Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Articles Tagués ‘Walid Joumblatt’

Courant patriotique libre : La stratégie de l’ouverture

Publié par jeunempl le septembre 22, 2013

Julien Abi Ramia – L’Hebdo Magazine

Aoun & Joumblatt - ClémenceauEchaudé par les choix politiques de ses alliés au cours des trois derniers mois, le CPL s’emploie à renouer contact avec l’ensemble des forces du pays, sans rien changer à ses principes.

Dans une interview, le 25 août dernier dans le quotidien al-Liwa’, le député CPL de Baabda, Alain Aoun, annonçait que Michel Aoun était candidat à la présidence de la République. «Si l’alliance en faveur de la prorogation se poursuit entre le 14 mars et le 8 mars, le vide touchera la présidence. Nous avons été surpris par la position de nos alliés, en harmonie avec celle du 14 mars, pour les différentes échéances. Ils ont tous lié le destin du Liban au sort de la crise syrienne. Ces forces doivent éloigner le Liban de ce qui se déroule en Syrie. Voilà résumée, en quelques phrases, la nouvelle base de travail du CPL. A la prorogation du Parlement et à l’importation de la crise syrienne, Rabié veut opposer une alternative libanaise pur jus. Désormais, il y a le 8 mars, le 14 mars et le CPL, qui vend à l’opinion publique son particularisme, face au monde politique du pays et ses obédiences étrangères. Si le document d’entente avec le Hezbollah sacralise son positionnement sur la scène internationale, Rabié a autre chose à proposer.
Première des priorités, sortir le Liban de l’ornière syrienne et de l’escalade entre sunnites et chiites. Après avoir, au cours de l’été, clarifié ses partenariats avec le Hezbollah et le mouvement Amal, Michel Aoun s’emploie à reprendre langue avec l’autre camp. Pour la deuxième fois en trois mois, le général a ainsi reçu, le 5 septembre dernier, l’ambassadeur d’Arabie saoudite Ali Awad Assiri. A Rabié, on parle de «signaux positifs envoyés par l’Arabie, à travers son ambassade à Beyrouth, au général Aoun, qui ne peuvent être accueillis qu’avec encore plus d’ouverture et d’attitude positive, ce que fait le général depuis que ces signaux se sont confirmés». En août, dans un entretien accordé au quotidien al-Hayat, le leader du CPL indiquait que le conflit avec Saad Hariri était terminé, et s’il revenait au Liban, c’est parce que c’est un leader politique qui a une forte présence à ce niveau sur la scène locale. Il a ajouté que Hariri pouvait être «un intermédiaire honnête entre toutes les parties».

Faut-il rapprocher ses déclarations sur le leader du Courant du futur à ses critiques acerbes formulées contre le président Michel Sleiman et le Premier ministre Najib Mikati, accusés de s’être «accaparés seuls des prérogatives de l’Exécutif»? Sans doute, aux yeux du CPL, et pour embrasser l’ensemble de ses cibles, il faut y ajouter le président du Parlement Nabih Berry. Mais la priorité de Michel Aoun est ailleurs. Dans une volonté d’apaiser les tensions, le CPL a Lire la suite »

Publié dans Actualité Tayyar-CPL, Dossiers, Géneral, Tayyar & Hezbollah | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Joumblatt derrière le tir de roquettes sur la banlieue sud de Beyrouth ?

Publié par jeunempl le mai 30, 2013

Al Akhbar – Jean Aziz

PSP - Walid Joumblatt

PSP – Walid Joumblatt

C’est avec un silence suspect qu’ont été accueillis les propos du ministre Gebran Bassil accusant «un responsable politique de la Montagne» de se tenir derrière les tirs de roquettes de la région de Aïtate vers la banlieue sud de Beyrouth, dimanche, Des sources politiques qui suivent cette affaire parlent «de plus qu’un scandale» et donnent les précisions suivantes:

1-Il y a effectivement des informations détaillées étayées de noms et de données, sur les tirs de roquettes. Les enquêteurs disposent des noms de plusieurs suspects et connaissent l’endroit où étaient entreposées les roquettes. Celles-ci étaient au nombre de huit et non pas de trois –les deux projectiles qui se sont abattus sur la banlieue sud et un troisième qui a explosé dans une vallée. Les investigations montrent que les suspects ont des liens avec un responsable politique, et elles déterminent avec précision le lieu de leur rencontre, l’endroit d’où les roquettes ont été tirées, après avoir été exposées à l’air libre pendant un certain temps pour que le taux d’humidité baisse. L’endroit était utilisé pendant la guerre civile pour bombarder certaines régions;

2-Les mêmes milieux affirment que les tirs de roquettes ne peuvent être séparés d’une série d’incidents qui se sont produits ces derniers temps. Ce qui renforce l’hypothèse selon laquelle certains milieux partisans dans la Montagne sont impliqués dans la bataille sécuritaire, militaire et politique contre les autorités syriennes et leurs alliés à Beyrouth, notamment dans la banlieue sud.
Les tirs de roquettes ne peuvent pas être séparés, par exemple, de l’affaire de l’arrestation à Aïn Zhalta, le 7 avril dernier, par l’Armée libanaise, d’un groupe de personnes accusées de trafic d’armes au profit du Front al-Nosra, affilié à Al-Qaïda, en Syrie. Ce groupe a été arrêté en flagrant délit et un échange de coup de tir a eu lieu avec l’armée au cours duquel un des trafiquants, Ghassan al-Zohr, a été tué, alors qu’un autre, Mohammad Serhan, a été blessé. Sept autres personnes avaient été appréhendées;

3-Les mêmes sources ajoutent que l’endroit d’où les roquettes ont été tirées est limitrophe à une région où évolue un groupe extrémiste faisant partie du mouvement politique prédominant dans la Montagne. Il s’agit notamment du groupe de Allam Nasser, qui avait été tué le 11 mai 2008 à Choueifat lors des combats avec le Hezbollah; et des groupes de Lire la suite »

Publié dans Billets & Opinions, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le retournement de veste de Samir Geagea : condensé de déclarations du leader des FL sur la loi orthodoxe

Publié par jeunempl le mai 15, 2013

MPLBelgique.org

Joumblat-GeageaAprès avoir mis au défi les blocs parlementaires chiites de soutenir la loi électorale orthodoxe, Samir Geagea retire son soutien à cette réforme électorale cruciale pour les Chrétiens et le retour de leurs droits.

Honte à ce traitre qui avait déjà poignardé dans le dos les chrétiens lors d’un autre moment tristement historique… les accords imposés de Taëf en 1989. Et cela, après avoir contribué au retrait historique des Forces Libanaises des régions de Chouf, Aley et Saïda dans les années 80, provoquant un exode chrétien sans précédent.

Combien de temps encore ce chef de guerre, aujourd’hui converti en chef de la corruption à l’encontre des chrétiens va-t-il continuer à sévir de toute sa bêtise ?


Mediarama

L’accord électoral de la dernière minute conclu dans la nuit de mardi entre les Forces libanaises, le Courant du futur (CDF) et le Parti socialiste progressiste (PSP) a mélangé les cartes. L’unanimité chrétienne autour du projet orthodoxe a volé en éclat après le revirement de Samir Geagea, sans pour autant que Lire la suite »

Publié dans Dossiers, Elections 2013, Géneral, Liban dans l'Histoire, Nos articles | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tendances sur la loi électorale

Publié par jeunempl le janvier 31, 2013

Mediarama

Président Michel Sleiman

Président Michel Sleiman

Sleiman FrangiehSleiman Frangié, député du Liban-Nord (majorité)

"Le président Michel Sleiman est devenu partie prenante dans la bataille électorale et a promis à certaines factions de faire en sorte que les élections se déroulent sur base de la loi de 1960. Un report des élections est possible pour éviter une crise."

Wiam Wahhab, ancien ministre (majorité)

"Michel Sleiman se trompe s’il pense qu’en jouant au poker, il peut obtenir une prorogation de son mandat. Il ne restera pas une minute de plus après la fin de son mandat. Le Liban se dirige vers un vide législatif suivi d’un vide présidentiel."

Alain AounAlain Aoun, député du Courant patriotique libre (majorité)

"Les droits des chrétiens ne doivent faire l’objet d’aucun débat et ne sauraient être mis à égalité avec les intérêts politiques. La seule raison pour laquelle nous avons approuvé la prolongation du délai de la commission ad hoc est l’insistance du président de la Chambre. Nous voulons démentir l’image négative qui nous est accolée. Ce ne sont pas des intérêts politiques mais communautaires que nous défendons."

Walid Joumblatt - PSPWalid Joumblatt, chef du parti socialiste progressiste

"L’entretien avec Saad Hariri était amical, sincère et importante. Nous nous sommes entendus sur certaines idées, alors que d’autres nécessitent encore un dialogue et un suivi. Nous avons convenu que le projet orthodoxe porte atteinte au pacte national."

Assem Araji, député du Courant du futur (opposition)

"La proposition électorale du président Saad Hariri est fondée sur l’accord de Taëf et sur la coexistence. M. Hariri proposera un mode de scrutin majoritaire de 36 circonscriptions garantissant une victoire chrétienne sur les listes électorales."

Publié dans Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Semaine décisive pour une loi électorale consensuelle

Publié par jeunempl le janvier 22, 2013

Mediarama

Lebanon districts 2013 - numbersLa semaine qui commence s’annonce décisive au niveau des efforts déployés dans le but d’aboutir à une loi électorale consensuelle. La sous-commission parlementaire se donne trois jours pour examiner l’opportunité d’élaborer un projet de loi alliant les modes de scrutin proportionnel et majoritaire, selon son président Robert Ghanem, qui a par ailleurs déclaré qu’il ne se porterait pas candidat (dans la Békaa-Ouest) si c’est le projet orthodoxe (chaque communauté élit ses député) qui est finalement adopté.

A quelques heures de la reprise des travaux de la sous-commission, chaque camp a réitéré ses positions. Le président du Parlement, Nabih Berry, a tracé les grandes lignes à l’intérieur desquels les membres de la sous-commission doivent chercher le consensus: selon la chaine de télévision LBC, il a informé l’ancien Premier ministre Fouad Siniora, qu’il a reçu à la tête d’une délégation du Courant du futur, qu’il n’accepterait aucun projet qui ne prévoirait pas la proportionnelle; il a par ailleurs déclaré qu’il ne convoquerait pas le Parlement pour voter une loi qui n’est pas consensuelle.

Le patriarche maronite, le cardinal Béchara Raï, en a fait de même, en affirmant dans son homélie dominicale que la loi électorale doit rétablir l’égalité entre les chrétiens et les musulmans.

Pendant ce temps, les personnalités chrétiennes du 14-Mars proches du Courant du futur ont poursuivi leur campagne contre le projet orthodoxe, qui favorise les grands partis au détriment des indépendants. Les députés Nadim Gemayel et Boutros Harb ont une nouvelle fois critiqué cette proposition, qui jouit pourtant du soutien des quatre principales formations chrétiennes: le Courant patriotique libre, le parti Kataëb, les Forces libanaises et le Courant des Marada. Pour M. Harb, ce projet a été mis au placard, pour Nadim Gemayel, il défavorise les chrétiens.

De son côté, le général Michel Aoun a défendu ce projet qui, selon lui, "rend aux chrétiens leurs droits".
Le Hezbollah, par la bouche de son représentant à la sous-commission, le député Ali Fayad, a réaffirmé son soutien au projet Lire la suite »

Publié dans Dossiers, Géneral, Tayyar & Hezbollah | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Loi électorale : Les marchandages ont commencé

Publié par jeunempl le janvier 17, 2013

Julien Abi-Ramia – L’Hebdo Magazine

Carte electorale et répartition confessionnelleL’opposition du Courant du futur et du PSP, à la proposition du Rassemblement orthodoxe, s’est élevée contre l’unanimité des chrétiens qui s’en remettent désormais à Nabih Berry pour arriver au consensus le plus large. Pendant que le président du Parlement étudie ses possibilités, les négociations continuent.

L’effet coup de théâtre s’est rapidement dissipé. La semaine dernière, le retrait en grande pompe de la sous-Commission parlementaire, en charge de la loi électorale, du député du CPL Alain Aoun et le virage serré des chrétiens de l’opposition présents à Bkerké, sur lesquels Boutros Harb et ses amis, mais surtout le Futur, ont exercé une forte pression, ont plongé le débat dans une dramaturgie excessive. Ces coups d’éclat auront, au moins, eu le mérite de clarifier les positions des uns et des autres ou au mieux de remettre sur d’autres rails les négociations entre tous les partis. Car, en vérité, les discussions ne repartent pas de zéro. La séquence de la semaine dernière a simplement acté que l’unanimité des chrétiens, à elle seule, ne suffisait pas. Avec le concours des suffrages du Hezbollah et de son mouvement, Nabih Berry aurait pu forcer le calendrier, organiser une séance plénière et faire passer le projet orthodoxe à la majorité. Mais les oppositions des sunnites, des druzes et du président de la République Michel Sleiman étaient trop fortes. Le revoici en première ligne pour concocter un accord global dont il a le secret.

Les chrétiens en attente

Dès vendredi dernier, le patriarche Raï, prenant acte de ce nouvel équilibre de forces, a donc convié à Bkerké les leaders Michel Aoun, Sleiman Frangié et Amine Gemayel, Samir Geagea s’étant absenté pour des raisons de sécurité. Le communiqué publié par le patriarcat à l’issue de la rencontre marque le début d’un nouveau round. «Les participants conviennent de la nécessité de parvenir à une loi électorale assurant la meilleure représentation, de la façon la plus juste et la plus sûre, à toutes les communautés libanaises». Dimanche, dans son homélie, le chef de l’Eglise maronite souligne l’importance de remplacer la loi de 1960.

La dernière rencontre de Bkerké aura eu pour effet de calmer les attaques du CPL contre les chrétiens de l’opposition, accusés d’atermoiements et d’obscurantisme, plus précisément d’avoir cédé aux oukases du Courant du futur, cassant «l’opportunité historique» que constituait l’unanimité des plus grands partis chrétiens sur le projet orthodoxe que Rabié «ne laissera pas échouer».

Cloués au pilori, les Forces libanaises et les Kataëb, qui se sont efforcés de réaffirmer leur alliance avec leurs congénères du 14 mars, ont dû faire montre de pédagogie tout au long de la semaine. Mardi, Samir Geagea a Lire la suite »

Publié dans Dossiers, Elections 2013, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les chrétiens récupèrent leurs terres : Réconciliation à Brih… 30 ans après

Publié par jeunempl le janvier 10, 2013

Julien Abi-Ramia – L’Hebdo Magazine

Réunion Joumblat-Rahi sur le retour des chrétiens à BrihLe démantèlement de la maison druze du village de Brih, au Chouf, construite sur une terre appartenant à une famille chrétienne, marque la fin du processus de réconciliation de la Montagne, scellé en 2001. Le résultat d’un travail initié par Walid Joumblatt, sous la supervision du patriarche Béchara Boutros Raï. C’est désormais à l’Etat de prendre ses responsabilités.

Dans le Chouf druzo-chrétien souffle un vent nouveau. A Brih, contraction d’une locution araméenne signifiant Maison du Parfum, les acteurs locaux de la communauté druze, d’abord réticents, se sont résolus à tourner la page. La construction de la nouvelle maison druze du village, édifiée sur une terre de la communauté, vient de s’achever. Restait à démonter l’autre maison, celle qui a été bâtie en 1989 sur une parcelle appartenant à la famille chrétienne des Adwan. Pour les chrétiens du village, cette construction constituait le vestige d’une époque où les druzes avaient savamment effacé toute trace de leur présence dans la Montagne. Brih était la dernière d’une longue liste de localités du Chouf où, depuis 2001, Walid Joumblatt et l’Eglise maronite s’affairent à panser les blessures de cette sale guerre. Beaucoup reste à faire mais la première étape de la réconciliation est aujourd’hui achevée. En dépassionnant le dossier, l’action conjointe du leader druze et du patriarche a fini par porter ses fruits.

Joumblatt, l’évolution

«La réconciliation druzo-chrétienne s’est arrêtée au point où elle a commencé et, à ce jour, nous ne pouvons pas parler de réconciliation dans la Montagne. De nombreuses familles chrétiennes n’ont toujours pas regagné leurs villages, et des milliers d’entre elles sont incapables encore de visiter leurs maisons, leurs terrains et leurs propriétés». C’est ainsi qu’à l’été 2009, celui qui était encore l’évêque de Jbeil, Mgr Béchara Raï, décrivait la situation des déplacés. Huit ans séparent ces déclarations de la visite historique du patriarche Nasrallah Sfeir dans la Montagne. Depuis 2001 et pendant près d’une décennie, le processus de réconciliation s’est résumé à cette visite. Cette question était à peine évoquée dans les Lire la suite »

Publié dans Actualité Tayyar-CPL, Dossiers, Géneral, Liban dans l'Histoire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le torchon brûle entre Walid Joumblatt et Saad Hariri

Publié par jeunempl le octobre 27, 2012

Mediarama

Tous les efforts entrepris pour rapprocher le député Walid Joumblatt de l’ancien Premier ministre Saad Hariri sont partis en fumée, hier. Les deux hommes ont affiché leurs profonds désaccords et ont déballé en public leurs arguments, qui ont tourné à l’empoignade verbale.

Au cours d’un entretien télévisé, jeudi, M. Joumblatt a résolument ancré son positionnement au centre, affirmant qu’il prendra position au sujet de la question gouvernementale en concertations avec le président Michel Sleiman, le Premier ministre Nagib Mikati et le président du Parlement Nabih Berry, et non pas avec le 14-Mars. Pour M. Joumblatt, la priorité est aujourd’hui de préserver la stabilité du Liban, et empêcher un vide politique, car cela permettrait à la crise syrienne de se transposer au Liban, et risquerait de provoquer une discorde entre sunnites et chiites. Le leader druze a révélé que le soir de l’assassinat du général Wissam al-Hassan, Saad Hariri lui a expressément demandé, au téléphone, de démissionner du gouvernement, ce qu’il a refusé de faire. M. Joumblatt a réaffirmé son attachement au cabinet Mikati, en attendant qu’un compromis soit trouvé sur une autre formule, que ce soit un gouvernement d’union nationale ou de technocrates. « La conjoncture actuelle n’est plus la même que celle qui prévalait en 2005, et on ne peut pas rééditer cette réalisation, a-t-il dit. Aujourd’hui, la communauté internationale regarde le président syrien massacrer son peuple sans broncher ». M. Joumblatt pense que les États-Unis ont intérêt dans la perpétuation de la guerre civile en Syrie, car ce conflit épuise financièrement l’Iran.

Le chef du Parti socialiste progressiste (PSP) a affirmé que la crise syrienne va durer encore très longtemps. Si, à un certain stade du conflit, il était favorable à un armement des rebelles, il est aujourd’hui moins enthousiaste à l’idée. Selon lui, plus la Lire la suite »

Publié dans Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Geagea de nouveau en Arabie Saoudite… essuie un revers de Hariri !

Publié par jeunempl le octobre 9, 2012

MPLBelgique.org

Samir Geagea, chef du parti des Forces Libanaises, a entamé une visite en Arabie Saoudite. Il y rencontre des responsables saoudiens haut-placés et le chef du courant du Futur, l’ancien premier ministre Saad Hariri.

Hariri a rejeté son appel à intervenir pour faire changer l’avis de Walid Joumblatt sur la future loi électorale. Joumblatt souhaite le maintien de la loi de 1960 alors que le chef des Forces Libanaises milite pour la loi des 50 circonscriptions.

Ces deux lois électorales ont la particularité d’offrir à l’argent politique le moyen de fausser les résultats de l’élection:
- soit par un transfert de population d’une circonscription à une autre comme ce fut le cas de la communauté sunnite à Zahlé en 2009.
- soit par l’achat de votes dans les circonscriptions clés.

Publié dans Elections 2013, Géneral, Nos articles | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Fadi el-Awar (député druze de Baabda) : Entre l’émir et le Bey

Publié par jeunempl le septembre 17, 2012

L’Hebdo Magazine – Joëlle Seif

Des yeux qui pétillent de malice, de l’humour et un franc-parler. Il fait partie de ceux qui nomment les choses par leur nom et vont droit au but. Il a gardé en lui le côté frondeur de celui qui, à 12 ans, participait déjà à des manifestations. Portrait du député druze de Baabda, Fadi el-Awar, membre du Bloc du Changement et de la Réforme.

C’est dans le village de Kornayel qu’il a grandi dans une famille composée de cinq enfants, quatre garçons et une fille. A l’âge de cinq ans, il perd son père. «On a vécu avec ma mère dans une maison modeste. Ma mère travaillait et nous possédions une petite parcelle de terrain à Beyrouth qui nous rapportait des rentrées. En ce temps-là, cela suffisait pour subvenir aux besoins de la famille», se souvient Fadi el-Awar. C’est à l’école publique de Kornayel qu’il fait ses études scolaires, avant d’entamer des études universitaires à la BUC (actuelle LAU) et à l’Université libanaise.

A un âge très précoce, il fait ses débuts en politique. Il a 12 ans lorsqu’en 1972 il organise la première manifestation à l’école publique et réclame qu’on asphalte les routes. «C’était une demande vitale pour nous car on s’enfonçait dans la boue», dit-il. Il est retenu dans la voiture des gendarmes mais ses collègues réussissent à le libérer en leur jetant des pierres.

En 1973, lorsque les problèmes entre l’armée et les Palestiniens commencent, il se promène partout avec une keffieh autour du cou, alors que toute la famille se rendait auprès du ministre de l’Intérieur, Bachir el-Awar, qui était un parent à lui. «J’ai toujours considéré mienne la cause Lire la suite »

Publié dans Actualité Tayyar-CPL, Dossiers, Géneral, Tayyar & Hezbollah | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 40 followers

%d bloggers like this: