Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

  • N'oubliez pas de visiter nos galeries d'images.

  • MPL Belgique

  • Rubriques

  • Actualités

  • Archives

  • Méta

Posts Tagged ‘Yarzé’

Kahwagi : L’armée ne permettra à personne de semer la discorde

Posted by jeunempl sur avril 22, 2011

(L’Orient le Jour)

Le commandant en chef de l’armée, le général Jean Kahwagi, a tenu hier une réunion en son bureau à Yarzé rassemblant les principaux cadres de l’armée, pour un point de la situation régionale et ses possibles répercussions sur le Liban. Le général Kahwagi a insisté sur le fait que l’armée ne permettrait « à personne, sous aucun prétexte, de profiter des circonstances à l’étranger pour entraîner le Liban dans la discorde, à l’instar de ce qui s’est passé en 1975 ». « L’armée, avec sa vaste représentation des catégories de la société libanaise, et la confiance qu’elle inspire à tous les Libanais et aux forces politiques, est capable de remplir sa mission », a ajouté le général Kahwagi.

Il a insisté sur « l’importance de l’armée, en une période aussi délicate, dans la préservation de la stabilité nationale, la défense des frontières sud contre toute agression israélienne et l’immunisation de la scène interne contre d’éventuelles répercussions des troubles à l’étranger ». Il a exprimé « le souci d’empêcher le Liban de devenir le siège, ou l’endroit de passage, de complots fomentés contre des pays arabes frères ».

Le général Kahwagi a précisé que « les dissensions observées au Liban, qui ne sont pas nouvelles au sein du système démocratique libanais, n’ont aucun impact sur la performance de l’armée, qui reste loin des influences sectaires, partisanes ou confessionnelles ». « La force de l’armée et sa cohésion interne sont la véritable garantie de l’unité du territoire, du peuple et des institutions », a-t-il poursuivi

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Johan Verkammen: Un diplomate sans chichis

Posted by jeunempl sur octobre 25, 2010

Joumana Nahas – L’Hebdo Magazine

1m 90 de bonne humeur, de simplicité et de transparence. C’est en trois mots ce qui caractérise surtout l’ambassadeur de Belgique, en poste au Liban depuis trois ans maintenant. Lui qui est né à Beyrouth, il y a de cela 45 ans, ne s’imaginait pas retourner un jour sur cette terre qui l’a vu naître, pour y servir de représentant pour son pays. Johan Verkammen a reçu Magazine dans la résidence de l’ambassade de Belgique, à Yarzé, avec une simplicité déconcertante. Très loin de se prendre lui-même au sérieux, il se dévoue cependant à sa carrière avec passion. Portrait d’un diplomate qui ne se force pas pour sourire…

«C’est beaucoup de chance d’être ambassadeur à mon âge», raconte Johan Verkammen avec un sourire satisfait. Il ajoute que c’est encore plus de chance d’être nommé à Beyrouth dans la force de l’âge, pour pouvoir profiter des activités exceptionnelles qu’offre le pays.

Activités exceptionnelles? Nous nous demandons un moment si l’ambassadeur de Belgique n’essaie pas, pour faire plaisir aux Libanais, de gonfler les attributs du pays du Cèdre.
Mais non, loin de là. C’est que, à part son métier de diplomate, qu’il vit pleinement, Verkammen est aussi, même s’il s’en défend, un grand sportif, digne de figurer parmi les athlètes de haut niveau!

S’il aime bien pratiquer beaucoup d’activités physiques, il a une passion particulière pour le vélo. Il a même transporté le sien dans ses bagages, en apprenant sa nomination à Beyrouth. Il l’enfourche régulièrement, et pas pour faire des balades le dimanche au centre-ville! Trop relax pour notre diplomate… Non, lui, c’est plutôt un Yarzé-Damas qui le tente des fois, ou alors un «polyathlon» aux cèdres, avec rafting, vélo, natation et hiking pendant plus de 12 heures, pourquoi pas?

C’est rien moins qu’un aller-retour depuis la résidence de l’ambassade jusqu’à la capitale syrienne qu’a effectué l’ambassadeur de Belgique, il y a deux ans de cela. Incognito. Sans gardes, seul sur la route, cycliste Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Disparus de la Guerre Libanaise : Le dossier de Johnny Nassif se referme fatalement; les mères libanaises attendent avec anxiété de connaitre le sort des leurs

Posted by jeunempl sur novembre 15, 2009

Carmen B. – Libnanews

Johnny Nassif - martyr 1990Ce soir, je viens d’apprendre une nouvelle qui a eu sur moi l’effet d’une claque, qui m’a glacé mon sang, mes nerfs, mon cœur. Le sort de Johnny Nassif, un jeune soldat de 16 ans enrôlé dans l’Armée libanaise, disparu le 13 octobre 1990, vient d’être dévoilé.

Le corps de Johnny se trouvait dans une fosse commune au ministère de la Défense à Yarzé au Liban. Les tests ADN réalisés ont prouvé son identité…Ghazy Aad, le représentant de Solide, (Soutien aux Libanais détenus en exil) – une des rares figures libanaises qui jouit de toute ma déférence – a indiqué ce soir que le corps de Johnny a été transporté depuis la Syrie vers le ministère de la Défense libanaise bien après la triste date du 13 octobre 1990, appuyant son argument par les témoignages des ambulanciers qui avaient enterré les dépouilles en 1990 et qui affirmaient avoir enseveli 13 corps seulement, alors que les inspections faites en 2005 montrent qu’il existe un nombre beaucoup plus élevé que celui des années 1990. Cette nouvelle a été annoncée ce soir uniquement par l’OTV, les télés libanaises ayant toujours passé l’éponge sur le dossier des détenus libanais dans les geôles syriennes – personnellement je ne l’ai pas vu directement, parce que je ne suis pas fan des télévisions libanaises, mais je viens de l’apprendre par un coup de fil.

Le nom de Johnny et Violette Nassif a longtemps été étroitement lié à la cause des Libanais portés disparus depuis les années 1990. Le témoignage de cette dame m’a longtemps fait pleurer. Pleurer sur sa souffrance et celle de son fils. Pleurer sur le triste sort de ces soldats et de leurs familles qui ne vivent que dans l’espoir de revoir leurs fils ou filles.

Je ne veux même pas imaginer quelle est la réaction de Mme Nassif, qui depuis la disparition de son fils, n’a pas hésité une seule seconde à crier haut et fort sa volonté de revoir son fils, qui a fait de sa cause une cause nationale, malheureusement perçue par peu de personnes. Quelle Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Billets & Opinions, Dossiers, Géneral, Liban dans l'Histoire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Elections 2009 – Biographie : Michel Naim Aoun (Kesrouan)

Posted by jeunempl sur mai 15, 2009

Tayyar.org

Michel Aoun, chef du Courant Patriotique Libre ainsi que du bloc du Changement et de la Réforme, est candidat à l’un des 5 sièges maronites du Kesrouan où il y préside la liste du Changement et de la Réforme.

michel-aoun_electionsLe plus jeune commandant en chef de l’Armée libanaise (1984-1990), ancien Premier ministre du Liban (1988-1990), le « Général », comme l’appellent les Libanais, est aujourd’hui député de Kesrouan-Jbeil, chef du Bloc parlementaire du changement et de la réforme (formé de 22 députés de toutes les communautés libanaises) au Parlement libanais, et chef de l’Opposition libanaise.

Michel Aoun est né le 18 février 1935 à Haret Hreik, un village chrétien-chiite de la banlieue sud de Beyrouth. Il est le fils de Naim Aoun, agriculteur, et de Marie née Aoun, mère au foyer. Sa famille compte six enfants dont trois garçons et trois filles. Il fait ses études à Beyrouth chez les Frères des Écoles Chrétiennes et à l’école du Sacré-Cœur. Adolescent, il fut contraint, pour des raisons économiques familiales, d’abandonner ses études tout au long d’une année scolaire, au cours de laquelle il travailla comme apprenti en dessins industriels dans un bureau d’études d’ingénierie. De retour à l’école, il accomplit en une année avec succès le programme éducatif prévu normalement pour deux ans.

Bien qu’issu d’une famille chrétienne maronite, fortement attachée aux valeurs spirituelles, Michel Aoun a réussi, durant sa jeunesse, à établir des liens d’amitié avec nombre de ses compères musulmans. « Nous n’avons jamais conçu des a priori de distinctions entre Ali et Pierre, ou entre Hassan et Michel », dira-t-il. « Nous partagions les mêmes repas et nous passions les nuits les uns chez les autres. Leurs fêtes religieuses étaient les nôtres et les nôtres furent les leurs. »
Durant cette enfance, deux évènements majeurs marquèrent fortement le devenir de Michel Aoun ; ils formeront en lui un esprit rebelle s’engageant pour la défense des droits de la patrie et de ses fils. Le premier consiste en les harcèlements des femmes de son village par les soldats sénégalais en service près de l’Armée française durant le mandat, en les années quarante ; l’autre en l’occupation des maisons de Haret Hreik par des soldats australiens des Forces Alliées, lors de la seconde guerre mondiale, tirant de leur sommeil les villageois, parmi lesquels il se trouvait avec sa famille.
C’est dans cet esprit, qu’il s’engagea, en 1948, à l’âge de 13 ans, comme volontaire participant à la distribution des aides humanitaires aux réfugiés palestiniens accueillis au Liban.

Le 30 novembre 1968, il épouse Nadia el-Chami. Le couple a trois filles : Mireille, Claudine et Chantal et a aujourd’hui huit petits-enfants. Michel Aoun a toujours montré un grand attachement aux valeurs familiales, et l’appui de sa famille qui ne lui a jamais manqué, a certainement été essentiel aux heures les plus difficiles de sa vie.

La carrière militaire

Le 1/10/1955, Michel Aoun entre à l’école militaire comme élève officier. Il obtient son premier grade comme sous lieutenant dans l’artillerie le 30/9/1958. Il est nommé capitaine en 1968, commandant en 1974, lieutenant colonel en 1975 et colonel en 1980.

De 1959 à 1972, Aoun occupe plusieurs fonctions dans l’Armée de l’artillerie dans plusieurs régions libanaises. En août 1973, il est muté à Saida au sud du Liban, chargé du commandement du bataillon de la 2ème artillerie. Début 1976, lors des accrochages opposant l’Armée libanaise à l’Armée de libération de la Palestine (ALP), Michel Aoun Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Dossiers, Géneral, Liban dans l'Histoire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :