Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘Agriculture’

Trente taurillons sur le chemin du Liban

Posted by jeunempl sur août 19, 2015

L’Avenir

Le Blanc Bleu Belge débarque au LibanTrente jeunes taurillons BBB sont partis pour un long voyage, de Ciney au Liban. Un nouveau marché pour l’exportation?

Événement au marché couvert de Ciney, mercredi dernier: trente taurillons BBB subissaient les derniers contrôles sanitaires avant de prendre le chemin de Sète, sur la Méditerranée et, de là, embarquer pour le Liban. Benoît Jaco, un marchand de bestiaux de Horion-Hozémont, et son fils Quentin, sont à l’origine de ce premier marché d’exportation. Ces taurillons, qui pèsent entre 280 et 290 kg, valent environ 1 250€. Ils ont embarqué dans un camion remorque. De Sète, il leur faudra de cinq à sept jours, dans un bateau qui peut contenir jusqu’à 2 500 bêtes, pour atteindre le Liban.

Comment cette opération s’est-elle conclue? «Tout simplement, dit Benoît Jaco, et avec un clin d’œil: le nez fin !» Autrement dit, le flair pour faire une affaire.

L’homme est aussi à l’origine aussi de la Bleue des prés, une vache qui passe deux à trois ans en prairie, avant de passer à l’abattoir et n’est pas du tout nourrie aux OGM; «elle a un goût inégalable et, en plus, est riche en oméga 3 et maigre au point d’être anticholestérol » précise notre interlocuteur. Un jour, des Libanais lui ont demandé de déguster du BBB, dans son abattoir d’Aubel. Ils ont été Lire la suite »

Posted in Belgique, Economie, Géneral, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Le cannabis ne sera pas détruit : Silence, on fume!

Posted by jeunempl sur septembre 21, 2013

L’Hebdo Magazine – Mona Alami

Culture du canabis - Liban face au fléau de la drogueLa crise politique et le climat d’insécurité, prévalant cette année au Liban, vont sans doute empêcher les Forces de sécurité intérieure de mener à bien l’éradication des champs de cannabis, comme elles le font chaque année à la même époque.

Le marché très lucratif du cannabis devrait bénéficier du conflit politique grandissant, estiment certaines sources sécuritaires. «Les cultivateurs feront certainement une bonne récolte ce mois-ci, certains paysans ayant même exprimé le regret de ne pas avoir remplacé cette année leurs cultures traditionnelles par du cannabis en raison de l’apathie de l’Etat», souligne un officier des services de renseignement sous couvert d’anonymat. Une véritable embellie pour les cultivateurs principalement due aux réticences du gouvernement à détruire les récoltes afin d’éviter d’aggraver une situation sécuritaire, déjà précaire. Le Pays du Cèdre est, en effet, victime depuis plusieurs mois d’une série d’attentats et de conflits ponctuels.

Le marché local du cannabis est estimé à près de 80 millions de dollars. Le cannabis est cultivé au Liban sur une étendue de près de 30 000 donoums. La production libanaise se situe annuellement entre 60 000 et 210 000 kilos, un chiffre qui varie selon les techniques d’irrigation pratiquées par les agriculteurs. La culture du cannabis s’étend dans les régions du Hermel, Deir el-Ahmar, Bouday, Yammouné, Dar el-Wassat et Ras Baalbeck, entre autres.
«Il est d’ailleurs trop tard pour entreprendre le travail d’éradication nécessaire qui aurait dû avoir lieu depuis deux mois déjà», ajoute l’officier.

L’autre hic pouvant expliquer les réticences du gouvernement et, notamment celles du ministère de l’Intérieur, serait l’incapacité de ce dernier à financer des cultures de substitution. Selon le quotidien al-Akhbar citant le ministre de l’Intérieur, Marwan Charbel, le gouvernement aurait promis d’allouer aux agriculteurs 35 milliards de livres libanaises dans le cadre d’un Lire la suite »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Bruxelles lève son embargo sur les pommes de terre libanaises

Posted by jeunempl sur septembre 10, 2013

Le Commerce du Levant

drapeaux Liban - Union Européenne (UE)La Commission européenne a autorisé le Liban à exporter 50.000 tonnes de pommes de terre en Europe, levant ainsi un embargo de plus de cinquante ans.

En vertu de cette décision, allant jusqu’en 2015, le Liban exportera jusqu’à 50.000 tonnes de pommes de terre originaires des régions du Akkar et de la Békaa « introduites dans l’Union par des points d’entrée désignés, ce qui doit garantir des contrôles efficaces et une réduction du risque phytosanitaire », a souligné la Commission européenne.

L’origine des lots libanais devra être certifiée et ils seront soumis à des examens et des échantillons analysés de manière continue.

Posted in Economie, Géneral, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Les agriculteurs libanais menacés par la crise syrienne

Posted by jeunempl sur juin 17, 2013

Irin-news

agriculture - haricots & poisAutour de ce petit village, dans la Vallée de la Beka’a, région reculée de Jordanie proche de la frontière syrienne, les moyens de subsistance de douzaines d’agriculteurs sont menacés.

Selon les paysans locaux, de nombreux agriculteurs cultivant dans le no man’s land qui sépare les postes-frontière syrien et libanais, appelé Mashari El Qaa, ont abandonné leur ferme ces derniers mois. Certains ont laissé tout leur matériel et se sont enfuis en voyant les rebelles syriens approcher. D’autres ont arrêté de planter à cause des mines terrestres ou se rendent plus rarement dans leurs champs.

« Nous n’y allons plus tous les jours comme avant », a dit Joseph, un agriculteur local. « Nous y allons une ou deux fois par semaine et nous récoltons ou plantons ce que nous pouvons. Nous récoltons un peu, mais nous avons beaucoup de pertes. Nous n’avons pas [le temps] de récolter correctement. Nous le faisons à la va-vite. »

Déjà floue, la frontière entre la Syrie et le Liban l’est encore plus depuis quelques mois, car les rebelles syriens et les soldats du régime pénètrent sur le territoire libanais pour combattre.

Jusqu’à 60 pour cent de la population de cette zone frontalière vit de l’agriculture et de l’élevage. Ces sources de revenus sont cependant de plus en plus mises en péril par les affrontements transfrontaliers entre les forces du régime de Bachar Al-Assad et ses opposants.

Les rebelles syriens utilisent les fermes libanaises pour lancer des roquettes sur les villages chiites du district d’Hermel, à 17 km d’El Qaa. Ils viseraient les villages contrôlés par le mouvement libanais Hezbollah, qui combat en Syrie aux côtés des forces de M. Al-Assad. L’armée syrienne a également poursuivi des rebelles jusque sur le territoire libanais.

Baisse du marché

Les agriculteurs qui parviennent à obtenir quelques récoltes malgré l’insécurité peinent à vendre leurs produits, car la concurrence est rude avec les produits de contrebande syriens vendus moins cher.

« La situation est mauvaise en Syrie, a dit Pierre Saad, un autre agriculteur d’El Qaa, alors ils passent leurs fruits en contrebande et les vendent ici, où ils obtiennent un meilleur prix qu’en Syrie. C’est une dure concurrence pour nous. Les consommateurs […] choisissent simplement les produits les moins chers. »

C’est l’une des raisons pour lesquelles, à Firzil, l’un des plus grands marchés de fruits et légumes de la fertile vallée de la Bekaa libanaise, la plupart des camions sont Lire la suite »

Posted in Dossiers, Economie, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Lancement officiel de l’Institut libanais de la vigne et du vin

Posted by jeunempl sur mai 25, 2013

Le Commerce du Levant

vigne ; raisin du Liban (Bekaa)Après 12 ans de tergiversations, l’Institut national de la vigne et du vin (INVV) a été officiellement lancé au ministère de l’Agriculture fin mai. Sans budget pour l’heure, cet institut vient cependant d’élire son premier bureau. Celui-ci est composé de Carlos Guillermo Adem (Château Fakra), Assad Hark (Batroun Mountains), Charles Ghostine (Château Ksara), Serge Hochar (Château Musar) et Joe Assad Touma (Château Saint-Thomas). « On ignore encore quelles seront les fonctions des uns et des autres », précise Joe Assad Touma.

À ces producteurs de vins et d’alcools sont associés des représentants des ministères : Pierre Abi Nakhoul pour l’Industrie, Elie Abou Yazbeck pour l’Economie et le Commerce ainsi que Miriam Eïd pour l’Agriculture.

Dans un premier temps, l’Institut devrait être hébergé au ministère de l’Agriculture. « Aucune décision n’a été prise pour l’emplacement de son futur siège : on parle de Beyrouth ; on évoque également le site de Tal-Amara dans la Békaa où le ministère de l’Agriculture pourrait allouer un terrain », explique-t-il.

L’INVV a pour ambition d’organiser le secteur viticole et vinicole libanais. En clair, cet organisme doit avoir un rôle de « tête de réseau national » pour les acteurs de la filière, en particulier dans la recherche et le développement.

Parmi ses priorités : le recensement des cépages employés, la mise en place d’appellations géographiques libanaises et la mise en conformité des lois libanaises avec la chartre de l’Organisation internationale de la Vigne et du Vin.

Posted in Culture & Société, Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Les sauterelles, des visiteurs indésirables qui s’effaceront avec la baisse des températures

Posted by jeunempl sur mars 16, 2013

ANI – Enquête de Rima Youssef
Traduite de l’arabe par Sanaa Nehmé

Les sauterelles envahissent le LibanDès les premières lueurs de l’aube, une information a fait ravage au Liban : des essaims de sauterelles ont été détectés à Tripoli, au Akkar, à Tyr, à Dbayeh, à Adonis…

« Il ne nous manquait plus que ça! » ont répété à l’unanimité les Libanais, ce samedi, sur les réseaux sociaux.

Certains se sont rappelés de l’invasion, durant les deux guerres mondiales, où le nombre de sauterelles atteignait alors les 100000 par kilomètre et dévorait mille tonnes de plantes vertes par jour, quantité suffisante pour nourrir 500000 personnes pour une année entière.

Mais, la situation aujourd’hui est différente et ne nécessite pas toute cette vague de panique.

Dans un entretien accordé à l’Agence nationale d’Information ce matin, le directeur général du ministère de l’Agriculture, Louis Lahoud, a clarifié que le ministère s’est mobilisé, à l’écoute de cette nouvelle.

« Pas besoin de paniquer puisque le ministère est parfaitement prêt et équipé, » a-t-il précisé.

Pour sa part, le directeur de la richesse animale au sein du ministère de l’Agriculture, Mohammad Abou Zeid, a maintenu que la présence de sauterelles au Liban est due au vent chaud qui a soufflé dans le pays, ça fait déjà quatre jours, emportant ainsi un nombre de ces insectes du Sud au Nord.

« C’est pourquoi, ce phénomène ne fait pas peur et ne pose aucun danger sur les agricultures, » a-t-il ajouté.

M. Abou Zeid a souligné que la chambre d’opérations du ministère, présidée par le chef de la section concernée par les sauterelles, Imad Nahal, est à la disposition des citoyens pour recevoir des appels à ce sujet; et que les fonctionnaires du ministère effectuent des Lire la suite »

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Liban interdit l’importation de viande d’un Etat brésilien

Posted by jeunempl sur janvier 2, 2013

Le Commerce du Levant

Hussein Hajj Hassan - Ministre de l'Agriculture (Liban)Le ministre libanais de l’Agriculture, Hussein Hajj Hassan, a interdit mercredi l’importation de viande bovine de l’Etat de Parana au Brésil, après l’apparition d’un cas de vache folle.

M. Hajj Hassan a aussi interdit l’importation de viande congelée de cet Etat, situé dans le sud du Brésil. Le Liban importe une grande quantité de viande de ce pays continent.

Le Brésil est l’un des principaux exportateurs de viande bovine du monde. De janvier à octobre, il a exporté un million de tonnes de viande bovine, dont la plus grande partie vers la Russie.

Posted in Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

UE-Liban : des réformes agricoles en cours d’examen à Bruxelles

Posted by jeunempl sur novembre 15, 2012

ENPI-info

Un sous-comité de l’agriculture et de la pêche a réuni à Bruxelles des hauts-représentants de l’Union européenne et du gouvernement libanais. Organisée dans le cadre de la politique européenne de voisinage, cette réunion a confirmé l’engagement des deux parties à renforcer leur coopération dans ce domaine. Elle leur a par ailleurs permis de discuter des réformes décidées conjointement pour le plan d’action Liban-UE 2013-2015, en cours d’adoption.

Ce plan d’action fixe un nouveau cadre pour la coopération entre l’UE et le Liban. Il vise à promouvoir la production et la commercialisation de produits agricoles dans le respect des normes internationales, à avancer sur la voie de la libéralisation, à renforcer la compétitivité et à développer l’économie rurale.

Plusieurs points étaient à l’ordre du jour, notamment les relations commerciales dans le domaine de l’agriculture, en vue de la libéralisation progressive des échanges agricoles comme prévu dans l’accord d’association UE-Liban.

L’agriculture est un secteur économique important au Liban ; il est en effet une source directe ou indirecte de revenus pour environ 30 % de la population. Ce secteur doit cependant faire face à des défis institutionnels, financiers et technologiques et une réforme s’impose en vue de garantir la stabilité et le développement de l’ensemble du pays et de réduire la pauvreté. L’UE finance actuellement un programme de développement rural et de l’agriculture à hauteur de 14 millions d’euros afin d’améliorer le Lire la suite »

Posted in Géneral, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ersal : La cueillette des cerises impose une trêve

Posted by jeunempl sur juillet 13, 2012

L’Hebdo Magazine

La saison de cueillette des cerises de Ersal se porte bien et l’écoulement d’une grande partie de la production se fait sans entrave sur le marché syrien. Il y aurait en ce moment une sorte de cessez-le-feu tacite dans cette localité. En d’autres termes, il y a une certaine «dissociation de l’agriculture et du commerce vis-à-vis des violences dont la Syrie est victime». Les intérêts économiques rapprochent Libanais et Syriens, d’autant que la saison des cerises cette année est abondante.

Les 4000 cerisiers de Ersal produisent 50 tonnes de cerises par jour pendant la saison. Une quantité qui dépasse le potentiel de consommation du marché local. D’où la nécessité pour les agriculteurs de cette région de se diriger vers les marchés syriens de Damas, Alep, Homs, Hama, Tartous et Lattaquié.

Les gardes-frontières tant syriens que libanais se montrent compréhensifs et laissent traverser les camions chargés des cerises de Ersal sans problème dans les deux sens. La marchandise est payée sur place à Ersal en cash et en monnaie syrienne. Le prix est supérieur à celui appliqué au marché local. Ce qui ne peut faire que le bonheur des agriculteurs qui n’ont pas eu à modifier leurs habitudes en termes d’exportation des cerises de la localité.

Posted in Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Hajj Hassan inaugure un projet financé par l’Italie dans la Békaa

Posted by jeunempl sur juillet 7, 2012

ANI

Le ministre de l’Agriculture, Hussein Hajj Hassan, a inauguré samedi le projet de développement rural de la Békaa, financé par le gouvernement italien, en présence de l’ambassadeur d’Italie à Beyrouth, Giuseppe Morabito.

Dans son mot prononcé à l’occasion, le ministre a indiqué que malgré les problèmes d’exportation dont le Liban souffre actuellement, le ministère de l’Agriculture « travaille en permanence pour trouver des moyens de renforcer l’économie. »

Il a ajouté qu’une décision récente qu’il a conjointement adoptée avec le ministre des Travaux publics et du Transport, Ghazi Aridi, pourrait offrir une solution au problème d’exportation avec le marché irakien et ouvrir une ligne d’exportations libanaises avec une le marché russe par l’intermédiaire d’une voie maritime.

Posted in Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :