Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Soldats israéliens: Le problème en Cisjordanie n’est pas les palestiniens, mais les juifs

Posted by dodzi sur décembre 16, 2011

Haaretz

Par Gili Cohen

Traduit par Dory Moutran

Nadav Bigelman, soldat de Tsahal

« Notre raison d’être est de protéger les juifs, mais ils créent beaucoup de problèmes. C’est une situation confuse », explique le soldat de combat déchargé de ses fonctions l’année dernière.

Les récentes attaques menées par des extrémistes de droite sur les soldats des Forces de Défense Israéliennes en Cisjordanie ne sont qu’une manifestation de la violence à laquelle beaucoup ont été soumis pendant leur service ces dernières années. Tant les soldats réguliers que les réservistes, y compris les sous-officiers, a parlé de la situation compliquée dans laquelle ils se trouvaient: d’avoir à protéger les colons, tout en étant en même temps attaqués par ceux-ci.

« Vous comprenez très vite ce qui se passe, mais il n’est pas clair comment vous devriez réagir. Nous n’avons jamais reçu un ordre nous disant comment agir lorsqu’un jeune juif jette des pierres sur un palestinien. Sommes-nous autorisés à le mettre en détention ou non? Il y a un large gap entre les instructions du commandement et ce qui se passe sur le terrain. »

« Ce sont les mêmes personnes qui vous apportent du gâteau lorsque vous êtes de garde à 2 heures du matin. Pouvez-vous simplement arrêter son fils lorsqu’il jette des pierres le lendemain? »

Comme Haaretz a rapporté le jeudi, les « nouvelles instructions » du Premier Ministre ayant été publiée cette semaine afin de faire face aux émeutiers juifs en Cisjordanie étaient déjà d’application sur papier. Mais le pouvoir d’agir en principe ne se traduit pas toujours des ordres clairs sur le terrain. Ce qui compte, ce sont les relations personnelles entre les dirigeants des colons et des commandants de Tsahal.

Un commandant de peloton de réservistes qui ont servi dans les collines au sud d’Hébron il ya trois mois a déclaré qu’il avait discuté au préalable de la possibilité de friction entre colons et Palestiniens avec ses commandants. Mais rien ne l’a préparé pour la confrontation à l’avant-poste de Mitzpeh Eshtamoa, où les colons et les Palestiniens étaient dans un face-off sur un terrain de pâturage.

« Nous étions comme un tampon entre les bergers palestiniens et les colons, et ils [les colons] ont commencé à se disputer avec nous. Ils m’ont dit des choses horribles: « [Ariel] Sharon a évacué Gaza, il a obtenu ce qu’il méritait, ne vous inquiétez pas, Dieu veillera à vous aussi. Pourquoi venez-vous en votre devoir de réserviste? Vous êtes une honte de soldat. » Nous ne savions pas quoi faire, nous étions en état de choc. Nous avons pensé que le problème serait avec les Palestiniens, mais le problème est avec les Juifs.

« Il y avait 15 colons nous insultant, non pas trois. C’est toute une communauté dont l’agenda est de traiter les soldats de la sorte. Même le chef de la sécurité nous a dit « écoute, c’est toujours comme ça. Dans quelques jours, ils vont crever les pneus de ma voiture. »

« Ces gens-là [les colons] sont hors de contrôle. Je les garde, je suis responsable de les protéger et je sais qu’un jour ils vont saboter ma voiture. C’est ce qui se passe ici », a conclu le réserviste.

Un sous-officier servant en Cisjordanie a dit « maintenant les affrontements avec [les colons] se font principalement aux postes de contrôle. Ils viennent souvent aux postes de contrôle et ils estiment qu’il est en dessous de leur dignité d’attendre comme les autres, donc ils percent et roulent à travers sans arrêter. Pas beaucoup nous harcèlent, mais quand vient le moment de les inspecter, ils nous humilient. Ils ne comprennent pas que nous faisons un travail de sécurité. Ils ne sont pas tous comme ça, mais les affrontements avec les Juifs aux postes de contrôle sont bien pires que ce qu’ils sont avec Palestiniens « .

La situation en Cisjordanie est inversée, dit-il. « Nous avions un code pour les lanceurs des pierres palestiniens. Aujourd’hui, il a été inversé pour indiquer que des juifs lancent des pierres sur les palestiniens. »

Bigelman, aujourd’hui chercheur à l’organisation Breaking the Silence, a servi à Hébron en 2008. Là il maintenait un « journal de Hébron », documentant les violentes activités des colons, des jets de pierres aux insultes contre les palestiniens, les touristes et les militants de gauche. Un jour, un colon a attaqué son commandant de bataillon lors d’une dispute et déchira ses épaulettes.

« C’est le meilleur exemple », a déclaré Bigelman. « Voici un homme qui sacrifie sa vie pour eux. Soudain, ils n’aiment pas quelque chose qu’il fait, et c’est la façon dont ils réagissent? »

« Et si cela arrive à votre commandant, que dirait-on de vous? Que vous ne pouvez rien faire. Vous détestez. Vous détestez être là. Vous savez qui vous protégez, mais vous ne comprenez pas pourquoi vous devez payer un tel prix pour cela. »

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :