Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘Environnement’

Des questions légitimes autour de « Vous puez »

Posted by jeunempl sur septembre 1, 2015

Tayyar-intishar – Mohammad Ezzedine

Lebanon You StinkRévolution citoyenne ou dernière étape de l’ «automne arabe» ? Le site de la diaspora libanaise Tayyar-Intishar.org, pose quelques questions autour du mouvement «Tol3et Ri7etkon» ou «Vous puez».

Depuis la mi-juillet une grande partie de la population libanaise est en ébullition, elle bat les pavés de la capitale Beyrouth, quasi quotidiennement, faisant face aux hordes de casseurs, ainsi qu’à des agents des Forces de sécurité intérieure quelque peu zélés et faciles de la matraque ou de la gâchette.

Qui sont donc ces Libanais prêts à braver le danger et quelles sont leurs revendications ?

Pour y répondre il convient de faire un bref retour en arrière de quelques semaines, au commencement de la crise des déchets qui sévit toujours à Beyrouth, dans ses deux banlieues, ainsi qu’au Mont-Liban et dans plusieurs autres régions du pays.

Fin juin, la décharge de Naameh ferme ses portes, sous la pression des habitants de la localité du Chouf, excédés par plusieurs années de pollution ordurière. Ouverte en 1997 pour recevoir les détritus de la capitale et de la montagne environnante pendant quelques années seulement, le temps qu’une solution globale et plus écologique soit trouvée, elle était toujours en activité dix-huit ans plus tard.

La décharge de Naameh qui devait accueillir au départ deux millions de tonnes de détritus en a finalement reçu au cours de ces années plus de quinze millions de tonnes. Suite à la fermeture de cette dernière, les déchets se sont dans un premier temps Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Posted in Billets & Opinions, Géneral, Nos articles | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Installation de 500 réverbères à l’énergie solaire grâce à un don chinois

Posted by jeunempl sur janvier 15, 2015

Le Commerce du Levant

Réverbères et lampadaires solairesL’entreprise libanaise Irsal Telecom a achevé fin décembre l’installation de 500 réverbères fonctionnant à l’énergie solaire et équipés de lampes électroluminescentes (Led) dans plusieurs régions libanaises dans le cadre d’un don du gouvernement chinois de 3,6 millions de dollars, a affirmé à L’Orient-Le Jour Sarkis Farah, du Centre libanais pour la conservation de l’énergie (LCEC), chargé de contrôler le projet. Irsal Telecom avait remporté l’appel d’offres supervisé par le chinois Huawei.
« Les réverbères alimentés par des panneaux photovoltaïques ont été installés à Dora, d’autres devant l’ATCL à Kaslik, à Kornet Chehwane et dans trois endroits différents à Batroun », a précisé M. Sarkis.

L’économie d’énergie réalisée est importante, explique Sarkis Farah. À titre d’exemple, les 66 réverbères à l’énergie solaire installés à Dora remplacent 20 réverbères électriques équipés de lampes de 250 watts. L’autonomie des réverbères à l’énergie solaire est de deux nuits et demie. Ils s’éteignent lorsque le voltage augmente et s’allument lorsqu’il diminue.
Au total, plus de 3 400 réverbères à l’énergie solaire ont été installés dans plusieurs régions du Liban depuis juin 2013.

Posted in Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mohammad Machnouk : Un positif de nature

Posted by jeunempl sur mai 24, 2014

L’Hebdo Magazine – Joëlle Seif (Photos Milad Ayoub-DR)

Mohamad Machnouk - ministre de l'EnvironnementAppartenant à l’une des grandes familles beyrouthines, Mohammad Machnouk a grandi dans cette ville dont il est passionnément amoureux et qui lui a inspiré deux ouvrages: Morning beauty et Love story. Elevé avec quatre sœurs, il a vécu dans une ambiance conservatrice et ouverte à la fois. «J’ai reçu une solide éducation et, en même temps, je bénéficiais d’une grande liberté. Mon père estimait qu’il fallait que l’enfant soit libre et actif, ayant la possibilité de mener plusieurs jeux, pour découvrir la vie par lui-même». Son père, Abdallah Machnouk, a toujours été son exemple. «Ce n’était pas seulement un homme politique, un éducateur, un interlocuteur, mais c’était également mon modèle. Il lui arrivait de répéter: mon fils Mohammad m’a enseigné la patience. J’étais très patient et je faisais beaucoup de bricolage. Je réparais souvent des objets cassés, des lampadaires».

De son père, Mohammad Machnouk a appris l’honnêteté, l’organisation, l’engagement, la loyauté envers les gens et l’amour de l’autre. «Je me souviens qu’un jour où nous étions en voiture, nous nous sommes arrêtés devant un immeuble en construction et il nous a demandé, au chauffeur et à moi, de descendre de voiture et de lire la Fatiha devant le chantier. Lorsque je lui ai demandé s’il connaissait le propriétaire et pourquoi nous avions fait cela, il m’a répondu: je ne le connais pas, mais c’est beau de voir quelqu’un qui construit. Il faut lui souhaiter bonne chance. N’apprends pas la jalousie et aime les gens». De sa mère, il a appris la propreté, physique et morale. «La propreté est celle de l’esprit et du corps», lui disait-elle. Elle lui a également enseigné à donner des réponses strictes à une question et à ne pas donner d’informations et des détails supplémentaires. «Elle avait parfaitement raison, car les gens cherchent souvent à vous nuire. Quand on ne donne pas d’informations, on se protège. Moins les gens en savent mieux ça vaut».

La famille Machnouk est une famille unie et dont les liens entre ses membres durent jusqu’à présent, entre les frères, sœurs et les cousins. «Le ministre de l’Intérieur, Nouhad Machnouk, est mon cousin. Même si notre politique est différente, nous sommes proches. Comme le dit le dicton libanais, le sang ne se transforme pas en eau. Nous avons grandi tous ensemble. J’étais plus âgé, mais nous sommes une famille unie. Il n’y a aucune jalousie entre nous».

Le pays appartient à tous

Mohammad Machnouk se veut «centriste». Il n’appartient ni au 14 ni au 8 mars, il est au centre. «Je refuse de faire partie d’un troupeau. On peut être indépendant et avoir une opinion propre. Je suis d’accord avec certaines idées du 14 mars et d’autres du 8 mars. Je soutiens une position et non une personne. Le pays ne peut pas appartenir à une catégorie, en fin de compte, il Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Stations d’épuration et pollution : 85% des eaux usées rejetées dans la mer

Posted by jeunempl sur septembre 29, 2013

Arlette Kassas – L’Hebdo Magazine

station d'épuration des eaux uséesLe Centre national des sciences marines a placé le Liban dans une très mauvaise position avec 85% des eaux usées rejetées directement dans la mer. Conséquence immédiate: un niveau de pollution du littoral libanais inquiétant et des appels à l’exécution des plans établis afin de la réduire par un traitement des eaux usées.

Le défaut de traitement des eaux usées ne date pas d’aujourd’hui. Malgré les efforts des dernières années, le problème est loin d’être réglé. La construction des stations d’épuration n’a pas répondu à la qualité souhaitée.

Avant la guerre de 1975, il existait deux stations d’épuration au Liban. Malheureusement, elles ont été détruites. Au lendemain de la guerre, les efforts ont été déployés pour la reconstruction. Toutefois, les progrès en matière de traitement d’eaux usées sont restés minimes, les priorités étant ailleurs.

Dans les années 2000, le Conseil du développement et de la reconstruction (CDR) lance un vaste chantier de construction de stations d’épuration notamment dans les villes côtières. Mais les municipalités concernées n’en ont pas facilité l’implantation de crainte des conséquences ou des mauvaises odeurs. Il a fallu du temps pour vaincre leurs réticences.

Le plan stratégique de 2000 prévoit la création de plusieurs dizaines de stations d’épuration réparties sur l’ensemble du territoire libanais. Sur vingt, dites prioritaires, huit fonctionnent normalement, sept ont encore besoin de finissage et d’être reliées aux égouts. Trois sont en cours de construction. D’autres restent sous étude.

Le coût de construction d’une station est d’environ 100 millions de dollars et l’entretien annuel est d’environ 4% de ce coût. La plupart des stations de traitement des eaux usées construites au Liban ont été financées par des emprunts effectués auprès de gouvernements étrangers, de la Banque mondiale, de la Banque européenne d’investissement, de l’Agence française de développement ou de la banque islamique. Les réseaux d’égout sont construits aux frais de l’Etat libanais.

Certaines municipalités ont commencé à construire des stations d’épuration à leurs propres frais, telle celle de Rimhala, dans le caza de Aley. Un autre projet est en voie d’exécution dans la région des Cèdres.

Selon des études, le Liban investit beaucoup dans le domaine de l’eau. Depuis le début des années 1990, il a ainsi investi en moyenne 0,5% de son PIB annuel. Plus de deux milliards de dollars ont été dépensés pour la construction Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’environnement sinon rien : Et le combat se poursuit

Posted by jeunempl sur juin 16, 2013

Delphine Darmency – L’Hebdo Magazine

Environnement - cénacle libanaisPour la Journée internationale de l’Environnement, célébrée le 5 juin, le Cénacle libanais pour la protection de l’environnement a choisi de rassembler étudiants, spécialistes et citoyens à l’Université du Saint-Esprit de Kaslik pour mettre quelques points sur les «i». Le thème choisi… l’environnement. Antoine Békhazi et Adel Cortas, tous deux intervenants du séminaire, reviennent pour Magazine sur ce sujet important.

«Pourquoi donc s’acharner vainement à chercher midi à 14h, puisque fixe, stable et inchangeable pour rester, éternellement, au juste milieu de chaque jour. Finissons-en et acceptons de respecter, à tous égards, l’environnement en l’épargnant et en le mettant à l’abri de toute agressivité et de toute brutalité, sous toutes leurs hideuses formes les plus diverses», écrit Antoine Békhazi, président du Cénacle libanais pour la protection de l’environnement.

Dans son bureau de Dora, l’homme aux mille et une décorations, impliqué dans les thématiques de l’environnement depuis 50 ans, n’hésite pas à répéter inlassablement le même discours dans l’espoir d’être entendu. «L’environnement, symbole de vie, appartient à tous les citoyens. C’est une culture, une éducation, une fin en soi. Respecter l’environnement, c’est se respecter, car si la santé n’est pas bonne, c’est la vie qui en souffre. Alors sans aucun doute, l’environnement est la priorité des priorités».
Depuis trente-quatre ans, le Cénacle poursuit sans répit son combat de sensibilisation et de responsabilisation des dirigeants et des citoyens libanais aux problématiques de l’environnement.

Leurs armes, des publications et des conférences à l’image de celle organisée pour la célébration de la Journée internationale de l’Environnement, le 7 juin dernier à l’Usek, sous le haut patronage du patriarche maronite, le cardinal Béchara Boutros Raï.
«Peu importe le nombre de participants, ce qui compte c’est qu’ils viennent de toutes les régions du Liban et appartiennent à différentes communautés, affirme Békhazi. L’environnement appartient à Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La « montagne de Saïda » devrait disparaître début mai

Posted by jeunempl sur avril 23, 2013

(Suzanne Baaklini – L’Orient le Jour)

Poubelle - SaidaSamedi dernier, le président du conseil municipal de Saïda, Mohammad Saoudi, a annoncé le début de l’opération de réhabilitation du dépotoir de la ville, lors de la signature d’un accord avec une entreprise qui sera chargée de faire disparaître la « montagne » de déchets. Mais que signifie exactement cet accord et quand le dépotoir sera-t-il effectivement fermé, sachant que des camions déversant leur contenu sont toujours observés sur le site ?

Contacté par L’Orient-Le Jour, Ibrahim Bsat, vice-président du conseil municipal, précise que « le dépotoir devrait être fermé définitivement aux alentours du 10 mai ». Il souligne que « l’usine de traitement de déchets qui a été établie près du dépotoir accueille déjà tous les déchets de Saïda et des villages environnants ». Il rappelle que l’usine emploie la technique du tri et compostage. « Le seul problème qui reste est celui des sacs en plastique, mais il sera réglé bientôt car l’usine devrait se doter d’une machine pour leur lavage et leur recyclage », dit-il.

Interrogé sur le prix du traitement de la tonne (qui avait longtemps été un obstacle à un accord entre l’usine et les municipalités du caza), le responsable municipal affirme qu’il est de 80 à 85 dollars pour les deux premières années. « Mais c’est le ministère de l’Intérieur et des Municipalités qui s’acquittera de ces sommes, puisées dans la Caisse des municipalités, à l’instar de l’accord avec la société chargée du ramassage et du traitement des déchets du Grand Beyrouth », a-t-il expliqué.

L’accord signé en week-end, selon M. Bsat, porte précisément sur la réhabilitation du dépotoir vieux de quarante ans, une opération qui devrait durer trente mois. La société en charge sera libanaise mais profitera de l’expertise d’une société française, sachant que le consultant de cette opération est le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). « Pour ce qui est des techniques de réhabilitation, les quelque 50 à 60 % de remblais et déchets de chantiers qui composent le dépotoir seront traités et utilisés pour le remblayage de la mer, explique-t-il. Les matières organiques seront traitées sur place. L’endroit où est actuellement érigée la décharge sera transformé en jardin. »

Sur les camions qui continuent de déverser des déchets sur le dépotoir, M. Bsat dit qu’« il s’agit simplement de remblais qui devront être utilisés dans le reste du projet ». Le « reste du projet », justement, c’est le remblayage de la mer sur toute la surface séparant le dépotoir de l’usine, c’est-à-dire sur plus de 500 000 mètres carrés. Un brise-lames est déjà en construction pour délimiter ce futur terrain gagné sur la mer. La municipalité et les autorités politiques de la ville revendiquent Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les sauterelles, des visiteurs indésirables qui s’effaceront avec la baisse des températures

Posted by jeunempl sur mars 16, 2013

ANI – Enquête de Rima Youssef
Traduite de l’arabe par Sanaa Nehmé

Les sauterelles envahissent le LibanDès les premières lueurs de l’aube, une information a fait ravage au Liban : des essaims de sauterelles ont été détectés à Tripoli, au Akkar, à Tyr, à Dbayeh, à Adonis…

« Il ne nous manquait plus que ça! » ont répété à l’unanimité les Libanais, ce samedi, sur les réseaux sociaux.

Certains se sont rappelés de l’invasion, durant les deux guerres mondiales, où le nombre de sauterelles atteignait alors les 100000 par kilomètre et dévorait mille tonnes de plantes vertes par jour, quantité suffisante pour nourrir 500000 personnes pour une année entière.

Mais, la situation aujourd’hui est différente et ne nécessite pas toute cette vague de panique.

Dans un entretien accordé à l’Agence nationale d’Information ce matin, le directeur général du ministère de l’Agriculture, Louis Lahoud, a clarifié que le ministère s’est mobilisé, à l’écoute de cette nouvelle.

« Pas besoin de paniquer puisque le ministère est parfaitement prêt et équipé, » a-t-il précisé.

Pour sa part, le directeur de la richesse animale au sein du ministère de l’Agriculture, Mohammad Abou Zeid, a maintenu que la présence de sauterelles au Liban est due au vent chaud qui a soufflé dans le pays, ça fait déjà quatre jours, emportant ainsi un nombre de ces insectes du Sud au Nord.

« C’est pourquoi, ce phénomène ne fait pas peur et ne pose aucun danger sur les agricultures, » a-t-il ajouté.

M. Abou Zeid a souligné que la chambre d’opérations du ministère, présidée par le chef de la section concernée par les sauterelles, Imad Nahal, est à la disposition des citoyens pour recevoir des appels à ce sujet; et que les fonctionnaires du ministère effectuent des Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Liban vers une économie à faibles émissions de carbone ?

Posted by jeunempl sur décembre 3, 2012

(Suzanne Baaklini – L’Orient le Jour)

Centrale électrique de Zouk Mosbeh - LibanConférence de presse au Qatar pour présenter les efforts du Liban en matière de conservation de l’énergie.

Quand on connaît l’histoire du Liban en matière de protection de l’environnement, pas toujours reluisante, on s’étonne du fait que les autorités de ce pays veuillent se diriger vers une économie à faibles émissions de carbone, donc moins polluante. Et pourtant, c’est la tournure que prennent les interventions des officiels de la délégation libanaise durant le 18e sommet du changement climatique qui se tient à Doha jusqu’à vendredi prochain.

En effet, le Liban devrait devenir le premier pays arabe à s’engager officiellement en vue de réduire ses émissions de gaz à effet de serre (responsables du réchauffement climatique). Il devrait confirmer cette année l’engagement annoncé par l’ancien Premier ministre Saad Hariri en 2009 lors du sommet de Copenhague, celui d’augmenter le taux d’électricité produite par des moyens propres et renouvelables à 12 % d’ici à 2020.

Une présentation des projets libanais a eu lieu samedi à Doha, au cours de laquelle plusieurs officiels des ministères de l’Environnement et de l’Énergie, ainsi que du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) ont résumé les efforts libanais à ce propos, avec un seul leitmotiv : réduire les émissions reviendrait à aider le Liban à sortir de ses problèmes interminables de pollution de l’air, tout en attirant des fonds pour lui permettre de se diriger vers une économie plus verte.

Les exposés ont porté sur des études montrant que le secteur de l’énergie, caractérisé par un chaos certain, est le premier pollueur au Liban (en raison notamment de la multiplication des générateurs privés), suivi par le trafic. Un des chiffres  Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Marché solaire : la BLF a accordé 1016 prêts en 2011

Posted by jeunempl sur octobre 5, 2012

(L’Orient le Jour)

La Banque libano-française a obtenu la plus grande part du marché pour les prêts des chauffe-eau solaires. Dans le cadre de sa stratégie environnementale, la Banque libano-française a, par ailleurs, été l’un des sponsors du Beirut Energy Forum le 13 septembre dernier. Cette stratégie à long terme repose sur la participation active de la banque à l’élaboration des politiques de l’environnement à l’échelle locale et régionale, sur la communication de sa vision au public, la sensibilisation de ses différentes parties prenantes, ainsi que le développement de produits et de services écologiques.

La BLF a en effet accordé 1 016 prêts à 0 % d’intérêt en 2011, remportant la plus grande part de marché du pays avec 28,6 %.

Posted in Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Lancement du projet de réhabilitation du dépotoir de Saida et sa transformation en zone verte sous le parrainage de Khoury

Posted by jeunempl sur octobre 4, 2012

N.A. – ANI

Le projet de réhabilitation du dépotoir de Saida et sa transformation en zone verte a été lancé jeudi lors d’une cérémonie organisée au Boulevard maritime du président martyr Rafik Hariri, sous le parrainage et en présence du ministre de l’Environnement Nazem Khoury.

La signature d’un accord sur le projet a été conclue entre le ministère de l’Environnement, le PNUD et le président du Programme des Nations Unies pour le développement Robert Watkins en présence du chef du bloc parlementaire du Futur Fouad Siniora, de la député Bahiya Hariri et d’autres personnalités.

Dans son discours prononcé à l’occasion, M. Watkins a noté que cette initiative a coïncidé avec le 20è anniversaire du premier Sommet mondial qui a eu lieu à Rio et qui a mis le développement durable au devant de la scène, soulignant que « les politiques précédentes qui sont toujours prioritaires, ont des objectifs politiques et sociaux pour les questions environnementales ».

Le représentant résident du PNUD a indiqué qu’au cours des dernières années, « le Liban a enregistré un progrès en terme d’adoption des politiques qui protègent et revitalisent le milieu « .

« Mais les défis à relever sont nombreux, en particulier la pression énorme exercée sur les ressources naturelles limitées au Liban en raison de la croissance économique et de l’expansion de la population », a-t-il dit.

Et d’ajouter que « le lancement des travaux de réhabilitation du dépotoir Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :