Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Lameess Dhaif, opposante bahreïnie : «Je vis dans la hantise d’être déportée»

Posted by jeunempl sur mars 22, 2012

Mona Alami – L’Hebdo Magazine

Malgré le déploiement de la Force commune du Golfe à Bahreïn, les manifestations se poursuivent sur cette petite île. Magazine a rencontré la journaliste Lameess Dhaif, l’une des figures de proue de l’opposition, ayant trouvé refuge dans l’un des pays du Golfe.

Votre engagement pour la cause bahreïnie vous a-t-il porté préjudice?
Les journaux des pays du Golfe pour lesquels je travaillais ont dû se séparer de moi en raison des pressions exercées par le gouvernement du Bahreïn: j’ai ainsi perdu quatre emplois en deux jours. Je parviens à survivre car j’ai la chance d’appartenir à une famille aisée. Mais mon activisme a très certainement eu des conséquences fâcheuses pour ma famille: mon frère, qui est chef d’entreprise, a ainsi perdu plusieurs contrats et la plupart des formalités administratives lui prennent beaucoup plus de temps. Pour les femmes militantes, la tâche est beaucoup plus difficile, car nous sommes victimes de campagnes diffamatoires, ce qui est particulièrement éprouvant lorsque l’on appartient à des sociétés conservatrices. De plus, les chabihas de Bahreïn sont non seulement déployés dans la rue, mais également sur la toile où ils postent des commentaires virulents sur nos comptes Twitter et Facebook. Ma maison a été visée à plus de deux reprises par des cocktails Molotov.

Dans quelle situation se trouve l’opposition aujourd’hui?
La commission d’enquête indépendante sur la répression de la contestation à Bahreïn a demandé au roi (Hamad Ben Issa Al Khalifa) de revenir sur sa décision de limoger les personnes de l’administration ayant participé aux manifestations. Cette décision n’a pas été appliquée même si dans certains cas, des individus ont pu réintégrer des postes subalternes. Il ne faut pas oublier les exactions commises: l’année passée, près de six personnes sont mortes sous la torture, alors que 65 autres ont été tuées durant les manifestations, un chiffre assez élevé compte tenu de la taille de la population estimée à 570000 âmes. Nous faisons toujours l’objet de persécution. Ma sœur, Nada Dhaif, qui est médecin et qui a soigné les blessés pendant les manifestations, a été accusée de trahison et condamnée à 15 ans de prison. Près de 48 membres du personnel médical ont écopé des peines similaires. L’opposition est partagée vis-à-vis de la marche à suivre: la majorité veut la création d’une monarchie constitutionnelle, alors que la minorité estime que le roi doit abandonner le pouvoir, la répression ayant prouvé qu’il ne peut engager de réelles réformes.

Pensez-vous que les militants réfugiés à l’étranger puissent défendre la cause bahreïnie avec autant d’efficacité?
Certains d’entre nous ont choisi le chemin de l’exil afin de sensibiliser le monde à notre cause. Je me suis rendue cette année quatre fois aux Etats-Unis, où je me suis entretenue avec les membres du Congrès et les médias américains au sujet de la situation dans notre pays. Je sillonne sans relâche les pays arabes.

Faites-vous l’objet de pressions dans les pays du Golfe?
La situation des militants bahreïnis est assez délicate dans les pays du Golfe en raison des liens politiques qui lient ces derniers à Bahreïn. Je vis mon passage en transit dans les aéroports arabes comme un véritable calvaire, étant toujours dans la crainte d’être déportée.

Pensez-vous qu’il y ait une division à la tête du pouvoir dans votre pays vis-à-vis de l’opposition?
Oui très certainement, le roi a toujours fait preuve de plus de modération, mais c’est le Premier ministre (Khalifa ben Salman Al Khalifa) et son entourage qui, par une répression trop violente, ont contribué au chaos dans le pays.

Les mesures répressives pratiquées à l’encontre de la communauté chiite alimentent-elles le sentiment confessionnel à Bahreïn?
Il n’y a jamais eu de confessionnalisme au sein de la population. Mais depuis que le roi est arrivé au pouvoir, il a essayé de corriger le déséquilibre démographique résultant d’une majorité chiite en favorisant l’implantation de sunnites étrangers, une communauté à laquelle appartient la famille régnante. Bahreïn est un pays disposant de ressources limitées, le fait d’offrir la nationalité à des étrangers prive les habitants de nombreux privilèges et de leur droit aux richesses du pays! D’autant plus que les chiites n’ont pas le droit d’accéder à certains postes, notamment au sein des ministères de la Défense et de l’Intérieur, à l’exception d’une vingtaine de familles alliées au roi, dont la mienne. Tout ce que l’opposition désire c’est parvenir à un système équitable où tous les nationaux seront égaux devant la loi.

Croyez-vous que l’Iran ait tenté d’exploiter votre combat?
Je crois en effet que l’Iran a tenté d’exploiter notre cause de la même manière que l’Arabie saoudite, la Turquie ou les Etats-Unis. Tous ces pays tentent de tirer profit de l’instabilité qui prévaut dans la région.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :