Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘Turquie’

Turquie : De zéro problème à zéro ami

Posted by jeunempl sur décembre 12, 2015

Jenny Saleh – L’Hebdo Magazine

Turquie-guerriereD’amie avec tout le monde ou presque, la Turquie de Recep Tayyip Erdogan a réussi le tour de force de se mettre la plupart des acteurs régionaux à dos. Russie, Syrie, Irak, Iran, tour d’horizon des pays qui sont, désormais, hostiles à la politique d’Ankara.

La doctrine officielle de la Turquie de Recep Tayyip Erdogan, et de son parti, l’AKP, en matière de politique étrangère, semble avoir du plomb dans l’aile. De zéro problème avec ses voisins, la Turquie accumule aujourd’hui les points de tension avec ses partenaires d’hier. Guerre ouverte avec le régime syrien de Bachar el-Assad qu’Ankara désespère de voir tomber, frictions avec l’Irak ces derniers jours, ainsi qu’avec l’Iran, et crise diplomatique grave avec la Russie, les désaccords se multiplient avec les pays voisins. Aujourd’hui, les politiques décidées à Ankara par le sultan Erdogan n’ont plus le vent en poupe, c’est le moins que l’on puisse dire. Et les critiques fusent.

La Russie de Vladimir Poutine s’affiche au premier rang des détracteurs de la Turquie. Depuis que l’armée turque a abattu, en plein vol, un Sukhoï-24 au motif d’une brève incursion dans son espace aérien, le chef du Kremlin ne cesse de promettre à Ankara de lui faire «regretter» la destruction de son jet, alignant ripostes économiques et désaveux diplomatiques. «Ce n’est pas la dernière fois que Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Le patriarche des syriaques orthodoxes inaugure une stèle pour commémorer le centenaire du génocide syriaque (SEYFO) à Etterbeek, Bruxelles

Posted by jeunempl sur mai 23, 2015

(Hampig Raphael Kourié – MPL Belgique)

Génocide syriaque - hommageDepuis le début de l’année, plusieurs villes européennes commémorent par des événements politiques, culturels et religieux, le centenaire des génocides arménien et syriaque qui ont coûté la vie à plus d’un million et demi de martyrs arméniens et 500 000 syriaques. Le 24 avril dernier, l’église arménienne a canonisé les martyrs du génocide dans une cérémonie religieuse à Yerevan, la capitale arménienne. En parallèle, des millions d’arméniens et de syriaques ont manifesté dans différentes capitales européennes et américaines pour demander à la communauté internationale de reconnaître ce génocide.

Après une visite apostolique du patriarche syriaque orthodoxe aux Etats-Unis et en Allemagne, sa béatitude Mor Ignace Aphrem II Kerim a visité le vendredi 22 mai la commune d’ Etterbeek à Bruxelles pour inaugurer une stèle en souvenir des martyrs du premier génocide du siècle commis par les ottomans en Anatolie orientale. Cette visite a été accompagnée par une couverture médiatique et une participation officielle belge de haut niveau. Le bourgmestre de la commune d’Etterbeek, M. Vincent de Wolf, des représentants des communautés syriaques, araméennes, chaldéennes, arméniennes et kurdes ainsi que centaines de belges d’origine syriaque et arménienne étaient présents.

Il s’agit du deuxième édifice inauguré dans la capitale européenne en 2015 après celui de la ville de Jette instauré pour la commémoration du génocide arménien.

Plus de 30000 arméniens et 15000 syriaques résident en Belgique. La diaspora arménienne en Europe se concentre surtout en France (Paris, Lyon, Marseille) avec plus de 600000 français d’origine arménienne, tandis que les syriaques dépassent les 200000 en Suède et les 100000 en Allemagne.

Posted in Belgique, Géneral, Liban dans l'Histoire, Nos articles, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Liban: L’exemple à suivre de la commémoration du génocide arménien

Posted by jeunempl sur avril 24, 2015

Libnanews – François el Bacha

Génocide arménien - 1915Parmi l’un des premiers pays à avoir reconnu dès 1997, le génocide arménien, le Liban se devait, par solidarité envers l’une de ses communautés, de commémorer le 24 avril 2015, le 100ème triste anniversaire du début des massacres que l’Empire Ottoman a commis.

Il y a en effet, une centaine d’années que l’Horreur a débuté en Europe, un massacre institutionnel qui préfigure ceux qui ensuite suivront, Holdomor en Ukraine des années 20, Holocauste en Allemagne du Reich, etc…C’est dans la capitale même d’un Empire moribond, Constantinople, qu’il s’agissait d’abord de réduire à néant l’élite culturelle, politique, sociale et économique d’un peuple fier de ses racines, avec l’arrestation puis la déportation et le massacre. Suivront les mêmes actes dans les autres provinces jusqu’à la presque extermination de la population arménienne au sein de l’Empire Ottoman. Il s’agira aussi des mêmes procédés qui viseront les populations pontiques, assyriennes et des autres minorités présentes dans ces mêmes territoires.
Le signe de la solidarité nait avant tout par la souffrance et la convergence historique entre Arméniens et Libanais d’alors. Cette notion est d’autant plus affirmée par les déclarations mêmes des responsables ottomans d’alors, avec le ministre turc de la guerre Enver Pacha qui expliquait en 1916 : « Le gouvernement ne pourra regagner sa liberté et son honneur que lorsque l’Empire turc aura été nettoyé des Arméniens et des Libanais. Nous avons détruit les premiers par le glaive, nous détruirons les seconds par la faim ». Ces paroles se confirmeront par l’Histoire commune, et le destin commun auquel nos anciens ont du faire face.

Au Liban, où l’on accueillera aussi les survivants de ses massacres, le peuple a souffert: 200 000 victimes pour une population totale de 600 000 personnes durant la première guerre mondiale, mortes de maladies ou de faim en raison du blocus imposé à la montagne libanaise par le gouverneur ottoman Jamal Pacha avec la collaboration de certains habitants du Liban. On préfèrera à ces 200 000 morts essentiellement Chrétiens, quelques pendus de la place des canons parce qu’appartenant à toutes les communautés, et cela au nom de la création d’une nation. A ce concept de nation, il est nécessaire de remarquer que 100 ans après, aussi dans le cas libanais, on en est loin, nous ne sommes pas un peuple mais toujours 18 nations présentes sur un territoire qui ne partagent que quelques fois, seulement même, une langue.

Alors que les Arméniens commémorent le 100ème anniversaire du génocide des leurs, le Liban peine à se souvenir des morts et des massacres tant de son histoire ancienne ou même de son histoire contemporaine et des 170 000 morts de la guerre civile de 1975. Le Liban est la terre d’accueil des minorités persécutées du Moyen Orient, et cela est d’autant plus criant aujourd’hui que se préparent en Orient, de nouveaux massacres avec Daech à nos portes. Un manquement à ce devoir est une Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Dossiers, Géneral, Liban dans l'Histoire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

« Daech, un formidable épouvantail qui permet toutes les manipulations »

Posted by jeunempl sur mars 8, 2015

La Libre

Rudolf El Kareh - politologue franco-libanaisLa région est en proie à des conflits plus politiques que confessionnels. Explications et perspectives avec le politologue Rudolf el Kareh. Entretien.

Où va le Moyen-Orient ? Dans quelles dynamiques régionales sont intervenues les forces destructrices qui ont succédé aux « printemps arabes »? Remise en perspective historique avec le sociologue et politologue Rudolf el Kareh, professeur des universités, spécialiste du Moyen-Orient et conseiller auprès des institutions européennes.

Daech a pris son véritable essor après le départ des Américains d’Irak…

Comme par hasard. Je ne crois pas au hasard. Ce « machin » -car il n’est ni un Etat ni islamique- n’a rien à voir avec l’islam. Ses idéologues de bric et de broc en sont à vouloir réécrire le Coran, inspirés par certains prédicateurs wahhabites. Le wahhabisme, là est la matrice idéologique. Daech est apparu au moment où il y a eu une convergence d’intérêts américains (notamment au sein du Parti républicain, autour de John McCain), irakiens (du moins de certaines forces politiques liées à Ankara et à certains clans à Ryad), saoudiens et turcs. Sur sa gestation organisationnelle et idéologique, la presse anglo-saxonne a publié des enquêtes minutieuses, notamment sur la prison américaine de Baqa du temps de l’occupation directe de l’Irak. Le général Wesley Clark, l’ancien commandant en chef de l’Otan pour l’Europe de l’Ouest a dénoncé publiquement, en direct sur CNN, les collusions fondatrices, il y a trois semaines.

Quelle est la fonction de Daech dans cette dynamique de fragmentation du Moyen-Orient ?

C’est un formidable épouvantail qui permet toutes les manipulations. Ce genre d’organisation a sa logique interne mais on ne peut les comprendre sans analyser les liens qui les rattachent à des commanditaires privés ou étatiques régionaux ou internationaux. Ce sont des organisations trans-frontières, trans-institutions, transgressant tout, y compris les interdits et les tabous, mais qui agissent dans un espace déterminé à la manière – sans analogie simpliste – des sinistres « Grandes compagnies » du Moyen-Age en Europe. Si vous observez l’idéologie de ces mouvements, tout ce qui est illicite sur le plan des relations humaines devient licite dans le cadre de leurs pratiques. Il est interdit de tuer, de violer, de brûler, de démembrer, eux le font et avec plaisir. Ce qui peut fasciner, soi dit en passant, mais ce n’est pas la seule explication, des jeunes gens sans repères, ayant une vision déformée du texte religieux relayé par des prédicateurs eux-mêmes manipulés. Tout devient acceptable et licite du jour au lendemain. Ils avaient tout, des femmes, de l’argent, ils pouvaient tuer, assassiner. La manipulation est là. Derrière ce type de manipulations, il y a des politiques et il y a des commanditaires. Or le plus souvent, les grands médias focalisent sur les effets du phénomène, ce qui permet d’occulter ce qui se passe en amont, c’est-à-dire la Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Moyen-Orient: « Ce chaos généralisé arrange l’Etat d’Israël »

Posted by jeunempl sur mars 7, 2015

La Libre

Rudolf El Kareh - PolitologueOù va le Moyen-Orient ? Dans quelles dynamiques régionales sont intervenues les forces destructrices qui ont succédé aux « printemps arabes »? Remise en perspective historique avec le sociologue et politologue Rudolf el Kareh, professeur des universités, spécialiste du Moyen-Orient et conseiller auprès des institutions européennes.

Vous remettez en cause la vision confessionnelle des événements au Proche-Orient. La lutte entre les sunnites et les chiites, c’est une construction qui arrange l’Occident ?

C’est une évidence. C’est un postulat et il est démontrable. Le point de départ est la lecture orientaliste coloniale de la région depuis la Question d’Orient, au XIXe siècle. Celle-ci désigne une stratégie élaborée par les puissances européennes pour saper l’Empire ottoman. Mais ce n’était pas une guerre religieuse. Il s’agissait de stratégies politiques. Et tout ce que nous voyons aujourd’hui dans cette région, ce sont des conflits d’ordre politique. Or on occulte le politique. C’est très facile de dire que le conflit oppose le sunnisme et le chiisme, comme s’il s’agissait d’entités culturelles immuables et homogènes. Cette approche globale qui consiste à lire la région sous l’angle communautaire, confessionnel ou religieux aboutit systématiquement à des échecs, qui coûtent humainement très cher. Non, tout ceci relève de stratégies de fragmentation régionale, même si la manipulation des peurs, des sentiments identitaires, des solidarités tribales, claniques ou confessionnelles est largement exploitée par le biais de barbaries quotidiennes.

Cette fragmentation est très peu mise en exergue…

La destruction des États nationaux est un objectif occulte, masqué. Sous le couvert de répandre la démocratie et les droits de l’homme, on a cherché des objectifs géopolitiques. Et la pire chose qui puisse arriver aux droits de l’homme est qu’ils soient instrumentalisés à des fins géopolitiques ou politiciennes. Lorsque l’on se met à parler uniquement de sunnites, de chiites, d’alaouites, de maronites, de syriaques, de grecs orthodoxes, on est dans la contradiction la plus totale. Quand on parle de démocratie, on parle de citoyenneté et lorsqu’on parle de citoyenneté, on parle d’un espace public dans lequel les appartenances et identités particulières se Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Syrie : le village arménien de Kassab, victime « d’une épuration ethnique »

Posted by jeunempl sur mars 27, 2014

France24

Kassab - Syrie : village arménien près de la frontière turqueLe village de Kassab en Syrie, situé dans un fief du régime de Bachar al-Assad et adossé à la frontière turque, est tombé aux mains des rebelles islamistes syriens. Un évènement qui a provoqué la fuite de ses habitants majoritairement arméniens.

La prise de Kassab, une localité adossée à la frontière turco-syrienne dans la province de Lattaquié, fief du régime du président Bachar al-Assad, par les rebelles, entre samedi et dimanche, constitue un important revers pour les forces loyalistes. Ce point de passage était, en effet, l’un des deux derniers postes frontières officiels avec la Turquie encore aux mains de Damas.

Mais Kassab n’est pas seulement un village frontalier très prisé pour le charme qu’offre son climat et sa proximité avec la mer. Il s’agit surtout du seul village arménien de l’ancien Empire ottoman situé hors des frontières de la Turquie actuelle.

Selon Fabrice Balanche, spécialiste de la Syrie et directeur du Groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (GREMMO), l’enjeu dissimulé derrière cette bataille « officiellement » menée pour s’emparer d’un poste frontière, est tout autre.

« Les rebelles n’ont pas besoin de passer par ce poste frontière pour faire venir des armes et des munitions, ils traversent facilement par les collines boisées du Djebel turkmène plus au sud, explique-t-il. La prise du poste frontière n’est qu’un prétexte, nous sommes face à une stratégie d’épuration ethnique à l’égard de la population arménienne de Kassab ».

Un village vidé de ses habitants

Kassab est en effet peuplé très majoritairement de rescapés du génocide des Arméniens de Turquie, en 1915. Sur les 5 000 habitants des cinq villages du canton, les deux-tiers sont Arméniens et le dernier tiers est alaouite, la communauté du président syrien.

En août 2012, le village, protégé par des combattants locaux, accusés d’être à la solde du régime, et les forces gouvernementales, avait déjà repoussé une attaque de la rébellion. À l’époque, dans un article du « Monde » daté du 24 octobre 2012, un rebelle turkmène (syrien d’origine turque) avait lancé un avertissement très clair à la population arménienne de la bourgade. « Je préviens nos frères arméniens à Kassab : qu’ils partent avant l’offensive de l’Armée syrienne libre, sinon ils vont avoir des pertes civiles et encore se plaindre d’un génocide perpétré par des Turcs ».

Un message qui semble avoir été entendu puisque le village s’est vidé de ses habitants. « La population arménienne a été obligée de fuir à Lattaquié devant l’arrivée, via la Turquie, des centaines de combattants islamistes, dirigés par le Front Al-Nosra [la branche d’Al-Qaïda en Syrie, NDLR] tandis que le gros des troupes est composé de Turkmènes de la région », explique Fabrice Balanche.

Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sérieuse percée dans le dossier des otages libanais en Syrie

Posted by jeunempl sur octobre 19, 2013

Mediarama

otages - pèlerins libanais en SyrieLa libération des neuf otages libanais encore détenus en Syrie n’a jamais été aussi proche, à en croire des sources libanaises qui suivent de près ce dossier. Des développements encourageants se sont produits ces dernières heures, poussant le directeur de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim, à interrompre une visite officielle en Belgique pour se rendre en Turquie avant de prendre le chemin de Damas, ce vendredi. Le général Ibrahim a reçu des ravisseurs des otages une nouvelle liste d’environ 200 noms de détenues dans les prisons syriennes dont ils exigent la libération en échange des neuf Libanais. M. Ibrahim devrait rencontrer à Damas le chef de la Sécurité nationale, le général Ali Mamlouk. Lors d’une conférence téléphonique Pendant les négociations en Turquie, M. Mamlouk avait déclaré à M. Ibrahim que la Syrie est prête à faire « tout le nécessaire » pour obtenir la libération des otages libanais.

Dans ce contexte, le ministre libanais de l’Intérieur Marwan Charbel a déclaré que les autorités syriennes « coopèrent très bien » sur ce dossier, ajoutant que Damas avait donné son accord sur une précédente liste de prisonniers réclamés par les ravisseurs, qui comportait moins de noms.

Hayat Awali, porte-parole des familles des otages et épouse de l’un d’eux, a déclaré que le général Ibrahim semblait, cette fois-ci, plus optimiste que d’habitude à son retour de Turquie. Il a évoqué un « climat positif » et une libération qui pourrait être « une question de jours ».

Par ailleurs, les ravisseurs des otages libanais n’ont pas répondu favorablement à la demande de leurs familles de diffuser une vidéo prouvant qu’ils étaient vivants et en bonne santé. Pourtant, la chaîne de télévision LBCI avait diffusé des images des deux Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pour Bachar, à Bruxelles, devant l’ambassade israélienne

Posted by jeunempl sur juin 9, 2013

Eline Briant – Al Manar

Interview de Laurent Louis - député fédéral belgeDimanche 2 Juin, les militants français et belges pour le rassemblement de la Syrie autour de son président Bachar El Assad se sont réunis devant l’ambassade de l’entité sioniste à Bruxelles.

Drapeaux, effigies de Bachar et de Sayed Hassan Nasrallah, le secrétaire général de la résistance libanaise, quelques 200 personnes de Belgique et de France se sont donné rendez-vous pour manifester leur colère après les attaques répétées d’ « Israël » contre les infrastructures syriennes.

Cette journée haute en couleurs était revêtue d’un caractère spécial. C’est en effet la première fois qu’une manifestation de ce genre est autorisée, mais c’est aussi et surtout la présence de Laurent Louis, le très censuré député belge qui marqua le rassemblement.

On s’en souvient, en 2012, M. Louis avait défrayé la chronique en faisant éclater des scandales pédophiles qui touchaient son pays depuis de nombreuses années. Lors de l’intervention française au Mali, il était le seul député belge à s’y opposer. Mais aujourd’hui, c’est aussi un fervent opposant à l’entité sioniste et à la participation non officielle de son pays à la crise syrienne.

Je suis donc allée à sa rencontre pour en savoir plus quand à sa position sur la question :

-Que pensez-vous de ce qui se passe aujourd’hui en Syrie ?

Ce qui se passe là-bas est une sorte de manipulation, on a créé de toutes pièces un conflit en important des gens de l’étranger, pour faire croire à une guerre civile et à une volonté du peuple syrien de renverser le régime en place. Les soi-disant rebelles que j’appelle des terroristes viennent pour la plupart de l’étranger.

D’ailleurs, il y en a qui viennent de Belgique et rien n’est fait dans notre pays pour empêcher cet exode de terroristes vers la Syrie. De plus, le rôle de la Turquie est scandaleux dans ce conflit syrien. La Turquie a laissé ses portes ouvertes et ne demande que la désintégration de son voisin syrien. Pourquoi ? Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Géneral, Régional, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La centrale flottante Fatmagül Sultan reprend sa production électrique

Posted by jeunempl sur mai 14, 2013

Le Commerce du Levant

Fatmagul Sultan - Zouk (électricité)La centrale électrique flottante Fatmagül Sultan appartenant au groupe turc Karadeniz Holding a repris sa production. Ce navire qui devait alimenter le réseau électrique libanais avec 188MW était à l’arrêt depuis fin avril en raison, selon l’entreprise turque, d’un défaut de carburant.

Fatmagül Sultan, Electricité du Liban (EDL) et le ministère de l’Energie et de l’Eau ont réussi à trouver une solution pour restaurer la production. EDL s’apprête à fournir un nouvel apport en fuel conforme à la demande de Fatmagül Sultan et cela sans coût supplémentaire pour le gouvernement selon les termes du contrat.

Posted in Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

La Turquie veut-elle torpiller la conférence sur la Syrie?

Posted by jeunempl sur mai 13, 2013

Mediarama

Turquie - drapeauSyrie - drapeauLa Turquie a été rattrapée par le conflit syrien après le double attentat qui a fait, samedi, 46 morts et des dizaines de blessés dans la ville de Reyhanli, non loin de la frontière syrienne. Immédiatement accusée d’être responsable de ces explosions, la Syrie a fermement démenti. Selon le ministre syrien de l’Information, le gouvernement turc a transformé les régions frontalières en sanctuaire pour le terrorisme international. Selon Omrane al-Zohbi, Ankara facilite le trafic d’armes, d’explosifs, de voitures piégées, d’argent et de criminels à destination de la Syrie. Aussi, le gouvernement turc et son chef assument-ils, selon lui, une responsabilité directe, politique et morale, vis-à-vis des peuples turc et syrien. M. Zohbi a appelé au départ du Premier ministre turc Recep Tayyeb Erdogan, responsable, selon lui, des malheurs qui frappent la Syrie.

Pour sa part, M. Erdogan a affirmé dimanche que le régime syrien tentait d’entraîner la Turquie dans un « scénario catastrophe ». De son côté, son ministre des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, a reproché à la communauté internationale son « silence ». « La Turquie est en droit de prendre toutes les mesures qu’elle veut, et continuera à le faire », a assuré M. Davutoglu, invitant la communauté internationale à « dire stop » et à « adopter une position claire contre les provocations du régime de Damas qui alimentent le feu ». Il a appelé à « une initiative diplomatique urgente pour trouver une solution à la crise syrienne ».

La Russie, par la bouche du chef de la commission des AE à la Douma, a affirmé que les accusations portées contre Damas « visent à faire échouer la conférence internationale sur la Syrie » convenue entre MM. John Kerry et Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :