Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘Tarik Jdidé’

L’histoire complète de la voiture piégée à Naameh

Posted by jeunempl sur août 20, 2013

Al Akhbar – Traduit par Al Manar

Naameh - voiture piégéeLa sureté générale a démantelé dimanche une cellule terroriste dans la région de Naameh, près de Khaldeh sur la route du Sud Liban. Trois suspects dans la planification de trois attentats à la voiture piégée ont été arrêtés. Parmi eux figurent un cheikh salafiste, son assistant et une troisième personne. Mais le cerveau de la cellule Mohammad A. a pris la fuite.

Le quotidien al-Akhbar a révélé dans son numéro de lundi les dessous du démantèlement de ladite cellule.

Mohammad A. n’est pas un simple salafiste, mais un extrémiste takifiri. Il a voulu faire le jihad, et a donc choisi de préparer plusieurs voitures piégées comme moyen à ce jihad !
Il a fait part de son désir de se procurer d’explosifs à un informateur de la sureté générale. C’est ainsi qu’il fut placé sous contrôle et poursuite depuis un mois et demi. Mais, Mohammad était très prudent, et les éléments de la sureté générale n’ont pas pu le rattraper en flagrant délit malgré leurs maintes tentatives.

Cependant, la sureté générale qui surveillait les communications de Mohammad était convaincue qu’un attentat était en cours de préparation. Parallèlement, des renseignements ont fait état que Mohammad dirigeait un réseau extrémiste composé de sept personnes, qui compte faire exploser des voitures et perpétrer des assassinats.

Il y a six jours, Mohammad est monté à bord de sa voiture de type Audi. Après avoir effectué une tournée, il l’a garée dans un Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Posted in Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tariq Jdidé : La forteresse sunnite

Posted by jeunempl sur mai 28, 2012

L’Hebdo Magazine – Arlette Kassas

Il n’a fallu que quelques heures à la tension provoquée au Akkar par la mort des deux cheikhs, Ahmad Abdel-Wahed et Khaled Merheb, pour s’étendre à Beyrouth, plus précisément à Tariq Jdidé, théâtre de très nombreux incidents ces dernières années.

Du Akkar à Beyrouth, le chemin fut court. Des combats de rue à l’arme automatique et aux roquettes ont opposé, dans le périmètre de la Cité sportive et de l’Université arabe, le Parti du courant arabe, de Chaker Berjaoui, une petite formation sunnite proche du Hezbollah, à des partisans du Courant du futur. Les combats ont eu lieu autour de la permanence de Berjaoui.

Deux versions sont avancées. La première dit que les affrontements ont commencé lorsqu’une dizaine d’hommes de Berjaoui ont ouvert le feu sur des adolescents du quartier qui brûlaient des pneus en réaction à la mort des deux dignitaires sunnites au Akkar. Les incidents ont rapidement dégénéré, les jeunes ayant été rejoints par des adultes armés.

La deuxième version renverse les rôles. Les sympathisants du Courant du futur s’en seraient pris aux partisans de Berjaoui, et ont attaqué le bureau où il se trouvait en compagnie de douze autres personnes. Des armes légères et moyennes, dont des roquettes RPG7, ont transformé la rue en terre brûlée. Berjaoui assure que ses partisans ne s’en sont pas pris aux manifestants qui ont bloqué les rues et mis à feu à son bureau mais que les actions de ces derniers reflètent une volonté de supprimer une force sunnite qui ne partage pas leur point de vue. Bilan des combats: deux morts parmi les partisans de Berjaoui et dix-huit blessés, alors que le chef du Courant arabe est évacué in extremis à bord d’une voiture blindée envoyée, avec des gardes du corps, par ses alliés des Mourabitoun. Le calme est revenu dans la région. Vingt-cinq roquettes RPG7 et une centaine de grenades auraient été tirées pendant les combats.

Retour à un passé récent

Tariq Jdidé est, depuis plusieurs années, le théâtre d’incidents qui secouent la capitale. Cette région s’étend du Horch de Beyrouth, au nord, jusqu’à la fin de la rue Sabra, côté sud. Elle compte plus d‘un quart des habitants de Beyrouth.

Vers le début des années 90, Tariq Jdidé change de face. L’ombre politique de Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tripoli et le Akkar, pertes et profits…

Posted by jeunempl sur mai 26, 2012

(Scarlett Haddad – L’Orient le Jour)

Des sources diplomatiques occidentales se sont étonnées récemment du fait que la situation au Liban soit restée stable pendant tout la période écoulée, c’est-à-dire depuis le déclenchement de la crise syrienne, il y a un an et quatre mois. Ces sources précisent que les pronostics étaient bien plus pessimistes, tant les analyses occidentales estiment que la situation des deux pays est étroitement liée. Elles considèrent d’ailleurs que « ce phénomène » est essentiellement dû à la présence de l’actuel gouvernement, qui, en dépit de ses divisions internes et de sa quasi-paralysie, a réussi à préserver le calme en évitant à chaque occasion d’adopter des positions en flèche et en cherchant constamment à absorber le mécontentement populaire ou partisan, en prenant soin de ne pas réagir à chaud, même au prix de sa propre crédibilité. Ces sources diplomatiques se déclarent agréablement surprises par la capacité du gouvernement actuel à évoluer entre les écueils et les sables mouvants de la crise syrienne qui devient chaque jour plus pesante sur l’intérieur libanais, doublée des pressions arabes grandissantes pour pousser le gouvernement libanais à sortir de sa neutralité affichée. Les sources diplomatiques ne manquent pas non plus de relever la position très ferme du Hezbollah et d’Amal refusant de se laisser entraîner dans tout conflit ou dans tout affrontement sur le terrain, y compris avec des parties sunnites, en dépit de la tension actuelle et des polémiques verbales.

De fait, même l’enlèvement en Syrie des pèlerins libanais qui rentraient d’Iran a été traité avec sang-froid, alors qu’il est intervenu au moment où la crise battait son plein au Akkar et à Tarik Jdidé. Les commandements chiites s’étant empressés d’appeler la base au calme, tout en donnant des instructions claires à leurs partisans de ne pas répondre à la moindre provocation à n’importe quel prix. C’est dire qu’en dépit des craintes actuelles et de la succession d’incidents sécuritaires et autres, le scénario de la discorde et du chaos interne se heurte à une véritable résistance de la part d’un Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les armes de Tarik Jdidé (Beyrouth) encore et toujours…

Posted by jeunempl sur mai 24, 2012

Fusillade à Beyrouth : l’assaillant est un Jordanien d’el-Qaëda, rapporte al-Manar 

(L’Orient le Jour)

La personne arrêtée dans le cadre de la fusillade qui a eu lieu dans la nuit de mercredi à jeudi dans le quartier Caracas à Ras-Beyrouth a été identifiée comme Hani al-Shanti, un citoyen jordanien faisant partie du « groupe des 13 », lié au réseau el-Qaëda, rapporte aujourd’hui la chaîne télévisée al-Manar.

L’un des membres du « groupe des 13 » était Abou Adas qui avait revendiqué, dans une vidéo, l’attentat contre l’ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri, en 2005, avant de disparaître.

Selon la chaîne télévisée al-Jadeed, Hani al-Shanti aurait loué plusieurs appartements dans les quartiers de Tarik el-Jdideh et de Basta, à Beyrouth. La chaîne précise que les forces de sécurité intérieure ont saisi des armes dans chacun des appartements.

Dans un communiqué, l’armée libanaise se contente de souligner que Hani al-Shanti « avait été détenu par le passé au Liban pour des raisons de sécurité ». Selon la LBC, il avait été libéré en février dernier.

Deux personnes ont été tuées, dont un Syrien, dans cette fusillade dont les motivations sont floues.

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

A quoi servent les armes du Courant du Futur ?

Posted by jeunempl sur mai 23, 2012

Tarek Tarchichi – Al Joumhouria

Un homme politique libanais chevronné qui a vécu la guerre civile depuis ses débuts affirme que les incidents de Tarik Jédidé, qui ont visé la permanence du Courant arabe de Chaker Berjaoui, seront une source d’embarras pour le Courant du futur et pour le 14-Mars en général.

Le Courant du futur et ses alliés à Beyrouth se sont trompés dans le timing et dans le lieu. Sur le plan du timing, les événements de Tarik Jédidé vont dévier l’attention de l’incident de Kweikhat, dans le Akkar, où le cheikh Ahmed Abdel Wahed a été tué avec son compagnon. Cette affaire aurait pu se transformer en boule de neige si le feu n’avait pas consumé des appartements et des voitures autour de la permanence de Berjaoui.

Concernant le lieu choisi par le Courant du futur et ses alliés, il s’agit de l’un de leurs bastions politiques et électoraux. Ce même homme politique ajoute que le Courant du futur a bâti son discours politique autour de deux thèmes. D’abord, le refus des armes, voire le refus des élections sous la menace des armes. Et voilà que ceux qui brandissent ce slogan utilisent une grande quantité d’armes dans une zone Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Décès tragique d’un cheikh au Akkar : contexte d’un drame (in)évitable

Posted by jeunempl sur mai 20, 2012

MPLBelgique.org

Ce dimanche 20 mai, le cheikh Ahmed Abdel Wahed est mort après avoir forcé un barrage de l’armée libanaise en direction de Halba au Akkar. Un de ses gardes du corps a également été tué lors de l’échange de tirs.

S’en sont suivies des accusations politiques à l’égard de l’armée libanaise et des manifestations à caractère communautaire à plusieurs endroits du pays, dont la banlieue sunnite de la capitale, le quartier de Tarik Jdidé à Beyrouth. La route y a été coupée par des partisans de Hariri. Ils ont ainsi mis le feu à des poubelles et des pneus afin d’empêcher les citoyens d’emprunter plusieurs artères de la capitale ainsi que bloquer l’accès au Sud du pays.

Le cheikh, proche du courant du Futur, devait participer à un rassemblement organisé par les partisans de Hariri à Halba pour y commémorer les évènements du 7 mai 2008 à Beyrouth. Ce rassemblement a été annulé à la suite de cet incident.
A noter qu’un autre rassemblement devait avoir lieu sur la place de Halba… celui de la commémoration du massacre de Halba où des partisans du PSNS avaient été sauvagement assassinés par les partisans de Hariri en mai 2008.

Plusieurs versions derrière l’incident du cheikh abattu

D’après MTV, une chaîne financée par des proches du clan Hariri, le cheikh aurait été abattu de sang froid par l’armée libanaise alors que son véhicule se serait arrêté au check-point de l’armée. Le cheikh serait un opposant à Assad, d’où un lien à faire avec l’incident…

D’après l’OTV, chaîne de télévision proche du Courant Patriotique Libre, deux véhicules transportant 8 personnes dont le cheikh en question étaient remplis d’armes. Suite au refus d’obtempérer à un contrôle militaire au niveau d’un barrage de l’armée libanaise, et blessant par la même occasion 1 ou 2 soldats, l’armée aurait riposté en tirant sur le véhicule du cheikh en fuite. Touché par une balle, Abdel Wahed en est mort plusieurs heures plus tard.

D’après un premier rapport de l’armée libanaise (publié par New TV-Al Jadeed), celui-ci confirme bien la présence de 2 véhicules escortant cheikh Abdel Wahed, mais un seul aurait refusé et agi violemment à la demande de fouille de l’armée. C’est à ce moment qu’un soldat a été touché au visage par un tir provenant du véhicule en question… d’où la réplique d’un autre soldat. La fouille a par après confirmé la présence de 3 AKs et 1 M16 dans le véhicule.

Quoiqu’il en soit, le véhicule du cheikh Ahmad Abdel Wahed était teinté, les vitres noires et opaques. Lorsqu’un check-point de l’armée est sur le point d’être franchi, il est de coutume d’ouvrir ses fenêtres et d’obtempérer à toute exigence de l’armée libanaise. Ici en l’occurrence, il s’est avéré que Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Nos articles | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Liban : arrestation de soldats qui volaient et vendaient des armes à l’opposition syrienne (al-Akhbar)

Posted by dodzi sur avril 10, 2012

L’Orient le Jour

L’armée libanaise a arrêté des soldats qui ont volé des armes dans les dépôts de l’institution militaire pour les vendre aux trafiquants d’armes qui, à leur tour, les ont revendues à l’Armée syrienne libre (ASL, regroupant les militaires syriens dissidents), a rapporté lundi al-Akhbar.

Selon ce quotidien libanais proche du Hezbollah, les services de renseignement de l’armée libanaise ont arrêté l’officier Kh. H., originaire du village frontalier de Ersal dans la Békaa. Ce militaire travaillait comme gardien d’un entrepôt du 8ème bataillon.

Un autre officier du même bataillon a également été interpelé pour avoir couvert les violations de son camarade, toujours selon al-Akhbar qui précise que l’enquête ouverte par l’armée à ce sujet a mené à l’arrestation d’un troisième soldat appartenant à la brigade logistique et qui aurait volé des armes et des munitions confisquées par l’institution militaire.

Selon le quotidien, plus de 90 mitrailleuses et une grande quantité de munitions ont disparu de l’entrepôt de ce bataillon.

Les services de renseignement de l’armée ont ensuite arrêté plus de 10 personnes, « la plupart originaires de la Békaa et de Tarik el-Jdideh (quartier sunnite de Beyrouth) » et soupçonnées d’avoir acheté ses armes pour les transférer à l’opposition syrienne, affirme al-Akhbar. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Rétrospective: Les milices armées de Hariri et Joumblat sèment la terreur

Posted by jeunempl sur février 16, 2009

MPLBelgique.org

PSP - Walid Joumblatt

Au-delà de leur costume-cravate, les hommes politiques de la coalition au pouvoir ces 4 dernières années au Liban dirigent chacun une milice, chargée de semer la terreur dans les régions qu’ils contrôlent. Il paraît évident que ce détail échappe aux autorités européennes qui fournissent un soutien aveugle à ces hommes en apparence « occidentalisés ». Ces gens se posent en victime alors que sur le terrain, la situation n’est pas aussi simple et l’habit ne fait vraiment pas le moine. Ce reportage est destiné à briser un tabou, celui de l’intolérante coalition au pouvoir, présentée en Europe comme le symbole de la paix alors que la réalité en est toute autre.

A Tarik Jdidé (Banlieue de Beyrouth)

En décembre 2006, l’opposition manifeste pacifiquement. Des pics allant de 500 000 à 1 000 000 de manifestants marqueront l’histoire à jamais puisque selon l’armée libanaise, il s’agissait des plus grands rassemblements du pays…
Sur le chemin du retour, les populations venues du Sud doivent passer par Tarik Jdidé (sud de Beyrouth). Il s’agit d’un quartier dense, miné par la milice de Hariri. Cette dernière n’a pas hésité à tuer un manifestant et à en menacer d’autres afin de les empêcher de passer par « leur territoire ». Le reportage video montre une foule remplie de haine, entrain de Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Nos articles | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :