Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘Rabieh’

Des milliers de manifestants arméniens en colère devant l’ambassade de Turquie

Posted by dodzi sur avril 25, 2012

L’Orient le Jour

Vue générale de la marche, une première dans le cadre de la commémoration annuelle du génocide et qui aura rassemblé près de 25 000 manifestants.

Le catholicos arménien de Cilicie Mgr Aram Ier a mis en garde contre « la politique turque qui use de son autorité internationale pour faire taire le peuple arménien ».

À l’occasion de la 97e commémoration du génocide arménien, le catholicos arménien de Cilicie Aram Ier a présidé hier une messe au siège du catholicossat à Antélias, à laquelle a assisté une importante foule de fidèles et de responsables de la communauté.

Dans son sermon, Mgr Aram Ier a mis en garde le monde arabe contre la Turquie, « dont les ancêtres ont tué vos aïeux, chrétiens et musulmans ». Il a signalé en outre que l’État turc aujourd’hui « commence à s’infiltrer, non seulement dans les pays du Moyen-Orient et du monde musulman, mais aussi dans les continents d’Europe, d’Afrique et d’Amérique. La Turquie use de ses relations diplomatiques et de son influence politique afin de faire taire la voix du peuple arménien qui réclame la justice ». Or, « l’amitié apparente des descendants de l’autorité ottomane est une amitié mensongère », a-t-il encore prévenu. Ils « se présentent au monde en défenseurs des principes démocratiques et des droits de l’homme, mais recourent au langage des menaces ». De plus, la Turquie continue de « renier les droits des minorités et le meurtre caractérisé qu’est le génocide arménien (…) et dépense des sommes faramineuses pour semer la confusion au niveau de l’opinion publique internationale », a ajouté le catholicos. Il a toutefois déclaré que « nous n’avons pas encore désespéré dans notre lutte pour que justice soit rendue au peuple arménien ». Mgr Aram Ier a rappelé ainsi les principales revendications réitérées depuis des années par les Arméniens. « Nous voulons que la Turquie reconnaisse dans les faits historiques le génocide et admette cette vérité, avant de payer les indemnités aux familles des victimes et de restituer à l’Église ses biens confisqués », a affirmé Mgr Aram Ier. Rappelons que le catholicossat arménien avait organisé une conférence internationale de trois jours en mars dernier en vue d’examiner les voies juridiques pour la restitution de ses biens.

Un million et demi de morts…

Après le service, la foule réunie a marché en direction de l’ambassade turque à Rabieh, dans la banlieue nord-est de Beyrouth, brandissant des banderoles écrites en arabe, arménien et anglais, et demandant à Ankara de reconnaître officiellement le génocide arménien. Près de 25 000 Arméniens ont participé à la marche, au rythme de chants patriotiques, épousant les trois couleurs rouge, bleu et orange du drapeau de leur pays d’origine. Cette marche accompagne pour la première fois la commémoration annuelle du génocide. Les organisateurs, à savoir les différents partis arméniens, ont voulu que cette manifestation soit pacifique et retransmette, sans violence, les revendications des Arméniens devenues inhérentes à leur mémoire collective. Toutefois, les manifestants n’ont pu contenir leur colère (plusieurs drapeaux turcs ont été déchirés et brûlés). Une colère qu’ils ont voulu faire entendre surtout devant le bâtiment de l’ambassade turque, sur lequel ils ont jeté de l’eau, des œufs, des bâtons et des pétards, au-delà des fils barbelés visant à protéger le bâtiment et derrière lesquels se sont positionnés des agents de l’ordre. L’attaque a pris une ampleur telle que les cadres des partis et les députés arméniens qui participaient à la marche ont traversé les fils barbelés et formé un bouclier humain pour dissuader les manifestants de poursuivre leur assaut, leur demandant de garder le caractère « pacifique et civilisé » de la manifestation. Ces derniers se sont calmés au fur et à mesure que la manifestation prenait fin en début d’après-midi. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Fayez Karam relâché et accueilli en héros à Zghorta

Posted by dodzi sur avril 5, 2012

L’Orient le Jour

Fayez Karam a eu droit à un accueil enthousiaste à Zghorta.

Le général a été libéré hier, au lendemain de la parution, au Journal officiel, de la loi fixant à 9 mois l’année carcérale.

Après 22 mois de détention et un procès qui avait suscité une vive polémique dans le pays, notamment entre le courant aouniste, d’une part, et la branche des renseignements des FSI et le courant du Futur, d’autre part, le général Fayez Karam, proche collaborateur du chef du CPL, Michel Aoun, a été libéré hier, profitant de la réduction de l’année carcérale qui lui a permis de purger sa peine plutôt que prévu. Il avait été condamné par le tribunal militaire à deux ans de prison pour collaboration avec Israël.

À sa sortie de la prison de Rihaniyé, près du ministère de la Défense, il s’est contenté de déclarer brièvement aux journalistes qui l’assaillaient qu’il estimait que son emprisonnement était politique… Aussitôt libre, le général Karam s’est rendu à Rabieh dans une démarche symbolique pour une rencontre loin des flashs des caméras avec le général Aoun. Il s’est d’ailleurs contenté de déclarer après cette rencontre que nul ne peut changer son passé au sein de l’institution militaire « pour laquelle j’ai tout sacrifié avec mes camarades pour défendre le Liban », a-t-il dit.

Le général Karam a ensuite pris le chemin de Zghorta où des sympathisants lui ont réservé un accueil triomphal.

Drapeaux du CPL, cris de joie et foule en liesse, Zghorta attendait donc « son » général qui ne cachait pas son émotion. Après avoir salué la foule, Fayez Karam s’est recueilli sur la tombe de son père avant de prier à l’église. Il s’est ensuite brièvement adressé aux journalistes pour dire que nul ne peut faire de la surenchère sur son honneur et sur sa dignité. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Dossiers, Elections 2013, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mikati – Aoun : Le mariage forcé

Posted by jeunempl sur mars 30, 2012

L’Hebdo Magazine – Julien Abi Ramia

Najib Mikati visitant le général Michel Aoun à Rabieh, dans le cadre de sa tournée chez les anciens Premier Ministres, le 26 janvier 2011

Najib Mikati visitant le général Michel Aoun à Rabieh, dans le cadre de sa tournée chez les anciens Premier Ministres, le 26 janvier 2011

Condamnés à cohabiter, Michel Aoun et Najib Mikati s’affrontent depuis le premier jour. Les deux seuls animateurs de l’Exécutif, aux caractères totalement opposés, se rendent coup pour coup. Intérêts politiques obligent, aux projets du chantre de la réforme se dressent les réserves du consensuel. Mais le gouvernement patauge et les médiateurs habituels ne cachent plus leur impatience.

Pour les aounistes qui ont fait du démantèlement du système Hariri leur objectif ultime, le Premier ministre avait tout pour plaire. En acceptant de succéder à Saad Hariri et de diriger le gouvernement de cette majorité-ci, le milliardaire sunnite, ami personnel du président syrien, Bachar el-Assad, a fait naître des rêves de changement. Mais au bout d’un an et demi de luttes acharnées au Grand Sérail, dans les salons du Parlement et autour de la table des conciliateurs, le Courant patriotique libre (CPL) est en colère. Les réformes proposées par les ministres du CPL sont systématiquement discutées et amendées. De par sa fonction et les portefeuilles économiques, Najib Mikati s’est octroyé un droit de regard sur la gouvernance du pays. Ce positionnement omniscient fait de lui l’homme le plus puissant du Liban. Est reproché à Mikati de faire du Hariri. Mais au sein de la population, la colère monte. Les médiations qui prennent un temps monstre, avec les Khalil et leurs allers et venues entre Rabié et Beyrouth, ont fini par paralyser le gouvernement. La lenteur du travail gouvernemental et législatif commence à faire jaser, même parmi les proches du Premier ministre.

Ses soutiens haussent le ton

La semaine dernière, avant d’entrer en Conseil des ministres, Mohammad Safadi a jeté un gros pavé dans la mare. Le ministre des Finances a exprimé son désaccord avec le chef du gouvernement sur la question, encore brûlante de l’électricité, indiquant qu’il soutenait la proposition du ministre de l’Energie, Gebran Bassil, de louer les bateaux producteurs de courant. «Ni un ministre, ni le Premier ministre ne doivent trancher de manière unilatérale». Deux jours plus tard, il tentera d’éteindre le feu en faisant état de «divergences techniques» et non politiques, mais l’attaque est lancée, et elle vient de l’un des vrais compagnons de route de Najib Mikati. Au-delà des motivations qui ont conduit Safadi, candidat potentiel à la primature, à marquer sa différence, cette prise de position marque en réalité un basculement.

Au cours de la première partie du mandat du Premier ministre, les parrains de la majorité se sont efforcés de calmer les ardeurs de Michel Aoun et ses attaques tous azimuts. Non pas pour lui faire changer d’orientation politique, mais surtout pour préserver Najib Mikati qui, à plusieurs reprises, a menacé de démissionner. Les sujets de discorde ont très majoritairement été tranchés en faveur du chef du gouvernement. Les parrains lui ont également laissé toute latitude de gérer les questions relatives au TSL, histoire de ménager sa base électorale. Devenu maître du jeu, il a marqué des points décisifs face au leader du CPL qui a vu l’une de ses figures de proue, Charbel Nahas, démissionner.

Depuis cet épisode, les pontes de la majorité ont changé de pied. Sans doute attendaient-ils du Premier ministre qu’il fasse bouger les choses, mais la situation du pays Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Liban : Démission du ministre du Travail Dr Charbel Nahas

Posted by jeunempl sur février 21, 2012

MPLBelgique.org

Le ministre du Travail, le Dr Charbel Nahas, a décidé de remettre sa démission au chef du bloc du Changement et de la Réforme, le général Michel Aoun qui l’a à son tour transmise au chef du gouvernement. Conformément à ses convictions, le ministre Nahas s’oppose à la signature d’un décret illégal fixant les allocations de transport tout en les séparant du salaire minimum, et de facto la part de sécurité sociale qui en était liée. Ce décret était par ailleurs destiné à être aussitôt rejeté par le conseil d’état comme le furent les précédents. Par l’intermédiaire du chef du parlement Nabih Berry, un accord politique avait été trouvé entre le premier ministre Mikati et le bloc du Changement et de la Réforme sur un processus de règlement de la crise, passant par l’élaboration d’une loi légalisant et autorisant le gouvernement à fixer les indemnités de transport des salariés. Par la suite, le ministre devait signer ce décret alors légalisé.

Cette décision est un coup dur pour la société civile qui perd là son ambassadeur le plus actif au sein de ce gouvernement. Le Dr Charbel Nahas est à l’origine de plusieurs réformes d’envergure, d’abord au ministère des Télécommunications de décembre 2009 à juin 2011, puis au ministère du Travail de juin 2011 à février 2012. Il s’était distingué dernièrement en faisant avancer un dossier important, celui du droit des femmes libanaises à transmettre leur nationalité. Voici un lien vers ses accomplissements en tant que ministre:

1. Les réformes du Dr Charbel Nahas au sein du Ministère des Télécoms

2. Les réformes du Dr Charbel Nahas au sein du Ministère du Travail

Aoun : « C’est au gouvernement de gérer la démission de Nahas »

(L’Orientle Jour)

Le ministre libanais du Travail, Charbel Nahas, a remis sa démission aujourd’hui au député Michel Aoun, a annoncé la Voix du Liban (100.5). Lequel Michel Aoun l’étudierait.

Le ministre Nahas était au coeur d’un bras de fer l’opposant au Premier ministre Nagib Mikati, autour d’un décret sur les indemnités de transport. Un décret adopté par le Conseil des ministres mais que le ministre Nahas, membre du bloc du Changement et de la Réforme, refusait de signer, le jugeant « illégal ».


Le chef du Courant patriotique libre (CPL) Michel Aoun a commenté mardi la démission du ministre du Travail Charbel Nahas, qui Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Dossiers, Géneral, Nos articles | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mansour de Rabieh: les décisions des ministres arabes ne sont pas dans l’intérêt du Liban et nous ne pouvons les approuver

Posted by jeunempl sur février 14, 2012

D.CH. – ANI

General Michel Aoun

Le ministre des Affaires étrangères Adnan Mansour, s’est entretenu mardi avec le chef du bloc du « Changement et de la Réforme » Michel Aoun, au sujet de la récente réunion des ministres arabes des AE au Caire. Il a indiqué que le Liban a émis des réserves sur les décisions de la Ligue arabes concernant la Syrie, car elles comprenaient des articles dangereux qui ne correspondent pas avec la position du Liban.

« Une des décisions appelait à rompre les relations diplomatiques avec la Syrie, et même durant les congrès internationaux. Cet appel ne sert pas les intérêts du Liban, qui avait réclamé durant des années de tenir des relations diplomatiques avec la Syrie. Il est difficile pour le Liban de rompre ses relations avec la Syrie » a-t-il affirmé.

« Un autre article appelle à suspendre les relations commerciales et d’imposer des sanctions économiques supplémentaires. Ce fait endommage le Liban, plus que la Syrie » a-t-il ajouté.

Et de poursuivre: » Nous avons averti depuis quelques mois d’une tendance à l’internationalisation de la crise syrienne et nous avons posé la question suivante: voulons-nous les Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Liban – 2011: l’année des inattendus

Posted by jeunempl sur décembre 31, 2011

Julien Abi Ramia – L’Hebdo Magazine

En renversant en début d’année la majorité en sa faveur, le Hezbollah, malgré les couacs de la fragile coalition gouvernementale qu’il dirige, s’est assuré un précieux avantage dans le bras de fer qui l’oppose à la communauté internationale. Longtemps sonné, le 14 mars s’est magistralement relancé, grâce aux secousses syriennes du Printemps arabe.

Qu’elles semblent loin aujourd’hui, les discussions syro-saoudiennes. C’était il y a un an, presque jour pour jour. Les deux parrains, qui avaient repris langue, avaient imaginé un plan de sortie de crise, destiné à épargner au Liban les conséquences dramatiques de la mise en accusation, par le Tribunal spécial pour le Liban (TSL), du Hezbollah dans l’assassinat de Rafic Hariri. Les discussions de la dernière chance pour le gouvernement d’union nationale présidée par Saad Hariri. L’espoir n’a duré qu’un temps. Elles ont été littéralement torpillées. Sans les grands frères, la cohabitation devenait impossible. Le 12 janvier, l’opposition prend alors les devants en annonçant la démission de ses ministres. Le leader du Courant du futur est remercié. Pour la première fois depuis le retrait des troupes syriennes, le 14 mars est écarté du pouvoir. Pour le Hezbollah et ses alliés, le jeu en vaut la chandelle. L’opposition, le CPL en tête, qui se voit comme un parti de gouvernement, porte ainsi un Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Tayyar & Hezbollah | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il faut sauver le soldat Mikati…

Posted by jeunempl sur novembre 27, 2011

(L’Orient le Jour)

Les raisons diffèrent, mais le résultat est le même. Douze ministres se sont absentés hier et la séance du Conseil des ministres n’a pas eu lieu. Le ministre de l’Information a eu beau affirmer que le défaut de quorum n’avait aucune portée politique, il n’en reste pas moins que l’absence des ministres du bloc du Changement et de la Réforme n’est pas un pur hasard, car ils ne sont pas tous tombés malades en même temps. Tout comme deux des ministres de Joumblatt se sont absentés, Ghazi Aridi pour protester contre les critiques formulées contre les dépenses de son ministère, et Waël Bou Faour pour compléter le chiffre et entraîner le report de la séance. Même s’il a tenu à affirmer que le président de la République avait été averti de cette double absence et qu’elle n’a aucun motif politique. Sans parler de Nicolas Fattouche qui s’est aussi absenté.

Si le nombre d’absents a son importance, c’est quand même l’attitude des ministres du CPL qui a créé hier l’événement, volant la vedette à la position du Premier ministre adoptée la veille au cours d’une interview télévisée. Mikati avait plus ou moins établi l’équation suivante : si le financement du TSL n’est pas adopté en Conseil des ministres, il décidera de démissionner, non parce qu’il ne reste pas à l’issue d’un vote démocratique au sein du Conseil des ministres mais, comme il l’a dit lui-même, pour protéger le Liban.

Il n’en a pas fallu plus pour les ministres du CPL qui, après une rapide réunion, ont décidé de boycotter la séance du Conseil des ministres, sans même se concerter auparavant avec leurs alliés ni prévenir le secrétariat général du Conseil des ministres. Le ministre du Travail Charbel Nahas, actuellement plongé dans le dossier du relèvement des salaires accompagné de mesures sociales, a révélé à L’Orient-Le Jour que l’équation du Premier ministre est inacceptable, car cela signifie, a-t-il dit, que le financement du TSL est plus important que le projet de loi sur le budget ou d’autres décisions importantes pour les Libanais. Nahas considère ainsi que le relèvement des salaires et la couverture médicale généralisée Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Billets & Opinions, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Michel Sleiman vs Michel Aoun : Irréconciliables

Posted by jeunempl sur avril 1, 2011

Julien Abi Ramia – L’Hebdo Magazine

Rencontre des ex-généraux Michel Aoun et Michel Sleiman

Le 25 mai 2008, les députés, y compris les membres du bloc de Michel Aoun, ont porté à Baabda un président consensuel, au-dessus des partis. Mais au cours de toutes les élections qui ont suivi, le général de Rabié accuse Michel Sleiman d’avoir investi et soutenu dans l’ombre des candidats opposés à ceux du CPL. Aux yeux des partisans du CPL, le chef de l’Etat est devenu un adversaire politique pas tout à fait comme les autres. Alors que Baabda estime que le président devrait avoir un poids dans les différents niveaux du pouvoir pour jouer pleinement son rôle. Le 29 avril 2010, à quelques jours des dernières élections municipales, le leader du CPL affirmait «qu’il n’y aura pas de batailles des deux généraux».

Moins d’un an plus tard, au sein de la communauté aouniste, on pense non seulement que la bataille est enclenchée, mais que le général doit la remporter. Le tabou a sauté. «Il nous a bien eus», «à quoi joue-t-il?», «il veut s’engager sur ce terrain-là? Qu’il vienne, on l’attend de pied ferme», entend-on régulièrement de la bouche des sympathisants du CPL. Les plus zélés ont encore les législatives de 2009 et les municipales de 2010 au travers de la gorge. Les autres voient d’un très mauvais œil le refus du chef de l’Etat d’accorder à leur leader suprême la part qu’il réclame, alors que pour les amis du président, celui-ci s’en tient à ses prérogatives que définit la Constitution. Et alors que pointent à l’horizon les Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Michel Hélou, député de Jezzine : «Je crains une nouvelle répartition des pouvoirs»

Posted by jeunempl sur décembre 25, 2010

Saad Elias – L’Hebdo Magazine

«Ni la majorité ni l’opposition ne souhaitent la fitna ou des actes de violence. La tension politique est réelle et quasi permanente, mais l’explosion que craint le ministre britannique des A-E fait partie des tentatives d’intimidation». Interview de Michel Hélou, député de Jezzine.

Etes-vous optimiste quant aux résultats des efforts syrosaoudiens en vue de résoudre la crise?

J’entends parler de progrès accomplis, mais je me permets de ne pas être optimiste, ou pas assez par rapport aux résultats en tenant compte des fuites relatives à ces efforts. Il semble que nous nous acheminons vers un autre but, ma crainte est que l’on soit en train de préparer une nouvelle répartition des pouvoirs sous couvert de l’appli cation détaillée de Taëf. Ainsi, le fond du problème restera le même et, avec la persistance de la tension politique, la menace sécuritaire sera maintenue.

Mais le dialogue syro-saoudien a justement pour objectif de bloquer les éventuelles conséquences sur le terrain de l’acte d’accusation émanant du tribunal international.

Est-ce que le tribunal est la bonne voie pour parvenir à la vérité? Ou alors est-ce un instrument pour torpiller la Résistance? Est-il un outil manipulé par les grandes puissances pour exécuter le complot international à partir du Liban? S’agit-il d’un tribunal israélien? Que devient le crime des faux témoins, alors qu’il existe des gens qui prétendent qu’ils sont inexistants et qu’il n’y a aucun dossier à transférer devant la Cour de justice? Ce n’est pas un dossier, c’est un crime qu’il faut soumettre à la Cour de justice.

Saad Hariri et le 14 mars craignent que ce transfert que vous réclamez n’aboutisse au retrait du dossier de l’assassinat des mains du tribunal international.

C’est pourquoi ils s’opposent au vote… Si nous abordions la question de manière scientifique: le tribunal international s’est déclaré incompétent à examiner l’affaire des faux témoins. Si nous considérons que la justice libanaise est compétente du fait que le crime a été commis sur son territoire par des Libanais et des non-Libanais, si les éléments de la confiance mutuelle étaient présents entre les composantes de la société libanaise, la justice libanaise ne peut pas invalider le tribunal international, et il n’est pas permis non plus que ce tribunal supprime le rôle de la justice libanaise. Les deux doivent être complémentaires. Qu’est-ce qui empêche la justice Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Aoun : les étudiants sont marginalisés par le gouvernement dans la vie publique

Posted by dodzi sur décembre 4, 2010

iloubnan.info

Le Député Michel Aoun, Président du bloc parlementaire du Changement et de la Réforme, a reçu samedi, dans sa résidence de Rabieh, une délégation estudiantine de l’université américaine de Beyrouth (AUB).

Dans son discours prononcé devant la délégation, Aoun a prévenu contre tout complot qui se prépare contre le Liban. Il a appelé à traiter le dossier des faux témoins dans le but de découvrir l’identité des assassins de Rafic Hariri.

Le Général Aoun a souligné aux étudiants qu’ils sont marginalisés par le gouvernement et qu’ils devraient participer davantage au travail de la vie publique et s’exprimer plus librement.

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :