Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘vallée sainte’

La Grotte du Moine…un voyage dans l’histoire et dans la gloire d’un pays, de Hermel à Qannoubine

Posted by jeunempl sur janvier 15, 2012

ANI – Rima Youssef 
Traduction de l’arabe: Diala Hanna

De Brad sur l’Oronte à la vallée sainte de Qannoubine…un chemin parsemé de foi, de sacrifices et d’un déni de soi pour parvenir à l’état de pureté des prophètes!

Le voyage de Saint Maron, « père de la nation maronite », débuta en Syrie, du village de Zabad où il naquit jusqu’à Brad, à Alep, où il fut enterré. Les penseurs ne savent pas exactement où se trouve son ermitage, mais les scientifiques maronites se sont accordés sur le fait qu’il est né puis devenu ermite au nord-ouest de l’Oronte. Il serait également syriaque et parlait la langue syriaque, courante dans la région d’Antioche.

Selon les chercheurs, le couvent de Saint Maron est en fait « la grotte de Maron » ou « la grotte des moines » située dans la région libanaise de Hermel. L’un des disciples de Saint Maron aurait, à la mort de ce dernier, choisi cette grotte comme lieu d’ermitage, lui donnant le nom de son maître. Une autre grotte, située dans la région de Nahr-Ibrahim, aurait aussi servi de lieu d’ermitage à un moine maronite dénommé Ibrahim, d’où le nom du fleuve.

A la mort de Saint Maron, les moines qui vivaient avec lui sur une colline de Hermel y ont construit un monastère, sur les vestiges de temples romains. Ce monastère a constitué le noyau de l’Eglise maronite actuelle et, vu l’importance des maronites en ces temps-là, l’empereur Marcien (392 – 457) ordonna son élargissement pour qu’il puisse abriter plus de 500 moines ayant trouvé en le Liban un refuge et un pays de liberté.

La Grotte du Moine

C’est de cette grotte que la mission d’évangélisation des moines maronite débuta! En se postant devant la source d’où jaillit l’Oronte, à Hermel (Bekaa-Est), aux pieds du monastère Saint-Maron gravé dans les rochers, et en regardant vers le Mont-Liban, deux routes piétonnes sont visibles: la première relie la source aux hauteurs de Akoura, Jbeil, alors que la seconde arrive jusqu’à la montagne des Cèdres et la vallée de Qadisha. C’est vers la Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Au secours, d’urgence!

Posted by jeunempl sur mai 26, 2010

Yves PREVOST

Ce texte s’adresse à toutes les autorités civiles et religieuses concernées, mais aussi – et surtout – à tous les  citoyens libanais.
Le Liban possède cinq sites inscrits par l’UNESCO au patrimoine de l’humanité. Pour un aussi petit pays, c’est un incontestable sujet de fierté. Mais cet honneur n’est pas une simple reconnaissance  du passé, il est surtout un engagement pour le présent et le futur.

Par la faute des libanais, l’un de ces sites est en grand danger d’être rayé de la liste, le défendre est impératif.

C’est à plus d’un titre que la Qadicha ou Vallée Sainte, mérite d’être préservée.

* Sa beauté naturelle. Quand on y descend de Hawqa, le paysage est à couper le souffle. Un voyageur français du XVIIIème siècle, pris de peur devant sa profondeur vertigineuse (des sentiers ont été aménagés depuis!) la décrit comme un « lieu affreux » (1) où « seul peut atteindre l’oiseau ». En bas, pris entre deux falaises abruptes, le regard en peut se tourner que vers le ciel.
* Son histoire: la présence pendant quatre siècles du patriarche, vivant au milieu de son peuple, partageant avec lui l’insécurité (sous l’église de Qannoubine, se trouve une cachette qui a dû servir à plusieurs reprises), les souffrances (le patriarche Simon de Hadeth n’a-t-il pas été frappé à coups de bâton par les sbires ottomans et laissé pour mort malgré ses 100 ans passés (2)), et la misère (Le patriarche – était-ce le même? –  lors d’une grande famine, distribua tous les revenus des églises et vendit sa propre croix pectorale pour subvenir aux besoins de son peuple.) Ainsi, nous comprenons mieux dans quel esprit s’est forgée la communauté maronite, et pourquoi Qannoubine en est le cœur.(3)
* Sa dimension spirituelle. Comment, croyant ou non, ne pas être saisi de respect à la pensée de ces centaines, ces milliers de saints qui, pour l’amour de Dieu seul,  ont tout quitté pour vivre rudement dans une simple grotte, consacrant toute leur vie à la prière et la méditation?

Permettez-moi de vous conter une anecdote personnelle. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un ermite des temps modernes

Posted by jeunempl sur octobre 18, 2009

Nouvelles d’Alsace

Liban - Colombie - Père Dario EscobarFils de riches Colombiens, le père Dario Escobar a quitté famille et fortune pour s’installer dans une vallée du Liban et y réaliser, depuis neuf ans, son rêve : devenir ermite.

« Celui qui goûte à cette vie n’en voudrait pas d’autre » : le père Dario a trouvé son paradis terrestre à l’ermitage de Hawka, monastère en pierre construit dans une grotte de la vallée libanaise de Qadicha, nommée « la Vallée des Saints » en raison des nombreux couvents et ermitages qu’elle abrite.

C’est au bout d’un sentier escarpé de plusieurs kilomètres qu’un promeneur peut parfois entrevoir la silhouette de l’ascète. « Ici, j’atteins une paix intérieure que je n’abandonnerai pas pour la plus grande des fortunes », souligne cet homme aux yeux rieurs, âgé de 75 ans. La richesse, père Dario l’a connue. Originaire de la ville colombienne de Medellin, il avait hérité de ses parents, vivait confortablement. Mais « l’argent ne m’a jamais rendu heureux, au contraire ». Il a tout abandonné pour une vie d’ermite, au Liban.
Un gros bloc de pierre en guise d’oreiller, un fin matelas couvert d’une plaque en bois, une croix, une bougie et un réveille-matin ornent sa minuscule chambre. « Je ne peux plus dormir sur un oreiller. » Il vit sans journaux, sans téléphone, sans radio « et bien sûr sans Internet ! » ajoute cet ancien professeur de théologie, de psychologie et de grec biblique.

Au menu, exclusivement végétarien : des haricots, des oignons, des pommes de terre du potager. « Je mange ce que je cultive. Ce que je ne peux pas préparer ici, on me l’apporte du couvent », dit-il. Des randonneurs sont, à part quelques moines, son unique contact avec le monde. « Normalement Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :