Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘PDG’

Profits : la majorité des PME satisfaite

Posted by jeunempl sur février 28, 2012

Le Commerce du Levant

Les résultats de l’enquête menée par Bankdata Financial Services sur les performances financières de 300 PME libanaises, sur base d’interviews avec les PDG, montrent le niveau élevé de satisfaction de ces derniers quant aux profits enregistrés.

Le chiffre d’affaires de 63% des firmes englobées par l’enquête a progressé en 2011, alors que celui de 28,5% est demeuré stable. Mais c’est en termes de profitabilité des PME que les résultats de l’enquête sont positifs. En fait, 46% des PDG des PME interrogés ont considéré que le niveau de leur profitabilité est « acceptable » et 45,6% ont qualifié leurs bénéficies de « bons ». Dans le même contexte, 58% des personnes interrogées ont qualifié le cash flow de leur trésorerie d’«acceptable », contre 40% de « bon » et 11% de « mauvais ».

Les deux tiers des responsables interrogés ont identifié l’environnement économique comme étant le facteur qui a l’impact le plus important sur leur performance.

L’étude a montré que 25% des PME ont un chiffre d’affaires annuel de 500.000 dollars, 32% entre 100.000 et 499.999 dollars et 36% inférieur à 100.000.

Publicités

Posted in Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Marwan Kheireddine : Travailleur acharné et grand sportif

Posted by jeunempl sur février 20, 2012

Joëlle Seif – L’Hebdo Magazine

Président Directeur-général de la banque al Mawarid, le ministre d’Etat Marwan Kheireddine manie aussi bien les manches d’un avion que les chiffres et la bourse. Pour ce pilote breveté, l’atterrissage en politique est quelque peu un concours de circonstances, lui qui n’appartient à aucune famille politique. «Quand on vous demande de servir votre pays en devenant ministre vous ne pouvez pas refuser», dit-il.

Né le 14 février 1968, Marwan Kheireddine a fait ses études à l’International College (IC). En 1986, alors que les examens officiels sont annulés au Liban et à la suite d’un incident, ses parents décident de l’envoyer poursuivre ses études en Angleterre, à Richmond. «J’ai commencé alors à travailler dans le secteur bancaire, mais pour moi, le rêve était de vivre aux Etats-Unis. J’ai alors trouvé du travail à Philadelphie, où j’ai eu deux ans et demi d’expérience avant d’entamer mon MBA à Columbia», raconte le ministre Marwan Kheireddine. Diplômé en 1992, il refuse une offre aux Etats-Unis et décide de rentrer au Liban. «Avec l’arrivée de Rafic Hariri au pouvoir, j’estimais que la guerre était bien finie. Je voulais revenir pour voir ce que je pouvais faire», confie-t-il.

Rentré au Liban, Marwan Kheireddine fait ses débuts à la banque al-Mawarid et commence à développer l’établissement. «En 1994, nous étions les premiers à créer un choc positif en introduisant les cartes bancaires. Cette initiative a placé la banque al-Mawarid au premier plan. J’ai aussi développé d’excellentes relations avec le gouverneur de la Banque centrale. D’autre part, on a établi de nouveaux horaires de travail en ouvrant de 8h à 17h. Cette démarche sera adoptée ultérieurement par toutes les banques. Par coïncidence, j’ai commencé également à enseigner à l’AUB, et je continue jusqu’à présent à le faire régulièrement trois fois par semaine et ce, depuis 20 ans», affirme Kheireddine.

Au Liban, le monde des affaires n’est pas très loin de celui de la politique et, comme la majorité des businessmen, Marwan Kheireddine a toujours été proche des politiciens, «car, dit-il, c’est la façon dont les choses sont faites au Liban». C’est avec son ami d’enfance, l’émir Talal Arslan, qu’il Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Corruption – Christian Blanc et la Middle East Airlines: Un cigare fatal à son destin

Posted by jeunempl sur décembre 6, 2010

René Naba – Libnanews

Le cigare aura été fatal à son destin. Le cigare lui a sauvé la vie. Le cigare signera sa chute politique.

Il se raconte qu’un certain matin de septembre 2001, Christian Blanc, alors président de la filiale française de Merrill Lynch, pris d’un soudain besoin de nicotine, sort de son hôtel, dans le World Trade Center pour fumer son premier cigare de la journée. Il était 9 heures du matin, le 11 septembre 2001. La première bouffée tirée, le ciel s’abattait sur le complexe. Neuf ans plus tard, une autre affaire de cigares le plombe, contraint à la démission du gouvernement français, le 4 juillet 2010, dans la foulée de la polémique suscitée par sa consommation abusive de Havane aux frais de contribuables.

Ancien socialiste de tendance rocardienne, l’homme épousera la gamme des sensibilités de l’échiquier politique français, devenant tour à tour chiraquien, puis centriste, enfin sarkozyste. Christian Blanc, qui a fait son entrée au gouvernement en mars 2008, en tant que secrétaire d’état chargé du Grand Paris, lâché par son camp, a donc dû prendre la porte, à la demande du chef de l’Etat. Ce n’est pas la première fois que Blanc, dont certains critiquent l’entêtement et le manque d’écoute, doit démissionner. En 1992, il avait quitté son poste de patron de la RATP, (régie autonome des transports parisiens) faute d’avoir obtenu un service minimum dans le métro les jours de grève, face au gouvernement de Pierre Bérégovoy. PDG d’Air France, il claque la porte en 1997, parce qu’il avait voulu privatiser l’entreprise contre l’avis du Premier ministre socialiste, Lionel Jospin, et de son ministre communiste des Transports, Jean-Claude Gayssot.

L’homme s’est aussi distingué au Liban du temps de son parachutage à la tête de la compagnie aérienne libanaise Middle East Airlines à Beyrouth.

Entre deux bouffées de Havane, l’homme sait tisser des liens qui survivent aux veloutés. Chiraquien, à la tête d’Air France, il atterrira, comme par hasard, après son débarquement d’Air France, sur une terre de mission, le Liban, chasse gardée du tandem Jacques Chirac Rafic Hariri, alors à l’apogée de sa puissance, avec pour mission de redynamiser l’aéroport de Beyrouth Khaldé, sinistré par la guerre civile, et la compagnie aérienne vedette de la flotte commerciale arabe, Middle East Airlines.

Un des principaux gisements d’emploi du pays, une des principales sources de revenus, l’aéroport de Beyrouth Khaldé, devenu depuis Aéroport Rafic Hariri, à la suite de l’assassinat de l’ancien premier ministre libanais, est un lieu de trafic par destination et représente à ce titre un enjeu de taille.  Sa réhabilitation passera sans doute dans la chronique libanaise de la fin du XX me siècle comme un exemple achevé d’instrumentalisation de l’état au service d’intérêts privés, comme une vaste opération de spoliation organisée, à ciel ouvert. Projet grandiose au départ, sa réhabilitation sera l’une des opérations les plus controversées de l’ère Hariri par l’ampleur de ses dérives successives. Les modalités d’attribution des contrats de réfection de l’aéroport, tout comme la désignation des bénéficiaires des concessions de la zone franche constituent Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Antoun Sehnaoui dans le collimateur de la justice libanaise

Posted by dodzi sur mars 16, 2010

Iloubnan.info/AFP

Un mandat d’arrêt a été émis lundi contre quatre gardes du corps du PDG de la Société Générale de banque au Liban (SGBL), qui fait déjà l’objet d’un avis de recherche pour son implication présumée dans une fusillade à Beyrouth, a-t-on appris de source judiciaire.

Le mandat d’arrêt contre les gardes du corps d’Antoun Sehanoui, patron de la SGBL, une des plus grandes institutions bancaires du pays, a été émis par un juge d’instruction pour « tentative d’homicide » sur l’homme d’affaires Mazen el-Zein, lors d’une fusillade fin février dans une boîte huppée de Beyrouth, a indiqué cette source.

M. Zein a été blessé dans ce fait divers qui a fait les gros titres de la presse locale. Propriétaire de plusieurs restaurants, pubs et boîtes de Beyrouth, il est un ancien employé de Fidus, une société de gestion de fortunes affiliée à la SGBL. Il en a été licencié en 2001 et est en litige depuis avec la SGBL, dans laquelle la Société générale française est actionnaire minoritaire.

Visé par un avis de recherche, le PDG de la SGBL, Antoun Sehanoui, se trouve quant à lui à l’étranger, selon la source judiciaire. « En m’apercevant, M. Sehanoui a demandé au propriétaire de la boîte de me jetter dehors », a affirmé à l’AFP M. Zein. « Quand le propriétaire a refusé, M. Sehanoui a proféré des menaces avant que ses gardes du corps ne commencent à tirer en l’air, puis dans ma direction. L’un d’eux m’a touché de trois balles ». Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Bientôt une « Silicon Wadi » au Liban?

Posted by dodzi sur novembre 27, 2009

Iloubnan.info

Par Nada Akl

Joi Ito, PDG de Creative Commons

Lors du forum 4site qui a eu lieu la semaine dernière, les investisseurs, les innovateurs et les entrepreneurs de la région se sont réunis pour discuter des nouvelles technologies et de l’innovation dans l’entrepreneuriat. Parmi les questions majeures qui se sont posées lors de ce rendez-vous : Une Silicon Wadi serait-elle possible dans la région? Question clé pour le Liban. Est-il possible que notre environnement puisse favoriser la création de la prochaine plate-forme technologique régionale? Mais d’ailleurs, quelle est l’importance de l’environnement dans ce domaine-là?

Quelle est l’importance réelle de l’environnement pour promouvoir l’esprit d’entreprise on line? La question était sur la table lors du forum 4site organisé à Beit el Tabib à Beyrouth les 17 et 18 Novembre en collaboration avec Global Entrepreneur Week. Est-ce qu’une Silicon Wadi Possible? Comment et Quand? A quels autres modèles devrions-nous penser pour la région WANA (Asie de l’Ouest / Afrique du Nord)? Hervé Cuviliez de de Kuv capital, et l’entrepreneur et investisseur en capital-risque japonais Joi Ito ont discuté de la question. Cuviliez insiste sur l’importance d’un environnement sain avec tout un écosystème d’incubateurs, de financeurs spécialisés dans le capital-risque et d’universités pour favoriser un lancement réussi. Il s’avère que Kuv capital réfléchit déjà à l’idée d’une Beirut Media City. Ne divulguant que peu d’informations sur le projet, Cuviliez explique que les investisseurs sont sur le point de conclure l’affaire de l’achat d’une localisation au nord de Beyrouth, destinée à devenir le nouveau pôle technologique de la région. Beirut Media City, en partenariat avec d’autres plates-formes technologiques en Europe ou dans le Golfe, permettrait aux professionnels d’un pays d’avoir également accès aux services et aux facilités des pays étrangers.

De son côté, Joi Ito, PDG de Creative Commons, souligne les avantages du Liban: représenter une économie sur une si petite surface géographique ne peut qu’inciter le pays à répondre aux besoins d’un public international. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ghosn délivre ses leçons de management interculturel

Posted by jeunempl sur avril 17, 2008

(Magazine Challenges – Airy Routier et Patrick Fauconnier)

Carlos Ghosn - RenaultOn ne regrette jamais d’aller écouter, telle une petite souris, les patrons invités dans des écoles : ils y sont très directs. Carlos Ghosn est à l’Insead, qui lui remet le Transcultural Leadership Award 2008. Détendu, affable devant un parterre conquis, Ghosn délivre des leçons de management interculturel. «Si vous n’aimez pas le pays dans lequel vous travaillez, si vous y êtes par obligation ou pour des raisons financières, vous ne pouvez pas réussir. Si on sent chez vous de l’affection pour le pays et sa culture, on vous passera vos erreurs. Au Japon, il faut être japonais. Et savoir le montrer passe par les détails. Avec mes oeillères occidentales, au début, j’ai gaffé. Dans un ascenseur, je laissais passer les dames. Jusqu’au jour où on m’a courtoisement expliqué qu’au Japon les hommes doivent passer devant.» Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :