Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘poésie’

Amin Maalouf, « immortel », rend hommage au Liban, à la France et aux siens

Posted by dodzi sur juin 13, 2012

L’Orient le Jour

Par Carole DAGHER

Demain jeudi 14 juin 2012, Amin Maalouf sera officiellement reçu à l’Académie française, un an après y avoir été élu. Le célèbre écrivain, qui occupera le fauteuil n° 29 de Claude Lévi-Strauss, n’y pénétrera pas seul : c’est tout un peuple qui fera avec lui l’entrée dans le saint des saints des lettres françaises. Jamais académicien n’aura autant porté son pays d’origine jusque dans ce moment de consécration si personnel qu’il doit à son talent, et à son talent seul.

La joie des Libanais, leur fierté seront immenses demain, comme elles le furent lors de l’annonce de son élection le 23 juin 2011. Il faut dire que les académiciens d’origine étrangère se comptent sur les doigts d’une main. Amin Maalouf est cependant bien plus qu’un écrivain du Liban. C’est une voix et une conscience de son temps. Ses «mots voyageurs», à l’instar des héros de ses romans (de Léon l’Africain au Périple de Baldassare) parlent de l’identité, du brassage des cultures, de l’émigration et de l’ouverture à l’autre, autant de thèmes abordés avec un sens de la formule devenue credo universel (ainsi en est-il des Identités meurtrières). Amin Maalouf, c’est aussi une écriture au chant profond, une plume inspirée, qui jette des ponts de sagesse et de savoir entre l’Orient et l’Occident.

Pour lui et pour son épouse Andrée, si présente et discrète à la fois, c’est la saison de la moisson. Une saison de grâces et d’allégresse partagée avec la famille spécialement venue du Liban, les amis, les confrères. Rejoindre «la vieille dame du quai Conti», comme on dénomme ce haut lieu de la langue française fondé par Richelieu, est pour un écrivain la gloire suprême, le couronnement de sa carrière. Cette période, Amin Maalouf la qualifie d’«intense»; il savoure pleinement chaque instant qui le rapproche de la date de réception, par le biais des festivités liées à l’événement. Dans son bureau encombré de livres et de dossiers, il arrête, l’espace d’un entretien, le tourbillon des préparatifs et se raconte avec la simplicité des grands qui est la sienne.

L’épée

«La principale chose pour moi est de préparer le discours qui doit traditionnellement être l’éloge à l’adresse du prédécesseur, confie-t-il. Je peux dire que j’ai passé l’essentiel de l’année écoulée à travailler sur Claude Lévi-Strauss.»

Il fallait s’occuper aussi du célèbre habit des académiciens, en drap bleu foncé ou noir brodé de rameaux d’olivier vert et or, d’où son nom d’habit vert. Il se marie avec le bicorne, la cape et l’épée. La poignée de l’épée porte en général les symboles représentant la vie et l’œuvre du futur académicien. Cette épée, emblème de sa personnalité, conçue le plus souvent par l’artiste joaillier Pascal Arthus Bertrand, lui est offerte par ses amis et admirateurs (Comité de l’épée). Quels sont donc les symboles choisis par Amin Maalouf pour figurer sur son épée?

«J’ai choisi de graver sur la lame de l’épée un vers de mon père en arabe, et les prénoms d’Andrée et de nos trois fils: Ruchdi, Tarek et Ziad, révèle Maalouf. Le vers est le début d’un poème écrit par mon père pour la fête des Mères: “Mon Dieu, je te demande en leurs noms… (“Rabbi, sa’altouka bismihinna”).» Sur le fourreau à l’extérieur, de part et d’autre de l’épée, sont gravés en médaillons un cèdre et une Marianne. «La garde de l’épée est une sculpture qui représente l’enlèvement d’Europe et, tout en haut, il y a une turquoise qui appartient à ma mère et symbolise sa présence. J’avais envie de rendre hommage aux personnes qui me sont les plus proches et puis aux liens que j’ai avec deux pays : la France et le Liban», ajoute-t-il. Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DEFILIBAN et l’Ambassade de Belgique: Les Tambours verts en faveur de la Paix et de l’Environnement

Posted by jeunempl sur mai 7, 2010

Libnanews – DefiLiban

DEFILIBAN et l’Ambassade de Belgique ont organisé l’événement international en faveur de la Paix et de l’Environnement : “Les Tambours verts pour la Paix, un sourire pour le monde !”, le jeudi 6 mai 2010, à 10h, au centre ville, sous le haut patronage du Ministre de l’Environnement, Mr.Mohamad Rahal, en collaboration avec la société SOLIDERE, le Secrétariat Général des Ecoles catholiques au Liban et la Maison Internationale de la Poésie Arthur Haulot, en Belgique. Avec la participation des établissements libanais. Le jeudi 6 mai à 10h00, environ 2000 enfants et adolescents, venant de plusieurs villes libanaises, se sont rassemblés au centre ville, place de l’Etoile, devant l’horloge, pour donner un concert de SLAM symbolique, en faveur de la Paix pour un Liban VERT.

Après l’hymne national libanais et l’hymne national belge, Madame Joele Bacha, présidente de DEFILIBAN a ouvert la cérémonie, accueillant chaleureusement le Ministre de l’Environnement, Mr.Mohamad Rahal, patron de l’événement, l’Ambassadeur de Belgique, Mr. Johan Verkammen, les députés présents, les directeurs et responsables des écoles, les enseignants, les parents et les élèves. Elle a également rendu hommage aux partenaires qui ont soutenu cette action en mettant à l’honneur la Maison Internationale de la Poésie, Arthur Haulot, JMPE, initiatrice de ce projet belge à dimension internationale.

A son tour, Melle Marie-Thérèse Kreidy, Présidente de l’association Signis international, a présenté les 70 drapeaux de la Paix et des droits de l’enfant, provenant de dizaines de pays.

L’ambassadeur de Belgique a ensuite exposé le rôle de la Belgique dans ce projet en félicitant DEFILIBAN pour la coordination des Tambours pour la Paix au Liban, tout en assurant Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

“Go Green with the Drums for Peace, smile to the World!”

Posted by jeunempl sur mars 4, 2010

Libnanews

Sous le haut patronage de la Première Dame du Liban, Madame Wafaa Sleiman,

DEFILIBAN en partenariat avec l’Ambassade de Belgique
avec le soutien du Ministère de l’Environnement et du Ministère de la culture

en collaboration avec la Maison Internationale de la Poésie  Arthur Haulot, en Belgique,

et le Secrétariat Général des Ecoles Catholiques au Liban,

et avec la participation des établissements publics et privés

Organisent un concert de PERCUSSIONS et de SLAM sur le thème:

“Go Green with the Drums for Peace, smile to the World!”

Le mercredi 5 mai 2010, à 10h, au centre ville

« Il nous appartient aujourd’hui de cultiver la Paix, en encourageant le dialogue autour des enjeux environnementaux, pour que notre génération puisse s’épanouir dans un pays sain », tel est le message qui sera adressé par des milliers de jeunes libanais aux représentants de la République, pour Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Interview Marwan Khoury, compositeur et chanteur libanais : «Je ne me limite pas à la chanson moderne»

Posted by jeunempl sur novembre 3, 2009

Le Matin

Marwan KhouryParolier, compositeur et chanteur, Marwan Khoury est l’un des meilleurs artistes de la scène arabe actuelle. Durant ses spectacles donnés le week-end dernier, il a séduit le public casablancais par sa musique au romantisme débordant et sa présence remarquable. Nous l’avons rencontré pour une interview.

LE MATIN : Vous êtes chanteur et compositeur en même temps. Quel est le côté le plus proche à votre cœur ?

Marwan Khoury : J’aime les deux. Je me suis d’abord consacré à l’écriture et à la composition. Je ne me suis mis à la chanson que dernièrement, en 2004. Il faut dire que j’apprécie tout faire et j’essaie de garder une bonne image de moi quoique je fasse.

Vos compositions connaissent un grand succès auprès des artistes et du public. Quels sont les secrets de cette réussite ?

Le charisme de l’artiste, qu’il soit un chanteur ou un compositeur, est un cadeau du ciel. Cependant, la sensibilité de l’artiste et son honnêteté sont les clés de sa réussite. Il ne faut pas oublier que dans une œuvre, l’artiste partage ses émotions avec le public, il doit alors être sincère dans ce qu’il crée. Les messages qu’il transmet, eux, doivent être directs et venir du fond du cœur.

Quel est le répertoire chanté par Marwan Khoury ?

Pour résumer, c’est la chanson sentimentale, douce ou rythmée. C’est le style où je me sens le mieux car il me reflète parfaitement et exprime ma personnalité, c’est moi-même. D’autant plus que je crois que les gens, avec le rythme de vie actuel et au milieu de ce mouvement incessant, ont besoin, à un certain moment, d’écouter la chanson romantique qui les transporte dans un monde de douceur, de sentiments et de valeurs. C’est là un état d’âme qu’ils fuient quand ils ont besoin de Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Défi Liban : Reception chez l’ambassadeur de Belgique

Posted by jeunempl sur août 8, 2009

DefiLiban.org

En remerciement pour l’engagement de DEFILIBAN et de ses partenaires locaux dans le projet belge et international «LES TAMBOURS POUR LA PAIX»,
Et à l’occasion de la visite de Monsieur Francisco Galvez au Liban, Représentant International de la « Journée Poésie-Enfance »  en Belgique,

Son Excellence Monsieur Johan Verkammen, Ambassadeur de Belgique
a offert une réception le Samedi 28 novembre 2009, en sa Résidence à Yarzé/Baabda

Durant cette Réception Madame Joelle Bacha, Présidente de DEFILIBAN, a remercié les partenaires qui ont contribué à la réussite de l’événement en 2008 et 2009 et elle a annoncé le nouveau thème des TAMBOURS POUR LA PAIX 2010, « UN SOURIRE POUR LE MONDE »
Monsieur  Francisco Galvez a lu le discours de la Baronne Moussia Haulot, Présidente de la « Journée Mondiale Poésie-Enfance », qui est à l’origine de l’action des Tambours pour la Paix en Belgique et dans le monde, puis il a remis à Madame Bacha le Prix du Maître international 2008.

Mademoiselle Manal Bahri, a donné une représentation de SLAM avec un groupe de jeunes,

Des prix ont été offerts par INTERLINK (5 Ipod) par NONO LIBAN et  par JOUE CLUB (20 jeux éducatifs) aux auteurs des 10 meilleurs Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Wajdi Mouawad en état de grâce à Avignon

Posted by jeunempl sur juillet 23, 2009

Cyberpresse – Sylvie St-Jacques

Aux deux tiers du Festival d’Avignon, où il est artiste associé cette année, Wajdi Mouawad sait déjà que cette expérience est un tournant dans sa carrière. Le festival marque en effet la fin de l’aventure du Sang des promesses. Et il la vit dans une sorte d’état de grâce…

«Je commence à savoir que je suis né au Liban», blague Wajdi Mouawad, qui est un peu et même beaucoup «partout», dans ce Festival d’Avignon, où il est artiste associé. Il y a eu la Cour d’honneur du Palais des papes, qu’il a occupée cinq soirs durant avec les 11 heures des trois premières pièces du cycle Le sang des promesses. Et ensuite Ciels, la quatrième et ultime portion de sa tétralogie.

Quand il n’est pas au théâtre le soir, son programme de jour est rempli d’une foule de rencontres avec le public, de collaborations artistiques (avec notamment Jane Birkin et la cinéaste Christelle Lheureux), d’émissions de radio…

Aux deux tiers du festival, Wajdi Mouawad évalue cette expérience comme un lieu déterminant dans sa trajectoire d’artiste. «C’est l’endroit où j’aurai Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Hyam Yared : une poétesse libanaise sans tabous

Posted by dodzi sur février 11, 2009

Le Figaro

hyam.JPGLa voilà, plus vraie que nature, en chair et en os. A 34 ans, Hyam Yared écrit comme elle pense. Sans tabous. Son nouveau recueil,  Naître si mourir, qui vient de paraître aux éditions L’idée bleue, est une véritable « mise à nu », où le corps occupe une place centrale. Une réflexion sur le plaisir, l’être et la politique dans un pays marqué à vif par les stigmates de la guerre civile, et – résultat de longues années d’anarchie politique ? – où les rapports hommes-femmes semblent aussi compliqués et torturés que les crises politiques qui ont animé le pays au cours de ces dernières années.

Hyam Yared nous avait déjà surpris, il y a trois ans, avec son premier roman, L’armoire des ombres (éditions Wespieser), où elle abordait, au-delà des apparences trompeuses de la femme « libérée » libanaise, le poids des traditions (toutes religions confondues) et les faux-semblants de sa société. Un excellent ouvrage, rédigé avec force et finesse, qui tord le coup à certains clichés réducteurs que nous pouvons avoir sur le pays du Cèdre. Un must à lire pour comprendre le Liban au féminin.

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :