Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘poète’

Le « zajal », une tradition poétique qui renaît timidement au Liban

Posted by jeunempl sur décembre 22, 2010

Rita Daou – AFP

Le zajal, forme de joute oratoire populaire en arabe dialectal qui a connu son âge d’or au Liban avant la guerre civile (1975-1990), est l’objet d’un nouvel engouement dans le pays, avec quelques milliers de fans sur Facebook et YouTube.

Le zajal, « l’art d’émouvoir avec la voix », pouvait attirer avant la guerre plus de 30.000 personnes par soirée, et ses pratiquants, les zajalistes, étaient élevés au rang de poètes. Mais au fil des ans, il est tombé en désuétude, et son public s’est réduit à une poignée de nostalgiques.

« Cet art était en perte de vitesse, avec peu d’admirateurs parmi la jeune génération », affirme Ziad Abi Chaker, un passionné du zajal qui veut mettre en ligne la plus grande collection d’archives télévisées pour « préserver ce bel héritage ».

Présent également sous d’autres formes dans le patrimoine syrien, égyptien, palestinien, jordanien mais aussi émirati et saoudien, c’est le zajal libanais qui était le plus en vogue au XXe siècle, avec des thèmes centrés sur la patrie et la femme.

Se lançant mutuellement des défis syntaxiques ponctués par des instruments à percussion traditionnels tels que les tambourins, cymbalettes ou dérbaké (tambour arabe), les zajalistes bombardent le public de vers improvisés ou appris par coeur, tantôt grivois, tantôt à connotation politique et religieuse.

« A la nuit tombée/à l’insu des parents, je m’approche ivre de ma bien-aimée/j’embrasse ses lèvres enflammées/puisse-t-elle réchauffer mes lèvres gelées! », scande ainsi Joseph el Hachem, connu sous le pseudonyme de « Rossignol du Damour », du nom d’une localité au sud de Beyrouth.

Aujourd’hui âgé de 80 ans, il continue de participer à des soirées.

« Impie, je le suis à l’infini/ du système et des chaînes je me suis affranchi/ ma religion est celle-ci/ la religion de la raison et de la vie », clame un poème de Khalil Roukoz, connu pour son audace qui choquait les autorités religieuses du pays durant la période de l’avant-guerre.

Le réseau social Facebook compte désormais plusieurs pages consacrées au zajal, où les amateurs expriment toute leur admiration.

Depuis quelques temps, les annonces publicitaires pour des spectacles se font plus nombreuses. Si les joutes se tenaient jadis dans des théâtres, la mode d’aujourd’hui est plus « festive » et le billet comprend un menu alléchant.

Au rythme des quatrains, on déguste des mezzés (assortiment de petits plats), le tout arrosé d’arak (jus de raisin distillé en eau-de-vie), avant d’applaudir ou de répéter en cadence le dernier vers énoncé par le zajaliste, à l’instar des chanteurs qui l’accompagnent sur scène.

Ce renouveau est notamment dû à une émission de télévision locale, une sorte de Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quand la France littéraire débarque au Liban

Posted by jeunempl sur novembre 5, 2009

Le Monde

france-libanLa seizième édition du Salon du livre francophone de Beyrouth a fermé ses portes, dimanche 1er novembre, dans la bonne humeur. Avec plus de 100 000 visiteurs, contre 80 000 pour l’édition 2008, la manifestation est un « succès », selon les mots du directeur de la mission culturelle française au Liban, Denis Gaillard. La situation politique libanaise, très délicate, ne laissait pas prévoir un tel engouement. Les libraires, discrets sur les chiffres, reconnaissent une « progression des ventes ». Quoique flanqué d’une armada de gorilles qui a perturbé un instant le va-et-vient des visiteurs, le président libanais, Michel Sleiman, a même fait – première historique – une apparition, « décontracté et sans cravate », précise M. Gaillard.

Loin des VIP, un père de famille a trouvé l' »album des Schtroumpfs » qu’il cherchait dans l’espoir de raviver l’intérêt de ses fils pour le français, mis à mal depuis leur découverte d’Internet. Dans la région, le Liban demeure le bastion de la francophonie, mais le français y perd du terrain. Contingences économiques obligent, les Libanais privilégient la langue de Shakespeare. Impossible cependant de ne pas louer leur virtuosité dans le maniement du plurilinguisme. A Beyrouth, les jeunes se saluent d’un Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :