Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘Seymour Hersh’

Liban – Dossier: Liste des attaques de mouvements extrémistes et salafistes ces dernières années

Posted by jeunempl sur février 5, 2013

MPLBelgique.org

Al Assir, l'extrémiste salafiste qui cherche à semer la discordeLa montée en puissance de groupes extrémistes et salafistes au Liban commence à inquiéter les citoyens libanais, laïcs et défenseurs d’un état fort. Cette inquiétude est justifiée par le silence complice qui entoure leurs agissements et le soutien international dont bénéficient certaines de ces organisations.

Ce dossier regroupe un recueil d’articles classant chronologiquement les offensives subies par le pays du Cèdre ces dernières années (hormis l’odieux crime de Donniyeh survenu en 2000). L’objectif est de se faire une idée plus précise de la menace afin d’en prendre conscience et de ne pas la banaliser pour mieux la combattre.

L’Armée Libanaise est le fer-de-lance de l’unité libanaise et se trouve être la cible de ces groupes extrémistes. La « pensée » salafiste et la mise en scène d’une supposée menace de l’Armée laïque et du Hezbollah chiite permet à ces groupes de mobiliser les extrémistes sunnites et de leur justifier ainsi des actes barbares et criminels dignes des pires organisations terroristes. Bien que ciblée par cette campagne, la communauté sunnite dans sa grande majorité ne tombe pas dans le piège. Leurs actions restent contenues, elles ne menacent donc pas le tourisme… néanmoins, c’est la coexistence nationale que cherchent à faire sauter ces groupes.

5 février 2006 : L’avertissement
– Invasion d’Achrafieh par des groupes salafistes
– Réaction du général Aoun (sur place)

30 mars 2007 : Le mémorandum du général Aoun à Mr. Ban Ki Moon (abordant notamment le sujet de l’expansion de groupes terroristes)

Armée libanaise

Mai à septembre 2007: L’armée libanaise (dont 170 martyrs) détruit le Fatah el Islam
– Le Fatah el Islam s’attaque à l’armée libanaise en se servant du camp de Nahr el Bared: les faits
– Seymour Hersh dénonce les liens entre Hariri et le Fatah el Islam dans un rapport officiel et en parle sur CNN  (in het Nederlands)

Général François el-Hajj

12 Décembre 2007: La vengeance des islamistes
Assassinat du général François el Hajj (Dossier complet)

Ensuite, hormis les traditionnels accrochages à Tripoli, entre extrémistes armés sunnites et la minorité alaouite, une accalmie apparente régna de 2008 à 2011 du fait de l’application de l’accord de Doha. Néanmoins, dès la chute du régime de Saad Hariri, les extrémistes resurgirent tout à coup.

JouzouEchantillon des dérives racistes du mufti du Mont-Liban Mohammad Ali Jouzou
– 8 septembre 2009 : Jouzou : « Nous n’accepterons pas un mandat maronite sur nous »
– 2 novembre 2009 : Le mufti Jouzou : « Que les maronites retournent en Syrie »
– 2 novembre 2009 : Nabil Nicolas : le Courant Patriotique Libre prépare le dossier d’une action judiciaire contre Jouzou
– 19 mai 2012 : Jouzou condamné par la justice

Décembre 2011 – Janvier 2012 : Polémique sur la présence d’Al Qaida au Liban (notamment à Ersal)
Fayez Ghosn ministre de la défense – Des membres d’Al Qaida parmi les réfugiés syriens au Liban
Marwan Charbel: l’armée enquête sur la présence d’al-Qaëda à Ersal
Sleiman Frangieh : « Al-Qaeda existe au Liban »
Frangié : À travers Ghosn, c’est l’armée et son rôle qui sont visés
Soutien du 14-Mars aux terroristes de Ersal (photo)

Cheikh Ahmad el Assir - leader extrémiste salafiste (Saida - Liban)2012 aura vu sans conteste la naissance ainsi que la montée en puissance du cheikh salafiste Ahmad el Assir, prêchant sans cesse de manière raciste et présentant à la communauté sunnite une vision extrémiste et haineuse du Liban. Attaquant tantôt l’Armée Libanaise, tantôt le Hezbollah, le cheikh Assir surfe sur la vague communautaire et n’a pas hésité à provoquer les chrétiens lors de plusieurs sermons, et dernièrement en envahissant la station de Kfardebian au Kesrouan pour y exécuter une prière provocante avec ses 450 partisans. Néanmoins, le danger est réel et Assir n’en n’est qu’une composante visible de cet iceberg… preuve à l’appui dans les articles qui suivent.

12 mars 2012 – Une cellule salafiste au sein de l’Armée : L’armée libanaise une nouvelle fois visée par les Salafistes

20 mai 2012 : Affaire des cheikhs
Décès tragique d’un cheikh au Akkar : contexte d’un drame (in)évitable
Affaire Abdel Wahed : le point
La population libanaise manifeste son soutien à l’armée libanaise

6 juin 2012 – Affaire de l’extrémiste tripolitain Chadi Mawlawi : Analyse

3 octobre 2012 : Ersal : L’ASL agresse l’armée… et les civils

1er février 2013 : Assassinat du capitaine Pierre Bachaalany et du sergent Ibrahim Zahraman à ErsalCapitaine Pierre Bachaalany & Sergent Ibrahim Zahraman

– Article complet sur l’attaque à l’encontre de l’Armée : L’Armée en première ligne : Ersal, carrefour de l’islamisme
Communiqué de l’Armée Libanaise sur l’incident de Ersal
L’ASL attaque l’armée libanaise
– Enquête : les détails de l’opération
– Soutien (Frenchy): Il faut sauver l’Armée Libanaise et le Liban
– Les funérailles : Général Kahwaji: « Toute main dirigée contre l’armée sera coupée »

Publicités

Posted in Dossiers, Géneral, Nos articles | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Terugblik: De terroristische groep Fatah el Islam werd door Saad Hariri en de prins Bandar gefinanceerd

Posted by jeunempl sur décembre 20, 2011

Mouhamad Wehbe – MPLBelgique.org
Texte original en langue française traduit en langue néerlandaise par Mouhamad Wehbe 

[Note du MPLBelgique.org: Gezien de toestand in Syrië… Dankzij deze pagina wensen wij onze lezers eraan te herinneren dat het salafisme ons moeilijke dagen in Libanon belooft.]

Fatah el Islam is een extremistische salafistische groep die haar schuilplaats in het kamp van Nahr el-Bared (in het Noorden van Libanon) bij Tripoli heeft gevonden. Het is dus vanuit deze basis dat ze terreuracties voerden. Één van hun laffe terroristische actie had als doel het hoogst mogelijk aantal slachtoffers in het Libanese leger te teweeg te brengen terwijl de soldaten nog heel vroeg in de ochtend sliepen. Deze aanslag kwam na een vorige actie die de terroristen in een dochtermaatschappij van Bank Med (bank die aan Hariri toebehoort) hadden gepleegd om cheques te stelen die van Saad Hariri, hun opdrachtgever, waren.

Hierna volgt een vraaggesprek dato juni 2007 van de journalist Seymour Hersch die aan de CNN bewijst dat er onweerlegbare linken zijn tussen Fatah el Islam en het Hariri-clan.

Seymour Hersh is een dagbladschrijver van « New Yorker » die onderzoek instelde naar terroristische netwerken en die aan het licht bracht dat er gegronde linken zijn tussen de CIA en sommige extremistische groepen waarvan Fatah el Islam… Hersh was hier al op de hoogte van vooraleer deze terreurgroep zich profileerde (namelijk met de slag bij Nahr el-Bared) als vijand van het Libanese leger tijdens zomer 2007. Oorspronkelijk ging het hier om een onbetekenend verslag maar enkele maanden later werd het een onbetwistbare informatiebron die de rol van de VS en zijn bondgenoten in de financiering van terroristische netwerken aantoonde.

Vertaling van de inhoud van het vraaggesprek

Journalist CNN: De dagbladschrijver Seymour Hersh gaf in zijn verslag van maart dat de Libanese regering extremistische soennitische groeperingen steunde om Hezbollah uit de weg te ruimen. Deze door de regering ondersteunde groepen zijn dezelfde als die die vandaag in Nahr el Bared oorlog voeren.

CNN: Meneer Hersh, wat is, volgens uw verslag, de financieringsbron van Fatah el Islam in het kamp van Nahr el Bared ? Waar komen al die wapens en het geld vandaan?

Seymour Hersh: De sleutelfiguren zijn uiteraard de Saudiërs en Bandar die Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Nederlands, Nos articles, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Iran : les médias en route pour un remake du fiasco irakien

Posted by jeunempl sur mars 1, 2010

Egalité et Réconciliation – Robert Parry

Les principaux organes d’information américains, y compris le New York Times et le Washington Post, sont engagés dans un remake de ce genre de couverture tendancieuse qui avait conduit à la guerre en Irak. Mais, cette fois, il s’agit de l’Iran.

En juin dernier, la façon de traiter les élections iraniennes, de présenter le président Mahmoud Ahmadinejad et de sonner l’alarme sur le programme nucléaire iranien est similaire à la couverture unilatérale dirigée par les médias américains contre le dictateur irakien Saddam Hussein et contre le supposé programme des « armes de destruction massive » de l’Irak, avant l’invasion de 2003.

Dans les deux cas, les principaux médias américains ont pris position. Ils ont parlé de la nation musulmane « ennemie » en la présentant sous un éclairage le plus violent possible ; ils ont dit des dirigeants qu’ils étaient implacablement mauvais ; ils ont exagéré les menaces (et les menaces potentielles) que constituait l’armement, réel ou imaginé, du pays.

Sans doute, il y avait de nombreuses facettes déplaisantes, chez Saddam Hussein, comme il y en a aussi chez l’Iranien Ahmadinejad. Toutefois, les portraits des deux dirigeants tels que les brossaient les médias américains manquaient de nuance, en ne laissant passer que des interprétations les plus extrêmes et les moins flatteuses de leurs propos et de leurs actions.

En bref, le NY Times, le W. Post et la quasi-totalité des autres organes d’information américains se sont comportés davantage comme des outils de propagande que comme des organisations de journalistes professionnels. Le parti pris anti-iranien, à l’instar du précédent parti pris anti-irakien, se remarque surtout dans les pages éditoriales, mais on le retrouve également dans les pages ordinaires consacrées aux informations.

Par exemple, lorsqu’ils font l’écho des décideurs politiques américains, les médias américains de l’information nous mettent en garde contre le danger d’une menace nucléaire iranienne potentielle en prétendant qu’elle pourrait déclencher une course aux armements dans tout le Moyen-Orient.

Ce que les organes d’information ne disent presque jamais, c’est que plusieurs pays de la région possèdent déjà des armes nucléaires, y compris Israël, dont l’arsenal non déclaré passe pour l’un des plus sophistiqués de la planète.

Le Pakistan a développé une arme nucléaire dans les années 1980, avec l’accord de l’administration Reagan qui voyait en cet armement un compromis acceptable pour l’aide du Pakistan dans son soutien logistique aux moudjahidine afghans dans la guerre secrète contre les forces soviétiques en Afghanistan.

La rivale acharnée du Pakistan, l’Inde, possède aussi des armes nucléaires, de même que la Russie, ce qui veut dire que l’Iran est entouré de puissances nucléaires.

L’obstination constante de ces médias, à ne pas vouloir mentionner ce fait important, prive le public américain du contexte nécessaire pour évaluer le comportement de l’Iran. En lieu et place, l’intérêt supposé de l’Iran pour le nucléaire est copieusement dépeint comme un comportement d’extrémistes irréfléchis.

L’Iran, bien sûr, insiste sur le fait que son programme nucléaire poursuit des buts pacifiques et qu’il n’est nullement destiné à la fabrication d’armes. À ce point, il n’y a pas de preuves tangibles que l’Iran ment. De fait, les services de renseignement américains ont affirmé que l’Iran avait abandonné Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Madsen: Cheney avait une équipe de la mort et a assassiné Hariri et Hobeika

Posted by jeunempl sur mai 7, 2009

Tayyar.org

Dick Cheney, le nom qui surgit toujours à chaque fois qu’il y a des discussions au sujet d’un crime sérieux quelque part dans le monde. En effet, Cheney avait sa propre équipe de la mort au sein d’une unité de la CIA qu’il dirigea à partir de la Maison Blanche. Par les ordres de Cheney, cette unité d’assassinats a tué l’ancien ministre libanais et chef des Forces Libanaises, Elie Hobeika, le 24 janvier 2002 ainsi que l’ancien premier ministre Rafic Hariri le 14 février 2005, a déclaré le journaliste d’investigation Wayne Madsen.

Madsen, connu pour ses contacts étroits avec les cercles actifs de la CIA, s’exprimait à la TV « Russia Today » lorsqu’il révéla que la même équipe qui avait assassiné Hobeika, en coordination avec le bureau de l’ancien premier ministre israélien Ariel Sharon, avait également assassiné Hariri.
« C’est quelque chose que j’ai entendu il y a 5 ans de la part de sources au sein de la CIA », a dit Madsen. « J’ai rapporté en 2005 que la cellule au sein de la CIA liée à la Maison Blanche était responsable d’avoir coordonné les assassinats au Liban de l’ancien leader chrétien Elie Hobeika, et aussi l’ancien premier ministre libanais Rafic Hariri, et que cela avait été effectué en coordination étroite avec une cellule similaire dirigée par le bureau du premier ministre israélien Ariel Sharon », a-t-il déclaré.

En 2002, Hobeika devait voyager à Bruxelles pour témoigner contre Sharon dans l’affaire des massacres de Sabra et Chatila à Beyrouth. Cependant, en 2005, l’assassinat de Hariri avait pour objectif de créer une situation Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

La Syrie prête à d’importantes concessions à l’égard de Washington

Posted by jeunempl sur avril 1, 2009

Le Monde

usa-syriaLa Syrie aurait un message à transmettre aux Etats-Unis, selon le journaliste d’investigation Seymour M. Hersh, qui publie dans The New Yorker, début avril, une longue enquête sur la politique étrangère du régime syrien depuis la victoire de Barack Obama le 4 novembre 2008 : « La Syrie, en tant qu’Etat séculier, et les Etats-Unis sont confrontés à un ennemi commun, Al-Qaida et l’islamisme radical ».

Bachar Al-Assad jouerait, via Seymour Hersh, la carte de l’apaisement et du dialogue avec Washington. D’après le journaliste américain connu pour ses enquêtes à rebondissements, la Syrie, ce vecteur central du Proche-Orient, pourrait débloquer un grand nombre de dossiers dans la région si l’administration Obama rompt avec l’héritage Bush et se montre à l’écoute des Etats figurant sur « un axe du mal » selon la terminologie bushienne. Il semblerait d’après la plupart des interlocuteurs américains sollicités par Seymour Hersh qu’il existe désormais une fenêtre d’opportunité pour décrisper les relations entre les Etats-Unis et la Syrie. Dès les primaires américaines, le jeune président syrien avait fondé de grands espoirs sur une victoire des démocrates le 4 novembre. La défaite des républicains l’aurait convaincu dans sa volonté de renouer avec Washington, à condition, rapporte-t-il, que les intérêts syriens soient respectés notamment dans Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Rétrospective: Le groupe terroriste Fatah el Islam fut financé par Saad Hariri et le prince Bandar

Posted by jeunempl sur janvier 16, 2009

MPLBelgique.org

Chaker el Abssi - Fatah al islamLe Fatah el Islam est un groupe extrémiste salafiste qui a trouvé refuge dans le camp de Nahr el-Bared, au Nord du Liban près de Tripoli. C’est à partir de là qu’il menait des actions de terreur. L’une d’entre elles a lâchement visé l’armée libanaise, un matin alors que les soldats étaient encore dans leur sommeil. Cette attaque faisait suite à une autre qu’elle avait mené dans une filiale de la Bank Med (banque détenue par Hariri) dans le but de récupérer les chèques que Saad Hariri, leur employeur, leur devait.

Voici, en juin 2007, une interview du journaliste Seymour Hersh qui révèle à la CNN les liens entre Fatah el Islam et le clan Hariri.

seymour-hershSeymour Hersh est un journaliste du New Yorker qui a enquêté sur les réseaux terroristes et qui a révélé les liens existant entre la CIA et certains groupes extrémistes, dont le Fatah el-Islam… avant même que ce dernier se fasse connaître, notamment lors de la bataille de Nahr el-Bared l’opposant à l’armée libanaise lors de l’été 2007. Ce rapport à l’origine anodin devient plusieurs mois plus tard une source d’informations incontestable accablant le rôle US (et de ses alliés locaux) dans le financement de réseaux terroristes.

Traduction du contenu de l’interview

Journaliste CNN: L’enquêteur Seymour Hersh reportait en mars dernier que pour défaire le Hezbollah, le gouvernement libanais soutenait des groupes extrémistes sunnites, les mêmes que ceux qui se battent aujourd’hui à Nahr el Bared.

CNN: Seymour Hersh, quelle est, selon votre rapport, la source de financement du Fatah el Islam dans le camp de Nahr el Bared? D’où provient cet argent, d’où se procurent-ils les armes?

Seymour Hersh: Les acteurs clés sont les Saoudiens bien sûr et Bandar qui ont conclu une sorte d’accord privé avec la Maison Blanche (Dick Cheney et Elliot Abrams). L’idée est d’avoir un soutien financier de l’Arabie Saoudite pour soutenir divers groupes sunnites extrémistes du Jihad, particulièrement au Liban, qui seraient perçus comme un appui en cas de confrontation avec le Hezbollah, groupe chiite. C’est aussi simple que cela.

CNN: Donc, le gouvernement de Siniora, pour contrer l’influence du Hezbollah au Liban, serait volontairement entrain de fonder des groupes tels que Fatah el Islam avec qui elle Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Liban dans l'Histoire, Nos articles | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La Redirection: le changement de cap de l’administration américaine

Posted by jeunempl sur novembre 8, 2008

[Au moment où l’on assiste à l’élection de Barack Obama… retour sur un rapport du journaliste Seymour Hersh (New Yorker) qui préconise aux Etats-Unis un changement de politique internationale. C’était en mars 2007. Il dénonce alors l’ambiguïté des positions US qui, d’une part s’oppose ouvertement au terrorisme et d’autre part, encourage le financement de certains groupes extrémistes. Ce fut le cas du Fatah el Islam, groupe extrémiste sunnite du Nord Liban appuyé par Hariri et Bandar, alliés des USA. Ce groupe fut découvert par le grand public 3 mois après la publication de ce rapport, qui avait déjà tout prédit (voir 2ème partie)]

Par Seymour Hersh, 5 mars 2007, The New Yorker

seymour-hershLa nouvelle politique de l’administration américaine bénéficie-t-elle à nos adversaires dans la lutte contre le terrorisme ?

Ces derniers mois, tandis que la situation en Irak se détériorait, l’administration Bush, à la fois dans sa diplomatie publique et dans ses opérations occultes, a infléchi de manière importante sa stratégie au Moyen-Orient. Le « changement de cap », comme certains nomment cette nouvelle stratégie à la Maison blanche, a rapproché les États-Unis d’une confrontation ouverte avec l’Iran et, dans plusieurs endroits de la région, les ont projetés dans un conflit de plus en plus ouvert entre musulmans chiites et sunnites.

Pour miner l’Iran, qui est principalement chiite, l’administration Bush a décidé, en effet, de Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :