Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Liesse populaire lors de la visite du général Aoun dans le Kesrouan

Posted by jeunempl sur août 23, 2010

RPLFrance.org

Accompagné du ministre de l’Énergie, Gebran Bassil, le général Aoun a entamé sa tournée au Kesrouan par une visite au barrage de Chabrouh et une escale à Hrajel, où il était attendu par le ministre du Tourisme, Fadi Abboud, et les députés du Kesrouan-Ftouh, Nehmetallah Abi Nasr, Farid el-Khazen, Youssef Khalil, Jean-Marc Zouein représentant Gilberte Zouein, ainsi que par les présidents des municipalités des localités environnantes et une foule de sympathisants.

M. Aoun a assisté à la messe donnée en l’église Notre-Dame du Saint-Rosaire, présidée par le père Hareth Khalil qui a chaleureusement salué le chef du CPL et vanté « son rôle national et au plan chrétien ».

À l’issue de l’office religieux, Michel Aoun a pris la parole pour annoncer d’abord que les projets de développement au Kesrouan « seront entièrement exécutés, à commencer par l’eau, l’électricité jusqu’à la réfection des routes ». Évoquant les crises endémiques que connaît le Liban depuis sa création, il a souligné que « la majeure partie de nos problèmes vise à saper la stabilité et à pousser les Libanais à émigrer afin qu’ils délaissent leur territoire au profit des autres ».

« Dernièrement, a-t-il ajouté, les problèmes sécuritaires se sont multipliés, et l’instabilité a porté atteinte à la prospérité du pays, appauvrissant la population dont une grande partie, notamment les chrétiens, a pris le chemin de l’émigration. »

Pour le chef du CPL, depuis la création du Liban moderne jusqu’à ce jour, « personne n’a jamais mis en place un plan global et ce, dans tous les secteurs : l’éducation, l’eau, l’électricité, la circulation, les routes, l’agriculture, l’économie, etc. Il n’y a aucune planification et nous vivons dans le chaos », a-t-il dit.

Et le député d’aborder le problème de l’électricité en s’adressant aux protestataires. « Nous devons résister pour mettre en place les plans de travail et imposer leur exécution. Vous pouvez protester en vue de soutenir ces plans et non pour dénoncer ce qui existe déjà », a-t-il affirmé. « Vous demandez une augmentation de l’approvisionnement en courant électrique. Mais comment faire ? » s’est-il demandé, faisant valoir que « celui qui possède 100 livres ne peut distribuer que 100 livres et pas plus », en allusion à la faiblesse de la production électrique.

Évoquant par ailleurs ce qu’il a qualifié de « saison de l’espionnage », Michel Aoun a relevé les propos d’« un ministre qui avait dit que l’un des officiers accusés avait servi pendant cinq ans sous mon commandement, soit de 1985 à 1990. Or, ce ministre a oublié que j’avais à l’époque 11 brigades sous mon commandement. Il a également oublié que deux parmi ceux qui ont servi sous mon mandat ont été promus au commandement de l’armée et sont même devenus présidents de la République, dont le président actuel ».Le général Aoun a insisté sur le fait que quelque soit les circontances, « l’armée libanaise restera le principal bastion de l’unité nationale »

Evoquant la question palestinienne, M. Aoun a demandé : » Où sont les argents arabes et le financement arabe pour la question des réfugiés Palestiniens? ». Il a également vivement critiqué les médias qui souvent l’accusent d’être anti-palestinien. Il a également refusé d’être appelé sectaires en ce qui concerne cette question. Il a évoqué 3 phases dans l’histoire du Liban durant lesquelles les chrétiens ont été forcés de quitter le pays et de se déplacer, « dans les années 70 pour des raisons sécuritaires, le 13 octobre 1990 pour des raisons politiques et aujourd’hui en raison de la crise socio-économique »,a-t-il dit

Évoquant enfin la question du Tribunal spécial sur le Liban, le chef du CPL a affirmé que « le pays est aujourd’hui exposé au complot » et que le tribunal est devenu « un enjeu international » aux mains des politiques, « bien plus qu’il n’est un instrument de justice ».

« Nous sommes les premiers à réclamer la justice au Liban et à vouloir connaître la vérité sur les assassins de Rafic Hariri et surtout pourquoi il a été tué », a-t-il insisté en ajoutant que l’ancien Premier ministre « n’a pas été tué aux mains de Libanais, même si l’agent qui a exécuté le crime est libanais. Il a été assassiné par ceux qui veulent sacrifier l’équation et la formule libanaises ainsi que les fondements économiques du pays, en vue de mettre en route un plan international visant à implanter les Palestiniens au Liban. C’est bien l’objectif derrière tous les problèmes dont vous témoignez actuellement », a-t-il conclu.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :