Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

  • N'oubliez pas de visiter nos galeries d'images.

  • MPL Belgique

  • Rubriques

  • Actualités

  • Archives

  • Méta

Posts Tagged ‘Rassemblement’

En direct de Jounieh : Rassemblement du Courant Patriotique Libre pour célébrer le retour officiel le 7 mai 2005

Posted by jeunempl sur mai 5, 2012

MPLBelgique.org

[Les articles sur le contenu de la soirée seront publiés ultérieurement, ce billet n’a pour seul but que de retracer l’ambiance de la célébration]

Le 7 mai 2005, le général Aoun et une foule de partisans atterrissent à Beyrouth… sonnant le retour de la justice !

Depuis, que d’évènements se sont succédés…

La foule est venue en masse ce samedi 5 mai 2012 à Jounieh, à l’intérieur et à l’extérieur de la salle PLATEA, pour marquer son appui au général Aoun, au Courant Patriotique Libre et à son mouvement de réformes !

Le général Aoun prend la parole à 19h00 (Beirut Time) :

Avant lui, se sont succédés…

Antoine Saïd, responsable des jeunes CPL :

Raya Daouk, responsable du comité d’organisation :

Ramzi Kanj, cadre du parti :

Soirée animée par Mme. Nader :

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Géneral, Nos articles | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Rétrospective – décembre 2006 : Retour sur le mouvement d’opposition au gouvernement Siniora… où joie et bonne humeur contrastent avec la haine prônée aujourd’hui par le clan Hariri

Posted by jeunempl sur décembre 1, 2011

MPLBelgique.org
De vertaling in het Nederlands

[Rétrospective : 5 ans après les premiers rassemblements monstres de l’opposition au gouvernement pro-international et anti-libanais de Siniora, le MPLBelgique.org décide de revenir sur cette épisode de la politique libanaise à un moment où le courant du Futur multiplie ses provocations sectaires et actes de division au sein de la population libanaise. Les rassemblements de ce groupe (depuis les violences du 14 janvier 2011 jusqu’au dernier rassemblement haineux en date à Tripoli dimanche 27 novembre) contrastent avec les manifestations de la coalition regroupée autour du Hezbollah et du Courant Patriotique Libre 5 ans plus tôt. Retour sur une période d’espoir qui a abouti en janvier 2011 par la chute de l’ère Hariri, une période marquée par 100% de requêtes internationales et aucune réponse aux défis nationaux…]

Commençons par nous plonger dans le contexte d’après-guerre en septembre 2006. Le Hezbollah fait toujours partie du gouvernement libanais dont Fouad Sanioura est le premier ministre. Le Courant Patriotique Libre et son bloc du Changement et de la Réforme est le seul groupe d’opposition au gouvernement Siniora depuis 2005. Mais depuis le 6 février 2006, il n’est plus isolé sur la scène politique libanaise. La guerre a en effet prouvé que le document d’entente signé entre le Courant Patriotique Libre (CPL) et le Hezbollah 6 mois plus tôt avait transformé une grande partie des Libanais. Les Chiites et les Chrétiens ne se « méfient » désormais plus les uns des autres! Durant la guerre, toutes les maisons chrétiennes étaient ouvertes aux réfugiés chiites dans les régions « sécurisées » du Kesrouan, du Metn, de Beyrouth et d’ailleurs après l’appel à la solidarité du général Michel Aoun. Impensable il y a peu…

Le chef du Hezbollah ne manquera pas de rendre hommage à ces Chrétiens tout en déclarant que cet élan de solidarité était inestimable. Il se fait alors le porte-parole de la proposition du CPL d’intégrer un gouvernement d’union national de sorte à affronter la crise que traverse le pays. En effet, le général Aoun avait déjà proposé d’intégrer le gouvernement avant la guerre de l’été 2006 afin de donner l’occasion à Siniora de réparer sa mise à l’écart des Chrétiens… en vain. Malheureusement, la majorité oppose son véto et décide même de se passer de l’avis chiite (Hezbollah et Amal) dans toutes les décisions gouvernementales qui suivirent. C’est un nouveau contournement de la constitution qui impose l’entente entre toutes les communautés. Après les Chrétiens écartés du pouvoir, voilà les Chiites réduits au silence. Le Hezbollah et Amal quittent alors le gouvernement à la mi-novembre 2006 et rejoignent donc l’opposition alors menée par le CPL du général Aoun.

La constitution libanaise est violée à 7 reprises par la majorité au pouvoir et rien ne semble vouloir l’arrêter. L’opposition décide alors de lancer des manifestations pacifiques. Le jour où l’annonce de la date de rassemblement allait être divulguée, et alors que le gouvernement Siniora touche le fond, le député Pierre Amine Gemayel est assassiné en plein jour par un commando armé. L’opposition suspend tout rassemblement et la majorité en profite pour remonter la tête de l’eau, en prenant pour cible les partisans du CPL. Ils vont politiser ce meurtre, accusant à tout-va l’opposition et spécialement le CPL (seul parti n’ayant pas de passé milicien pourtant!), appelant à leur tour au rassemblement populaire… ils n’auront le soutien que de 50.000 à 100.000 personnes malgré le tapage médiatique et leur commerce du sang du martyr Pierre. A l’échelle des rassemblements libanais, ce chiffre est minime.

Après quelques jours de deuil, l’opposition annonce finalement la date de son rassemblement, il se déroulera le 1er décembre 2006! Un jour mémorable qui lancera une série d’autres rassemblements dont un Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Dossiers, Géneral, Liban dans l'Histoire, Nos articles, Tayyar & Hezbollah | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Béchara Raï à Jbeil : Rassembler les ouailles, ressouder les élites

Posted by jeunempl sur juillet 24, 2011

J. A-R. – L’Hebdo Magazine

Le patriarche Raï prône la réconciliation, l'ouverture et le dialogue... son appel sera-t-il favorablement reçu?

Il est aujourd’hui la personnalité la plus appréciée par la rue chrétienne. Au cours de sa tournée dans la région de Jbeil, le patriarche Béchara Raï a pu mesurer son impressionnante popularité. Récit d’un week-end pastoral au cours duquel le premier des prélats a montré son sens politique aigu, bien au-dessus de la contingence des partis.

Entendu sur les parvis et dans les chaumières: «il parle juste», «quelle prestance», «quel charisme», «lui, au moins, il ne fait pas dans la gaudriole», «voilà celui que l’on attendait». Nous en avons besoin». Ambiance de fête à Jbeil et ses vastes alentours. Les banderoles et les drapeaux aux couleurs du Liban et du Vatican étaient de sortie. Quelques jours après, on en parle encore. Béchara Raï est revenu chez lui, dans son diocèse. Et pour saluer le retour de celui qui a été adopté comme l’enfant du pays, les habitants lui ont réservé un accueil digne des grands hommes. A la télévision, on suit le patriarche comme les amoureux du Tour de France suivent le peloton. Religieusement et avec euphorie. Tout au long de son parcours ponctué de plus d’une vingtaine de relais dans les villes et les villages de la région, une foule heureuse, fatiguée des querelles de clocher et qui espère avoir enfin trouvé son messie. Jbeil avait ses dinosaures politiques et un champion à la présidence; la région a sans doute trouvé son leader austère et charismatique sur qui elle fonde beaucoup d’espoir.

Foule transversale
Le patriarche a un agenda de ministre, minuté à la seconde. Une vingtaine d’églises, presque autant de rencontres avec les acteurs politiques et religieux. Le chef de l’Eglise s’est donné deux missions: parachever la réconciliation politique sur laquelle il travaille depuis le début de son magistère et rassurer la rue chrétienne scindée en deux, voire en trois depuis de trop longues années. La communauté l’a compris, Béchara Raï est aujourd’hui le seul à pouvoir poursuivre ces deux objectifs.

Lors de ses visites, peu de professionnels de la politique à ses côtés. Justes des prêtres et des curés qui sont devenus le seul ciment de la plupart des villages de la région. Comme une façon de faire comprendre au landernau qu’il était temps de passer à autre chose.

Les suiveurs l’ont remarqué. Les foules qui ont accueilli le patriarche étaient composées de militants du CPL et du 14 mars. Premier objectif atteint. Non seulement, le patriarche ne fait partie d’aucun camp, mais il tient à ce que personne ne profite de son ombre porté pour de sombres bénéfices électoralistes. Il aura réussi à transférer les espoirs de la population du champ politique au champ religieux. Le chantre du partage et de la communion a atteint là son deuxième objectif. Etait-il voulu? Au cours de sa visite, le patriarche a Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Kesrouan : Manifestation à Wata el Joz contre les carrières

Posted by jeunempl sur mai 23, 2011

ANI

Les citoyens de Wata el Joz et Ain Delbeh se sont manifestés devant la municipalité de Wata El Joz contre les carrières de la région en présence du député Farid Khazen.

M. Khazen a mis en garde d’un malheur environnemental dans différents villages des hauteurs de Kesrouan. Il faut appliquer la loi, a-t-il dit signalant que les manifestations des habitants, du président de la municipalité et des moukhtars prouvent un rassemblement pour éviter les inconvénients de ces carrières.

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Aoun répond à Geagea : Certains oublient leur passé criminel…

Posted by jeunempl sur septembre 27, 2010

(L’Orient le Jour)

Le général Michel Aoun a effectué hier une visite à Jezzine et dans des villages voisins au cours de laquelle il a rencontré les habitants et les notables, et prononcé un violent discours dénonçant la corruption , « les agissements » des services de renseignements des FSI ainsi ques les propos tenus la veille par le chef des Forces libanaises Samir Geagea.

Accompagné de son épouse, du ministre de l’Énergie et des Ressources hydrauliques Gebran Bassil et de Pierre Raffoul, le général Aoun a passé la journée entre Jezzine, Aïtoulé, Bkassine et Maknouné, son village natal. Aoun a fait coïncider cette visite avec la célébration de la fête de sainte Thècle. Dans son discours, il a soulevé la question des privations subies par cette région qui a pourtant traversé des moments très durs au cours desquels une partie de sa population a été contrainte à l’exode. Revenant sur un thème qui lui est cher, Aoun a appelé les habitants à ne pas vendre leurs biens pour que leur terre ne perde pas son identité. « Entre la vente des terres et l’émigration, c’en sera fini de notre présence (NDLR, chrétienne) dans la région », a déclaré Aoun, qui a comparé cette situation à celle de la Palestine.

Le chef du CPL a encore déclaré que l’État cherche à juger le peuple alors que ce sont les gouvernants qui devraient être jugés, « car ils nous ont placés devant de mauvais choix (…) Vous devez réclamer au gouvernement votre droit au développement, dont vous avez été privés depuis la libération en 2000 », a-t-il dit.

Évoquant le dossier des faux témoins, Aoun s’est demandé pourquoi « ils ne veulent pas qu’ils soient jugés, alors que la justice est entre leurs mains ». Il a tourné en dérision les propos de certains députés du Courant du futur sur « la Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Des dizaines de milliers de Libanais commémorent l’assassinat de Rafic Hariri

Posted by jeunempl sur février 14, 2010

RFI

Il y a cinq ans, l’ancien Premier ministre Rafic Hariri était tué dans un attentat. Un acte qui a suscité l’indignation de tous les Libanais mais aussi d’une grande partie de la communauté internationale, entraînant plus tard le retrait des troupes syriennes. Ce 14 février 2010, jour anniversaire, le camp de la majorité parlementaire s’est donné rendez-vous  dans le centre de Beyrouth.

Des dizaines de milliers de Libanais se sont rassemblés sur la place des Martyrs autour des leaders anti-syriens. Ils sont venus des quatres coins du pays. Une foule impressionnante, sans doute 100 000 à 200 000 personnes, mais qui se trouve essentiellement composée de militants et de partisans de la majorité.

On est loin du grand rassemblement unitaire qui avait suivi l’assassinat de Rafic Hariri en 2005. Il y a tout de même moins de monde que ces deux ou trois dernières années, quand en pleine crise politique et sécuritaire, les Libanais descendaient dans la rue pour réclamer la fin des violences.

Aujourd’hui, c’est clairement un grand rassemblement de la majorité qui a gagné les élections de juin dernier. La foule s’est réunie en un lieu symbolique pour de nombreux Libanais, la place des Martyrs, pour commémorer la mémoire de l’ancien Premier ministre et celle des autres victimes d’attentats.

Mais les participants sont aussi là pour Saad Hariri qui a réussi à s’imposer comme un véritable homme politique. Un pari qui n’était franchement pas gagné au lendemain de la mort de son père, il y a 5 ans.

La foule de ce dimanche scandait les mots d’ordre d’indépendance et de souveraineté pour le Liban, invitant chrétiens et musulmans à se rassembler pour l’unité du pays. Les appels se sont aussi succédés pour que la Syrie traite désormais avec le voisin libanais d’égal à égal et d’Etat à Etat.

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pour le lancement de son CD « Ala maak » au Liban, Nayla répond aux questions de Libnanews

Posted by jeunempl sur novembre 23, 2008

Libnanews

Nayla - Ala maak

Nayla - Ala maak

Une femme passionnée de culture et d’art, une libanaise aux allures ibériques, un cœur débordant de sensibilité et d’humanité avec des idées et des rêves pleins la tête, voici en quelques mots le portrait de Nayla. Auteur compositeur et interprète, Nayla chante l’amour et le Liban sur une musique aux couleurs méditerranéennes, témoignant de la double culture qui coule dans son sang : une synergie de l’Orient et de l’Occident qu’elle présente dans son CD « Ala Maak », actuellement en vente dans tous les branches du Virgin au Liban. Autour d’un café libanais, Nayla a accordé à Libnanews une interview exclusive lors de son passage à Beyrouth pour le lancement de son CD :

Libnanews – « Ala maak », ce qu’on traduit en français par « Dieu soit avec toi », tel est le titre de votre CD. A qui Nayla dit-elle « Ala Maak » ?
Nayla – A tout le monde, à tous les Libanais, à tous ceux qui écouteront mon CD. « Ala Maak » c’est une façon de saluer, mais c’est aussi une façon de dire au revoir. Jusqu’à présent au Liban, lorsqu’on passe dans un village à pied, on entend les gens nous saluer et dire « Ala Maak ». ça n’a pas de connotation religieuse, c’est plutôt traditionnel, mais il n’y a pas de mal non plus à vouloir dire « Dieu soit avec toi ».

Lib – Vos chansons témoignent de la présence de nombreuses influences, la musique orientale, le flamenco par exemple. Est-ce qu’ainsi vous tentez de rassembler le plus grand nombre de culture sous un nouveau style ?
Nayla –
Oui, on peut dire cela. En Espagne, ce genre de musique métissée marche bien. Les gens fredonnent « Ala Maak », « Ya rayeh ». Au Liban, ca peut marcher. On n’a pas besoin de comprendre les paroles d’une chanson ; il nous arrive de chanter phonétiquement quelque chose, je le faisais surtout en espagnol il y a longtemps. Rassembler le plus grand nombre de culture, du Liban, de l’Espagne, et de la France, puisque Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Liban manifeste ses divisions

Posted by jeunempl sur février 14, 2008

(La presse canadienne)

Manifestation 14 février 2008 - Rafik HaririDes dizaines de milliers de Libanais ont participé jeudi à deux rassemblements bien distincts qui témoignaient des profondes divisions du pays: l’un a réuni des partisans du Hezbollah pro-iranien pour rendre un dernier hommage à Imad Moughnieh, tué la veille à Damas, l’autre marquait l’anniversaire de l’assassinat en 2005 du Premier ministre Rafic Hariri.

Le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah, qui vit lui-même dans la clandestinité par crainte d’assassinat depuis le conflit de l’été 2006 avec Israël, a menacé l’Etat hébreu de représailles. Dans un message vidéo diffusé à la foule, il a accusé Israël d’avoir agi « hors des frontières », c’est-à-dire en-dehors du Liban et il a affirmé que le Hezbollah pourrait lui aussi décider de se venger à l’étranger. Les derniers attentats à l’étranger attribués au Parti de Dieu remontent au milieu des années 1990. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :