Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘Ministre’

Les dernières nouvelles sur l’exploitation pétrolière au Liban

Posted by jeunempl sur avril 12, 2014

petrole & gaz - off-shoreNazarian: Les résultats de la prospection terrestre du pétrole, encourageants

ANI

Le ministre de l’Energie et des Ressources Hydrauliques, Arthur Nazarian, a indiqué ce jeudi lors d’une conférence autour de la deuxième étape de la prospection du pétrole on shore, que les résultats de la première étape de la prospection ont été encourageants.

« Nous attendons à ce que la société Spectrum nous remette les données relatives à la première étape de la prospection, sachant que nous lançons aujourd’hui la deuxième étape de l’opération, qui couvre la côte libanaise à parti du Nord et jusqu’au sud, ainsi que le Mont-Liban et certaines zones intérieures », a expliqué le ministre.

Selon ses propos, la deuxième étape de la prospection terrestre, devrait établir une image claire sur la possibilité de la présence des hydrocarbures dans le territoire libanais.

Une commission chargée d’étudier deux décrets sur l’exploration gazière

(Le Commerce du Levant)

Le gouvernement libanais a chargé le 2 avril une commission ministérielle d’étudier les deux décrets nécessaires au lancement de l’adjudication des concessions d’exploration offshore.

Le premier décret définit les blocs à attribuer et l’autre les modalités du contrat d’exploration. La commission doit soumettre son avis le 8 avril, date de la Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Posted in Dossiers, Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Liban reporte à nouveau l’octroi des premières licences offshore

Posted by jeunempl sur octobre 2, 2013

BFMTV

Note du MPLBelgique.org : Le premier ministre, le président de la République et le président du parlement bloquent les avancées et les échéances fixées par le ministre de l’Energie. Les signatures du premier ministre et du président se font attendre sur certains décrets importants. Une campagne a été lancée par le ministère de l’Energie au sujet de ces blocages récurrents. Seul un sursaut du peuple pourra faire bouger leurs politiciens.

petrole & gaz - off-shoreLe Liban a reporté pour la seconde fois l’octroi des premières licences pétrolières et gazières dans ses eaux côtières méditerranéennes, le gouvernement n’ayant pas adopté les décrets nécessaires au démarrage du processus, a déclaré mercredi le ministre de l’Energie libanais, Gebran Bassil.

Sur sa page Twitter, Gebran Bassil a tenu pour responsable « certains dirigeants libanais » du report de la première série d’appels d’offres, mais n’a pas fourni de nouvelle date pour le démarrage du processus.

Le mois dernier, le ministre avait annoncé que le premier appel d’offre serait repoussé du 4 novembre au 10 décembre et pourrait être à nouveau retardé si le gouvernement ne parvenait pas à approuver les décrets nécessaires d’ici au 2 octobre.

Le Liban a déjà sélectionné 46 groupes pétroliers internationaux pour le processus d’octroi des licences.

Le groupe français Total (FP.FR), les géants américains ExxonMobil (XOM) et Chevron (CVX), le groupe norvégien Lire le reste de cette entrée »

Posted in Economie, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Stations d’épuration et pollution : 85% des eaux usées rejetées dans la mer

Posted by jeunempl sur septembre 29, 2013

Arlette Kassas – L’Hebdo Magazine

station d'épuration des eaux uséesLe Centre national des sciences marines a placé le Liban dans une très mauvaise position avec 85% des eaux usées rejetées directement dans la mer. Conséquence immédiate: un niveau de pollution du littoral libanais inquiétant et des appels à l’exécution des plans établis afin de la réduire par un traitement des eaux usées.

Le défaut de traitement des eaux usées ne date pas d’aujourd’hui. Malgré les efforts des dernières années, le problème est loin d’être réglé. La construction des stations d’épuration n’a pas répondu à la qualité souhaitée.

Avant la guerre de 1975, il existait deux stations d’épuration au Liban. Malheureusement, elles ont été détruites. Au lendemain de la guerre, les efforts ont été déployés pour la reconstruction. Toutefois, les progrès en matière de traitement d’eaux usées sont restés minimes, les priorités étant ailleurs.

Dans les années 2000, le Conseil du développement et de la reconstruction (CDR) lance un vaste chantier de construction de stations d’épuration notamment dans les villes côtières. Mais les municipalités concernées n’en ont pas facilité l’implantation de crainte des conséquences ou des mauvaises odeurs. Il a fallu du temps pour vaincre leurs réticences.

Le plan stratégique de 2000 prévoit la création de plusieurs dizaines de stations d’épuration réparties sur l’ensemble du territoire libanais. Sur vingt, dites prioritaires, huit fonctionnent normalement, sept ont encore besoin de finissage et d’être reliées aux égouts. Trois sont en cours de construction. D’autres restent sous étude.

Le coût de construction d’une station est d’environ 100 millions de dollars et l’entretien annuel est d’environ 4% de ce coût. La plupart des stations de traitement des eaux usées construites au Liban ont été financées par des emprunts effectués auprès de gouvernements étrangers, de la Banque mondiale, de la Banque européenne d’investissement, de l’Agence française de développement ou de la banque islamique. Les réseaux d’égout sont construits aux frais de l’Etat libanais.

Certaines municipalités ont commencé à construire des stations d’épuration à leurs propres frais, telle celle de Rimhala, dans le caza de Aley. Un autre projet est en voie d’exécution dans la région des Cèdres.

Selon des études, le Liban investit beaucoup dans le domaine de l’eau. Depuis le début des années 1990, il a ainsi investi en moyenne 0,5% de son PIB annuel. Plus de deux milliards de dollars ont été dépensés pour la construction Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Plaidoyer de Bassil pour le développement des énergies renouvelables

Posted by jeunempl sur septembre 28, 2013

(L’Orient le Jour)

Energies renouvelables« Le Liban est doté d’un environnement riche, grâce à ses nombreuses ressources humaines et naturelles, et se doit ainsi de jouer un rôle local, régional et international de porteur d’idées », a affirmé le ministre sortant de l’Énergie et de l’Eau Gebran Bassil. Son discours a eu lieu au cours de l’ouverture du quatrième forum de l’énergie à Beyrouth, organisé par le ministère de l’Énergie et de l’Eau, et le Centre libanais pour la préservation de l’énergie (LCEC), en coopération avec le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), l’Union européenne (UE) et la Banque mondiale (BM). Le ministre palestinien de l’Énergie, Omar Kettaneh, était présent parmi les personnalités, ainsi que de nombreux ambassadeurs et responsables politiques et militaires des pays arabes.

« Il est aujourd’hui nécessaire d’investir dans les énergies renouvelables qui devront petit à petit se forger une place parmi les hydrocarbures classiques », a indiqué M. Bassil. « Ce forum qui se tient au Liban doit ainsi devenir un lieu d’échanges et de création pour repenser nos politiques énergétiques et mettre en place de nouveaux mécanismes d’application », a-t-il poursuivi.

Pour le ministre sortant de l’Énergie et de l’Eau, il n’y a pas lieu de s’inquiéter de la place que peut dans l’avenir prendre l’énergie renouvelable. « Les deux types d’énergie, renouvelable et traditionnelle, se complètent, et l’une ne peut pas fonctionner sans l’autre », a-t-il souligné. En ce qui concerne les énergies renouvelables, le ministre a insisté sur la nécessité de mettre en place la législation concernant l’importation des ampoules à basse consommation et l’énergie solaire en général. « À ce jour, seuls 70 projets d’énergie renouvelables ont été exécutés, mais nous travaillons à échelle locale et internationale pour attirer le secteur privé », a indiqué M. Bassil. « Un projet de centrale solaire à Nahr Beyrouth qui produira 10 mégawatts (MW) est en cours d’étude, et les résultats de l’appel d’offres seront annoncés le 17 octobre », a-t-il poursuivi. Un autre projet de Lire le reste de cette entrée »

Posted in Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La BDL prête à investir 400 millions de dollars pour faciliter les investissements dans les start-up

Posted by jeunempl sur août 28, 2013

(L’Orient le Jour)

Nicolas Sehnaoui - Ministre des TélécommunicationsLe ministre sortant des Télécommunications, Nicolas Sehnaoui, a annoncé lundi soir que la Banque centrale du Liban (BDL) était prête à investir des dizaines de millions de dollars pour encourager la création de start-up au Liban.

Qualifiant l’initiative de « bonne nouvelle », le ministre a fait cette annonce via son compte Twitter : « Le gouverneur de la Banque centrale, Riad Salamé, vient de diffuser une nouvelle circulaire révolutionnaire qui vise à faciliter les investissements dans les start-up », écrit-il.

Interrogé par L’Orient-Le Jour, Maroun Chammas, président-directeur général de Berytech, a lui aussi salué la mesure de la BDL. « C’est une excellente initiative de la part du gouverneur, a-t-il indiqué. Initiative que nous saluons. Elle permettra d’encourager les fonds à travers les banques vers l’économie digitale et de revitaliser l’ensemble de l’économie. »

La question se pose toutefois de savoir si une telle mesure suffira à rassurer les entrepreneurs dans le contexte actuel de psychose sécuritaire. Pour M. Chammas, « le contexte n’influencera pas les créateurs d’entreprises, en particulier l’économie digitale qui ne s’adresse pas au marché libanais mais au monde entier. Les entrepreneurs seront affectés moralement mais pas économiquement », a-t-il conclu.
« La somme de 400 millions de dollars américains a été assurée à 75 % par la Banque centrale aux banques de placement libanaises pour investir dans les start-up, les accélérateurs et les Lire le reste de cette entrée »

Posted in Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Gebran Bassil appelle le gouvernement sortant à aller rapidement de l’avant

Posted by jeunempl sur juillet 7, 2013

(L’Orient le Jour)

Au KesrouanLe ministre sortant de l’Énergie et de l’Eau, Gebran Bassil, a estimé hier qu’Israël avait la capacité de parvenir aux ressources pétrolières offshore du Liban, indiquant que l’État hébreu avait procédé à un forage à quelques kilomètres des eaux territoriales libanaises. « Ce nouveau puits israélien se trouve exactement à 4 kilomètres du bloc 8 libanais et à 6 kilomètres du bloc 9, et en creusant de manière horizontale, il est techniquement possible pour Israël d’atteindre les ressources libanaises », a affirmé M. Bassil.

Selon lui, « le Liban a les capacités de défendre les hydrocarbures de sa zone économique exclusive (ZEE) grâce à l’armée et à la résistance, et Israël n’a théoriquement aucun intérêt à se rapprocher des eaux territoriales libanaises ». « Mais techniquement parlant, il est de notre devoir de nous protéger sur le plan juridique, et le Liban ne peut pas se permettre de retarder la feuille de route de son plan énergétique s’il veut conserver sa crédibilité au niveau international », a poursuivi le ministre sortant de l’Énergie et de l’Eau.

Il a ainsi appelé le chef de l’État Michel Sleiman et le Premier ministre démissionnaire Nagib Mikati à Lire le reste de cette entrée »

Posted in Economie, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le cri d’alarme de Mansour : Bientôt un habitant sur deux ne sera pas libanais

Posted by jeunempl sur juillet 6, 2013

(Scarlett Haddad – L’Orient le Jour)

Attack against Lebanese government by thugsLe ministre des Affaires étrangères Adnane Mansour a des nerfs d’acier. Les critiques souvent virulentes qui pleuvent contre lui – venant parfois de responsables de l’État – ne lui font pas perdre son calme… ni changer d’avis. Trente-cinq ans de carrière diplomatique lui ont appris à ne pas se laisser démonter. Devant une délégation de l’ordre des rédacteurs menée par Élias Aoun, il explique les motifs de ses prises de position, assurant qu’il a toujours suivi la politique de distanciation parce qu’il y voit l’intérêt du pays.

Adnane Mansour entre très vite dans le vif du sujet. Il rappelle qu’il y a deux ans et trois mois, au moment où les incidents ont commencé en Syrie, il avait déclaré que ce qui se passe en Syrie aura forcément des répercussions sur les pays voisins, dont le Liban. C’est pourquoi la priorité pour le Liban devra être de se protéger de ces conséquences en n’intervenant pas dans ce conflit. D’autant que depuis la création de la Ligue arabe, le Liban a toujours refusé d’intervenir en faveur d’un pays arabe contre l’autre, tout en respectant les peuples.

En même temps, dans le cas syrien, le Liban a signé un traité de fraternité, de coopération et de défense en mai 1991, et un autre de défense en septembre de la même année, avec la Syrie, qui, jusqu’à présent, n’ont pas été remis en cause. « Malheureusement, précise le ministre, les parties libanaises se sont impliquées dans ce dossier, alors que nous avions dit que nous ne voulons pas que le Liban abrite un nouveau camp Achraf (celui de l’opposition iranienne Moujahidine Khalq en Irak) et nous ne voulons pas que le jurd de Ersal devienne un nouveau Tora Bora (les régions montagneuses qui ont abrité les talibans chassés d’Afghanistan). Nous n’avons pas été entendus. Le Liban a commencé Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Gebran Bassil : Un dynamisme à toute épreuve

Posted by jeunempl sur juin 10, 2013

L’Hebdo Magazine – Joëlle Seif
Photos Milad Ayoub-DR

Gebran Bassil - minister of Energy and Water (Lebanon)Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, Gebran Bassil ne laisse personne indifférent. On l’accuse d’être arrogant, imbu de lui-même. Pourtant, en privé, c’est un homme d’une grande simplicité, spontané, qui possède un solide sens de l’humour. Il tient les dossiers les plus importants et il est la cible de rumeurs et d’attaques les plus virulentes, notamment en raison de sa parenté avec le général Michel Aoun. Avec son franc-parler, il n’hésite pas à répondre à toutes nos questions, même les plus embarrassantes. Portrait du ministre de l’Energie et de l’Eau.

Enfant, il voulait devenir évêque, jusqu’au jour où quelqu’un lui a expliqué qu’il fallait être prêtre d’abord. Il a vécu toutes les contradictions et se revoit comme un élève appliqué, premier de sa classe mais, en même temps, étourdi et agité. Alors qu’il fait des études en génie civil à l’Université américaine de Beyrouth (AUB), il est volontaire dans l’armée et prend part à la guerre de libération en 1989. «Un jour où je suis venu assister aux cours, tout le monde m’a applaudi en classe, car je ne venais pratiquement jamais. Je réussissais à la limite. J’ai passé toute ma vie ainsi», se souvient Gebran Bassil. Très jeune, il sait déjà ce qu’il ne veut pas. «J’aurais pu devenir avocat. J’étais bon en littérature et j’aime argumenter et plaider. La médecine ne me tentait pas, car je ne voulais pas passer dix ans de ma vie à étudier». Il débute par le génie électrique pour virer ensuite vers le génie civil. «J’ai un esprit cartésien. Plus je grandissais et plus les choses devenaient claires pour moi», confie le ministre. Extrémiste de nature, il estime toutefois être capable de modération.

En 1989, comme une majorité de Libanais, il est saisi par la passion suscitée par le général Michel Aoun et se porte volontaire dans l’armée. Il ne connaît pas le général personnellement, mais il a pour lui une grande admiration. «Je lui ai adressé, une fois, une lettre et je suis allé à l’école Champville pour la remettre en main propre à ses filles», raconte Gebran Bassil. Il possède une photo du général Aoun que celui-ci lui a dédicacée après le fameux 13 octobre alors qu’il était à l’ambassade de France. «J’ai accroché cette photo sur le mur de ma chambre et je me suis juré que je ne la retirerai que le jour où il reviendra. Cette photo a jauni et s’est effritée avec le temps mais je la garde toujours».

Infatigable travailleur

Le départ en France du général n’affaiblit pas l’enthousiasme du jeune homme pour la cause. En 1993, il le rencontre une première fois en France. A Batroun, sa ville natale, il colle des affiches et des photos sur les murs et lance des tracts. «Ma mère a saisi, une fois, des Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Liban possède 15 à 20 TCF de gaz, selon Bassil

Posted by jeunempl sur juin 1, 2013

(L’Orient le Jour)

Gebran Bassil - prospection pétrolière et gazière (Liban)C’est à bord d’un navire de la compagnie britannique Spectrum que le ministre sortant de l’Énergie et de l’Eau, Gebran Bassil, a annoncé que plus de 70 % de la zone économique exclusive (ZEE) libanaise avait été prospectée en 3 dimensions (3D).

« Après avoir passé au peigne fin les zones du Nord et du Sud, c’est les régions de Beyrouth, de Batroun et de Chekka qui font actuellement l’objet d’un ratissage en 3D », a déclaré M. Bassil.

Rappelons par ailleurs que la totalité de la ZEE (soit 22 700 m²) a déjà été entièrement prospectée en 2D, mais que l’étude en 3D permet de cerner avec 4 à 5 fois plus d’exactitude les chances de trouver des gisements de pétrole ou de gaz, et les marges d’erreur pour les entreprises en sont ainsi considérablement réduites.

Selon le ministre de l’Énergie, les premières estimations laissent espérer une quantité de gaz équivalant à environ 15 à 20 TCF (trillion cubic feet en anglais, mille milliards de pieds cubes), « mais des résultats plus précis seront disponibles d’ici à deux semaines et une prospection prendra place le 15 juin le long des côtes libanaises ».

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ziad Baroud : «Contre la loi 1960 et contre la prorogation»

Posted by jeunempl sur mai 26, 2013

L’Hebdo Magazine – Saad Elias

Ziad Baroud - ex-ministre de l'intérieurPour l’ancien ministre de l’Intérieur, la classe politique a placé les Libanais devant des choix plus mauvais les uns que les autres.  Interview.

Que pensez-vous du résultat auquel est parvenue la Commission parlementaire chargée de proposer une nouvelle loi électorale et de l’option d’une prorogation?
L’ensemble de la classe politique a mis les Libanais et Libanaises devant des options, toutes mauvaises. Le choix est désormais entre le mauvais et le moins mauvais. Il existe quatre propositions et je vais commencer par la pire: la vacance des institutions et à leur tête le Parlement qui, après le 20 juin, perd le mandat que lui ont donné les électeurs. Ceci est dangereux et c’est une première. Cela ne s’est même pas passé pendant les années de la guerre. Le vide appelle à une Commission constituante et je ne pense pas que le Liban soit prêt à reconsidérer son régime politique. C’est là le grand danger. La deuxième option est la prorogation injustifiée. A la veille du 20 juin, le Parlement, autorité législative, se réunira en session ordinaire ou exceptionnelle pour renouveler son propre mandat. Ceci est dangereux et anticonstitutionnel. Même en cas de consensus, le danger persiste. Les gens ont élu les députés pour quatre ans et ces derniers ne peuvent reconduire leur propre mandat.

Qu’en est-il des deux autres options?
La troisième est qu’une inspiration divine fasse que les députés s’entendent sur une loi électorale avant le 20 juin. Il sera alors possible que la nouvelle loi permette une prorogation technique permettant au gouvernement d’organiser le scrutin. Enfin, la quatrième option est que la loi de 1960, qui ne satisfait personne mais qui reste valide même si elle a été politiquement enterrée, soit adoptée. Il n’en reste pas moins que même dans ce cas le gouvernement démissionnaire a des obligations et le problème est que les délais imposés par cette loi ont été dépassés.

Le gouvernement peut-il assurer les crédits nécessaires et former les comités de contrôle si les élections ont lieu le 16 juin?
Ces comités ont besoin d’une décision du ministre de la Justice. L’ouverture de crédits est du ressort du gouvernement. Celui-ci, chargé de régler les affaires courantes peut Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :