Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Articles Tagués ‘Sureté générale’

L’histoire complète de la voiture piégée à Naameh

Publié par jeunempl le août 20, 2013

Al Akhbar – Traduit par Al Manar

Naameh - voiture piégéeLa sureté générale a démantelé dimanche une cellule terroriste dans la région de Naameh, près de Khaldeh sur la route du Sud Liban. Trois suspects dans la planification de trois attentats à la voiture piégée ont été arrêtés. Parmi eux figurent un cheikh salafiste, son assistant et une troisième personne. Mais le cerveau de la cellule Mohammad A. a pris la fuite.

Le quotidien al-Akhbar a révélé dans son numéro de lundi les dessous du démantèlement de ladite cellule.

Mohammad A. n’est pas un simple salafiste, mais un extrémiste takifiri. Il a voulu faire le jihad, et a donc choisi de préparer plusieurs voitures piégées comme moyen à ce jihad !
Il a fait part de son désir de se procurer d’explosifs à un informateur de la sureté générale. C’est ainsi qu’il fut placé sous contrôle et poursuite depuis un mois et demi. Mais, Mohammad était très prudent, et les éléments de la sureté générale n’ont pas pu le rattraper en flagrant délit malgré leurs maintes tentatives.

Cependant, la sureté générale qui surveillait les communications de Mohammad était convaincue qu’un attentat était en cours de préparation. Parallèlement, des renseignements ont fait état que Mohammad dirigeait un réseau extrémiste composé de sept personnes, qui compte faire exploser des voitures et perpétrer des assassinats.

Il y a six jours, Mohammad est monté à bord de sa voiture de type Audi. Après avoir effectué une tournée, il l’a garée dans un Lire la suite »

Publié dans Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une nouvelle web-série libanaise s’attaque à la censure

Publié par jeunempl le juillet 11, 2012

Le Commerce du Levant

Dénoncer la censure, moquer son fonctionnement sans tout à fait la caricaturer, dans une web-série au format court adapté aux connexions laborieuses du Liban. Le tout sans s’exposer à la censure, qui s’appuie sur des textes lacunaires ne prévoyant aucun contrôle d’Internet… C’est l’objectif de Mamnou3 (interdit en arabe), une web-série de dix épisodes d’environ huit minutes diffusés à partir du 1er juillet et soutenue par la Fondation Samir Kassir.

Premier concept de « faux documentaire » (ou mockumentary en anglais) dans le monde arabe, la série décrit la vie du bureau de la censure de la Sûreté générale, chargée de veiller à ce que films, pièces de théâtre ou émissions de télévision ne perturbent ni les bonnes mœurs, ni la paix civile.

L’idée a germé lors d’une conférence sur la censure organisée par la Fondation Samir Kassir. Son directeur exécutif Ayman Mhanna fait alors défiler les films qui ont été censurés au cours de l’année et en explique la raison à chaque fois. « Les motifs invoqués étaient tous ridicules, on n’en revenait pas dans la salle… J’ai alors commencé à imaginer le processus et les personnages qu’il y a derrière cette censure », se souvient Nadim Lahoud, producteur délégué de Mamnou3.

La Fondation Samir Kassir a financé la web-série par l’intermédiaire du Centre SKeyes, qui a pour objectif de surveiller les violations de la liberté de la presse et les entraves à la culture. La fondation est elle-même principalement financée par l’Union européenne.

La réalisation de la web-série qui a coûté 60.000 dollars a été confiée à Nina Najjar. Les acteurs sont des étudiants.
« Internet nous donne accès à des gens qui, souvent, ne sont même pas au courant que Lire la suite »

Publié dans Culture & Société, Géneral, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Damas remet à la SG trois personnes impliquées dans l’enlèvement des Estoniens

Publié par dodzi le mai 18, 2012

L’Orient le Jour

Le chef de l’État en compagnie du général Ibrahim, hier, à Baabda.

Les autorités syriennes ont remis hier à la direction de la Sûreté générale trois personnes impliquées dans le rapt des sept Estoniens dans la Békaa, le 23 mars 2011.

C’est ce qu’a indiqué hier la Sûreté générale dans un communiqué, faisant état de la nationalité des ravisseurs (un Libanais, un Syrien et un Palestinien) et rappelant que les autorités syriennes lui avaient déjà remis le principal accusé dans l’affaire, Waël Abbas, le 2 novembre 2011. Par ailleurs, le communiqué précise que la remise des trois nouveaux accusés « est le résultat d’une coordination entre la Sûreté générale et les services syriens concernés, en vertu du principe du respect mutuel de la souveraineté de chaque État sur son territoire, étant donné que le crime en question est intervenu en territoire libanais ».

Ibrahim chez Sleiman

Plus tôt dans la journée, le président de la République Michel Sleiman a reçu le directeur de la Sûreté générale, le général Abbas Ibrahim, qui l’a informé de la remise des trois accusés, attendue en cours de journée.

Signalons toutefois que ce sont les FSI qui sont en charge, depuis le début de l’enquête, de l’affaire du rapt. Si les trois accusés ont été remis hier à la Sûreté générale, c’est parce que celle-ci est seule compétente en matière d’extradition et de rapports avec des services de sécurité étrangers, comme l’explique une source des FSI. « Les trois personnes seront remises au plus tôt aux FSI pour mener l’interrogatoire dans le cadre de l’enquête en cours » Lire la suite »

Publié dans Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le démantèlement d’un réseau salafiste enflamme Tripoli

Publié par jeunempl le mai 14, 2012

(Jeanine Jalkh – L’Orient le Jour)

Les incidents qui ont ébranlé au cours du week-end écoulé la capitale du Liban-Nord ont remis en question une fois de plus la fragilité d’une ville qui sombre petit à petit dans les abysses d’un jeu politico-sécuritaire combiné, sur fond de crise syrienne.

Trois morts dont un soldat de l’armée et plus de 27 blessés : tel est le bilan des accrochages qui ont fait suite à l’arrestation samedi dernier d’un islamiste, Chadi Mawlaoui, accusé d’avoir eu des contacts avec une « organisation terroriste ». En soirée, des informations obtenues par L’Orient-Le Jour ont fait état de l’arrestation préalable d’un réseau de six personnes, dont le chef de nationalité jordanienne, auquel Mawlaoui était directement lié.

L’affaire a commencé samedi soir lorsque Chadi Mawlaoui a été arrêté par la Sûreté générale, qui a assuré que son interpellation a eu lieu dans le cadre d’une « enquête sur ses liens avec une organisation terroriste » sans donner plus de précisions.

C’est, semble-t-il, la « manière très inélégante et particulièrement inhumaine » dont a été effectuée l’arrestation de Mawlaoui qui a immédiatement déclenché la colère de la rue salafiste. Ce sont également les rumeurs circulant sur l’existence d’une liste de 20 noms de Libanais ayant pris part aux combats en Syrie, qui sont venues envenimer le climat. Ces informations, révélées en cours de journée par le député de Tripoli Mohammad Kabbara, ont ensuite circulé dans les milieux islamistes. Selon la rumeur, qui n’a pas pu être vérifiée, la liste aurait été remise à la Sûreté générale « qui a été sollicitée par le régime pour effectuer la besogne ».

Par conséquent, l’idée qu’une institution dirigée par un chiite (le général Abbas Ibrahim), accusé de surcroît d’être proche du Hezbollah et de la Syrie, s’en prenne de la sorte à un salafiste « des plus innocents », selon son frère, a été exploitée à fond par la rue sunnite antisyrienne.

Le guet-apens

Dans les faits, Chadi Mawalaoui avait demandé une aide financière auprès de l’association Safadi pour un traitement coûteux requis par l’hôpital où se faisait soigner sa petite fille, gravement malade. Samedi, il a été entraîné dans un traquenard dans les bureaux de l’Association Safadi par un agent de la Sûreté générale, qui s’est fait passer pour un employé de l’association, lui demandant de se présenter pour récupérer l’aide financière qui lui a été consentie. Mawlaoui s’est pointé au rendez-vous, pour être aussitôt intercepté par les agents de la Sûreté, qui Lire la suite »

Publié dans Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Syrie: 44 morts dans les attentats de Damas

Publié par jeunempl le décembre 24, 2011

ANI

Quarante-quatre personnes ont été tuées et 166 autres blessées dans les deux attentats suicide à la voiture piégée qui ont visé vendredi deux bâtiments des services de sécurité à Damas, selon un communiqué du ministère de l’Intérieur lu à la télévision publique syrienne.

"Quarante-quatre personnes, des civils et des agents de sécurité, ont été tuées et 166 autres blessées dans les deux opérations terroristes", indique le ministère.

"Les dégâts matériels sont considérables. Les immeubles et rues voisines des bâtiments visés ont été endommagées", poursuit-il, affirmant que "la main d’Al-Qaïda était derrière" ces attentats.

Le ministère a demandé aux Syriens de coopérer en leur demandant d’informer les autorités s’ils étaient témoins d’actes suspects.

Ces attentats, sans précédent depuis le début de la contestation mi-mars, ont eu lieu à quelques minutes d’intervalle dans le quartier de Kafar Soussé, dans l’ouest de la capitale. Ils ont visé la Direction de la sûreté générale, le plus important service de renseignement civil, ainsi qu’un bâtiment de la sécurité militaire.

Les autorités syriennes ont imputé les attaques à Al-Qaïda, alors que le Conseil national syrien (CNS), principal mouvement d’opposition, a accusé le régime.

Publié dans Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Entre les efforts de Charbel Nahas et ceux des ONG, les droits des employées de maison en voie de reconnaissance…

Publié par jeunempl le octobre 9, 2011

(Scarlett Haddad – L’Orient le Jour)

Le ministre du Travail Charbel Nahas est sur tous les fronts. Il y a quelques jours, il a pris une décision allégeant les formalités de travail des époux et enfants de Libanaises. Aujourd’hui, il est au cœur des réunions sociales pour définir l’indice de la cherté de vie et il prépare pour bientôt une série de décisions visant à réformer le dossier des travailleurs étrangers, qu’on appelle désormais pour atténuer l’impact de leur statut « les domestics helpers ». Ces décisions pourraient bien produire un changement de fond dans l’approche libanaise de ce dossier.

Ce dossier est d’ailleurs l’un des plus épineux sujets sociaux et pousse les organisations internationales des droits de l’homme à épingler régulièrement le Liban sur la façon de traiter les travailleurs étrangers et de les priver de leurs droits élémentaires, notamment la confiscation de leurs papiers d’identité et leur privation de liberté. Un colloque s’est d’ailleurs tenu à Amman les 23 et 24 septembre pour établir un réseau de protection sociale pour les employées de maison au Liban, en Jordanie et en Égypte, ces trois pays ayant plus ou moins des situations assez proches dans ce domaine. Des associations libanaises, Amel en tête, y ont assisté ainsi qu’un représentant de la Sûreté générale pour exposer la situation au Liban et tenter de trouver des solutions communes. La société civile au Liban, en Égypte et en Jordanie veut donc exercer des pressions sur les institutions étatiques des pays concernés pour favoriser l’adoption de lois préservant les droits des travailleurs étrangers, tout en restant équitables avec les employés.

Au nom des ONG libanaises, le président fondateur de Amel, le Dr Kamel Mehanna, a donc présenté à Amman un projet pour améliorer les conditions de vie des employées de maison étrangères. Il a ainsi précisé que selon les statistiques, il y aurait au Liban près de 200 000 travailleurs étrangers, dont la grande majorité serait des femmes. Les travailleurs syriens et les clandestins (près de 30 000) ne sont pas comptés dans ce chiffre. Or, même en l’absence de chiffres précis, le nombre de Lire la suite »

Publié dans Actualité Tayyar-CPL, Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les directeurs de la Sûreté générale et de la Défense civile ont été désignés hier soir

Publié par jeunempl le juillet 19, 2011

iloubnan/ANI

L’adjoint du directeur des renseignements de l’armée libanaise, le général Abbas Kazem Ibrahim, est le nouveau directeur de la Sûreté générale, le général Raymond Khattar est le nouveau directeur général de la Défense civile. Ces nominations ont eu lieu à l’issue d’une réunion extraordinaire du conseil des ministres hier soir au Grand Sérail de 16h30 à 19h45.

Le ministre des Travaux publics et du Transport Ghazi Aridi était absent de cette séance pour raison de voyage, alors que le nouveau ministre d’Etat Marwan Kheireddine, qui succède au ministre démissionnaire Talal Erslan, a effectué sa première entrée officielle au Grand Sérail.

Outre la nomination des généraux Ibrahim et Khattar, le gouvernement a, entre autres, approuvé la désignation d’assistantes sociales, étudié les moyens d’encourager les investissements, affecté la réhabilitation des routes dans les différentes régions à travers l’administration des adjudications et décidé d’accepter les dons de l’Union Européenne et de l’ambassade d’Allemagne à des organismes officiels; il a aussi reconnu l’Etat du Sud-Soudan, selon le ministre de l’Information Walid Daouk qui a lu le compte-rendu de la séance.

"M. Mikati souhaite que les désignations qui ont eu lieu et qui auront lieu ultérieurement ne soient pas considérées comme une victoire pour une certaine partie ou un échec pour une autre. Tout d’abord parce que ce n’est pas le cas, mais aussi parce que ces désignations se doivent d’être Lire la suite »

Publié dans Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Liban : Censure d’un clip arménien

Publié par jeunempl le avril 28, 2010

Nouvelles d’Arménie

La Sûreté générale a interdit le passage sur les chaînes de télévision libanaises d’un vidéoclip arménien chanté par Eileen Khatchadourian. La chanson s’intitule Zartir Vortyiag (Réveille-toi mon enfant). C’est un ancien chant patriotique arménien qui raconte l’histoire d’une mère qui dit à son fils « va combattre l’ennemi avec le drapeau sacré sur ton épaule droite ».

« La chanson ne mentionne en aucun cas le terme Turquie ou empire ottoman », explique Khatchadourian, racontant ses déboires auprès de la Sûreté générale. « On m’a dit que je pouvais passer le clip seulement le 24 avril, jour commémorant le génocide, sur les chaînes libanaises non satellitaires. Quand j’ai demandé pourquoi, on m’a expliqué que "le Liban entretient actuellement de très bonnes relations avec la Turquie et nous ne voulons pas que la chanson froisse l’ambassadeur turc" », souligne-t-elle, rapportant les propos de responsables à la Sûreté générale. « J’ai alors répondu que la chanson ne mentionne pas la Turquie, que je suis une Arménienne libanaise, que ma communauté a des députés au Parlement et que le Liban est l’un des premiers pays du monde à avoir reconnu le génocide arménien », martèle-t-elle. Les partis arméniens, le Tachnag, le Henchag et le Ramgavar ont été prévenus de l’affaire et comptent protester.

Publié dans Culture & Société, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Yousra, réfugiée irakienne au Liban, un cas parmi 48 000 autres

Publié par dodzi le janvier 21, 2010

Iloubnan.info

Par Nada Akl

L'UNHCR estime à plus de 48 000 le nombre de réfugiés irakiens au Liban.

Yousra El-Amiri, une réfugiée irakienne entrée illégalement au Liban il y a quelques mois, a ces derniers jours monopolisé l’attention de différentes ONG: elles accusent entre autre la Sûreté Générale d’avoir arbitrairement détenu cette femme alors même qu’un juge avait ordonné sa libération. Une controverse qui remet en lumière l’absence de politique concernant la situation des 48 000 réfugiés irakiens au Liban.

L’aventure de Yousra El-Amiri, 37 ans, commence en Irak, son pays, où des milices armées tuent son père et la menacent. En mai 2009, elle quitte le pays avec son frère et entre clandestinement au Liban via la Syrie. Quand les autorités libanaises les arrêtent tous deux, elle est condamnée à un mois de prison. La peine prend fin le 21 Juin mais le 11 Décembre 2009, El-Amri est toujours détenue, malgré l’ordre de libération immédiate prononcée par le juge Cynthia Kasarji (une décision du tribunal confirmée par le ministère de l’Intérieur). « En septembre 2009, Yousra El-Amiri a été reconnue comme réfugiée par le Haut commissariat des Nations Unies aux réfugiés(HCR) », explique Nizar Saghieh, son avocat. Le Liban a signé et ratifié la Convention des Nations Unies contre la torture qui interdit le rapatriement des personnes qui risquent la torture dans leur pays. Saghieh demande des comptes au ministère de l’Intérieur: « Yousra El-Amri a été détenue arbitrairement pendant 7 mois sans aucune justification juridique ».

Comme Yousra, les Irakiens qui ont fuit leur pays pour trouver refuge au Liban sont généralement identifiés comme réfugiés par le HCR. Mais le Liban n’a pas signé la Convention sur les réfugiés de 1951 et ne donne pas d’effet juridique à la reconnaissance de ce statut par le HCR. Ceux qui qui entrent clandestinement au Liban en quête d’un refuge contre la persécution, ou alors qui y entrent légalement mais qui, pour les mêmes raisons, après l’expiration de leurs visa, sont donc traités comme des immigrants illégaux et sont arrêtés ; ils risquent la prison et le rapatriement. Cependant, selon un accord passé entre le HCR et le gouvernement libanais, les réfugiés et les demandeurs d’asile sont tolérés pour une période limitée en attentant l’orientation vers un autre pays ou le rapatriement volontaire. Lire la suite »

Publié dans Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Liban: La Liste Hariri n’est pas interdite selon la Sureté Générale

Publié par dodzi le janvier 21, 2010

Libnanews

Dans un communiqué publié par l’ANI, la Direction Générale de la Sureté Générale a réfuté toute interdiction du dernier opus de la série SAS, "La Liste Hariri" au Liban.

"La Direction Générale n’a pas pris aucune action d’autorisation ou de rejet" du livre, indique le communiqué qui appelle les médias à vérifier leurs informations avant toute publication.

Hier, le journal Français Le Figaro avait annoncé l’interdiction de la Liste Hariri par la Sureté Générale, nouvelle reprise par la presse libanaise. Selon le quotidien français, cette interdiction aurait été motivée par l’implication -selon l’histoire- du Hezbollah dans l’assassinat de l’ancien premier ministre Rafic Hariri, le 14 février 2005. La Figaro relevait également que le responsable de la Sureté Générale appartenait à la communauté chiite et était un proche du Mouvement chiite.

Publié dans Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 40 followers

%d bloggers like this: