Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘Rafic Hariri’

Cortbaoui : Nous avons des griefs à l’égard du TSL, mais son maintien est dans l’intérêt du Liban

Posted by jeunempl sur février 21, 2012

(L’Orient le Jour)

La situation de la magistrature ainsi que l’action du Tribunal spécial pour le Liban ont été au centre de la réunion que le ministre de la Justice, Chakib Cortbaoui, a tenue samedi avec le directoire de la Ligue maronite. Étaient présents à cette rencontre le président de la Ligue maronite, Joseph Torbey, les anciens présidents de la Ligue, Michel Eddé et Ernest Karam, ainsi que les membres du conseil exécutif.

Dans un court mot de bienvenue, M. Torbey a rendu hommage au ministre de la Justice, soulignant la nécessité de soutenir l’appareil judiciaire libanais et de « préserver son prestige et son autorité car cette instance constitue l’un des fondements essentiels de l’État de droit et des institutions ».

Prenant à son tour la parole, M. Cortbaoui a d’abord remercié la Ligue maronite pour son initiative visant à organiser cette réunion. Il a ensuite mis l’accent sur sa détermination à régler les problèmes en suspens au sein de son ministère et d’œuvrer à « consolider et dynamiser la magistrature afin qu’elle puisse assumer son rôle sur base des critères de transparence et d’intégrité les plus avancés ». Le ministre a déploré sur ce plan « le vide administratif qui se manifeste au ministère de la Justice », précisant que la proportion de postes vacants au niveau du cadre du ministère a atteint le seuil de 78 pour cent, sachant que Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

M. Reynders rencontre l’opposition libanaise

Posted by jeunempl sur février 15, 2012

ANI

Le chef du parti Kataeb, l’ancien président Amine Gemayel, a rencontré mercredi le chef de la diplomatie belge, Didier Reynders, avec lequel il a fait un tour d’horizon de la situation régionale et discuté des relations bilatérales.

« Cette rencontre a été l’occasion de souligner la profondeur des relations entre le Liban et la Belgique qui exprime sa solidarité à notre pays par sa participation à la Finul », a indiqué M. Gemayel à l’issue de la rencontre qui a eu lieu au siège des Kataeb à Saïfi, en présence de l’ambassadrice belge Colette Taquet.

Il a ajouté que le Liban et la Belgique « partagent les mêmes points de vue politiques concernant l’importance de préserver la stabilité et la sécurité au Moyen-Orient et au Liban, ainsi que la nécessité de mettre fin aux violences en Syrie ».

« Nous oeuvrons pour les mêmes valeurs et les mêmes objectifs: la liberté, la démocratie et la préservation du pluralisme au Moyen-Orient », a conclu le chef des Kataeb.

M. Reynders a, pour sa part, qualifié la situation sur la scène régionale de « difficile et dangereuse », à l’ombre de la conjoncture actuelle en Syrie.

Par ailleurs: Le vice-Premier ministre et chef de la diplomatie belge Didier Reynders, accompagné d’une délégation, s’est rendu mercredi sur la tombe de l’ancien Premier ministre martyr Rafic Hariri au centre-ville de Beyrouth.

Les députés Ahmad Fatfat et Atef Majdalani ont accueilli la délégation belge qui a aussi visité la mosquée Mohammad el-Amine.

Posted in Géneral, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

14 février, jour férrié à l’occasion de la 7ème commémoration de l’assassinat de Rafic Hariri

Posted by jeunempl sur février 9, 2012

ANI

Le premier ministre Najib Mikati a annoncé mercredi la fermeture des institutions publiques et des municipalités le 14 février prochain, à l’occasion de la 7ème commémoration de l’assassinat de l’ancien premier ministre Rafic Hariri.

Posted in Géneral | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Terugblik: 9 oktober 2002 – Hariri geeft de sleutels van Beiroet aan de Syrische bezetter

Posted by jeunempl sur février 9, 2012

Article original : RPLFrance.org – Suzanne C. Sargon
Traduit par Mouhamad WehbeMPLBelgique.org

[Terugblik over het verleden van Rafic Hariri. Zijn moord in 2005, waarover het onderzoek aan de gang is, moet zijn 15 jaar lange samenwerking met de Syrische bezetter niet verdoezelen.]

Tussen 9 oktober 2002 en 9 oktober 2008 zijn zes jaren afgelopen. Tijdens die periode zijn heel wat standpunten veranderd zonder de ware toedracht te hebben kunnen verdoezelen.

“ Namens de inwoners en de verantwoordelijken van Beiroet geef ik jullie de sleutels van deze stad die het zinnebeeld is van onze trouw en erkenning… !”

Tijdens een hoogdravende ceremonie in het Grote Serail, zetel van de Libanese regering, wordt de symbolische sleutel van Beiroet aan het hoofd van de Syrische inlichtingendienst uitgereikt: de zelfmoordenaar Ghazi Kanaan. Deze werd hem overhandigd onder het aanzienlijke patronaat van Rafic Hariri ter gelegenheid van zijn vertrek naar Syrië en nadat hij verantwoordelijk was voor het Libanese dossier tijdens min of meer 20 jaar in het tijdperk van het Syrische bewind in Libanon.

Rafic Hariri: “Ik heb altijd het gevoel gehad dat jullie de eerste verdedigers waren van de Libanese belangen en ik had heel graag gewild dat de Libanezen jullie kennissen hadden betreffende staatkundige en gouvernementele vraagstukken, de algemene problemen van de Staat, de regering en gevaren en uitdagingen waar Libanon het hoofd aan moet bieden. O broeder! O Abou… jullie hebben witte handen op Libanon en ons volk herinnert zich van de Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Nederlands, Nos articles, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Het onderlinge overeenstemmingsdocument tussen de Hezbollah en de Vrije Patriottische Stroming (Tayyar)

Posted by jeunempl sur février 7, 2012

Traduit par Mouhamad Wehbe
MPLBelgique.org

Beiroet, op 6 februari 2006

1- De dialoog

De nationale dialoog is het enige middel dat concrete oplossingen met zich kan meebrengen aan de crisissen waar Libanon het hoofd aan biedt. Het zal dus gaan om een op stevige beginselen gebaseerde dialoog die een consensuele wil zal weerspiegelen. Om dit doel te kunnen bereiken, moeten de nodige voorwaarden vervuld worden:

A- Al de partijen die van een staatkundige, populaire en nationale aanwezigheid genieten, dienen samen te zitten en aan de nationale dialoog deel te nemen.

B- Op een duidelijke en eerlijke wijze te werk gaan door de nationale belangen boven al de andere te laten primeren. Dit zal worden uitgevoerd op een onafhankelijke wil en de vrije en geëngageerde beslissingen zullen Libanese beslissingen zijn.

C- De dialoog moet steunen op alle vraagstukken met een nationale aard die een algemene overeenstemming vereisen.

2- De consensuele volksregering

De consensuele democratie blijft de doorslaggevende basis van het politieke stelsel van Libanon. Die vertegenwoordigt de werkelijke concretisering van de Grondwet en de aard van de nationale overeenkomst van coëxistentie. Op deze manier blijft de aanpak betreffende de nationale vraagstukken over het principe van meerderheid en minderheid afhankelijk van de verwezenlijking van de historische en maatschappelijke voorwaarden die nodig zijn om in een echte democratie te kunnen leven waarin de burger een eigen waarde krijgt.

3- De kieswet

De hervorming en de regularisering van het politieke leven in Libanon moet plaatsgrijpen via de instemming van een moderne kieswet (de evenredige kieswet zou efficiënt kunnen zijn) die een juiste en eerlijke volksvertegenwoordiging zou waarborgen. Deze wet zou tot de verwezenlijking van de volgende elementen kunnen bijdragen:

1-    De bevordering en ontwikkeling van de partijen met het oog op het ontstaan van de burgerlijke maatschappij.

2-    De invloed van het politieke geld en de godsdiensttwisten beperken.

3-    Gelijke kansen verzekeren wat de toegang tot de media betreft.

4-    De nuttige middelen verzekeren om ervoor te zorgen dat de Libanezen, die in het buitenland wonen, hun stemrecht uitvoeren.

De regering en het parlement worden ertoe gebracht om de nodige kieswet zo spoedig mogelijk in te stemmen.

4- De inrichting van de Staat

De inrichting van een moderne Staat, waarin de burgers vertrouwen hebben en die bekwaam is hun behoeftes en doeleinden te waarborgen door hen nu én in de Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Géneral, Nederlands, Nos articles, Tayyar & Hezbollah | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Les salafistes libanais, soutien des opposants syriens

Posted by dodzi sur décembre 19, 2011

France 24

Par Perrine MOUTERDE

Les salafistes libanais soutiennent ouvertement les opposants syriens et dénoncent l’attitude du gouvernement, qui comprend le Hezbollah. Ils appellent aussi les chrétiens à « prendre leur distance » à l’égard de Damas.

C’est sous bonne escorte que le sheikh Dai al-Islam al-Chahal se rend à la grande prière du vendredi. Un groupe d’hommes, dont plusieurs sont armés, l’attend au pied de son immeuble du quartier d’Abi Samra, à Tripoli (Liban). Fils de Salem al-Chahal, le fondateur du mouvement salafiste au Liban, il en est aujourd’hui la figure de proue.

Les yeux clairs, la barbe blanche, il dirige l’Association pour le conseil et la charité, qui œuvre essentiellement dans le domaine de l’éducation. « Le régime criminel de Bachar al-Assad n’a plus aucune légitimité, dénonce Dai al-Chahal. Les salafistes libanais apportent un soutien moral, politique et financier au peuple syrien. Nous fournissons aussi de la nourriture, des médicaments ou des vêtements aux réfugiés. »

« Nous avons peur du Hezbollah« 

L’imam radical Omar Bakri affirme être né à Beyrouth et n’avoir «jamais vu la Syrie de sa vie». De 1985 à 2005, il a vécu à Londres où il s’est rendu célèbre en qualifiant de «magnifiques» les auteurs des attentats du 11-Septembre.

Même barbe blanche, même quartier. Hassan al-Chahal est l’une des autres figures du mouvement. » Hafez al-Assad, comme son fils Bachar [de confession alaouite, une branche du chiisme, ndlr], ont très mal traité les sunnites, que ce soit au Liban ou en Syrie, dénonce-t-il. Sur 10 musulmans, il y a 9 sunnites en Syrie. C’est à nous de prendre le pouvoir ! »

Né au Liban en 1946, le courant salafiste, qui prône un retour à « l’islam des origines », s’organise autour d’une cinquantaine d’associations de charité et d’écoles religieuses, concentrées dans le nord du pays. Si leur mouvement reste d’ampleur limitée, les salafistes ont gagné en influence depuis l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri et le retrait des forces syriennes du pays, en 2005.

Ils sont aussi fortement impliqués dans la vie politique : les salafistes sont « au cœur des tensions sectaires grandissantes entre sunnites et chiites », écrivait dès 2008 Omayma Abdel-Latif, alors experte au Centre Carnegie pour le Moyen-Orient.

A Qibbeh, un quartier pauvre situé à la périphérie de Tripoli, la prière se termine. À l’extérieur de la mosquée Hamza, une petite foule se rassemble derrière un pick-up où ont été entassés des haut-parleurs. Au centre du cortège, des Syriens qui disent avoir été victimes de la répression : l’un claudique sur ses béquilles, l’autre est en fauteuil roulant. Un troisième a le bras bandé.

Début août, ils ont été jusqu’à 700 à manifester en soutien aux opposants syriens. Ils ne sont plus que quelques dizaines à se mettre en marche, en scandant des slogans hostiles au président Assad. Tripoli, située à une quarantaine de kilomètres de la Syrie, est pourtant la deuxième ville du pays – et un véritable bastion sunnite. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Assassinat Hariri: le Liban a versé sa contribution au tribunal

Posted by jeunempl sur novembre 30, 2011

(AFP)

Le Premier ministre libanais Najib Mikati a annoncé mercredi avoir versé la part du Liban au tribunal de l’ONU chargé de juger les assassins de l’ex-dirigeant Rafic Hariri, une question qui avait menacé de provoquer la chute de son gouvernement.

Le puissant mouvement chiite armé du Hezbollah, qui domine le gouvernement avec ses alliés, avait dit à maintes reprises refuser que le Liban paie sa contribution dans le financement du Tribunal spécial pour le Liban (TSL) et réclamé la fin de la coopération avec cette instance créée par l’ONU.

Il n’était pas clair dans l’immédiat si la décision de transférer les fonds avait été prise de concert avec les autres membres du gouvernement. Elle a été annoncée après le report d’une réunion du Conseil des ministres consacrée à cette question.

« Ce matin, j’ai transféré la part du Liban dans le financement du TSL », a déclaré devant les journalistes M. Mikati dans une annonce surprise.

« Il s’agit d’une décision nationale qui protège le Liban des Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Assassinat de Rafic Hariri: l’Italien Antonio Cassese quitte la présidence du TSL

Posted by jeunempl sur octobre 10, 2011

AP – Nouvelobs

Le Tribunal spécial pour le Liban (TSL) chargé d’enquêter sur l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri a annoncé lundi la démission de son président, l’Italien Antonio Cassese, pour « raisons médicales ».

Le TSL a précisé dans un communiqué diffusé sur son site web que le juge avait décidé dimanche de quitter la présidence, sans fournir de détails sur les raisons « médicales » invoquées. Le magistrat italien « continuera néanmoins à exercer ses fonctions de juge de la Chambre d’appel du tribunal », a souligné la juridiction.

M. Cassese sera remplacé à la présidence du tribunal par Sir David Baragwanath, un ancien juge de la Haute Cour de Nouvelle-Zélande, qui a recueilli l’unanimité des voix pour assumer cette fonction, selon le TSL.

Quatre membres du Hezbollah ont été inculpés par le tribunal pour implication présumée dans l’attentat au véhicule piégé du 14 février 2005 qui avait coûté la vie à Rafic Hariri et 22 autres personnes à Beyrouth. Le chef du mouvement chiite refuse de livrer les quatre hommes au TSL, laissant présager la tenue d’un procès par contumace.

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Révolutions Arabes, ce qu’il faut en penser

Posted by dodzi sur octobre 3, 2011

Le Liban, Le Blog francophone du Liban

Par Frenchy

« La guerre ne se gagne pas sans l’Égypte, la Paix ne se fait pas sans la Syrie », c’est par cet adage que l’ancien secrétaire d’État américain Henry Kissinger résumait la situation au Moyen Orient, et par lequel, il faut comprendre l’embarras des Pays Occidentaux face à la réalité actuelle en Syrie, en proie, comme nous le savons tous, à des troubles internes faisant suite au soulèvement de certains pays arabes. Il faut donc recadrer et comprendre les motifs et les différences entre la Syrie d’une part, et ces mêmes pays arabes, à savoir la Tunisie, l’Égypte, la Libye et Bahreïn, pour ne pas évoquer le cas du Yémen également.

Le soulèvement tunisien a été précurseur dans la démonstration que des foules peuvent se rebeller avec succès face à un dictateur, à savoir Ben Ali. La Révolution du Jasmin a été un succès en raison surtout de son inefficacité à être corrélée à d’autres impératifs régionaux. Il s’agit en effet d’un pays du Magreb et non du Machreq ou du Golfe Persique qui sont des régions autrement plus « stratégiques », en raison d’une part de la proximité des Pays Arabes entourant Israël (cas de l’Égypte ou de la Syrie) et d’autre part, en raison de la proximité avec les approvisionnements pétroliers (Bahreïn ou Yémen) dont dépendent les pays occidentaux.

Le premier point est qu’il est totalement incohérent de comparer la situation des pays arabes avec celle des pays est-européens après la chute du mur de Berlin. Il s’agit d’une chose d’autant plus erronée que ces pays européens ont connu une période démocratique entre les 2 guerres, ce qui n’est pas le cas de la plupart des pays arabes en questions, qui ont connu ou une royauté de pacotille comme en Libye ou en Égypte ou une pseudo-démocratie émaillée de coups d’états comme en Syrie pour ensuite trouver un dirigeant-dictateur qui leur a apporté une stabilité certes mais au prix de la liberté. Le fait de prétendre alors que ces révolutions pourraient amener à l’élaboration d’un système politique est assez peu clair, le risque le plus important serait alors que cette période démocratique soit à son tour émaillée par des coups d’états jusqu’à ce qu’un dictateur arrive au pouvoir.

Un des modèles européens, si toutefois on souhaite imposer ce schéma, pourrait être celui de l’Espagne après Franco. Cependant, si on prend en compte que certains pays arabes comme la Syrie ou Bahreïn hébergent d’importantes minorités, on peut cependant douter de sa validité.

Je tiens également à préciser qu’on a actuellement un modèle malsain au Liban même ou des personnes se préoccupent des affaires internes syriennes. Ces ingérences sont doublées d’une connotation malheureusement sectaire propre à rappeler les causes de la guerre civile libanaise, avec notamment, une solidarité inter-sunnite transcendant les frontières libanaises, étrangement proche des schémas qui ont coupé cette communauté du concept de la nation libanaise pour se rapprocher du concept du Panarabisme et de la lutte palestinienne au nom de la solidarité entre pays arabes. On sait ce que cela nous en a couté au Liban, 100 000 morts et une guerre civile.

Nous examinerons quelques différences dont le cas de la Libye puis de l’Égypte et dans un deuxième temps, nous aborderons les cas des révolutions ratées, à savoir de Bahreïn et de la Syrie. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Gaby Layoun rejette tout fondement juridique à un financement du TSL

Posted by dodzi sur octobre 3, 2011

L’Orient le Jour

Le ministre de la Culture Gaby Layoun a affirmé lundi à la radio Voix du Liban (100.5) que le bloc du changement et de la réforme maintient sa position initiale sur le financement du Tribunal spécial pour le Liban (TSL). « Quel est le fondement juridique pour financer ce tribunal ? », a-t-il demandé.

« Le problème n’est pas dans le financement du TSL mais dans sa mise en place », a ajouté M. Layoun. Le Tribunal spécial pour le Liban a été mis en place « sans l’accord du président de la république » (Émile Lahoud) et sans le vote du parlement libanais, par un gouvernement dont la légitimité était critiquée, a-t-il indiqué.

En réponse à une question sur les déclarations du ministre Ghazi Aridi soutenant le financement du TSL, M. Layoun a répondu que chaque partie au sein du gouvernement a son avis, y compris le Premier ministre Nagib Mikati.

Par ailleurs, le ministre du l’Intérieur Marwan Charbel a déclaré à la même radio que la question du financement du TSL ne figure pas sur l’agenda de la prochaine réunion du gouvernement qui aura lieu cette semaine et qui portera sur les questions qui n’ont pas été traitées lors de la dernière réunion.

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :