Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘Premier ministre’

Mikati à Paris : Un programme (trop) chargé

Posted by jeunempl sur février 10, 2012

Joëlle Seif – L’Hebdo Magazine

Des sources diplomatiques françaises ont exposé les objectifs de la visite officielle du Premier ministre Najib Mikati en France, prévue les 9 et 10 février. Un programme chargé et ambitieux.

Après la messe de la Saint-Maron, jeudi, M. Najib Mikati s’est rendu en France accompagné d’une délégation ne comprenant aucun ministre ou parlementaire. Il emmène juste quelques conseillers et des journalistes de télévisions locales.

Un programme assez chargé, surtout pour la journée du vendredi où le Premier ministre rencontre à 16h le président du Sénat, Jean-Pierre Bel, à 17h le président de la République, Nicolas Sarkozy, à 18h le Premier ministre, François Fillon et à 21h le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé. Après cette dernière rencontre, un dîner en présence de dirigeants d’entreprises françaises qui s’intéressent au Liban.

Les sources diplomatiques indiquent qu’elles auraient souhaité organiser une rencontre à l’Assemblée nationale, mais ceci s’est avéré difficile, car la France se prépare à des élections législatives et les députés se trouvent en fin de semaine en dehors de Paris.

Des décisions importantes seront annoncées au cours de cette visite, notamment la signature d’un accord de financement de l’assainissement des eaux du Kesrouan, dont le coût s’élève à 70 millions d’euros, qui concerne le nettoyage de la Baie de Jounié et la construction de deux stations d’épurement des deux côtés de la baie. Ce projet sera Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Posted in Dossiers, Géneral, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Aoun : Je renverserai le gouvernement au moment opportun

Posted by jeunempl sur février 6, 2012

(L’Orient le Jour)

Le Hezbollah renouvelle son soutien « à chaque initiative » de Aoun.

Le chef du Courant patriotique libre (CPL) Michel Aoun s’en est pris une nouvelle fois au gouvernement libanais, accusant le Premier ministre Nagib Mikati d’abuser de ses prérogatives après sa décision de suspendre les réunions du Conseil des ministres. Un bras de fer avait opposé mercredi dernier à Baabda, le chef du gouvernement aux ministres aounistes sur le dossier des nominations. Suite à ce bras de fer, Nagib Mikati a décidé de geler sine die les séances du cabinet.

« Mikati abuse de son pouvoir parce qu’il viole l’article 65 de la Constitution qui stipule que les séances du cabinet doivent se tenir régulièrement, affirme M. Aoun dans les colonnes d’as-Safir aujourd’hui. Le Premier ministre n’a donc pas le droit de suspendre ces séances ». Et le chef du CPL de poursuivre : « Il est normal que des différends existent avec Mikati, alors pourquoi veut-il les éliminer? (…) Pourquoi n’a-t-il pas soumis au vote les nominations qu’il a proposées pour que nous puissions résoudre ce problème une fois pour toutes ? Il savait très bien qu’il ne réussirait pas et a donc décidé de suspendre les réunions du gouvernement ».

« Le président (Sleiman) et le Premier ministre s’opposent à moi à tour de rôle. Mais nous ne serons pas intimidés ou soumis à un quelconque chantage, a poursuivi le député. Le Premier ministre « s’est lui-même impliqué dans ce conflit alors qu’il devrait le résoudre ».

« Le Premier ministre est en train de créer un ennemi fictif, afin d’éviter de régler d’autres problèmes », a encore accusé M. Aoun. Selon lui, Nagib Mikati veut suspendre les réunions du cabinet afin, notamment, d’éviter d’aborder d’autres dossiers épineux tel que le Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Géneral, Tayyar & Hezbollah | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un nouveau sujet de polémique : les prérogatives de la présidence du Conseil

Posted by dodzi sur janvier 1, 2012

L’Orient le Jour

La dernière déclaration faite par le Premier ministre Nagib Mikati concernant son refus de toute atteinte aux prérogatives du président du Conseil dans le cadre de l’action gouvernementale risque d’être au centre d’un important débat au début de l’année 2012. Et, d’ores et déjà, la question soulevée sur ce plan par M. Mikati semble constituer un nouveau sujet de polémique. Le chef du gouvernement, rappelle-t-on, avait souligné jeudi, dans un discours qu’il avait prononcé devant les fonctionnaires du Grand Sérail, que « toute tentative de porter atteinte aux prérogatives de la présidence du Conseil, que ce soit en s’attaquant directement à l’institution (de la présidence du Conseil) ou ses dirigeants ou en essayant d’instituer des précédents dans l’exercice politique, au sein du Conseil des ministres ou en dehors de ce cadre, sera farouchement rejetée par tous ceux qui se soucient du respect de la Constitution, et nous en premier ». M. Mikati avait d’autre part relevé que « la présidence du Conseil dirige l’autorité exécutive ». Il faisait allusion implicitement à la position de certains pôles aounistes qui ont soulevé à plusieurs reprises la question des prérogatives des ministres et du chef du gouvernement dans l’exercice de leurs fonctions.

Les propos tenus jeudi par M. Mikati à cet égard ont suscité hier, d’emblée, de vives réactions de la part du député aouniste Ziad Assouad et de l’ancien député Albert Mansour, lequel, note-t-on, avait participé en 1989 à l’élaboration de l’accord de Taëf qui est devenu par la suite la nouvelle Constitution du pays.

À l’issue d’une entrevue qu’il a eue hier à Aïn el-Tiné avec le président de la Chambre, Nabih Berry, M. Mansour a ainsi fait une déclaration dans laquelle il a réfuté les propos de M. Mikati concernant la nécessité de préserver les prérogatives de la présidence du Conseil, en tant qu’institution constitutionnelle. L’ancien député a déclaré à ce sujet : « J’ai soulevé avec le président Berry la question de la déclaration du Premier ministre dans laquelle il fait mention de l’institution de la présidence du Conseil qui serait chargée de la conduite du pouvoir exécutif. J’ai attiré l’attention du président de la Chambre sur le fait que d’un point de vue constitutionnel, il n’y a pas d’institution de la présidence du Conseil. Il y a un Premier ministre de la même façon qu’il existe un président de la République. » Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Conseil des ministres écarte le projet Nahas et augmente les salaires de 20 à 30 pour cent

Posted by jeunempl sur décembre 7, 2011

(L’Orient le Jour)

Après plusieurs semaines de discussions, le Conseil des ministres, réuni mercredi après-midi à Baabda, a finalement approuvé le décret relatif à la majoration des salaires mais sous une nouvelle formule, rejetant donc le projet présenté par le ministre du Travail Charbel Nahas.

La nouvelle formule appuyée par les ministres du président du Conseil Nagib Mikati, ceux proches du président Sleiman ainsi que ceux du chef du Parlement Nabih Berry et de Walid Joumblatt, prévoit un relèvement du salaire minimum à 650 000 LL et une hausse de 30 % pour les tranches de salaire inférieures à 1 000 000 LL et une augmentation de 20 % pour les tranches de salaires supérieures à 1 000 000 LL . Une formule à laquelle les ministres aounistes ont manifesté leur désaccord.

Le projet établi par le ministre Nahas prévoyait un relèvement du salaire minimum à environ 925 000 de livres, parallèlement à une hausse de 17 % sur toutes les tranches de salaire et d’un projet d’extension de l’assurance-maladie de la Sécurité sociale à tous les Libanais.

Jusqu’à la mi-journée, la tenue de la réunion du gouvernement était incertaine, en raison de la menace de boycott brandie par les ministres du Bloc du changement et de la Réforme. En début d’après-midi, le chef du Courant patriotique libre Michel Aoun avait Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il faut sauver le soldat Mikati…

Posted by jeunempl sur novembre 27, 2011

(L’Orient le Jour)

Les raisons diffèrent, mais le résultat est le même. Douze ministres se sont absentés hier et la séance du Conseil des ministres n’a pas eu lieu. Le ministre de l’Information a eu beau affirmer que le défaut de quorum n’avait aucune portée politique, il n’en reste pas moins que l’absence des ministres du bloc du Changement et de la Réforme n’est pas un pur hasard, car ils ne sont pas tous tombés malades en même temps. Tout comme deux des ministres de Joumblatt se sont absentés, Ghazi Aridi pour protester contre les critiques formulées contre les dépenses de son ministère, et Waël Bou Faour pour compléter le chiffre et entraîner le report de la séance. Même s’il a tenu à affirmer que le président de la République avait été averti de cette double absence et qu’elle n’a aucun motif politique. Sans parler de Nicolas Fattouche qui s’est aussi absenté.

Si le nombre d’absents a son importance, c’est quand même l’attitude des ministres du CPL qui a créé hier l’événement, volant la vedette à la position du Premier ministre adoptée la veille au cours d’une interview télévisée. Mikati avait plus ou moins établi l’équation suivante : si le financement du TSL n’est pas adopté en Conseil des ministres, il décidera de démissionner, non parce qu’il ne reste pas à l’issue d’un vote démocratique au sein du Conseil des ministres mais, comme il l’a dit lui-même, pour protéger le Liban.

Il n’en a pas fallu plus pour les ministres du CPL qui, après une rapide réunion, ont décidé de boycotter la séance du Conseil des ministres, sans même se concerter auparavant avec leurs alliés ni prévenir le secrétariat général du Conseil des ministres. Le ministre du Travail Charbel Nahas, actuellement plongé dans le dossier du relèvement des salaires accompagné de mesures sociales, a révélé à L’Orient-Le Jour que l’équation du Premier ministre est inacceptable, car cela signifie, a-t-il dit, que le financement du TSL est plus important que le projet de loi sur le budget ou d’autres décisions importantes pour les Libanais. Nahas considère ainsi que le relèvement des salaires et la couverture médicale généralisée Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Billets & Opinions, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sarkozy en a «marre» de Netanyahou le «menteur»

Posted by jeunempl sur novembre 13, 2011

Slate.fr

Arrêt sur images révèle un «échange à bâtons rompus» et «qui aurait dû rester à huis clos» entre Nicolas Sarkozy et Barack Obama lors du G20 de Cannes, jeudi 3 novembre. Enfermés dans une pièce, les deux chefs d’Etat auraient eu un dialogue saignant sur le Premier ministre israélien Benjamin Nétanyahou:

Sarkozy: «Je ne peux plus le voir, c’est un menteur»
Obama: «Tu en as marre de lui, mais moi, je dois traiter avec lui tous les jours!»

Si ces phrases sont parvenues aux oreilles du site, c’est grâce à «une maladresse de l’organisation»: pendant la discussion, les services de l’Elysée auraient remis aux journalistes des boîtiers de traduction en vue de la conférence de presse à venir, en précisant «que les casques n’étaient pas distribués, parce qu’ils auraient permis de suivre la conversation à huis clos».

Ce qu’auraient alors fait pendant trois minutes certains journalistes en utilisant leur propre casque ou leurs oreillettes de portable. Sans révéler néanmoins les propos, selon certains d’entre eux cités par Arrêt sur images, car cela aurait constitué la reconnaissance d’une «triche» ou d’une infraction aux «règles déontologiques». Le Monde s’est contenté de préciser dans son compte-rendu du sommet que Sarkozy et Obama s’étaient Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Michel Aoun : Si je ne peux pas réaliser des réformes, le pouvoir ne m’intéresse pas

Posted by jeunempl sur septembre 20, 2011

(Scarlett Haddad – L’Orient le Jour)

Avec son franc-parler et ses accès de colère, le général Michel Aoun dérange aussi bien ses adversaires que ses alliés. À ceux qui lui reprochent de « rechercher les conflits », il répond qu’il a un projet de changement et de réforme, et s’il ne peut pas le réaliser, le pouvoir ne l’intéresse pas. Il n’aime pas les compromis sur les questions vitales et reprend à son compte les rapports américains qui l’avaient qualifié d’ « imprévisible et incontrôlable ». C’est pourquoi il se refuse à tout pronostic sur l’avenir du gouvernement, restant toutefois convaincu que le président syrien veut des réformes et qu’il n’est pas près de s’en aller. Dans une interview à « L’Orient-Le Jour », il évoque les principaux sujets de l’actualité présente.

Q : Pourquoi avoir présenté le plan pour l’électricité en votre nom, devançant ainsi le gouvernement Mikati ?
R : Nous étions dans une période de blocage. La loi programme avait été adoptée par le précédent gouvernement. Mais celle sur le budget n’avait pas été adoptée, le gouvernement ayant refusé de présenter un relevé de ses comptes. Il est ensuite parti et il a fallu en former un nouveau. Pendant cette période, le ministère de l’Énergie a poursuivi son travail dans la mesure de ses moyens parce qu’il n’avait pas de budget conséquent. Chaque minute équivalait à 12 000 dollars de pertes. Cela faisait 17 millions par jour… En tant que chef d’un bloc important, j’ai décidé de présenter le plan au Parlement dans le cadre d’un projet de loi revêtu du caractère d’urgence, d’autant qu’il avait été déjà étudié par le précédent gouvernement et qu’il avait été adopté par la commission des Finances. Il y avait eu d’ailleurs un débat au Parlement sur la possibilité pour la Chambre de se réunir en l’absence d’un gouvernement en fonction. Finalement, il avait été décidé que si le projet est présenté par des députés, la Chambre peut l’examiner. J’ai donc présenté mon projet de loi le 5 avril et nous sommes le 20 septembre. Il y a donc déjà 2 800 milliards de perte…

Pourquoi le projet est-il bloqué, selon vous ?
Il y a visiblement un plan subversif pour bloquer le processus administratif du pays. Ce genre de plan est utilisé dans certains régimes où l’on ne veut pas d’une administration efficace, pour détruire l’autorité et le prestige de l’État.

Vous voulez dire que les ministres et les députés qui retardent l’adoption du projet de loi s’inscrivent dans ce plan ?
Oui, je ne vois pas d’autre explication. Le gouvernement actuel s’était engagé dans sa déclaration ministérielle à poursuivre le plan pour la relance de l’électricité, d’autant que plusieurs ministres et même le chef de l’État avaient déjà voté en sa faveur dans le gouvernement de Saad Hariri.

Pourquoi se rétracteraient-ils aujourd’hui ?
Il faut le leur demander. J’ai beaucoup cherché pour trouver des explications et, finalement, je suis arrivé aux conclusions suivantes : certains le font par ignorance, d’autres font semblant d’être ignorants, d’autres encore agissent par Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le plan de l’électricité et la sécurité alimentaire au coeur des activités du Grand Sérail lundi

Posted by jeunempl sur août 22, 2011

S.N. – ANI

Gebran Bassil - Ministre de l'Energie et de l'Eau

Une réunion visant à discuter le plan de l’électricité récemment proposé par le ministre de l’Energie Gebran Bassil et une autre regroupant le comité ministériel chargé de la sécurité alimentaire, ont séparément été tenues lundi au Grand Sérail et présidées par le Premier ministre Najib Mikati.
Le plan de l’électricité :
Le Vice-Premier ministre Samir Mokbel et un nombre de ministres ont assisté à la réunion du plan de l’électricité pour se mettre au courant du plan des 700 mégawatts additionnels d’électricité.

Un groupe technique, regroupant le président du Conseil administratif de l’EDL et le secrétaire général du Conseil supérieur de la privatisation, a également accompagné le ministre Bassil à la réunion.

« Le ministre de l’Energie et de l’Eau Gebran Bassil a exposé, durant la réunion, les détails techniques du plan, ses inconvénients et ses avantages », a indiqué le ministre des Affaires sociales Wael Abou Faour à l’issue de la réunion, ajoutant que « des propositions et des renseignements ont été adressés au ministre Bassil, puis le Premier ministre et les ministres présents ont applaudi les grands efforts du ministre de l’Energie et du groupe technique pour la façon avec laquelle ils ont présenté le plan ».

Le ministre Abou Faour a par ailleurs précisé que « la réunion n’avait aucun contexte politique mais s’est limitée uniquement aux contextes technique et scientifique ».

« La réunion a particulièrement porté sur les options et les ressources qui seront adoptées dans le plan de l’électricité (…) et sur l’objectif économique de chaque option », a-t-il ajouté.

Soulignant que les points de vue étaient plutôt convergents, le ministre des Affaires Sociales a affirmé que « le point le plus important parmi les discussions a été celui du rôle crucial et définitif du Conseil des ministres pour tout plan futur ». « En fin de compte, c’est le Conseil des ministres qui Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Du courant alternatif au sein de la majorité

Posted by jeunempl sur août 13, 2011

(Scarlett Haddad – L’Orient le Jour)

La fin houleuse de la séance parlementaire de mercredi continue à susciter des interrogations. Que s’est-il réellement passé dans les coulisses et quelle est la véritable raison du cafouillage entre les différentes parties de la majorité ? Autant de questions auxquelles il faut chercher des réponses, mais un petit rappel s’impose. Le projet de produire 700 mégawatts financés par l’ouverture d’un crédit de 1,2 milliard de dollars figure en réalité dans le plan global présenté par le ministre de l’Énergie Gebran Bassil au précédent gouvernement, qui l’avait d’ailleurs adopté, sans pouvoir le concrétiser, puisqu’il a très vite été paralysé par le dossier des faux témoins avant de tomber suite à la démission de onze ministres.

En principe, le ministre Bassil devait attendre que l’actuel gouvernement se saisisse du dossier et le reprenne à son compte, avant de le transférer en son nom au Parlement. Mais avec le chef du bloc du Changement et de la Réforme, il a décidé de le soumettre à la Chambre en tant que projet présenté par le général Michel Aoun. Sans doute Aoun et Bassil estimaient-ils avoir le droit de revendiquer la paternité de ce plan qui avait été longuement préparé par le ministre et de nombreux conseillers. En le présentant en son nom aux députés, Michel Aoun souhaitait aussi montrer à tous les Libanais que son bloc est sérieux dans sa volonté d’améliorer les conditions de vie des citoyens, et qu’avec son action et celle de ses ministres, les Libanais verront forcément la différence. Ce souci, tout à fait légitime puisqu’après tout c’est Gebran Bassil qui avait mis le plan au point, n’a pas plu à tout le monde. Il a d’abord déplu aux rivaux du chef du CPL sur la scène chrétienne qui ne veulent absolument pas le voir tirer profit d’une telle réalisation en disant aux Libanais dans un an, lorsque le plan se sera concrétisé : c’est moi qui ai fait en sorte que vous ayez du courant électrique, et ensuite au Premier ministre lui-même, qui estime que Michel Aoun et le ministre de l’Énergie auraient pu attendre que le gouvernement adopte le projet et le défère lui-même au Parlement. Pour Nagib Mikati, le gouvernement doit travailler en équipe et il ne doit pas y avoir de réussite et d’échec personnels, mais un travail collectif. C’est d’ailleurs pourquoi la défense du Premier ministre devant le tir groupé des députés, au cours de la séance parlementaire de mercredi, était assez faible. Il a en effet préféré laisser son ministre, épaulé par le président de la commission parlementaire des Finances Ibrahim Kanaan, se battre tout seul. C’est d’ailleurs une des rares fois où l’on a vu le président de la Chambre rabrouer Kanaan auquel il donne d’habitude volontiers la parole.

Autre élément qui a contribué au report de l’examen du projet, la position de Walid Joumblatt et de son bloc. Certes, le chef du PSP se trouvait mercredi à Damas, mais il avait visiblement conseillé à ses ministres (Alaeddine Terro, Ghazi Aridi et Waël Bou Faour) et aux députés de son bloc de ne pas assister à la séance. Un seul, Akram Chehayeb, est venu place de l’Étoile… pour développer une position hostile au projet de loi, sous prétexte qu’il est Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mikati au QG de la Finul à Naqoura: pour l’application des résolutions internationales

Posted by jeunempl sur juillet 16, 2011

ANI

Le Premier ministre Najib Mikati a visité samedi l’armée libanaise et la FINUL au Liban sud, où il a exprimé son soutien entier pour les résolutions internationales.

Mikati est arrivé au Liban sud à bord d’un hélicoptère militaire, accompagné du commandant en chef de l’armée Jean Kahwaji et du ministre de la Défense Fayez Ghosn.

Le Premier ministre a visité le commandant de la FINUL le général Alberto Asarta et l’a remercié pour tous les sacrifices que les Casques bleus ont fourni pour la sécurité et la stabilité du Liban.

« Le Liban respecte les résolutions internationales et est impatient de poursuivre sa coopération avec la FINUL », a-t-il également dit.

Le président Mikati a prôné la coopération entre les forces armées libanaises et la FINUL. Il a également annoncé que le cabinet a étendu la mission des forces internationales d’une année supplémentaire jusqu’au 31 août 2012.
Il a en outre souligné qu’il n’est pas suffisant que le Liban respecte les résolutions internationales », indiquant que « la communauté internationale doit faire face à Israël et l’obliger à se conformer à Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :