Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘spectacles’

Les festivals : 100.000 places à vendre cet été

Posted by jeunempl sur mai 30, 2012

Le Commerce du Levant

Confrontés à des coûts de plus en plus élevés et à une situation sécuritaire régionale et locale aléatoire, les festivals tentent par tous les moyens de perpétuer une tradition qui a fait les beaux jours du Liban.

Au programme de l’été du pop-rock au lyrique, en passant par la danse, le tarab, la variété, la chanson arabe, la fiesta gitane et le jazz… Au total, Baalbeck, Beiteddine, Byblos, Zouk, Jounieh, Batroun, Beyrouth… plus de 100.000 places sont déjà mises en vente.

Né dans les années 1950, « Baalbeck est le premier festival du Moyen-Orient et sa réputation n’est plus à faire », explique sa présidente, Nayla de Freige. Mais les tensions régionales et locales et les appels de certains pays arabes à leurs ressortissants à ne pas se rendre au Liban, auront un impact certain non seulement sur la fréquentation des festivals mais sur la saison touristique en général au Liban.

« Nous travaillons en coordination étroite avec les ambassades et les services de sécurité pour rassurer les spectateurs et les touristes qui se rendront au festival », précise-t-elle.

Latifé Lakkis, présidente du festival de Byblos, confirme : « nous travaillons dans un milieu à risques, nous essayons tant bien que mal d’y faire face, la situation affecte surtout la vente de billets, mais bonne nouvelle, depuis Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Posted in Culture & Société, Dossiers, Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Projet Liban – Scène et actualité du 7 au 11 décembre à l’Atelier 210 (Bruxelles)

Posted by jeunempl sur novembre 26, 2010

Atelier 210

Le Liban et le Proche-Orient sont encore mis à l’honneur durant 5 jours à Bruxelles, à travers l’art et la culture. Téléchargez ici le dossier de presse du Projet Liban.

Projet Liban, c’est un cycle d’une semaine de rencontres, de débats, de conférences et de questionnement autour du traitement de l’actualité du Proche-Orient au théâtre qui aura lieu à l’Atelier 210 du 7 au 11 décembre 2010.

Les trois premiers soirs, du 7 au 9 décembre à 20h30, la compagnie Arcinolether présentera pour la seconde fois à l’Atelier 210 sa pièce « Les Marchands de sang » traitant des différents conflits qui ont éclatés au Moyen-Orient et aborde une réflexion sur le terrorisme d’Etat et ses outils au Moyen-Orient à partir de l’actualité 1975-1991.

La pièce met en évidence la manière dont ces conflits ont été traités dans la presse et les médias à l’époque, notamment en diffusant des vidéos et articles de presse officiels lors du spectacle. Ce spectacle sera à chaque fois suivi d’un débat.

Vous trouverez un aperçu de ce spectacle en cliquant sur le lien suivant : http://www.youtube.com/watch?v=r2o8sUzsQ10

Un documentaire de Antonia Rados intitulé Notre ami Saddam, accompagné d’installations vidéos et de conférences, sera projeté le vendredi 10 décembre.

Enfin, l’Atelier 210 a le plaisir d’accueillir le groupe de Hip-Hop acoustique libanais Rayess Bek pour un concert unique le samedi 11 décembre.

Infos & réservations
Tél : 02 732 25 98
Mail : info@atelier210.be
tarifs : € 8 / 13 / 16 – Article 27

Adresse
Atelier 210
Chaussée Saint-Pierre 210
1040 Bruxelles

Posted in Culture & Société, Géneral, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le raconteur d’histoires: Entretien avec Wajdi Mouawad

Posted by jeunempl sur novembre 24, 2008

Fluctuat.net

Wajdi MouawadAprès sa création à Chambéry et son passage par Avignon, Wajdi Mouawad, auteur-acteur-metteur en scène, reprend Seuls au Théâtre 71 de Malakoff. L’enfant du Liban, adopté par le Québec et chéri par la France, sera l’artiste associé du prochain festival d’Avignon. Rencontre avec un artiste pétri d’humanité profonde, dont la vie se confond avec l’acte de création, permanent, et qui n’aime rien tant que conter des histoires.

Il y a, à première vue, un contraste saisissant entre l’homme et l’œuvre. Une œuvre au long cours malgré son jeune âge (40 ans tout juste), une œuvre incandescente, qui dit la guerre, l’exil, la quête des origines dans un mouvement perpétuel. Une œuvre bouillonnante, tumultueuse, hantée. Wajdi Mouawad, lui, affiche une douceur rare. Dans une époque au rythme fou, lui semble prendre son temps. Le temps de réfléchir, de poser son esprit, de choisir le mot juste pour exprimer l’idée, de répondre le plus précisément possible aux questions qu’on lui pose, en plongeant ses yeux clairs dans les vôtres.

Fluctuat : Vous aimez dire que vos pièces sont des rencontres. Comment adviennent ces rencontres ?

Wajdi Mouawad : J’aime assez comparer l’acte de création au fonctionnement du scarabée. Il s’agit d’un insecte au système intestinal hyper sensible, qui se nourrit des défections des autres animaux. C’est ce qui lui donne cette couleur incroyable, ces tons rarissimes et si beaux parfois. Pour moi c’est pareil, j’ai Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :