Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘colonies juives’

Soldats israéliens: Le problème en Cisjordanie n’est pas les palestiniens, mais les juifs

Posted by dodzi sur décembre 16, 2011

Haaretz

Par Gili Cohen

Traduit par Dory Moutran

Nadav Bigelman, soldat de Tsahal

« Notre raison d’être est de protéger les juifs, mais ils créent beaucoup de problèmes. C’est une situation confuse », explique le soldat de combat déchargé de ses fonctions l’année dernière.

Les récentes attaques menées par des extrémistes de droite sur les soldats des Forces de Défense Israéliennes en Cisjordanie ne sont qu’une manifestation de la violence à laquelle beaucoup ont été soumis pendant leur service ces dernières années. Tant les soldats réguliers que les réservistes, y compris les sous-officiers, a parlé de la situation compliquée dans laquelle ils se trouvaient: d’avoir à protéger les colons, tout en étant en même temps attaqués par ceux-ci.

« Vous comprenez très vite ce qui se passe, mais il n’est pas clair comment vous devriez réagir. Nous n’avons jamais reçu un ordre nous disant comment agir lorsqu’un jeune juif jette des pierres sur un palestinien. Sommes-nous autorisés à le mettre en détention ou non? Il y a un large gap entre les instructions du commandement et ce qui se passe sur le terrain. »

« Ce sont les mêmes personnes qui vous apportent du gâteau lorsque vous êtes de garde à 2 heures du matin. Pouvez-vous simplement arrêter son fils lorsqu’il jette des pierres le lendemain? »

Comme Haaretz a rapporté le jeudi, les « nouvelles instructions » du Premier Ministre ayant été publiée cette semaine afin de faire face aux émeutiers juifs en Cisjordanie étaient déjà d’application sur papier. Mais le pouvoir d’agir en principe ne se traduit pas toujours des ordres clairs sur le terrain. Ce qui compte, ce sont les relations personnelles entre les dirigeants des colons et des commandants de Tsahal.

Un commandant de peloton de réservistes qui ont servi dans les collines au sud d’Hébron il ya trois mois a déclaré qu’il avait discuté au préalable de la possibilité de friction entre colons et Palestiniens avec ses commandants. Mais rien ne l’a préparé pour la confrontation à l’avant-poste de Mitzpeh Eshtamoa, où les colons et les Palestiniens étaient dans un face-off sur un terrain de pâturage.

« Nous étions comme un tampon entre les bergers palestiniens et les colons, et ils [les colons] ont commencé à se disputer avec nous. Ils m’ont dit des choses horribles: « [Ariel] Sharon a évacué Gaza, il a obtenu ce qu’il méritait, ne vous inquiétez pas, Dieu veillera à vous aussi. Pourquoi venez-vous en votre devoir de réserviste? Vous êtes une honte de soldat. » Nous ne savions pas quoi faire, nous étions en état de choc. Nous avons pensé que le problème serait avec les Palestiniens, mais le problème est avec les Juifs. Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Posted in Géneral, Nos articles, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un Etat qui inquiète déjà

Posted by dodzi sur septembre 14, 2011

The New York Times/Courrier International

A quelques jours de l’ouverture de l’Assemblée générale des Nations unies, où les Palestiniens devraient demander la reconnaissance de leur Etat, les Israéliens sont horrifiés. La tension monte sur le terrain, raconte le New York Times.

Alors que les Palestiniens s’apprêtent le 20 septembre à défier le gouvernement Obama en demandant leur adhésion et la reconnaissance de leur Etat aux Nations unies, beaucoup redoutent de plus en plus que le conflit israélo-arabe n’entre dans une nouvelle phase explosive. Israël doit déjà faire face à l’hostilité de l’Egypte, de la Turquie et de Gaza », constate un diplomate occidental expérimenté. « Le pays réagira certainement à une offensive pour un Etat palestinien par des mesures punitives en Cisjordanie. Le Congrès américain coupera certainement ses aides aux Palestiniens. L’Autorité palestinienne pourrait s’effondrer. Il se peut que nous allions tout droit à la catastrophe. » Ce à quoi les Palestiniens répondent que leur vie est depuis longtemps une catastrophe – à cause des Israéliens, de la colonisation et de l’occupation – et que le temps est venu de changer radicalement de méthode.

Leur saisie des Nations unies, assurent-ils, et leur adhésion, du même coup, aux grandes instances du droit international, s’accompagnera d’une relance des négociations dans un cadre mieux défini. En réalité, personne ne sait ce qu’il en sortira. Les détails de la demande d’adhésion aux Nations unies sont encore à préciser et la suite des événements tient de la partie de poker. Sur le terrain toutefois, certains présages n’annoncent rien de bon. L’armée israélienne procède à des exercices de simulation en tenue pour faire face à d’éventuelles émeutes palestiniennes. La semaine dernière, des colons extrémistes ont vandalisé des mosquées [et arraché des pieds de vigne plantés par les Palestiniens] et une base militaire israélienne.

Des diplomates américains étaient à Ramallah début septembre pour mettre en garde Mahmoud Abbas contre les conséquences imprévues de la demande à l’ONU. Aussi séduisante que soit la perspective de pouvoir faire traduire des responsables israéliens devant la Cour pénale internationale, ont-ils insisté, cela ne mettra pas fin à l’occupation et risque même de rendre la situation plus terrible encore. Et si l’Autorité palestinienne vacille, c’est le Hamas qui viendra combler le vide, redoutent les diplomates, qui ont ajouté que le seul moyen d’avancer était selon eux de reprendre des négociations directes. « Les Américains tiennent à préserver le cadre existant, fait remarquer un diplomate d’un autre pays. Mais beaucoup leur disent ‘Ce cadre existant n’a donné aucun résultat. Il est temps d’avancer’.  »

Parmi ceux-là figurent en première ligne les Français, y compris le président Nicolas Sarkozy, qui affirment en privé que le processus d’Oslo [accord de paix israélo-palestinien], qui encadre depuis 1993 les rapports israélo-palestiniens, est arrivé à son terme. L’heure est aux négociations bilatérales entre deux Etats, entre Israël et une future Palestine, insistent-ils. Des diplomates français assistent ainsi les Palestiniens dans l’élaboration d’une résolution onusienne qui définit l’Etat palestinien dans les frontières de 1967, avec en plus des échanges de territoires fondés sur des accords avec Israël, mais qui ralentit aussi le processus de reconnaissance bilatérale entre un Etat palestinien et d’autres Etats. Ce dernier point a pour objet de convaincre les Allemands, jusque-là peu enthousiastes. Les Européens se disent persuadés qu’il est important qu’ils soient unanimes sur cette question.

De leur côté, les Israéliens sont horrifiés. Abandonner Oslo, estiment-ils, c’est détruire tout espoir de négociations, car cela revient à jeter aux orties la base juridique du dialogue. Si une résolution des Nations unies vient effectivement définir la Palestine dans les frontières de 1967, elle définira du même coup 500 000 Israéliens [établis dans les colonies juives en Cisjordanie] comme des occupants. « Si les Palestiniens vont à l’ONU, cela marquera le début du long enterrement du processus de paix et des négociations », a averti Yuli Edelstein, le ministre israélien de l’Information et de la diaspora. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’émissaire américain prolonge sa visite au Proche-Orient

Posted by dodzi sur septembre 16, 2009

L’Express

George Mitchell et Benjamin Netanyahu à Jérusalem. L'émissaire américain et le Premier ministre israélien ont décidé de se revoir vendredi, après avoir achevé mercredi sans aucun signe de progrès une nouvelle série de discussions sur le dossier des colonies juives de Cisjordanie.

George Mitchell et Benjamin Netanyahu à Jérusalem. L'émissaire américain et le Premier ministre israélien ont décidé de se revoir vendredi, après avoir achevé mercredi sans aucun signe de progrès une nouvelle série de discussions sur le dossier des colonies juives de Cisjordanie.

JERUSALEM – Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et l’émissaire américain George Mitchell ont décidé de se revoir vendredi, après avoir achevé mercredi sans aucun signe de progrès une nouvelle série de discussions sur le dossier des colonies juives de Cisjordanie.

La prolongation des négociations entretient l’espoir d’un accord qui ouvrirait la voie à une rencontre entre le chef du gouvernement israélien et le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas en présence de Barack Obama, lors de l’Assemblée générale des Nations unies qui s’ouvre le 23 septembre à New York.

Le président des Etats-Unis, qui a fait de la relance du processus de paix israélo-palestinien l’une des priorités de sa politique étrangère, a réclamé jusqu’ici en vain le gel du développement des colonies juives.

Reçu séparément la veille par Benjamin Netanyahu et Mahmoud Abbas, son émissaire s’est à nouveau entretenu mercredi pendant deux heures avec le chef du gouvernement israélien.

La séance de photos préalable à l’entretien a donné un aperçu de l’atmosphère qui règne entre les deux hommes. Après une brève poignée de main devant les objectifs, Benjamin Netanyahu a tourné le dos à son hôte et s’est engouffré dans son bureau sans même lui céder le passage. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :