Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘usine’

Signature du contrat pour la construction de Deir Ammar 2

Posted by jeunempl sur avril 13, 2013

(L’Orient le Jour)

Zahrani - centrale électriqueNote du MPLBelgique.org : L’usine fournie produira 100 MW supplémentaire au même prix qu’initialement prévu. Admirez la rage de l’Orient le Jour, ce média pro-Hariri qui consacre 3/4 de l’article à une fausse polémique créée par Kabbani, député tripolitain haririen. Celui-ci critique ni plus ni moins l’économie réalisée par le ministre dans l’opération !

Le ministre sortant de l’Énergie et de l’Eau, Gebran Bassil, a signé hier le contrat avec la société grecque-chypriote J&P Avax pour la construction de la nouvelle centrale de Deir Ammar 2. « L’appel d’offres remporté par la JP-Avax a permis d’économiser plus de 96 millions de dollars », a affirmé M. Bassil. Selon lui, ce nouveau projet va permettre la production de 850 mégawatts (MW) au lieu des 700 MW prévus initialement.

Note du MPL : l’usine sera construite en 2 ans, produira 538 MW (565 MW lorsqu’alimentée au gaz).

La polémique autour de la centrale se poursuit

Cette annonce intervient dans un climat tendu, de nombreuses voix s’élevant contre le ministre de l’Énergie, accusé de fraude pour avoir demandé l’annulation du premier appel d’offres qui avait donné gagnante la joint-venture entre la société espagnole Abener et la société libanaise Butec. Hier encore, le député Mohammad Kabbani, président de la commission parlementaire des Travaux publics, des Transports et de l’Énergie, a adressé une lettre à la Cour des comptes à ce sujet. Selon lui, plusieurs violations à la loi ont été faites dans cette adjudication, « puisque la compagnie chinoise s’est retirée de l’opération, laissant la compagnie grecque comme unique participante ». De plus, le député Kabbani a noté qu’« il n’est pas vrai que des économies ont été faites sur cette adjudication, puisque les travaux à effectuer ne sont pas aussi importants que lors de la première adjudication entreprise ». Il a de même estimé que « le ministre Bassil a effectué une fragmentation illégale du projet pour contourner le contrôle du Parlement », et précisé que « l’usine utilisera des produits très toxiques et nocifs pour la santé des habitants de la région ».

Publicités

Posted in Dossiers, Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Economie : Accord de coopération sur les recherches industrielles

Posted by jeunempl sur juin 16, 2012

N.A. – ANI

Le ministre de l’Industrie Vrej Sabounjian, le président de l’Université Arabe de Beyrouth (BAU) Amro Jalal Adwi, le président de l’Association des Industriels Libanais Nehmat Frem et le représentant du Conseil National de la Recherche Scientifique Hassan Charif, ont signé vendredi un accord de coopération entre le programme des exploits de la Recherche Industrielle et l’université.

Le ministre Sabounjian a indiqué que « la signature d’un tel accord élargit le cadre de la coopération entre le programme des exploits de la Recherche Industrielle (LIRA) et les institutions académiques par l’intermédiaire de la BAU », rappelant de l’accord similaire signé antérieurement avec l’AUB et la LAU.

« Le programme LIRA a réalisé l’échange entre ces universités qui se sont rencontrées sur des objectifs précis et bien définis et qui se sont dites prêtes à mettre leurs capacités à la disposition des recherches liées aux Lire le reste de cette entrée »

Posted in Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La crise des déchets à Saïda toujours au point mort

Posted by jeunempl sur janvier 9, 2012

(L’Orient le Jour)

Il y a quelques semaines, la municipalité de Saïda inaugurait les travaux sur un brise-lame controversé qui devrait contourner le dépotoir de la ville. La crise des déchets n’est pas résolue pour autant.

Le dépotoir de Saïda, capitale du Liban-Sud, continue de recevoir chaque jour des milliers de tonnes de déchets en tout genre. L’usine ultramoderne de tri et de compostage à proximité reste hermétiquement fermée. La ville ne semble donc pas sur le point de régler une crise qui traîne depuis une quarantaine d’années, et dont le résultat est un immense dépotoir qui pollue et empoisonne l’air de ses quartiers sud. Le président du conseil municipal, Mohammad Saoudi, explique pourquoi.

« Le principal obstacle reste celui des négociations avec les propriétaires de l’usine, dit-il. Or, si celle-ci ne commence pas à fonctionner, nous ne pouvons pas fermer le dépotoir et entamer sa réhabilitation. »

Il rappelle qu’il existe un accord signé par la municipalité et les propriétaires il y a un peu plus d’une dizaine d’années, en vertu duquel le prix de traitement de la tonne a été fixé à 44 dollars, avec un traitement gratuit de 180 tonnes. Mais l’usine a, depuis, changé de main, les propriétaires initiaux ayant été incapables de poursuivre le projet sans s’allier à de nouveaux partenaires. « Les actuels propriétaires exigent 104 dollars par tonne et ne veulent plus assurer de traitement gratuit, explique Saoudi. Jusque-là, les pourparlers avec eux, supervisés par le ministère de l’Intérieur, ont échoué parce qu’ils s’en tiennent à leurs conditions. »

Le président de la municipalité dément vigoureusement que ce dossier soit entravé par des interventions politiques et des conflits d’intérêt entre différentes factions, comme certains observateurs le notent aujourd’hui. « Au contraire, les propriétaires de l’usine sont d’autant plus imperméables aux pressions politiques qu’ils sont saoudiens, et non libanais, assure-t-il. Cela explique pourquoi ils Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Gestion des déchets… le problème libanais

Posted by jeunempl sur octobre 16, 2011

Economy and Ecology online
Traduit par le MPLBelgique.org

En l’absence d’un plan national de recyclage, le problème des déchets devient de plus en plus troublant au Liban.

Dans un pays réputé pour ses scènes et merveilles naturelles, des montagnes de poubelles et des décharges peuvent être pris pour quelque chose de déprimant.
Avec une population d’environ 4.5 millions de personnes, la quantité de déchets, en ce compris les déchets ménagers, industriels et médicaux, est estimée à près de 4.000 tonnes par jour, soit 1.500.000 tonnes annuelles. Malheureusement, en l’absence d’un plan de traitement des déchets, les solutions se font attendre.

Une fois appliquée, une stratégie de gestion des déchets impliquerait une réduction du volume de déchets selon les experts. En 1997, le cabinet avait approuvé un plan d’urgence soumis par le ministère de l’Environnement. Le plan était principalement basé sur la réhabilitation de l’usine de A’amroussieh et l’incinération d’environ 600 tonnes/jour de déchets ménagers, en plus de la réhabilitation de l’usine de la Quarantaine.
Malheureusement, le plan est resté encre sur papier…

Aujourd’hui, les municipalités collectent les déchets de la périphérie de villes et villages. Les déchets non traités et non-recyclés sont transportés dans des containers, des sites d’enfouissement non-contrôlés et des décharges. A ce sujet, le renvoi des Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral, Nos articles, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Des machines de recyclage à l’entrée des supermarchés Spinneys

Posted by jeunempl sur juillet 28, 2011

Le Commerce du Levant

Dans le cadre de l’initiative « Protect Lebanon – Recycle Today », Spinneys, la société de services Servicop et Nestlé Waters ont installé des machines de recyclage dans les branches d’Achrafié et de Dbayé du supermarché.

« Ce projet a pour but de sensibiliser nos clients aux problèmes écologiques en les incitant à participer à la préservation de l’environnement grâce à des gestes simples au quotidien », explique Ralph el-Kahi, responsable de la communication à Spinneys.

En effet, ces machines (Reverse Vending Machine) permettront aux clients d’y déposer des bouteilles en plastique ou des canettes et boites en aluminium et sont conçues pour réduire la quantité de déchets quotidiens dans les décharges. Elles sont capables de reconnaître les matières non-recyclables et peuvent contenir jusqu’à 600 bouteilles et canettes. Celles-ci seront par la suite acheminées par Servicop vers une usine de recyclage.

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sicomo va produire son propre combustible à partir de déchets plastiques

Posted by jeunempl sur juillet 18, 2011

Le Commerce du Levant

L’usine de recyclage de papier Sicomo vient de signer un contrat pour un montant de 3 millions de dollars avec une entreprise suédoise Energiprojekt AB, spécialisée dans la mise à disposition de technologies « Waste to energy ». Le procédé, retenu par Sicomo, doit lui permettre de transformer les déchets plastiques en hydrocarbures afin d’alimenter l’usine en électricité et économiser sur sa facture énergétique.

« En tant que groupe industriel, notre principal problème reste l’absence d’électricité fiable et constante. La nécessité de recourir à des générateurs est un surcoût, que nous devions réduire si nous voulions continuer d’exister sur le marché régional », explique Zafer Chaoui, P-dg de l’usine Sicomo, installée depuis 30 ans à Chtaura, et qui emploie quelque 120 salariés.

Sicomo, qui a reçu l’agrément du ministère de l’Environnement pour mener à bien cette première nationale et régionale, dépense 2 millions de dollars par an pour assurer son approvisionnement en fuel. « Une facture qui rend nos prix de revient non compétitifs sur le marché régional où les autres acteurs bénéficient d’essence peu onéreuse – c’est le cas des pays du Golfe – ou fortement subventionnée – comme en Syrie ». Cette technologie devrait lui permettre d’économiser presque l’intégralité de sa facture énergétique.

Sukleen, qui est déjà l’un des principaux fournisseurs de papiers et de cartons à recycler de l’usine, devrait fournir les déchets plastiques.

Racheté en 1995 par la holding Chaoui (qui détient également des parts dans Ksara et dans la Banque Libano-Française), Sicomo recycle des cartons pour en faire des matériaux semi-finis : du carton pour enroulement, utilisé pour les rouleaux de papier toilette ; du carton gris, pour les reliures de livres, les boîtes à chaussures ou les boîtes de mouchoirs.

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Ansar se met au tri sélectif

Posted by jeunempl sur septembre 1, 2010

Zahraa Mortada – Les Hirondelles

Fruit d’un projet du ministère d’Etat pour la Réforme administrative financé par l’Union européenne, une usine de tri et de compostage a vu le jour en 2009 à Ansar. Comme toutes ses consoeurs, elle est aujourd’hui confrontée au défi de la continuité.

En quittant Ansar, il suffit de remonter un chemin d’un kilomètre et demi pour tomber sur l’usine de tri et de compostage de cette localité du caza de Nabatiyé. Avant l’ouverture de l’usine il y a 8 mois, les déchets des 15 000 habitants s’amoncelaient dans une décharge à ciel ouvert. Aujourd’hui, ils sont triés et recyclés.

Chaque matin, les deux camions de la municipalité font le tour de la ville, récoltent les déchets et les déversent dans une trieuse. Des ouvriers s’y tiennent de part et d’autre. L’un s’occupe du plastique, l’autre du carton, et ainsi de suite. Après 72 heures de fermentation et 30 jours de maturation dans des machines, le tour est joué: des sacs de compost s’entassent, prêts à la distribution. «La vente de compost est encore très timide, presque nulle», affirme Mohamad Assi, ex-maire et membre actuel du conseil municipal. Il ajoute, avec un peu d’optimisme: «Nous n’en sommes qu’au début, cela doit être normal».

Pour la municipalité, la question de la rentabilité est aujourd’hui cruciale. L’usine est en effet déficitaire : en huit mois, l’activité n’a pour l’instant rapporté que 650 dollars, pour un coût de fonctionnement mensuel de 5 700 dollars. La municipalité couvre ces frais, aidée par un financement européen de 104 000 dollars étalé sur deux ans. D’ici là, elle devra gagner en autonomie financière, en vendant davantage de Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :