Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘Spectacle’

« Seuls » de Wajdi Mouawad au Théatre de Namur du 11 au 13 janvier 2011

Posted by jeunempl sur décembre 31, 2010

Théâtre de Namur

[Note : Le MPL Belgique vous invite à découvrir cet artiste d’origine libanaise, peu connu au Liban et pourtant de renommée mondiale. Il se produira au Théâtre Royal de Namur ces 11, 12 et 13 janvier 2011. Ne tardez pas à réserver vos places (détails dans l’article ci-dessous).]

Après le magistral “Incendies” la saison dernière, un solo bouleversant de Wajdi Mouawad. Le portrait d’un homme qui touche au plus profond et tend à l’universel du destin humain.

Avec sa langue façonnée par le rêve et la révolte, avec ses récits émouvants, Wajdi Mouawad est un conteur fabuleux. Un grand poète contemporain, un maître incontesté du plateau. Son théâtre raconte le monde, le déroule comme une fresque et cherche à faire ressentir plutôt qu’à expliquer.

“Seuls” raconte l’histoire d’un jeune homme qui va se retrouver enfermé dans un musée une nuit durant.

Est-ce Wajdi Mouawad qui entreprend, seul sur scène, un voyage à la recherche de l’enfant qu’il a été et de sa langue maternelle oubliée? Oui et non… car de coups de théâtre en péripéties mouvementées, de moments épiques pleins d’humour en instants de tragédie, l’autobiographie est romancée et brouille les pistes.

Mêlant texte, musique, projections vidéo et lumières, le spectacle est constitué d’une écriture polyphonique envoûtante.

« Seuls, de Wajdi Mouawad, se niche aux confins de notre âme et a l’effet d’un duel entre soi et ce qu’on a toujours voulu être. Vient un moment où il faut prendre un sentier parallèle. S’assumer. Ça ne se fait pas sans souffrance. En ce sens, la dernière création de l’artiste d’origine libanaise a l’effet d’une bombe. »
– Le Journal de Montréal –

Texte, mise en scène et jeu Wajdi Mouawad Dramaturgie Charlotte Farcet Collaboration artistique François Ismert  Scénographie Emmanuel Clolus Eclairage Eric Champoux Costumes Isabelle Larivière Réalisation sonore Michel Maurer Musique originale Michael Jon Fink Réalisation vidéo Dominique Daviet Photo Thibaut Baron

THEATRE ROYAL-GRANDE SALLE

Mar 11 Janvier à 20h30 reserver
Mer 12 Janvier à 20h30 reserver
Jeu 13 Janvier à 20h30 reserver
Publicités

Posted in Culture & Société, Géneral, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le théâtre Piccadilly abandonné: Cherche acquéreur pour rénovation

Posted by jeunempl sur juillet 26, 2010

Delphine Darmency – L’Hebdo Magazine

Il y a des places magiques que l’on oublie malgré elles, malgré nous. Une sorte d’amnésie générale. D’abord l’endroit, puis le nom et, pour les nouvelles générations, tout ce qu’il représente dans la mémoire beyrouthine. Le Piccadilly Théâtre, celui qui fut le théâtre le plus important du Moyen-Orient, a fermé ses portes il y a une dizaine d’années à la suite d’un incendie.

Dans la rue Omar Ben Abdel-Aziz, celle des échoppes du fameux fast-food de Hamra, Barbar, des milliers de voitures frôlent chaque jour ses portes sans se douter de ce qu’il y a à l’intérieur. Au-dessus de la devanture, les lettres jaunes du Piccadilly sont en équilibre entre deux barres de fer, seul le E déjà tombé et les T jouent un jeu dangereux d’équilibristes. Les mêmes sont peintes en rouge en dessous de ce qui devait être tout un système lumineux pour faire briller de mille feux le théâtre.

Dans certains lieux de Beyrouth, il règne cette impression d’un temps qui s’est arrêté. Celle de les retrouver dans un monde parallèle, oubliés, abandonnés à leur sort. Le Piccadilly en fait partie. Dans les journaux, les blogs, les forums, la rumeur circulait il y a un an que le théâtre allait être ou avait été rénové; simples rumeurs, malheureusement. De belles poignées d’origine, que des portes banalement transparentes supportent, sont reliées par une chaîne en fer rouillée cadenassée. Le promeneur de Hamra a Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Al Fersan Al Arbaa, un concert-spectacle à initiative du Rassemblement Pour le Liban

Posted by jeunempl sur avril 25, 2010

Diana Kalil – Iloubnan

Al Fersan Al Arbaa “ quatre comme amis; quatre comme artistes célébrant le Liban” . Un groupe d’interprètes libanais, d’influence rahbanienne constitué de quatre “ cavaliers / mousquetaires ” dotés tous les quatre d’un élan épiquo – magmatique, d’une voix puissante et chaleureuse : Après de nombreux concerts dans de nombreuses villes et régions du Liban, Simon Obeid ; Nader Khoury ; Gilbert Jalkh et Elie Khayat ont dévoilé leur dynamisme et leur passion sur la scène de la maison de l’UNESCO à Paris le 17 avril. Un concert exceptionnel, une présence scénique remarquable, un vif hommage à la musique et aux icônes mythiques qui ont marqué le Liban.
“Al Fersan Al Arbaa” ont fait découvrir à la diaspora libanaise de Paris cet héritage nostalgique revisité et imprégné de l’univers musical de Fairouz l’immortelle, ou encore de la figure légendaire de Wadih Al Safi.

La salle de la maison de l’UNESCO était comble. Dans le public, des invités de marque: Boutros Assaker, ambassadeur du Liban en France, Sylvie Fadlallah, présidente de la délégation du Liban auprès de l’Unesco, le Dr Nassif Hitti, représentant de la ligue arabe auprès de la France et de l’Unesco, mais aussi Serge Akl, directeur de l’Office du tourisme du Liban à Paris.

Le divertissement était pleinement au rendez-vous au cours de ce concert-spectacle très animé et faisant la part belle au rire. La soirée était articulée autour d’une myriade d’émotions, dans une Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

« Sayf 840 » : La pièce qui a marqué l’histoire

Posted by jeunempl sur août 14, 2009

Dr. Elie Haddad – RPL France

Le Général Aoun, venu assister à Byblos au spectacle des Rahbani « Saïf 840 » (Eté 840), a été accueilli par des spectateurs et des acteurs enthousiastes.

Rares sont les œuvres artistiques qui marquent définitivement l’histoire.

« Sayf 840 » est une pièce de théâtre exceptionnelle. Au-delà de ses qualités artistiques magnifiques, son histoire a fait qu’elle a pris une place unique dans l’inconscient des Libanais et a marqué un tournant, autant dans la vie de son auteur que dans celle du pays des cèdres.

Pour feu Mansour RAHBANI, son grand auteur et compositeur, ce chef d’œuvre a été le premier qu’il signait seul, depuis la disparition de son autre, de son alter ego, son frère Assi avec qui il composait et tout les deux cosignaient.

Mais pour le Liban, cette pièce a été jouée, pour la première fois, en 1987, en pleine crise d’identité : un peuple déchiré, une terre morcelée et confisquée par les occupants, une économie en chute libre, une corruption galopante et des puissances étrangères qui guettaient la mort du phénix pour l’enterrer et récupérer son territoire.

C’est à ce moment là que le génie de Mansour RAHBANI a sorti des oubliettes un certain pacte, celui de Mar Elias, déclaré en 1840 par les différentes composantes du peuple libanais les liant contre l’occupation étrangère et pour la sauvegarde de leur pays. Cependant, la coalition de Mar Elias a dû accepter, à la fin des combats, de remplacer l’occupation franco-égyptienne par une occupation anglo-ottomane. Le grand dramaturge qu’était Mansour a créé le personnage de Sayf el Bahr, un héros libanais de la base et un des chefs de la rébellion, qui a refusé ce Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Billets & Opinions, Culture & Société, Géneral, Liban dans l'Histoire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

« Ciels » de Wajdi Mouawad, huis clos multimédia aussi fascinant qu’oppressant

Posted by jeunempl sur juillet 19, 2009

Iloubnan

Wajdi MouawadLe Festival d’Avignon a créé samedi soir « Ciels » de Wajdi Mouawad, huis clos multimédia aussi fascinant qu’oppressant, par lequel l’auteur et metteur en scène libano-québécois renouvelle son bouleversant théâtre de la narration et de la filiation.

A l’affiche jusqu’au 29 juillet, cette pièce vient clore un quatuor (« Le Sang des promesses ») dont les trois premiers volets, mis bout à bout, ont fait vivre des nuits épiques (de 20h00 à 7h30) aux spectateurs de la Cour d’honneur du Palais des papes, en début de festival. « Artiste associé » de ce 63e festival, Wajdi Mouawad a mis en scène « Littoral », « Incendies » et « Forêts » dans un rapport traditionnel (frontal) au public, et à partir d’une écriture épique avant tout portée par ses acteurs.

Sur ces points, le jeune quadragénaire innove avec « Ciels ». Déjà, le spectateur se voit « assigner » — le mot évoque une privation de liberté –l’une des quatre portes d’accès à la salle, une boîte blanche aménagée dans un bâtiment sans âme du parc des expositions d’Avignon.

Les spectateurs ne sont que les statues bien alignées d’un jardin constituant un espace à part, au milieu d’un bâtiment-bunker où sont enfermés cinq espions chargés de déjouer, en écoutant des messages émis dans une multitude de langues, un projet d’attentat terroriste.

En narrateur brillant, Mouawad amène le spectateur à élucider un autre mystère, celui de la mort d’un des agents secrets, dont on apprendra qu’il était le père du cerveau de l’organisation terroriste (ni islamiste ni anarchiste, mais poétiquement inspirée par « L’Annonciation » du Tintoret…).
Du théâtre politique ? L’auteur, certes, n’est pas tendre avec la paranoïa sécuritaire des sociétés occidentales, mais son propos est ailleurs: interroger la question de la filiation. La perspective est cependant inversée par rapport à « Littoral », « Incendies » et « Forêts »: dans « Ciels », les fils et filles ne sont plus en quête de leurs géniteurs. Ils se rebellent, tel cet activiste trentenaire auquel on prête la voix enregistrée de Bertrand Cantat et qui coordonne des attaques dans huit pays (France, Grande-Bretagne, Italie, Allemagne, Russie, Japon, Etats-Unis, Canada) dessinant « une géographie du sang versé, de la jeunesse massacrée » au XXe siècle.

Après Avignon, « Ciels » tournera notamment à Limoges, Nantes, Toulouse, Chambéry, Grenoble, Montréal et Québec, avec une longue étape du 11 mars au 10 avril 2010 à l’Odéon-Théâtre de l’Europe (Ateliers Berthier) à Paris.

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Festival d’Avignon: l’épique voyage au bout de la nuit de Wajdi Mouawad

Posted by jeunempl sur juillet 9, 2009

AFP

Wajdi Mouawad - SeulsUne nuit de spectacle du crépuscule à l’aube, entre morts et vivants: l’auteur et metteur en scène libano-québécois Wajdi Mouawad fait résonner dans la Cour d’honneur du Palais des papes d’Avignon une puissante odyssée théâtrale avec sa trilogie « Littoral, Incendies, Forêts ».

L' »artiste associé » du 63e Festival d’Avignon a pour la première fois réuni, dans la nuit de mercredi à jeudi, trois de ses pièces composant une saga familiale riche de personnages en quête de leurs origines et de leurs ancêtres.

La trilogie, à l’affiche jusqu’au 12 juillet, est une performance pour les acteurs et une expérience pour le spectateur, qui ne quitte les lieux qu’à 7h30 du matin, après onze heures et trente minutes de présence.

Le triptyque brasse des thèmes chers à Wajdi Mouawad, né en 1968 au Liban, qu’il a quitté pendant la guerre civile pour rejoindre la France puis le Québec. Son écriture se ressent de cette jeunesse mouvementée, marquée par la mort de sa mère.

La nuit n’est pas encore tombée que débute déjà « Littoral ». Le personnage principal en est Wilfrid, qui peine à organiser les Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Festival d’Avignon, scène ouverte sur la Méditerranée et le cinéma

Posted by jeunempl sur juillet 3, 2009

Belga

Wajdi MouawadLe Festival d’Avignon, grand rendez-vous du spectacle vivant contemporain, ouvrira mardi soir sa 63e édition, qui aura une tonalité résolument méditerranéenne autour de son « artiste associé », le Libano-Québécois Wajdi Mouawad, et fera une belle place à des cinéastes.

Du 7 au 29 juillet, la manifestation (le « In ») proposera une trentaine de spectacles principaux, entre arts de la scène (théâtre, danse, musique) et visuels (installations, vidéo, cinéma…).

En léger différé (8-31 juillet), le « Off », libre rassemblement de productions indépendantes, sera riche d’un millier de spectacles, un nombre comparable à celui de l’an dernier, et sur lequel la crise économique ne semble pas avoir eu d’effet majeur.

Le « In » affiche également un relatif optimisme. « Dans les premiers chiffres, on est dans des réservations à peu près identiques à celles des années précédentes, qui étaient plutôt bonnes puisqu’on était à 94% de fréquentation », explique à l’AFP Hortense Archambault, codirectrice du festival.

« On a le sentiment que les gens sont désireux de venir voir des spectacles, même si, peut-être, ils en prennent un peu moins. Les gens ont besoin de sens, mais c’est aussi le résultat d’une politique culturelle », estime la responsable.

Hortense Archambault et l’autre codirecteur, Vincent Baudriller, ont dialogué avec Wajdi Mouawad, 41 ans, pour préparer cette 63 édition.

En écho au parcours de cet homme qui avait fui le Liban en guerre, « l’expérience de la violence et de la folie humaine sera Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Gad Elmaleh… et l’arnaque continue

Posted by jeunempl sur juillet 2, 2009

Nada Raad

Gad Elmaleh« Eh bien non, il ne s’agit pas d’un film de Spielberg où il faudrait sauver le soldat Abraham. C’est plutôt lui qui nous sauve et veille sur nous, nos idéaux, nos enfants, notre futur. Nous avons le choix ! Pas eux, donc pas nous ! Aidons-les à veiller sur eux… enfin sur nous. »

Tel est le commentaire personnel de l’humoriste français Gad Elmaleh inscrit sur le site de l’Association pour le Bien-être des Soldats Israéliens. A ceux qui connaissent les tendances politiques d’Elmaleh, pas besoin de clarifications. A ceux qui les ignorent, une simple recherche sur internet, le réseau de télécommunication international de ce siècle, suffit pour réaliser ce fait.

Nombreuses sont les justifications et les réactions au Liban, défavorables à l’annulation de la tournée d’Elmaleh, prévue les 13, 14 et 15 juillet, dans le cadre du festival international de Beïteddine. Cette annulation est survenue suite aux reportages diffusés par la chaine de télévision Al Manar, qui ont révélé le soutien inconditionnel de l’humoriste français à « Israël ».

En effet, Al Manar n’a rien fabriqué. Quelques rédacteurs se sont renseignés sur cette personnalité inconnue du public libanais, en surfant sur internet. En voici les résultats : Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Wajdi Mouawad, seul sur scène loin du Liban

Posted by jeunempl sur mars 6, 2008

(Le Monde – Brigitte Salino)

Wajdi MouawadIl est des moments, dans la vie, où s’impose un retour sur soi. A 40 ans, Wajdi Mouawad en traverse un, qu’il met en scène, de manière très émouvante, dans Seuls. Le spectacle sera présenté en juillet au Festival d’Avignon. Mais c’est à Chambéry qu’il est créé, à l’Espace Malraux, où Mouawad a déjà créé Forêts, en 2006, et où il est artiste associé jusqu’en 2010.

Forêts s’inscrivait dans la lignée des spectacles qui ont fait aimer en France ce Libanais d’origine, installé au Québec après avoir vécu six ans à Paris, de 1978 à 1986. Sa famille fuyait la guerre du Liban, qui n’a jamais quitté l’enfant qu’il était ni l’adulte qu’il est devenu. Comment recoller les morceaux ? Se construire une identité ? Vivre l’exil ? Ces questions hantent les pièces de Wajdi Mouawad, comme Littoral, qui lui a valu, en 2005, le Molière du meilleur auteur dramatique francophone. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :