pu être votée sans un consensus national. Les tentatives se multiplient pour obtenir un accord sur une loi différente de celle en vigueur depuis les années soixante, qui a connu quelques minimes amendements ponctuels.

Un projet de loi basé sur la proportionnelle a été présenté par le ministre de l’Intérieur, Marwan Charbel. Les positions des différents partis vont du refus net et catégorique à un accueil plutôt froid. Le président de la République, le chef du gouvernement et le président de la Chambre sont en faveur de ce mode de scrutin. L’Eglise maronite n’y a pas opposé d’objections, mais le patriarche maronite, en réponse aux journalistes qui lui demandaient ce qu’il en pensait, a répondu: «Que quelqu’un m’explique ce qu’est la proportionnelle!».

C’est que la proportionnelle demeure une énigme tant pour de nombreux politiciens que pour les électeurs. La proportionnelle et la circonscription unique pour tout le Liban forment ce projet qui remonte aux années soixante-dix, mais l’absence d’un mode d’application a constitué un obstacle à son application.

Les contre-arguments

Selon le mécanisme proposé, les électeurs devront choisir une liste, ou des noms sur cette même liste, ils ne peuvent pas sélectionner ou combiner des noms sur des listes différentes. Chaque liste recevra alors un nombre de sièges proportionnel au nombre de bulletins qu’elle aura réussi à avoir au niveau de la circonscription. Par exemple, si l’ensemble des électeurs dans un mohafazat est de 200000 et que l’une des listes réunit 20.000 voix, elle aura droit à dix pour cent des sièges prévus.

Le mécanisme est simple et complexe à la fois. Pour l’électeur, il n’a qu’à sélectionner une liste, ou des noms sur la même liste, et son rôle s’arrête là. Pour le décompte des voix, le mécanisme est plus complexe. Il se fait en deux étapes: d’abord, définir le nombre de votes qu’il faut obtenir pour avoir droit à un siège. A cet effet, on divise le nombre total des bulletins par le Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Elections 2013, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mikati et ses partenaires : une alliance minimale…

Posted by jeunempl sur mars 29, 2012

(L’Orient le Jour)

Plus que jamais le Premier ministre Nagib Mikati constitue une énigme pour ses partenaires au sein de la majorité actuelle. S’il fait l’objet de critiques depuis quelque temps déjà de la part du général Michel Aoun et de son bloc, il doit maintenant affronter la déception du président de la Chambre Nabih Berry, qui faisait pourtant partie de ses principaux appuis. À ceux qui s’impatientaient des atermoiements du Premier ministre, Berry a longtemps répondu qu’il fallait comprendre ses considérations sunnites et sa volonté de ne pas indisposer cette communauté, assurant à tous ceux qui se plaignaient de « l’obsession sunnite » de M. Mikati que la politique suivie par ce dernier est sage et qu’il faut lui donner du temps pour absorber la protestation de la rue. Il a même défendu la politique du « maintien à l’écart » face aux développements en Syrie, prônée par le Premier ministre et justifiée par la division intérieure du pays sur ce dossier. Mais désormais, les proches de Nabih Berry confient que le président de la Chambre n’arrive plus à comprendre les motivations du Premier ministre. Selon ses proches, le président de la Chambre aurait même dit : c’est comme si le rêve de Nagib Mikati est de présider un gouvernement chargé d’expédier les affaires courantes, tellement il refuse de prendre la moindre décision.

En réalité, les principales parties au sein de la majorité actuelle ne cachent plus leur impatience. Elles considèrent avoir tout fait pour faciliter la mission du Premier ministre, levant devant lui un obstacle après l’autre, quitte souvent à faire des concessions énormes pour maintenir la cohésion du gouvernement. Mais face à chaque dossier réglé, le Premier ministre s’empresse de soulever un nouveau Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Lameess Dhaif, opposante bahreïnie : «Je vis dans la hantise d’être déportée»

Posted by jeunempl sur mars 22, 2012

Mona Alami – L’Hebdo Magazine

Malgré le déploiement de la Force commune du Golfe à Bahreïn, les manifestations se poursuivent sur cette petite île. Magazine a rencontré la journaliste Lameess Dhaif, l’une des figures de proue de l’opposition, ayant trouvé refuge dans l’un des pays du Golfe.

Votre engagement pour la cause bahreïnie vous a-t-il porté préjudice?
Les journaux des pays du Golfe pour lesquels je travaillais ont dû se séparer de moi en raison des pressions exercées par le gouvernement du Bahreïn: j’ai ainsi perdu quatre emplois en deux jours. Je parviens à survivre car j’ai la chance d’appartenir à une famille aisée. Mais mon activisme a très certainement eu des conséquences fâcheuses pour ma famille: mon frère, qui est chef d’entreprise, a ainsi perdu plusieurs contrats et la plupart des formalités administratives lui prennent beaucoup plus de temps. Pour les femmes militantes, la tâche est beaucoup plus difficile, car nous sommes victimes de campagnes diffamatoires, ce qui est particulièrement éprouvant lorsque l’on appartient à des sociétés conservatrices. De plus, les chabihas de Bahreïn sont non seulement déployés dans la rue, mais également sur la toile où ils postent des commentaires virulents sur nos comptes Twitter et Facebook. Ma maison a été visée à plus de deux reprises par des cocktails Molotov.

Dans quelle situation se trouve l’opposition aujourd’hui?
La commission d’enquête indépendante sur la répression de la contestation à Bahreïn a demandé au roi (Hamad Ben Issa Al Khalifa) de revenir sur sa décision de limoger les personnes de l’administration ayant participé aux manifestations. Cette décision n’a pas été appliquée même si dans certains cas, des individus ont pu réintégrer des postes subalternes. Il ne faut pas oublier les exactions commises: l’année passée, près de six personnes sont mortes sous la torture, alors que 65 autres ont été tuées durant les manifestations, un chiffre assez élevé compte tenu de la Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :