Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘Robert Gates’

Nucléaire iranien : la quadrature du cercle

Posted by jeunempl sur mai 13, 2010

Le Monde

Comment enrayer la course de l’Iran vers l’arme nucléaire ? Dans un mémo « secret » adressé à la Maison Blanche, et révélé mi-avril par le New York Times, le secrétaire à la défense, Robert Gates, disait son désarroi : les Etats-Unis n’ont pas de bonne solution – voire pas de solution. Venant de ce républicain nommé au Pentagone par Georges Bush junior et que Barack Obama a gardé à ce poste, l’aveu a du poids.

A 66 ans, Bob Gates, ancien directeur de la CIA, ex-soviétologue, est sur les questions stratégiques l’homme le plus écouté à la Maison Blanche. Ce natif du Kansas est la quintessence du réaliste en politique étrangère. Il se méfie autant des « faucons » que des « pacifistes », abhorre le « y a qu’à ».

Mais, sur l’Iran, Bob Gates laisse transparaître un sentiment d’impuissance. C’est moins un signe de faiblesse que la reconnaissance de la complexité du dossier. Dans cette affaire, il n’y a qu’une certitude, une seule : la République islamique veut se doter de la capacité de produire « la » bombe. Après, ce n’est qu’un cocktail de questions sans réponses évidentes. Revue de détail de quelques paramètres de l’équation iranienne.

La certitude L’Iran « coche toutes les cases de la prolifération nucléaire », dit le politologue François Heisbourg. L’Iran se dote d’une capacité d’enrichissement de l’uranium qui Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Washington proche de l’interdiction des BASM

Posted by dodzi sur septembre 17, 2009

The Guardian/Courrier International

Par Peter Beaumon

Convention on cluster munitions - Convention sur les bombes à sous-munitions

Le président américain Barak Obama a déjà franchi un grand pas dans la lutte contre les BASM en interdisant leur exportation. Il doit désormais aller plus loin en signant le traité d’Oslo.

Les Etats-Unis ont franchi une nouvelle étape vers l’interdiction totale des bombes à sous-munitions (BASM) et de leur exportation, avec la signature par Barack Obama d’une nouvelle loi susceptible de rendre pratiquement impossible la vente par les Etats-Unis des ces armes controversées. Cette décision a été saluée par les opposants aux BASM comme un « tournant majeur de la politique américaine » désavouant l’appel du Pentagone en faveur de la poursuite de ces exportations.

Le nouveau texte de loi, annexé à une importante loi de finance, a été adopté au début du mois de mars 2009. Il impose de telles restrictions à l’usage des bombes à sous-munitions – interdisant notamment leur vente dans des régions où elles pourraient servir contre des civils – que les Etats-Unis semblent condamnés à devoir renoncer à leur exportation.

Selon les spécialistes, les Etats-Unis auraient fourni à 28 pays des centaines de milliers de bombes à sous-munitions, soit des dizaines de millions de petites bombes aussi peu fiables que peu précises. La nouvelle réglementation américaine exige que les armes utilisées par les forces aériennes et par l’artillerie pour disperser des centaines de sous-munitions présentent un risque de non-explosion inférieur à 1 %, ce qui est loin d’être le cas des BASM vendues par les Etats-Unis. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Projet de George Mitchell : « Un plan de paix » ou bien la préparation de guerres arabes ?

Posted by dodzi sur septembre 14, 2009

An-Nidaa/Palestine Solidarité

Par Marie Nassif-Debs

Jerusalem_al-Quds_from_mt_olives

Avec le retour prochain de George Mitchell au Moyen Orient, on a recommencé à parler du « plan de paix » qu’il présenta, à la fin du mois de juillet, sur les bases du discours de son président, Barak Obama, au Caire. Et les déclarations se sont multipliées de la part des Israéliens et des Arabes, à commencer par Benjamin Netanyahu et son ministre de la guerre Ehud Barak, mais aussi Amro Moussa, secrétaire général de la Ligue arabe, et Khaled Mechaal, chef politique du Hamas.

Ainsi, Netanyahu, qui avait commencé, dimanche passé, ses discours presque quotidiens par une décision ambiguë selon laquelle il gèlerait la construction des colonies en Cisjordanie, s’est vite rétracté en spécifiant qu’il poursuivrait ses exactions à Jérusalem (Al Qods), tandis que son gouvernement prenait la décision de donner le feu vert à la construction d’une colonie au Nord du Jourdain, selon une décision, dite stratégique, déjà prise par l’ex ministre de guerre Amir Perets.

Quant aux Arabes, et aux Palestiniens en particulier, ils sont divisés sur eux-mêmes, mme d’habitude, entre ceux qui, comme Khaled Mechaal, pensent que la « normalisation des relations avec Israël doit se faire après qu’il ait accepté de mettre un terme définitif à la construction des colonies » et ceux qui, comme Amro Moussa, trouvent que la normalisation doit se faire, mais ne doit pas être « gratuite ». Cependant les deux tendances ne disent mot sur le droit au retour de tout le peuple palestinien et oublient de parler de la nécessité d’une position unique et ferme en ce qui concerne l’Etat palestinien et l’avenir d’Al Qods que Barak Obama voudrait transformer en ville ouverte.

Paix provisoire et bombe à retardement

Commençons, d’abord, par préciser le contenu du « plan Mitchell », ainsi que ses différentes étapes et si les Etats-Unis sont vraiment sérieux en ce qui concerne la mise en avant d’une solution juste du problème palestinien ou si le nouveau projet ira rejoindre d’autres, semblables, rédigés au fil des ans, depuis les années Soixante du XX° siècle. D’ailleurs, il est nécessaire pour nous d’ajouter que nous partons, dans notre étude, de la vision pragmatique en politique de la nouvelle administration étasunienne (en quoi elle ne diffère pas de celle qui l’avait précédée, sauf sur le plan formel) qualifiée par le quotidien israélien Haaretz comme étant une « politique de boutiquier » qui accorde une étagère à l’Irak et une autre au dossier nucléaire iranien… auxquelles nous ajoutons une troisième consacrée à la Palestine. Mais, toutes sont sous le contrôle partiel d’Israël, représentante du boutiquier dans la région. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :