Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘cheikh’

De Saïda à Tripoli, la discorde sectaire pointe son nez

Posted by jeunempl sur mars 4, 2013

Mediarama

Saad Hariri - LibanAl Assir, l'extrémiste salafiste qui cherche à semer la discordeLes tentatives effrénées d’entrainer le Liban dans la discorde sectaire se poursuivent et se déplacent d’une ville à l’autre. Face à ce danger extrême, l’Etat réagit avec mollesse et hésitation, optant pour une stratégie visant à contenir le phénomène plutôt qu’à essayer de l’étouffer dans l’œuf.

A Saïda, l’Armée libanaise, qui a quadrillé la ville, est parvenue à contenir le mouvement subversif du cheikh intégriste Ahmad Al-Assir. Déployée en force, elle a empêché les partisans du dignitaire religieux de se diriger vers des appartements habités depuis 25 ans par des familles chiites, dont certaines sont proches du Hezbollah. Mais Ahmad al-Assir poursuit ses tentatives et veut organiser des sit-in d’une manière quotidienne. Il a réussi, dimanche, à passer au travers des filets de l’armée pour manifester brièvement sur la place de l’Etoile dans la troisième ville du Liban. Il a tenu un discours virulent contre le Hezbollah et l’Iran, avant de se replier vers sa mosquée à Abra, à l’Est de la ville.

Mais Saïda a tenu à donner d’elle-même une autre image, celle de la ville de la convivialité, de la modération et de l’ouverture qu’elle a toujours été. La commémoration du 38ème anniversaire de la mort du leader populaire Maarouf Saad s’est transformée en réunion nationale transcommunautaire dimanche. Des milliers de personnes ont répondu à l’appel de Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Posted in Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les islamistes du Fatah el Islam continuent d’imposer leur loi dans la prison de Roumieh et manifestent leur soutien au front Al-Nosra…

Posted by jeunempl sur février 27, 2013

Al Joumhouria – Merline Wehbé (Traduit par Mediarama)

Marwan Charbel - ministre de l'Intérieur (gouvernement Mikati II)Les détenus de Fatah al-Islam ont retiré les habits de leur organisation d’origine et ont revêtu la abaya du Front al-Nosra, transformant le bloc B de la prison de Roumié en centre de commandement dirigé par un comité secret de cinq cheikhs qui ne quittent jamais leurs cellules. Ils émettent des fatwas, donnent des ordres à des groupes combattants au Liban-Nord, au Liban-Sud et dans la Békaa. Les investigations ont montré que leur objectif est de fonder un émirat islamique allant de Lattaquié, en Syrie, à Saïda, au Liban.

Les plans des détenus ont été divulgués après que des éléments de l’Armée syrienne libre (ASL) aient été incarcérés dans le bloc B, partant du principe qu’ils devraient être en bonne harmonie puisqu’ils sont tous hostiles au régime syrien.

Mais il y a un mois et demi, les divergences politiques et idéologiques entre les deux groupes ont surgi et se sont transformées en confrontation après que l’ASL eut réalisé qu’al-Nosra ne combat pas le régime Assad parce qu’il est oppressif mais dans l’objectif de créer un émirat islamique.

L’enquête a permis de découvrir que plusieurs groupes de détenus sont en contact permanent dans les prisons de Roumié, de Kobbé, à Tripoli, et de Zahlé. Ces groupes, qui coordonnent leur action, sont dirigés par Abou Salim Taha, qui a recruté les Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Elections à Dar el Fatwa : Le mufti Kabbani défie al-Moustaqbal

Posted by jeunempl sur décembre 12, 2012

L’Hebdo Magazine – Arlette Kassas

Mufti Sheikh Mohammed Rashid KabbaniLe mufti de la République, cheikh Mohammad Rachid Kabbani, a appelé aux élections des membres du Conseil chérié islamique à la fin de ce mois. Ces élections sont remises depuis avril dernier, à la demande du Premier ministre Najib Mikati qui avait voulu éviter des dissensions inter-sunnites.

Le mufti Mohammad Rachid Kabbani a surpris par la convocation des élections au Conseil chérié ceux qui demandaient un nouvel ajournement de ce scrutin car il n’y avait pas encore d’accord entre les principaux concernés. Les différends qui opposent le Courant du futur au mufti ne sont plus un secret, mais le mandat du Conseil s’achève à la fin de cette année et, pour le dignitaire religieux, les élections ne peuvent plus être reportées.

En avril dernier, le mufti Kabbani avait appelé à ces élections, mais en réponse à la suggestion du Premier ministre Najib Mikati, il fut décidé de les organiser deux mois plus tard et de procéder à la formation d’un comité légal pour réviser les amendements à apporter au décret législatif N°18 portant sur l’organisation des institutions chargées des affaires religieuses des musulmans. Ce comité a été formé de huit membres dont des anciens ministres. Le mufti avait alors nommé la moitié des membres, et l’ancien Premier ministre Fouad Siniora l’autre moitié.

Mais le comité n’était pas parvenu à une entente sur les amendements que le mufti n’avait pas agréés. Il avait jugé qu’ils visaient à réduire les compétences du mufti et son pouvoir sur les institutions, surtout celles concernant les wakfs dans les régions.
Le mufti, en fonction de ses compétences, a appelé à des élections du Conseil à la date Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Saïda après Tripoli : Un pas de plus vers la fitna

Posted by jeunempl sur novembre 18, 2012

L’Hebdo Magazine – Jenny Saleh

Les accrochages à Saïda entre les partisans d’Ahmad el-Assir et ceux du Hezbollah ont fait craindre le pire, dimanche 11 novembre. La perspective d’une fracture supplémentaire entre sunnites et chiites inquiète, malgré l’appel unanime de la classe politique au calme.

Les pluies torrentielles, tombées dimanche sur le Liban, n’auront pas freiné les ardeurs de certains à sortir les fusils. Cette fois, le théâtre des affrontements n’est pas au Nord, à Tripoli, mais au Sud, à Saïda. A l’origine, une sombre histoire d’affiches. Dès vendredi, dans son prêche intitulé Notre paix et leur agression, le cheikh salafiste Ahmad el-Assir, connu pour ses positions clairement anti-Hezbollah, lance un ultimatum aux sympathisants du mouvement chiite dans la ville. Il leur demande d’ôter toutes les affiches à la gloire du parti, disséminées dans Saïda à l’occasion de la Journée des martyrs et de la commémoration de Achoura. Assir et ses partisans souhaitent également que soit déplacé le char israélien exposé sur l’un des ronds-points de Saïda, depuis la guerre de 2006. De leur côté, les autorités, inquiètes, tentent d’apaiser la situation.

Si certains posters sont effectivement enlevés sur les artères principales de la ville, ce n’est pas suffisant au goût de l’imam de la mosquée Bilal Ben Rabah. L’ultimatum de 48 heures arrivant à terme, dimanche, sans être exécuté totalement, les supporters du cheikh salafiste se rassemblent à la mosquée à l’appel de leur leader. Entre-temps, un autre événement intervient. Il concerne le fils d’Ahmad el-Assir, Omar. Celui-ci est interpelé par les FSI, au volant d’une voiture aux vitres fumées. Les officiers l’arrêtent, car le jeune homme, âgé de 15 ans, n’est pas en mesure de présenter de permis de conduire ni l’autorisation du ministère de l’Intérieur de rouler dans un véhicule aux vitres teintées. Cette interpellation n’est visiblement pas du goût d’Assir qui, quelques minutes plus tard, arrive sur les lieux avec quatre véhicules, pour demander qu’il soit libéré. Manu militari, Assir et ses partisans menacent les FSI qui obtempèrent et libèrent Omar.

La preuve par la vidéo

Le cheikh et sa bande, appuyés par d’autres jeunes sympathisants qui les ont rejoints, prennent la direction d’al-Taamir, un quartier pauvre, ouvertement pro-Hezbollah, à proximité du camp palestinien de Aïn el-Heloué. Un portrait de sayyed Nasrallah est déchiré, les premiers coups de feu retentissent. Un jeune Egyptien de 14 ans qui se trouvait au mauvais endroit, Ali Charbini, tombe le premier sous les balles. La fusillade se poursuit, provoquant d’abord la panique parmi les résidants d’al-Taamir, avant d’entraîner des ripostes. L’un des représentants locaux du Hezbollah, le cheikh Zeid Daher tente de calmer la situation, sans succès. Il se prend deux balles, à l’estomac et Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Affaire des cheikhs : La population libanaise manifeste son soutien à l’armée libanaise

Posted by jeunempl sur juillet 17, 2012

MPLBelgique.org

En réaction à l’arrestation arbitraire de 3 officiers de l’armée libanaise, la population a manifesté son soutien à l’institution militaire face à cette décision manifestement politique. A Beyrouth, à Sarba-Jounieh, à Batroun, Rmeich, Jal el-Dib, Nahr el-Mot, Jdeidé ainsi que plusieurs villages, ils ont tenu à soutenir l’armée libanaise.

Recueil d’articles

Les partisans du CPL organisent une manifestation au Tribunal militaire

ANI

Un nombre de partisans du Courant Patriotique Libre se sont rassemblés mardi devant le Musée National, pour se lancer dans une manifestation vers le Tribunal Militaire, en signe d’appui à l’armée libanaise.

Les manifestants ont brandi des pancartes de soutien à l’institution militaire, sur lesquelles ont été écrits des slogans tels: « L’armée est une ligne rouge » et « Le prestige de l’armée découle de celui de l’Etat ».

Des mesures de Sécurité ont été prises par les FSI sur les lieux du rassemblement, qui a été couvert par des médias locaux et internationaux.

Aoun: notre histoire prouve que nous avons toujours appuyé l’armée

ANI

Le chef du bloc parlementaire « Changement et Réforme », Michel Aoun, a refusé mardi toute atteinte ou mise en doute à l’égard du rôle de l’institution militaire, notant que l’histoire du Courant Patriotique Libre a prouvé qu’il avait toujours défendu l’union de l’armée et du Liban.

M. Aoun qui se prononçait au terme de la réunion hebdomadaire de son bloc à Rabieh, a fustigé la seconde arrestation des officiers et soldats de l’armée dans l’affaire de l’incident de Koweikhat, qui a causé la mort de cheikh Abdelwahed et de son compagnon, à un barrage de l’armée. Une nouvelle arrestation qui a eu lieu à la suite de Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Dossiers, Géneral, Nos articles | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Analyse : Les incidents du Nord visaient l’affaiblissement de l’armée libanaise face au contrôle de sa frontière

Posted by jeunempl sur juin 6, 2012

Tayyar

Le 13 mai 2012, la sûreté générale libanaise a arrêté le jeune homme Chadi Mawlawi à Tripoli. Elle le soupçonnait d’appartenir à une organisation extrémiste islamique, pratiquant la  contrebande d’armes vers la Syrie. Son arrestation fut fondée sur les informations fournies par une superpuissance occidentale qui estimait que le terrorisme et l’athéisme ont atteint une ampleur qui ne peut plus être contrôlée. Les islamistes ont enflammé Tripoli, la capitale du Nord, et transformé les événements en un conflit entre sunnites et alaouites – entre les deux régions troublées de Bab El Tebbaneh et Jabal Mohsen.

L’arrestation d’un suspect par les autorités libanaises, qui a enflammé la sédition dans une zone pleine, est fondée sur la même logique qui fait de la capture de deux soldats à la frontière une cause pour déclencher une guerre globale contre le Liban, comme en 2006. Tout le monde tremblait et c’était un microcosme de la guerre qui a fait resurgir à l’esprit les événements de « Naher Al Bared ».

Lors des événements qui ont eu lieu à Tripoli, un soldat a été tué, mais personne n’a bloqué les routes en son nom, personne n’a brûlé des pneus et personne ne s’est révolté contre cela comme ils l’ont fait quand Mawlawi a été arrêté. Cet incident a été précédé par des menaces en provenance des pays du Golfe, en plus des Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Dossiers, Géneral, Nos articles | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tariq Jdidé : La forteresse sunnite

Posted by jeunempl sur mai 28, 2012

L’Hebdo Magazine – Arlette Kassas

Il n’a fallu que quelques heures à la tension provoquée au Akkar par la mort des deux cheikhs, Ahmad Abdel-Wahed et Khaled Merheb, pour s’étendre à Beyrouth, plus précisément à Tariq Jdidé, théâtre de très nombreux incidents ces dernières années.

Du Akkar à Beyrouth, le chemin fut court. Des combats de rue à l’arme automatique et aux roquettes ont opposé, dans le périmètre de la Cité sportive et de l’Université arabe, le Parti du courant arabe, de Chaker Berjaoui, une petite formation sunnite proche du Hezbollah, à des partisans du Courant du futur. Les combats ont eu lieu autour de la permanence de Berjaoui.

Deux versions sont avancées. La première dit que les affrontements ont commencé lorsqu’une dizaine d’hommes de Berjaoui ont ouvert le feu sur des adolescents du quartier qui brûlaient des pneus en réaction à la mort des deux dignitaires sunnites au Akkar. Les incidents ont rapidement dégénéré, les jeunes ayant été rejoints par des adultes armés.

La deuxième version renverse les rôles. Les sympathisants du Courant du futur s’en seraient pris aux partisans de Berjaoui, et ont attaqué le bureau où il se trouvait en compagnie de douze autres personnes. Des armes légères et moyennes, dont des roquettes RPG7, ont transformé la rue en terre brûlée. Berjaoui assure que ses partisans ne s’en sont pas pris aux manifestants qui ont bloqué les rues et mis à feu à son bureau mais que les actions de ces derniers reflètent une volonté de supprimer une force sunnite qui ne partage pas leur point de vue. Bilan des combats: deux morts parmi les partisans de Berjaoui et dix-huit blessés, alors que le chef du Courant arabe est évacué in extremis à bord d’une voiture blindée envoyée, avec des gardes du corps, par ses alliés des Mourabitoun. Le calme est revenu dans la région. Vingt-cinq roquettes RPG7 et une centaine de grenades auraient été tirées pendant les combats.

Retour à un passé récent

Tariq Jdidé est, depuis plusieurs années, le théâtre d’incidents qui secouent la capitale. Cette région s’étend du Horch de Beyrouth, au nord, jusqu’à la fin de la rue Sabra, côté sud. Elle compte plus d‘un quart des habitants de Beyrouth.

Vers le début des années 90, Tariq Jdidé change de face. L’ombre politique de Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tripoli et le Akkar, pertes et profits…

Posted by jeunempl sur mai 26, 2012

(Scarlett Haddad – L’Orient le Jour)

Des sources diplomatiques occidentales se sont étonnées récemment du fait que la situation au Liban soit restée stable pendant tout la période écoulée, c’est-à-dire depuis le déclenchement de la crise syrienne, il y a un an et quatre mois. Ces sources précisent que les pronostics étaient bien plus pessimistes, tant les analyses occidentales estiment que la situation des deux pays est étroitement liée. Elles considèrent d’ailleurs que « ce phénomène » est essentiellement dû à la présence de l’actuel gouvernement, qui, en dépit de ses divisions internes et de sa quasi-paralysie, a réussi à préserver le calme en évitant à chaque occasion d’adopter des positions en flèche et en cherchant constamment à absorber le mécontentement populaire ou partisan, en prenant soin de ne pas réagir à chaud, même au prix de sa propre crédibilité. Ces sources diplomatiques se déclarent agréablement surprises par la capacité du gouvernement actuel à évoluer entre les écueils et les sables mouvants de la crise syrienne qui devient chaque jour plus pesante sur l’intérieur libanais, doublée des pressions arabes grandissantes pour pousser le gouvernement libanais à sortir de sa neutralité affichée. Les sources diplomatiques ne manquent pas non plus de relever la position très ferme du Hezbollah et d’Amal refusant de se laisser entraîner dans tout conflit ou dans tout affrontement sur le terrain, y compris avec des parties sunnites, en dépit de la tension actuelle et des polémiques verbales.

De fait, même l’enlèvement en Syrie des pèlerins libanais qui rentraient d’Iran a été traité avec sang-froid, alors qu’il est intervenu au moment où la crise battait son plein au Akkar et à Tarik Jdidé. Les commandements chiites s’étant empressés d’appeler la base au calme, tout en donnant des instructions claires à leurs partisans de ne pas répondre à la moindre provocation à n’importe quel prix. C’est dire qu’en dépit des craintes actuelles et de la succession d’incidents sécuritaires et autres, le scénario de la discorde et du chaos interne se heurte à une véritable résistance de la part d’un Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Décès tragique d’un cheikh au Akkar : contexte d’un drame (in)évitable

Posted by jeunempl sur mai 20, 2012

MPLBelgique.org

Ce dimanche 20 mai, le cheikh Ahmed Abdel Wahed est mort après avoir forcé un barrage de l’armée libanaise en direction de Halba au Akkar. Un de ses gardes du corps a également été tué lors de l’échange de tirs.

S’en sont suivies des accusations politiques à l’égard de l’armée libanaise et des manifestations à caractère communautaire à plusieurs endroits du pays, dont la banlieue sunnite de la capitale, le quartier de Tarik Jdidé à Beyrouth. La route y a été coupée par des partisans de Hariri. Ils ont ainsi mis le feu à des poubelles et des pneus afin d’empêcher les citoyens d’emprunter plusieurs artères de la capitale ainsi que bloquer l’accès au Sud du pays.

Le cheikh, proche du courant du Futur, devait participer à un rassemblement organisé par les partisans de Hariri à Halba pour y commémorer les évènements du 7 mai 2008 à Beyrouth. Ce rassemblement a été annulé à la suite de cet incident.
A noter qu’un autre rassemblement devait avoir lieu sur la place de Halba… celui de la commémoration du massacre de Halba où des partisans du PSNS avaient été sauvagement assassinés par les partisans de Hariri en mai 2008.

Plusieurs versions derrière l’incident du cheikh abattu

D’après MTV, une chaîne financée par des proches du clan Hariri, le cheikh aurait été abattu de sang froid par l’armée libanaise alors que son véhicule se serait arrêté au check-point de l’armée. Le cheikh serait un opposant à Assad, d’où un lien à faire avec l’incident…

D’après l’OTV, chaîne de télévision proche du Courant Patriotique Libre, deux véhicules transportant 8 personnes dont le cheikh en question étaient remplis d’armes. Suite au refus d’obtempérer à un contrôle militaire au niveau d’un barrage de l’armée libanaise, et blessant par la même occasion 1 ou 2 soldats, l’armée aurait riposté en tirant sur le véhicule du cheikh en fuite. Touché par une balle, Abdel Wahed en est mort plusieurs heures plus tard.

D’après un premier rapport de l’armée libanaise (publié par New TV-Al Jadeed), celui-ci confirme bien la présence de 2 véhicules escortant cheikh Abdel Wahed, mais un seul aurait refusé et agi violemment à la demande de fouille de l’armée. C’est à ce moment qu’un soldat a été touché au visage par un tir provenant du véhicule en question… d’où la réplique d’un autre soldat. La fouille a par après confirmé la présence de 3 AKs et 1 M16 dans le véhicule.

Quoiqu’il en soit, le véhicule du cheikh Ahmad Abdel Wahed était teinté, les vitres noires et opaques. Lorsqu’un check-point de l’armée est sur le point d’être franchi, il est de coutume d’ouvrir ses fenêtres et d’obtempérer à toute exigence de l’armée libanaise. Ici en l’occurrence, il s’est avéré que Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Nos articles | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le député Haririste Khaled Daher appelle à chasser l’armée libanaise du Nord !

Posted by jeunempl sur mai 20, 2012

Presse

« L’armée libanaise a ouvert le feu sur la voiture du cheikh Ahmad Abdel Wahed qui a été tué sur le champ après avoir été atteint au cou », c’est ce qu’a déclaré le député du Courant du Futur à Akkar (Nord Liban) Khaled Daher.

Le correspondant du site d’information en continu libanais elNashra a indiqué que « des tirs ont été entendus au poste de l’armée libanaise à Kouweykhat – Akkar », et que « l’un des partisans principaux du député Khaled Daher, cheikh Ahmad Abdel Wahed, a été visé par les tirs pour ne pas avoir respecté les ordres de l’armée de s’arrêter ».

Selon ce correspondant, Abdel Wahed était accompagné de plusieurs hommes armés, et celui-ci est l’un des dirigeants locaux les plus proches de Daher.

Peu de temps après, l’une des gardes du cheikh Abdel Wahed, un certain Mohammed Hussein Merheb, lui aussi partisan du député du Futur Khaled Daher, a succombé à ses blessures.

« L’armée libanaise a confisqué les armes qui étaient à bord des deux voitures du cheikh Abdel Wahed, et les députés d’Akkar se sont réunis à Halba pour publier un communiqué sur l’incident », précise-t-on aussi de même source.

Un soldat de l’armée blessé des tirs provenant des deux voitures

Selon la chaine de télévision libanaise OTV, un soldat de l’armée a été blessé par les tirs des hommes armés présents à bord d’une voiture du convoi du cheikh précité. Le convoi est formé de dix voitures.

« Huit hommes armés, dont Abdel Wahed étaient à bord des deux voitures Jeep. Des armes M4 y ont été trouvées et confisquées par l’armée », a indiqué le correspondant de la chaine OTV. Sachant qu’Abdel Wahed avait attaqué auparavant Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :