Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

  • N'oubliez pas de visiter nos galeries d'images.

  • MPL Belgique

  • Rubriques

  • Actualités

  • Archives

  • Méta

Posts Tagged ‘sunnite’

Kabbani fait porter à Hariri et à Siniora la responsabilité de tout malheur qui lui arriverait

Posted by jeunempl sur mars 26, 2013

ANI

Mufti Sheikh Mohammed Rashid KabbaniLe mufti de la République, cheikh Mohammed Rachid Kabbani, a signalé mardi que les anciens Premiers ministres Saad Hariri et Fouad Siniora seraient les seuls responsables s’il lui arrivait malheur.

« Je resterai jusqu’à la fin de mon mandat, mais pas une minute de plus, et je fais porter à Saad Hariri et à Fouad Siniora la responsabilité de tout malheur qui pourrait m’arriver », a-t-il dit, cité par le chef de l’Ordre des rédacteurs de presse Elias Aoun, qu’il avait rencontré à Dar-al-Fatwa.

Toujours selon M. Aoun, le mufti a signalé qu’il était le seul responsable du déroulement des élections du Conseil islamique supérieur. « Limogez le mufti de la République si vous en êtes capables, a martelé cheikh Kabbani », a ajouté M. Aoun.

Le chef de l’Ordre des rédacteurs de presse a également affirmé que « le mufti estime que certains dirigeants sunnites nuisent à leur confession ».

Par ailleurs, le mufti a abordé, avec la délégation de l’Ordre des rédacteurs, le sujet de l’agression des deux cheikhs sunnites. « Cet incident aurait pu mener à un conflit entre Sunnites et Chiites si je n’y avais pas pris garde. Nous voulons protéger le Liban, pas y semer la zizanie », a-t-il conclu, toujours cité par M. Aoun.

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mikati démissionne et appelle à un gouvernement de salut public

Posted by jeunempl sur mars 22, 2013

(L’Orient le Jour)

Najib Mikati - Premier Ministre du gouvernement Libanais (juillet 2011)Le Premier ministre Nagib Mikati a annoncé vendredi soir sa démission à la suite notamment de divergences au sein du cabinet sur la préparation des législatives.
Selon la Constitution, le gouvernement est dès lors automatiquement démissionnaire, ce alors que le pays traverse une période critique en raison de la guerre civile qui ravage son voisin la Syrie et dont les répercussions se font sentir au Liban.

En annonçant sa démission, Nagib Mikati a appelé toutes les forces politiques à s’entraider pour éviter au Liban les aléas de l’inconnu. Il a également appelé à un gouvernement de salut public.

« Je suis pour la tenue des élections législatives à la date prévue (courant juin), quelles que soient les circonstances, a déclaré M. Mikati lors d’une conférence de presse au Grand Sérail. Je suis également contre tout projet de loi qui saperait le rôle du Liban en tant que message ». Et de poursuivre : « Mais apparemment, et d’après ce que j’ai remarqué en Conseil des ministres, aucun projet de loi ne sera adopté dans les délais constitutionnels ».

La décision de M. Mikati intervient après la suspension de la séance du Conseil des ministres tenue au palais de Baabda suite à un clash entre les ministres au sujet du dossier de la commission de supervision des législatives, un complément administratif à la loi électorale de 1960 en vigueur.

Selon le ministre de l’Information par intérim, Waël Bou Faour, les avis se sont divisés sur le premier point figurant à l’ordre du jour de cette séance, à savoir la formation de cette commission, qui n’a finalement pas eu Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’Etat impuissant face aux provocations d’Ahmed Al-Assir

Posted by jeunempl sur février 25, 2013

Mediarama

Ahmad el Assir à Beyrouth pour défendre les prisonniers du Fatah al IslamLe cheikh extrémiste Ahmad el-Assir défie l’Etat, multiplie les provocations, et intensifie son discours sectaire, sans que les autorités compétentes ne lèvent le petit doigt et sans que les forces politiques, notamment celles du 14-Mars, ne fassent la moindre réaction. Pourtant, il a humilié l’Etat, que cette coalition affirme couloir défendre, et annoncé qu’il ne croyait pas à la justice libanaise.

En l’espace de quelques jours seulement, le dignitaire religieux s’est rendu coupable d’un nombre incroyable d’infractions aux lois. Après avoir bloqué la route côtière au niveau de Saïda, il a procédé avec ses partisans à un déploiement armé autour de la Mosquée Bilal Bin Rabah, où il officie à l’Est de Saïda. Portant lui-même un fusil-mitrailleur en bandoulière, il a prétexté la présence de membres des «Brigades de la résistance» dans la région, appelant à leur expulsion. Embarrassé, l’Etat n’a trouvé mieux que de le convoquer au commissariat pour l’«entendre» au sujet de l’apparition d’armes aux mains de ses partisans. Mais cheikh Al-Assir n’a même pas voulu ménager les autorités publiques, affirmant qu’il ne répondrait à la convocation que lorsque «(le président de la Chambre) Nabih Berry et le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, seront jugés pour leurs crimes».

L’imam de la mosquée Bilal Bin Rabah a transporté dimanche ses partisans vers le centre-ville de Beyrouth pour participer au sit-in organisé par des groupes fondamentalistes pour réclamer la libération des détenus «islamistes» dans les prisons libanaises.

Haranguant la foule, le cheikh intégriste a appelé à une «intifada de la dignité» afin que les détenus soient immédiatement remis en liberté. «Nous n’accepterons pas qu’ils soient jugés après six ans de détention sans procès. Qu’on les amnistie ou bien que l’on considère qu’ils Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mikati et Hariri : Riyad veut jouer plusieurs chevaux

Posted by jeunempl sur février 4, 2013

L’Hebdo Magazine – Paul Khalifeh

Nagib Mikati vs Saad HaririEn levant le boycott imposé à Najib Mikati et à son gouvernement, l’Arabie saoudite semble avoir changé d’approche au Liban. Désormais, le Courant du futur n’est plus considéré comme le représentant exclusif des sunnites. Riyad veut jouer plusieurs chevaux pour être sûr que le sien figurera parmi les finalistes.

Ce n’est un secret pour personne. L’Arabie saoudite n’a pas apprécié l’éviction de l’ancien Premier ministre Saad Hariri en janvier 2011, qu’elle a considérée comme un retournement syro-iranien contre les arrangements conclus à Doha, en mai 2008. Par conséquent, elle a accueilli froidement la nomination de Najib Mikati à sa succession, sans pour autant aller jusqu’à afficher une franche hostilité à son égard. Pendant des mois, le chef du gouvernement a tenté par mille et une voies d’obtenir une couverture saoudienne, mais il n’y est pas parvenu. Cependant, le royaume s’est gardé de jeter sur lui l’opprobre, se contentant de l’ignorer superbement. Habile, Najib Mikati a évité toute réaction impulsive et a continué à envoyer des signaux positifs en direction de Riyad et de la communauté internationale. Le plus fort signal aura sans doute été le financement du Tribunal spécial pour le Liban, en dépit des réserves du Hezbollah.

Les événements syriens et l’engagement de l’Arabie saoudite aux côtés des rebelles ont compliqué la donne pour le Premier ministre, surtout que le Courant du futur était, lui, en phase avec les options saoudiennes en Syrie. Najib Mikati a alors transformé en politique officielle le fameux concept de «dissociation», destiné à empêcher le Liban d’être broyé par la crise qui secoue son voisin. Il a convaincu la communauté internationale d’appuyer cette orientation.

La dissociation n’a pas empêché les protagonistes libanais de s’impliquer à plus d’un niveau dans le chaudron syrien, mais l’Etat faisait semblant de ne rien voir, un peu comme du temps des fedayin palestiniens dans les années 60-70 du siècle dernier. Cela arrangeait tout le monde, y compris l’Arabie saoudite.

Les choses auraient pu continuer sur ce modèle pendant longtemps si le chef de la section des renseignements des Forces de sécurité intérieure (FSI), le général Wissam el-Hassan, n’avait pas été assassiné, le 19 octobre dernier. Estimant que cet attentat la visait directement, l’Arabie saoudite a exprimé son mécontentement et a appuyé les revendications du Courant du futur appelant à la démission du gouvernement. On se souvient de l’image de l’ambassadeur Ali Awad el-Assiri devant Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un Libanais raconte la «guerre sainte» en Syrie : Les confessions d’un jihadiste

Posted by jeunempl sur décembre 9, 2012

Mona Alami – L’Hebdo Magazine

Islamistes LibanLa mort, le week-end dernier, d’une vingtaine de jeunes jihadistes libanais en Syrie, a recentré le débat sur le rôle des islamistes dans ce pays. Magazine est allé à la rencontre d’un jihadiste libanais afin de retracer le parcours de ces hommes prêts à mourir au nom de Dieu.

Abou Ghurair el-Traboulsi est un jeune trentenaire portant la longue barbe des islamistes. Ce nom est un pseudonyme lui permettant de protéger son anonymat. «Je ne suis pas un salafiste, juste un musulman pratiquant», se défend-il, une fois l’entrevue amorcée.

La révolution syrienne et la guerre civile qui s’en est suivie ont permis de raviver le flambeau des mouvances islamistes radicales comme celles d’al-Qaïda et des autres salafistes-jihadistes. Vendredi 30 novembre, près de vingt-deux jihadistes libanais ont trouvé la mort, ont été blessés ou capturés dans les environs de Tal Kalakh en Syrie. Les combattants seraient tombés dans une embuscade tendue par l’armée syrienne. Seule l’identité de cinq personnes dont Malek el-Hajj Dib, 23 ans, Abdel-Karim Ibrahim, 18 ans, Abdel-Rahman el-Hasan, 22 ans, Youssef Abou Arida, 26 ans, et Bilal Khodr el-Ghoul, 22 ans, aurait été confirmée.

A l’instar de ces «martyrs», Abou Ghurair a grandi dans les quartiers populaires de Tripoli. Il ne rêve, aujourd’hui, que de rejoindre une fois de plus ses compagnons du jihad avec lesquels il a, trois mois durant cette année, mené la «guerre sainte» en Syrie. Contre quels ennemis?

«L’Iran et ses partisans, ceux qui épousent la théorie de la wilayat el-fakih dans le monde arabe, comme le Hezbollah», explique-t-il sur un ton prosaïque. La wilayat el-fakih désigne, en langue persane, la tutelle du guide suprême iranien. «La vie sur terre ne tient qu’à un fil et ce qui compte à mes yeux, c’est la vie dans l’au-delà, le jihad, la guerre sainte Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Saïda après Tripoli : Un pas de plus vers la fitna

Posted by jeunempl sur novembre 18, 2012

L’Hebdo Magazine – Jenny Saleh

Les accrochages à Saïda entre les partisans d’Ahmad el-Assir et ceux du Hezbollah ont fait craindre le pire, dimanche 11 novembre. La perspective d’une fracture supplémentaire entre sunnites et chiites inquiète, malgré l’appel unanime de la classe politique au calme.

Les pluies torrentielles, tombées dimanche sur le Liban, n’auront pas freiné les ardeurs de certains à sortir les fusils. Cette fois, le théâtre des affrontements n’est pas au Nord, à Tripoli, mais au Sud, à Saïda. A l’origine, une sombre histoire d’affiches. Dès vendredi, dans son prêche intitulé Notre paix et leur agression, le cheikh salafiste Ahmad el-Assir, connu pour ses positions clairement anti-Hezbollah, lance un ultimatum aux sympathisants du mouvement chiite dans la ville. Il leur demande d’ôter toutes les affiches à la gloire du parti, disséminées dans Saïda à l’occasion de la Journée des martyrs et de la commémoration de Achoura. Assir et ses partisans souhaitent également que soit déplacé le char israélien exposé sur l’un des ronds-points de Saïda, depuis la guerre de 2006. De leur côté, les autorités, inquiètes, tentent d’apaiser la situation.

Si certains posters sont effectivement enlevés sur les artères principales de la ville, ce n’est pas suffisant au goût de l’imam de la mosquée Bilal Ben Rabah. L’ultimatum de 48 heures arrivant à terme, dimanche, sans être exécuté totalement, les supporters du cheikh salafiste se rassemblent à la mosquée à l’appel de leur leader. Entre-temps, un autre événement intervient. Il concerne le fils d’Ahmad el-Assir, Omar. Celui-ci est interpelé par les FSI, au volant d’une voiture aux vitres fumées. Les officiers l’arrêtent, car le jeune homme, âgé de 15 ans, n’est pas en mesure de présenter de permis de conduire ni l’autorisation du ministère de l’Intérieur de rouler dans un véhicule aux vitres teintées. Cette interpellation n’est visiblement pas du goût d’Assir qui, quelques minutes plus tard, arrive sur les lieux avec quatre véhicules, pour demander qu’il soit libéré. Manu militari, Assir et ses partisans menacent les FSI qui obtempèrent et libèrent Omar.

La preuve par la vidéo

Le cheikh et sa bande, appuyés par d’autres jeunes sympathisants qui les ont rejoints, prennent la direction d’al-Taamir, un quartier pauvre, ouvertement pro-Hezbollah, à proximité du camp palestinien de Aïn el-Heloué. Un portrait de sayyed Nasrallah est déchiré, les premiers coups de feu retentissent. Un jeune Egyptien de 14 ans qui se trouvait au mauvais endroit, Ali Charbini, tombe le premier sous les balles. La fusillade se poursuit, provoquant d’abord la panique parmi les résidants d’al-Taamir, avant d’entraîner des ripostes. L’un des représentants locaux du Hezbollah, le cheikh Zeid Daher tente de calmer la situation, sans succès. Il se prend deux balles, à l’estomac et Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Saïda ville morte, au lendemain de la « discorde avortée »

Posted by jeunempl sur novembre 12, 2012

Mediarama

Saïda était ce lundi une ville morte au lendemain de l’incident qui a fait trois morts et plusieurs blessés, entre des partisans du cheikh salafiste Ahmad Al-Assir et des membres du Hezbollah. Commerces et écoles étaient fermés à l’appel de divers partis et personnalités de la ville, et de l’association des commerçants, en signe de deuil d’abord et pour protester contre les tentatives d’entrainer Saïda dans la discorde communautaire ensuite. Le discours sectaire de cheikh Al-Assir a créé un climat de tension et il était normal que la moindre étincelle provoque un incident grave.

Si le sit-in organisé à la fin de l’été par le cheikh salafiste s’était terminé sans effusion de sang, il n’en n’était pas de même dimanche. Mais l’intervention rapide de l’Armée libanaise a empêché la situation de dégénérer, malgré les appels de cheikh Al-Assir à prendre les armes pour livrer ce qu’il a appelé la «bataille de la dignité».

La tension était montée dès les premières heures de la journée, lorsque le fils d’Al-Assir, Omar, a été arrêté à un barrage des Forces de sécurité intérieure (FSI) car il était au volant d’une voiture aux vitres teintées, sans papier et sans permis de conduire. Ahmad Al-Assir a débarqué en trombe, accompagné d’hommes en Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Liban: tirs entre soldats et hommes armés dans un quartier sunnite à Beyrouth

Posted by jeunempl sur octobre 22, 2012

RTBF

[Note du MPLBelgique.org à la RTBF : Comment peut-on en venir à justifier de tels actes miliciens ?]

Des échanges de tirs ont opposé lundi dans un quartier sunnite de Beyrouth des militaires et des hommes armés. Des hommes armés et cagoulés, se réclamant de l’ancien Premier ministre Saad Hariri, étaient présents lundi matin dans des quartiers sunnites de Beyrouth où ils ont fermé des rues.

Les soldats ont essuyé des tirs de la part d’hommes armés lorsqu’ils ont voulu rouvrir la route menant à Tariq al-Jdidé, un bastion des partisans de l’ancien Premier ministre sunnite Saad Hariri, et l’armée à riposté.

Dans la matinée, sur l’avenue Qasqas, au rond point Cola et sur la corniche Mazraa, proche du quartier de Tariq al-Jdidé, des hommes armés de kalachnikovs, et portant des cagoules noires, empêchaient les voitures de passer en obstruant la chaussée avec des ordures, des pierres et des morceaux de fer.

Tension

Sur l’avenue Qasqas, au rond point Cola et sur la corniche Mazraa, proche du quartier de Tariq al-Jdidé, bastion du Courant du futur de Saad Hariri, des hommes armés de kalachnikovs empêchaient les voitures de passer en Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cortbaoui transfère à Berry une demande de levée de l’immunité du député Merhebi

Posted by jeunempl sur août 25, 2012

(L’Orient le Jour)

La démarche fait suite à une plainte du commandement de l’armée.

Le ministre de la Justice Chakib Cortbaoui a transféré hier au président du Parlement, Nabih Berry, une demande de levée de l’immunité du député du Akkar Mouïn Merhebi. Cette demande provient de la Cour de cassation, suite à une plainte du commandement de l’armée, présentée contre Merhebi devant ladite cour. Cette demande est accompagnée de documents justificatifs.

Après le transfert de cette demande, le président du Parlement devrait appeler le bureau de la Chambre et la commission de l’Administration et de la Justice à une réunion conjointe pour étudier le document. Ce comité ainsi formé devrait présenter un rapport dans un délai maximum de deux semaines, suivant l’article 92 du règlement intérieur. Le président du Parlement devrait alors informer l’Assemblée générale de ce rapport dès la première réunion qu’elle tiendra, et ce sera à elle de décider soit d’accorder un délai supplémentaire au comité conjoint pour une étude plus approfondie des documents, soit de débattre elle-même et directement de la question de la levée de l’immunité. La Constitution précise que « le vote ne peut avoir lieu si la majorité des députés n’est pas présente, et la levée d’immunité ne sera pas légale si une majorité des présents ne vote pas en sa faveur ». Le texte souligne aussi que « s’il y a une égalité des voix, le projet devra être abandonné ». Il dit enfin que « le comité conjoint créé pour examiner la demande de levée d’immunité devrait s’assurer du sérieux de cette demande, et constater qu’il n’y a pas d’objectifs politiques ou partisans visant à empêcher le député en question d’exercer son travail ».

Par ailleurs, interrogé par la LBCI, le ministre Cortbaoui a précisé que « si la levée de l’immunité est approuvée par le Parlement, une enquête sera alors ouverte, étant donné qu’il n’y a pas d’enquête pour Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Confusion autour des pèlerins chiites libanais enlevés en Syrie

Posted by jeunempl sur août 25, 2012

Le Monde – Laure Stephan

La chaleur est oppressante dans ce petit bureau d’une société de pèlerinage, à Hay Selloum, l’un des quartiers les plus populaires et les plus peuplés de la banlieue sud de Beyrouth. Visages fermés, les proches des otages libanais enlevés par des rebelles en Syrie en mai hésitent d’abord à parler. Jeudi 23 août, ils ont rencontré pour la première fois le ministre de l’intérieur, Marwan Charbel. Celui-ci, en visite à Ankara quelques jours plus tôt, s’est dit « optimiste » quant au sort des otages.

Les familles des onze Libanais de confession chiite kidnappés par des rebelles dans le nord de la Syrie, par laquelle ils transitaient, de retour d’un pèlerinage en Iran, n’ont cessé de dénoncer le manque d’implication de l’Etat libanais pour parvenir à la libération des otages. L’annonce de la relaxe des otages, peu après leur enlèvement, s’était soldée par un fiasco.

Le désespoir des proches, depuis le kidnapping, s’est traduit par des protestations. Le 15 août, leur colère avait été exacerbée par la nouvelle erronée diffusée par des médias libanais, affirmant que plusieurs otages avaient été tués lors du bombardement d’Azzaz (nord de la Syrie) par les forces syriennes. [Note du MPLBelgique.org : nouvelle qui s’est à nouveau révélée être une désinformation organisée par la milice de l’Armée Syrienne Libre, avec une mise en scène dantesque d’Abou Ibrahim plein de ketchup pour simuler la scène.]

TIMIDES CHANGEMENTS

Aujourd’hui, les familles des otages, tout en restant réservées, ont le sentiment d’assister à de timides changements. Un comité de suivi a été mis en place par les autorités libanaises le 16 août. Surtout, estiment les proches, les contacts entre le Liban et la Turquie se sont multipliés au sujet des kidnappés. « Peut-être est-ce parce qu’il y a aujourd’hui un otage turc au Liban? », s’interroge l’un des proches. Ce ressortissant turc a été enlevé, en même temps que des citoyens syriens, le 15 août, par Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :