Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

  • N'oubliez pas de visiter nos galeries d'images.

  • MPL Belgique

  • Rubriques

  • Actualités

  • Archives

  • Méta

Posts Tagged ‘Stratégie’

Le défi de la formation aux métiers du secteur pétrolier

Posted by jeunempl sur mars 1, 2014

Le Commerce du Levant – Mona E. Sukkarieh

Cours - Pétrole et gazLes compagnies qui obtiendront des licences d’exploration et de production au Liban seront tenues d’embaucher des citoyens libanais à hauteur de 80 % de leurs effectifs. Il s’agit là d’un objectif ambitieux, inscrit dans le règlement régissant les activités pétrolières offshore. Cela pose un défi non seulement aux compagnies pétrolières mais aussi aux autorités libanaises et aux universités et aux instituts de formation professionnelle et technique dont les cursus et programmes actuels ne répondent pas aux besoins anticipés du marché du travail.

Étant donné la proximité du Liban des pays du Golfe riches en hydrocarbures, plusieurs universités libanaises proposaient depuis des années déjà aux étudiants des diplômes pétrole et gaz leur permettant de faire carrière dans ces pays. Mais ces programmes sont loin d’être suffisants. On s’attend désormais à ce que ces universités et centres de recherche anticipent la possible découverte de ressources offshore et le développement d’un secteur pétrolier au Liban pour offrir aux jeunes Libanais un choix plus large et un enseignement plus complet ainsi que des installations et des équipements plus modernes. Après une période d’hésitation, l’année 2013 a vu un certain nombre d’universités introduire de nouveaux programmes d’études et de formation pour accompagner l’émergence éventuelle d’une industrie pétrolière dans le pays.

Les étudiants qui ont l’intention de suivre l’un ou l’autre de ces programmes seront sur le marché dans quatre à cinq ans. Mais ces futurs diplômés n’auront aucune expérience professionnelle. Pendant les premières années, les Libanais formés à l’étranger seront donc avantagés. Il faudra donc les encourager à retourner travailler dans leur pays en leur proposant des conditions séduisantes.

Parallèlement aux programmes académiques, une attention particulière devrait être accordée à la main-d’œuvre locale peu qualifiée, un sujet jusque-là négligé. Des programmes de formation sont à l’étude. Une Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ali Fayyad, député du Hezbollah, au sujet de l’entente avec le CPL

Posted by jeunempl sur février 5, 2013

Mediarama

Hezbollah - drapeauCourant Patriotique Libre (CPL) - Tayyar el Watani el Horr - Logo« L’entente entre le Hezbollah et le Courant patriotique libre est un des principaux facteurs qui ont empêché le retour à une polarisation entre musulmans et chrétiens au Liban.
Les divisions islamo-chrétiennes n’existent pas dans la vie politique libanaise.

Cette entente a résisté, bien que des années se soient écoulées depuis sa signature, et en dépit du fait que le Liban ait été confronté à une série de défis qui aurait dû la mettre à l’épreuve.
Certains aspects de cette alliance ont pris une dimension stratégique et je ne vois pas comment elle pourrait être menacée. Nous misons plutôt sur le développement de cette entente pour lui donner des dimensions supplémentaires qui la rendraient plus forte et plus solide. »

Posted in Géneral, Tayyar & Hezbollah | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un monde multipolaire : Les BRICS et les Next 11

Posted by jeunempl sur décembre 30, 2012

L’Hebdo Magazine – Jenny Saleh

BRICS - Brésil, Russie, Chine, Inde & Afrique du SudLe temps d’un monde bipolaire semble de plus en plus révolu. Avec la crise économique, on assiste à la montée en puissance des Brics, mais aussi à celle des Next 11, au potentiel sous-estimé. Explications.

La crise économique qui secoue le monde occidental depuis 2008 laisse des traces. Inexorablement. Et pourrait annoncer l’entrée dans une nouvelle ère, celle d’un monde multipolaire et non plus uniquement bipolaire, comme jusqu’à présent.

Dans ce nouvel échiquier mondial, les pays des Brics sont appelés à jouer un rôle primordial. Derrière cet acronyme, le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et depuis peu, l’Afrique du Sud, considérés comme des pays émergents, constituent un important moteur de la croissance économique mondiale de ces dernières années.

Pour preuve, ces cinq pays contribuent à eux seuls à la moitié de la croissance économique mondiale et leur produit intérieur brut représente près de 20% du PIB mondial. A eux seuls, ces cinq pays représentent également 40% de la population mondiale, 25% des territoires et contrôlent déjà quelque 43% des réserves de change mondiales.

Un autre pays au poids important, ne serait-ce que du point de vue énergétique, pourrait les rejoindre dans quelques années: l’Algérie. Ce pays pourrait ainsi représenter les pays arabes et musulmans et permettre de développer une coopération sud-sud.

Coopération étroite

La montée en puissance des Brics est alimentée par les incertitudes concernant les politiques fiscales, monétaires et de régulation financière des pays développés, comme autant de défis. Lors du premier forum sur la situation économique des pays des Brics, le vice-ministre chinois des Finances, Zhu Guangyao, a d’ailleurs souligné que ce groupe devait «renforcer la coopération pour lutter contre les risques générés par les incertitudes de l’économie mondiale». Il les a également appelés à Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Liban : le spectre de la guerre civile

Posted by jeunempl sur octobre 26, 2012

Par Léon Camus

Attentats, provocations et stratégie de la tension… Qui veut mettre le feu aux poudres ?

Après Beyrouth et son fief chrétien d’Achrafieh, c’était, deux jours plus tard, le dimanche 21 octobre, au tour de Damas d’être frappé en son quartier de Bab-Touma – la Porte de St Thomas – par un meurtrier attentat à la voiture-piégée… treize morts, des dizaines de victimes. Le rapprochement qui s’impose entre ces deux événements fait planer une pénible interrogation quant à l’identité des ordonnateurs et des exécutants de l’attentat d’Achrafieh. Peut-il s’agir des mêmes, et dans le cadre de quelle monstrueuse “stratégie de la tension” ?

L’ombre de la guerre civile plane sur Beyrouth quadrillé depuis lundi matin par les blindés de l’armée libanaise tandis que des tirs sporadiques se font entendre. Craignant un embrasement général, les représentants des cinq membres permanents du Conseil de sécurité – États-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni – ont appelé à « l’unité nationale ». Vendredi 19 octobre, le chef du renseignement de la Sécurité libanaise, le général Wissam el-Hassan avait perdu la vie ainsi que sept autres personnes, 78 autres ayant été blessées dans un attentat à la voiture piégée non revendiqué mais immédiatement imputé à Damas et à son allié le Hezbollah chiite.

Saad Hariri, tête de file du Courant du Futur 1 et de l’Alliance du 14 mars, depuis son exil de Jeddah en Arabie saoudite, a aussitôt accusé Bachar al-Assad. Quant au Druze Walid Joumblatt, hier Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

S.Nasrallah: Le Hezbollah capable de transformer en enfer la vie des Israéliens

Posted by jeunempl sur août 19, 2012

Al Manar

Le Hezbollah est capable de transformer en enfer la vie des millions d’Israéliens en cas d’agressions contre le Liban, c’est ce qu’a affirmé, ce vendredi, le secrétaire général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, lors d’une cérémonie à l’occasion de la journée mondiale d’AlQuds.

La guerre contre le Liban sera très couteuse, a averti sayed Nasrallah, et d’ajouter : « la résistance est capable de viser en un nombre limité de missiles précis quelques cibles en Palestine occupée qui pourront transformer en un véritable enfer la vie des millions d’Israéliens.

Voici les principaux points de son discours :

Nous nous rencontrons une nouvelle fois à l’occasion de la journée mondiale d’AlQuds décrétée par l’Imam Khomeiny, le dernier vendredi du mois de Ramadan.

Nous voulons dire à nos ennemis et nos amis que la question d’AlQuds et de la Palestine est une cause loin de toutes les divergences. Et notre attachement religieux à cette cause est inébranlable.

Aujourd’hui nous ne pourrons pas concevoir l’avenir d’AlQuds sans celui de l’entité sioniste. Nous ne pourrons pas parler de la restitution d’AlQuds à la nation et au peuple palestinien en présence d’ « Israël ».

AlQuds fait l’unanimité parmi les Israéliens et les différences sont dissipées quand il s’agit d’AlQuds. Ce qui n’est pas le cas des Arabes.

Les Israéliens sont unanimes sur le fait qu’AlQuds est la capitale éternelle d’Israël. La judaïsation de cette ville bat son plein… AlQuds se perd de jour en jour, au moment où les Arabes et les musulmans sont préoccupés par leurs divergences.

S’agissant de l’environnement stratégique d’Israël, notre ennemi a malheureusement certains avantages. Les Israéliens organisent chaque année des conférences pour discuter de la stratégie d’Israël, des défis militaires, démographiques, économiques auxquels ils font face. Ce qui n’est pas le cas des pays Arabes.

Chaque année, nous lisons les plans et les dossiers discutés lors de ces conférences. En 2010 et 2011, ils évoquaient de grandes préoccupations, et des menaces surtout après les développements dans les pays arabes : la chute de Moubarak, le retrait américain humiliant de l’Irak, la chute des régimes soi-disant modérés et la puissance de l’Iran.

Ils craignaient la naissance d’un grand axe régional en faveur de la Palestine et des Palestiniens et contre Israël. Or, après les événements en Syrie, l’image a changé. La Turquie, qui soutenait la cause palestinienne, a réduit à zéro ses relations avec la Syrie. Il en est de même pour ses relations avec l’Irak qui sont devenues tendues, et avec l’Iran qui sont plutôt froides.

Les changements dans les pays arabes ont été exploités en faveur de la crise syrienne, et de la création d’une atmosphère d’animosité des pays arabes envers l’Iran…Par conséquent, Israël parle aujourd’hui d’espoir, d’un avenir prospère et d’une Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Economie : Bassil lance la stratégie nationale du secteur de l’Eau

Posted by jeunempl sur avril 27, 2012

N.A. – ANI

Le ministre de l’Energie et de l’Eau Gebran Bassil a inauguré jeudi à l’Université Libanaise à Hadath, la stratégie nationale du secteur de l’Eau au Liban, en présence de plusieurs ministres et députés.

M. Bassil a réitéré la nécessité de construire des barrages qui pourraient aider à stocker de grandes quantités d’eau en hiver au lieu de les perdre inutilement.

Le ministre a finalement appelé les responsables libanais à défendre les droits du pays de bénéficier de sa richesse naturelle en eau.

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Liban agit et s’exprime de manière libre et indépendante

Posted by jeunempl sur août 17, 2011

Dr Riad Jreige – Libnanews

La chute politique du gouvernement de Saad Hariri, la nomination de celui de Mikati et le début des séances de travail dans tous les domaines et secteurs de la vie politique et économique du pays représentent une preuve que le remède contre la corruption a bel et bien débuté.

Après le retard monstre qu’il a accumulé, les années de guerre durant et après jusqu’en 2010, le Liban est sur le point de devenir le pays arabe le plus en avance sur plusieurs plans. Tout d’abord, celui politique par l’exercice d’une démocratie adaptée à la réalité sociologique du pays, en passe de devenir exemplaire. Puis, la lutte contre la corruption en s’attaquant aux dysfonctionnements dans le domaine public en rétablissant, petit à petit, le droit à l’égalité des chances dans l’ensemble des domaines dont ceux dans les administrations publiques.

Désormais, chaque ministre s’occupe de son domaine à plein temps ainsi que de son ministère, en luttant contre la corruption qui le concerne, en nommant durant les conseils de ministres, qui deviennent hebdomadaires, voir pourquoi pas plurihebdomadaires, les hauts fonctionnaires choisis en fonction de leurs compétences et non en fonction de leur appartenance communautaire, en appliquant les lois, ou en les votant avant de les appliquer quand celles-ci sont désuètes, ou n’existaient pas encore, elles sont alors remplacées par des lois modernes et adaptées.

Beaucoup de chantiers ont démarré, celui de l’eau potable est en place, celui de l’irrigation et de l’agriculture l’est également, la délimitation des frontières terrestre et maritime est en place, celui des télécommunications, la sécurité du pays par la double voie armée et résistance concoctant la stratégie de défense que le Liban a déjà adoptée.

La réconciliation nationale accompagne la fin de la corruption. Le patriarche maronite Raï accompagne cette mutation par un discours clairvoyant, à distance des dissensions politiques partisanes, en mettant en avant la réalité pluricommunautaire du pays, en insistant sur le pardon et en accompagnant Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Hajj Hassan au secours de l’agriculture, grand corps malade de l’économie

Posted by jeunempl sur août 5, 2011

(Rana Andraos – L’Orient le Jour)

Dans une entrevue accordée à « L’Orient-Le Jour », le ministre de l’Agriculture Hussein Hajj Hassan a mis l’accent sur les déboires du secteur agricole libanais, mais aussi sur l’importance de ne pas baisser les bras. Il a minutieusement détaillé son plan d’action quinquennal qui vise à dynamiser ce secteur, en insistant sur la nécessité de subventionner la production agricole.

« Pour que l’agriculture se porte mieux, il n’y a qu’une seule solution : subventionner le secteur », affirme d’emblée le ministre de l’Agriculture Hussein Hajj Hassan, lors d’une entrevue accordée à L’Orient-Le Jour. Nommé ministre de l’Agriculture en novembre 2009 dans le gouvernement de l’ancien Premier ministre Saad Hariri, et occupant toujours ce poste dans le gouvernement formé depuis peu par Nagib Mikati, Hussein Hajj Hassan tente tant bien que mal de redresser un secteur qui n’en finit pas d’agoniser depuis les années 70.

En effet, selon le Centre de recherche et d’études agricoles libanais (Creal), la production agricole au Liban aurait reculé de 12 % entre 1970 et 2008. Cet état des faits souligne le besoin pressant de voler au secours d’un secteur dont dépendent 200 000 familles libanaises. C’est dans cette optique que le ministère de Hajj Hassan a mis sur pied une stratégie qui s’étend sur cinq ans (2010-2014) et dont l’objectif principal est l’augmentation de la part de l’agriculture dans le PIB.

Une stratégie de dynamisation

« Afin d’augmenter la part de l’agriculture dans le PIB, il faut augmenter le volume de la production agricole », résume le ministre de l’Agriculture, détenteur d’un doctorat en physico-chimie moléculaire, qui avoue que le secteur agricole libanais souffre de plusieurs maux, à commencer par les prix très élevés et donc peu compétitifs des terrains, de la main-d’œuvre, de l’énergie et des matières premières, en comparaison avec les pays avoisinants.

Malgré ces obstacles, le ministre Hajj Hassan espère faire augmenter la part du PIB de 5 à 8 % en cinq ans, ainsi que réduire le déficit de la balance commerciale agroalimentaire et créer 10 à 15 000 emplois annuellement dans le secteur agricole. Pour le ministre Hajj Hassan, il est également impératif d’assurer une Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Liban et Israël se disputent le gaz de Méditerranée orientale

Posted by jeunempl sur juillet 25, 2011

Paul Khalifeh – RFI

Le ton monte entre le Liban et Israël au sujet de l’exploitation de ressources gazières en Méditerranée. Beyrouth accuse Tel-Aviv d’avoir empiété sur sa souveraineté maritime dans un accord ratifié avec Chypre. Ce nouveau litige s’ajoute à celui des fermes de Chebaa occupées par Israël et revendiquées par le Liban. Cette fois, les enjeux économiques sont énormes car les découvertes de gaz sont gigantesques.

De notre correspondant à Beyrouth,

L’annonce de la découverte d’importants gisements de gaz et de pétrole, à l’Est de la Méditerranée, il y a un peu plus d’un an, avait ravivé l’inquiétude de voir une recrudescence de la tension entre le Liban et Israël. Aujourd’hui, ces craintes sont parfaitement justifiées. Depuis l’annonce par l’Etat hébreu de la conclusion d’un accord sur le tracé des frontières maritimes avec Chypre, début juillet, les déclarations belliqueuses fusent de part et d’autre. Beyrouth estime que ce tracé pénètre sur une distance de 19 kilomètres dans sa Zone économique exclusive (ZEE). Il a donc été décidé d’accélérer les procédures pour ne pas laisser le champ libre à l’Etat hébreu, avec lequel le Liban est techniquement en guerre depuis 1948.

Le président du Parlement, Nabih Berri, a assuré, mercredi 20 juillet 2011, que le Liban est fermement déterminé à défendre tous ses droits. « Il faut faire face aux tentatives israéliennes de violer nos eaux territoriales ou de mettre la main sur le pétrole et le gaz libanais, a dit ce leader chiite, allié du Hezbollah. Le Liban effectuera les démarches nécessaires et accélèrera la promulgation de la loi du tracé des frontières maritimes. Un projet de loi est en voie d’élaboration pour être examiné lors d’une Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Bassil lance une stratégie hydraulique sur 25 ans: Plus de 7,7 milliards de dollars d’investissements nécessaires dans le secteur de l’eau

Posted by jeunempl sur décembre 28, 2010

Le Commerce du Levant

Le ministre de l’Energie et de l’Eau, Gebran Bassil, a présenté lundi les principaux points d’une stratégie nationale pour le secteur de l’eau, qui doit permettre au Liban de passer d’un déficit d’environ 283 millions de mètres cubes par an à un léger excédent d’ici à 2035.

Actuellement, en année sèche, la demande théorique en eau est de l’ordre de 1474 millions de mètres cubes par an alors que l’offre ne dépasse pas 1191 millions. Au cours des 25 prochaines années, la demande devrait atteindre 1800 millions de mètre cubes.

Le plan, qui doit encore être approuvé en Conseil des ministres, vise à porter l’offre annuelle à 1862 millions de mètres cubes, et constituer ainsi des réserves stratégiques d’environ 62 millions de mètres cubes par an.

Les investissements nécessaires ont été estimés à plus de 7,7 milliards de dollars d’ici à 2020 et les besoins en fonds de roulement à près de 2 milliards de dollars.

Si toutes les mesures proposées sont mises en œuvre, les revenus annuels du secteur devraient augmenter de 110 millions de dollars à 520 millions de dollars en 2020, ce qui permettrait de couvrir les besoins en fonds de roulement à partir de 2014 et d’amortir les dépenses d’investissements à partir de 2020.

Selon Bassil, environ 1,6 milliard de dollars d’investissements ont déjà été engagés, mais le reste doit être financé par l’Etat, les fonds internationaux, et le secteur privé. Ce dernier est surtout appelé à s’impliquer au niveau du traitement des eaux usées.

Dans le détail, la stratégie comprend deux volets principaux : infrastructure et gestion du secteur de l’eau.

Pour ce qui est des infrastructures, la stratégie prévoit d’abord de développer la production, notamment en construisant des barrages qui permettraient de générer 670 millions de mètres cube d’eau supplémentaire par an.

Les réseaux de distribution, dont la moitié a plus de 25 ans, doivent également être réhabilités pour réduire le taux de gaspillage qui s’élève actuellement à 49% contre une moyenne mondiale de 37%.

Enfin, le plan prévoit de créer des usines de traitement des eaux usées. Le réseau d’égouts couvre 60% de la population, mais moins de 6% des Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Dossiers, Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :