Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘ressources humaines’

L’ensemble du Mont-Liban connecté au réseau de l’eau d’ici 2013

Posted by jeunempl sur février 1, 2011

Le Commerce du Levant

L’ensemble de la région du Mont-Liban sera connectée au réseau d’eau d’ici à la mi-2013, soit 386 localités, a annoncé mardi le ministre démissionaire de l’Energie et de l’Eau Gebran Bassil lors d’une conférence de presse.

Cela sera rendu possible grâce à une série de projets qui seront entrepris par l’Office des eaux de Beyrouth et du Mont-Liban, pour un montant de 65 millions de dollars.

Trois projets supplémentaires sont prévus dans le domaine de l’eau pour la région de Beyrouth et du Mont-Liban, à savoir l’adduction de l’eau du fleuve Awali, le barrage de Janna et le projet de Madik. Ces projets devraient permettre de couvrir l’ensemble des besoins de la région en 2015-2016. Reste à trouver, selon le ministre, le financement des barrages dans la région du Mont-Liban.

Les projets seront exécutés malgré le déficit en ressources humaines au sein de l’Office, et l’insuffisance de ses revenus, a poursuivi Bassil, en soulignant que le taux de vacance est de 55% dans la catégorie des ouvriers , et de 80% dans celle des cadres.

En 2010, l’Office a généré près de 75 millions de dollars, avec 392.000 abonnés, contre 72 millions de dollars et Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Culture & Société, Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Bassil lance une stratégie hydraulique sur 25 ans: Plus de 7,7 milliards de dollars d’investissements nécessaires dans le secteur de l’eau

Posted by jeunempl sur décembre 28, 2010

Le Commerce du Levant

Le ministre de l’Energie et de l’Eau, Gebran Bassil, a présenté lundi les principaux points d’une stratégie nationale pour le secteur de l’eau, qui doit permettre au Liban de passer d’un déficit d’environ 283 millions de mètres cubes par an à un léger excédent d’ici à 2035.

Actuellement, en année sèche, la demande théorique en eau est de l’ordre de 1474 millions de mètres cubes par an alors que l’offre ne dépasse pas 1191 millions. Au cours des 25 prochaines années, la demande devrait atteindre 1800 millions de mètre cubes.

Le plan, qui doit encore être approuvé en Conseil des ministres, vise à porter l’offre annuelle à 1862 millions de mètres cubes, et constituer ainsi des réserves stratégiques d’environ 62 millions de mètres cubes par an.

Les investissements nécessaires ont été estimés à plus de 7,7 milliards de dollars d’ici à 2020 et les besoins en fonds de roulement à près de 2 milliards de dollars.

Si toutes les mesures proposées sont mises en œuvre, les revenus annuels du secteur devraient augmenter de 110 millions de dollars à 520 millions de dollars en 2020, ce qui permettrait de couvrir les besoins en fonds de roulement à partir de 2014 et d’amortir les dépenses d’investissements à partir de 2020.

Selon Bassil, environ 1,6 milliard de dollars d’investissements ont déjà été engagés, mais le reste doit être financé par l’Etat, les fonds internationaux, et le secteur privé. Ce dernier est surtout appelé à s’impliquer au niveau du traitement des eaux usées.

Dans le détail, la stratégie comprend deux volets principaux : infrastructure et gestion du secteur de l’eau.

Pour ce qui est des infrastructures, la stratégie prévoit d’abord de développer la production, notamment en construisant des barrages qui permettraient de générer 670 millions de mètres cube d’eau supplémentaire par an.

Les réseaux de distribution, dont la moitié a plus de 25 ans, doivent également être réhabilités pour réduire le taux de gaspillage qui s’élève actuellement à 49% contre une moyenne mondiale de 37%.

Enfin, le plan prévoit de créer des usines de traitement des eaux usées. Le réseau d’égouts couvre 60% de la population, mais moins de 6% des Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Dossiers, Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Près de 90% de postes vacants au ministère de l’Energie et de l’Eau

Posted by jeunempl sur décembre 10, 2010

Le Commerce du Levant

On ne peut pas renforcer les capacités des acteurs institutionels dans le secteur de l’eau sans combler le manque cruel de ressources humaines, a déclaré vendredi le ministre de l’Energie et de l’Eau Gebran Bassil.

Il a indiqué que 88% des postes au ministère sont vacants. A l’Office de l’eau du Nord et du Sud, le taux de vacances est de 75%. Il est de 69% à l’Office de la Békaa et de 44% à l’Office de Beyrouth et du Mont-Liban.

Ces propos ont été tenus dans le cadre de la clôture du projet MOTGE (mise en application des outils techniques pour la gestion de l’eau), financé par l’Union européenne, à hauteur de 5 millions d’euros: 1,3 million sous forme d’équipements, 3,3 millions en aide technique au ministère et aux offices d’eau, et 400000 dollars de frais d’audit et frais divers. Le projet avait été lancé en octobre 2008.

L’objectif du programme était de renforcer les capacités du ministère dans la gestion intégrée du secteur de l’eau.

Posted in Dossiers, Géneral, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Georges Corm: « Le Liban n’est pas Monaco ou Dubaï. Il a quatre millions d’habitants à nourrir »

Posted by dodzi sur février 24, 2010

Iloubnan.info

Par Anne Ilcinkas

Le Liban doit-il adhérer ou pas à l’OMC? Pour Georges Corm, ce n’est pas la question. L’ ancien ministre des Finances libanais dénonce l’économie de rente qui règne dans le pays et appelle à un changement de société. Empêcher la fuite des cerveaux, c’est l’une des grandes mesures à prendre pour rendre le Liban compétitif selon lui. Eclairage.

iloubnan.info : Le Liban a-t-il intérêt à adhérer à l’OMC?

Georges Corm : Aujourd’hui, tout le monde adhère à l’OMC. Les pays qui ne le font pas sont pointés du doigt et n’ont pas très bonne presse dans la communauté internationale. Alors oui, il vaut mieux adhérer. Mais le Liban n’est pas préparé pour tirer profit de cette adhésion. C’est une évidence.

Aujourd’hui, adhérer à l’OMC, pour le pays, cela n’avance ni ne retarde quoique ce soit. Le problème n’est pas d’adhérer ou non. Le problème c’est de changer de politique économique. Il faut dynamiser l’économie du pays et ce n’est pas l’adhésion à l’OMC qui a un effet dynamisant, mais des capacités et une volonté internes.

D’ailleurs, aucun des pays qui a réussi dans l’économie mondiale n’a appliqué les recettes néolibérales. C’est d’une naïveté intellectuelle sans limites de le penser. La crise l’a démontré.

De plus, nos tarifs douaniers ont considérablement baissé, une baisse qui s’accentuera encore plus sous l’effet des accords de libre échange déjà signés par le Liban, notamment l’adhésion à la zone de libre échange arabe (GAFTA), ou au partenariat Euromed, sans compter les nombreux accords bilatéraux signés. Le Liban a déjà tout cédé. Il a signé des accords souvent désavantageux pour l’économie du pays avec l’Arabie saoudite, la Jordanie, l’Egypte, Bahrain et d’autres. Le pays a choisi d’abandonner toute ambition dans le domaine de ses propres capacités compétitives dans l’économie mondiale. Tout l’afflux de capitaux reçus depuis 20 ans n’a pas été investi dans l’économie productive, mais dans le secteur foncier de luxe et les deux secteurs bancaire et touristique. Cela a produit une prospérité extrême dans une économie aux dimensions de 50 km2, centrée sur les quartiers chics de Beyrouth et quelques centres d’estivage courus dans le Mont Liban. Mais le Liban a un territoire de 10 452km2. Ce n’est pas Monaco ou Dubai. Il a quatre millions d’habitants à nourrir. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Elections 2009 – Programme du CPL: Enseignement de base et secondaire dans les écoles publiques

Posted by dodzi sur mai 30, 2009

MPLBelgique.org

Programme complet du Courant Patriotique Libre

Programme-CPLChapitre 12 (suite) Enseignement de base et secondaire dans les écoles publiques

Diagnostic

1. Des écoles publiques qui ne remplissent pas leur mission de manière satisfaisante : ressources humaines excédentaires (1 enseignant pour 9 élèves) mais ressources matérielles insuffisantes, très fort taux d’abandon (autour de 22%) et d’échec scolaire (autour de 48%).

2. 60% des élèves sont enrôlés dans le secteur privé alors que le coût par élève est le même dans les secteurs privé et public. Ceci montre que les dépenses de l’Etat sont moins efficaces que celles du secteur privé et que les parents préfèrent envoyer leurs enfants dans les écoles du secteur privé qui fournissent une meilleure éducation et en particulier une meilleure éducation de base.

3. Bien que le pays dépense 11% de son PIB sur l’éducation, un chiffre excessivement élevé en comparaison avec l’ensemble des pays du monde, le coût de l’éducation est l’une des raisons les plus invoquées par ceux qui quittent l’école prématurément. De plus, le nombre d’élèves ayant terminé le cycle de base est proportionnellement inférieur à celui de pays tels que la Tunisie, la Jordanie ou l’Egypte qui ont pourtant un PIB par habitant inférieur à celui du Liban.

4. Les écoles techniques ne permettent pas d’augmenter les chances de trouver un travail dans les entreprises.

5. Il n’y a pas de vision stratégique nationale au sujet de l’éducation. Les différents départements au sein du ministère de l’Education continuent à travailler de manière séparée. De plus, la coordination entre le Centre de Recherche et de Développement Pédagogique et le Ministère est insuffisante.

6. La répartition des écoles et des enseignants est déséquilibrée et fortement influencée par les interférences politiques, ce qui donne un excès de ressources dans certaines régions et une insuffisance de ressources dans d’autres. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Culture & Société, Dossiers, Géneral, Nos articles | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Elections 2009 – Programme du CPL: Education

Posted by dodzi sur mai 30, 2009

MPLBelgique.org

Programme complet du Courant Patriotique Libre

Programme-CPLChapitre 12 Education

Diagnostic

1. Absence dans les écoles d’un système éducatif global qui tienne compte de l’ensemble des activités individuelles et collectives.

2. Absence d’une politique éducative visant à développer l’éducation et l’enseignement dans le cadre de l’éducation générale.

3. Absence d’une vision correcte de l’avenir de l’éducation basée sur les données et les spécificités de la réalité sociale et éducative libanaise.

4. Absence de prise en compte de l’importance des institutions éducatives et de leur rôle dans la cohésion du tissu social, le renforcement des éléments de rencontre, d’ouverture et d’acceptation de l’autre dans le respect des différences. Ces éléments sont essentiels compte tenu des spécificités de la société libanaise.

5. Déformation du concept de la liberté de l’enseignement qui a abouti à créer un décalage des niveaux de compétence dans l’enseignement et dans la qualité de l’enseignement et des services éducatifs, que ce soit entre les écoles privées et les écoles publiques, d’une part, ou entre les écoles privées elles-mêmes, d’autre part, selon les institutions auxquelles elles appartiennent. Il en a résulté un approfondissement des divergences confessionnelles, culturelles et sociales, une réduction de l’égalité des chances au niveau de l’enseignement et des visions différentes du pays alors qu’il aurait fallu favoriser une vision unique.

6. Relâchement dans les valeurs morales et humaines et ignorance presque totale des règles de conduite sociales, civiques et religieuses parmi les jeunes en général et parmi les élèves en particulier. Ce phénomène met en danger la structure même de la société et de la Nation. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Culture & Société, Géneral, Nos articles | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Elections 2009 – Programme du CPL: Tourisme

Posted by dodzi sur mai 30, 2009

MPLBelgique.org

Programme complet du Courant Patriotique Libre

Programme-CPLChapitre 11 Tourisme

Diagnostic

1. Le Liban est absent de la carte touristique mondiale en raison de la négligence de ce secteur de la part des autorités.

2. Le budget attribué au ministère du Tourisme est réduit, ce qui affaiblit sa capacité à se doter de ressources humaines compétentes.

3. De nombreux postes administratifs sont vacants. Il n’y a pas de jeunes cadres spécialisés.

4. Il n’y a pas de planification scientifique du travail, le personnel manque de formation professionnelle, le recours à l’informatique est timide. Par ailleurs, la législation dans le domaine touristique est obsolète et ne s’accorde pas avec les pratiques du monde moderne qui fait appel à la participation du secteur privé.

5. Les institutions à caractère touristique ne sont pas classées selon les normes internationales.

6. Le nombre d’inspecteurs (12 pour 10.000 institutions) est insuffisant ; il n’y a pas d’unités régionales pour l’inspection touristique et ses prérogatives empiètent sur celles d’autres départements officiels.

7. La législation est lacunaire et il existe de nombreuses difficultés dans la mise en application des décrets touristiques en vigueur qui concernent l’attribution de permis aux institutions touristiques. Un grand nombre d’entre elles fonctionne de manière illicite.

8. Il existe de nombreuses infractions aux règles de la construction et de nombreuses usurpations de propriétés privées, maritimes et fluviales.

9. Les infrastructures sont en mauvais état, ce qui entrave la croissance du secteur touristique en l’absence d’un plan global de développement.

10. La politique de « ciel ouvert » actuelle s’est avérée incapable de réaliser les objectifs qui en étaient attendus.

11. Les prix des billets d’avion à partir de et à destination du Liban sont élevés à cause d’une politique de quasimonopole.

12. L’écotourisme n’est que faiblement développé. Il n’existe pas de plan de réhabilitation de nombreux sites historiques et de nombreuses régions touristiques sont négligées.

13. Le secteur touristique manque d’informations et de statistiques précises. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Culture & Société, Dossiers, Géneral, Nos articles | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Elections 2009 – Programme du CPL: Gestion des finances publiques et de la dette publique

Posted by dodzi sur mai 29, 2009

MPLBelgique.org

Programme complet du Courant Patriotique Libre

Programme-CPLChapitre 6 Gestion des finances publiques et de la dette publique

Diagnostic

A. Un Etat très endetté et qui subit des pertes financières considérables et injustifiées

1. Ratio dette/PIB parmi les plus élevés au monde,

2. Dette injustifiée au regard des sommes dépensées pour la reconstruction des infrastructures à la fin de la guerre et pour la subvention de différents secteurs économiques (énergie, agriculture, PME/PMI, etc.) mais justifiée par le taux prohibitif des intérêts payés durant de nombreuses années au regard des taux d’intérêts dans le monde et de l’inflation locale.

3. Pertes additionnelles dues à une mauvaise gestion de la dette publique, notamment à une mauvaise évaluation des besoins de financement qui conduit à emprunter parfois de manière excessive à cause d’une gestion chaotique des comptes des entités publiques et du manque de prévision.

4. Pertes dues à la mauvaise gestion de l’Electricité du Liban : pertes non techniques et pertes techniques sur le réseau, tarification inadaptée au prix des combustibles, pas de politique d’achats à long terme ni de couverture financière des risques.

5. Coût des infrastructures anormalement élevé qui s’explique par la corruption au plus haut niveau de l’Etat et par le désir de certains gouvernements précédents d’acheter l’appui de partis politiques par l’intermédiaire d’entrepreneurs qui leur sont proches. C’est notamment le cas pour les travaux financés par l’intermédiaire du CDR et du Conseil du Sud et pour les indemnités payées par la Caisse des Déplacés. Les comptes de ces deux derniers organismes ne sont d’ailleurs pas soumis au contrôle des institutions de l’Etat et le budget du CDR n’était pas inclus jusqu’à récemment dans le budget de l’Etat.

6. Pertes dues à l’obsolescence de la loi sur les achats publics et au rôle inefficace des organismes de contrôle de l’Etat.

7. Surdimensionnement de certains équipements publics et surnombre de fonctionnaires dans certains secteurs, notamment dans le domaine de l’éducation publique. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Dossiers, Géneral, Nos articles | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :