Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘Pauvreté’

Environ 40% de la population des pays arabes sous le seuil de pauvreté

Posted by dodzi sur décembre 20, 2009

AFP/Le Parisien

Environ 40% de la population des pays arabes, soit 140 millions de personnes, vit en dessous du seuil de pauvreté, selon un rapport du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et de la Ligue arabe rendu public dimanche au Caire. Ce rapport intitulé « Les défis du développement dans les pays arabes: pour un développement humain », souligne « qu’il n’y a pas eu de réduction des taux de pauvreté au cours des 20 dernières années » dans cette partie du monde.


Le pourcentage global de la population vivant avec deux dollars ou moins par jour est de 19%. Ce taux monte à 41% en tenant compte du fait que dans de nombreux pays la pauvreté existe avec des revenus supérieurs. Ces statistiques revêtent des situations très diverses, avec des taux de pauvreté de 27-30% de la population en Syrie et au Liban, de 39% en Egypte et de 58% au Yémen.

Le document met également l’accent sur l’importance du chômage des jeunes, qui représentent « plus de 50% de la population sans emploi dans la plupart des pays arabes ». Le monde arabe se retrouve ainsi en tête des régions du monde pour le chômage des jeunes. Les pays arabes sont ainsi confrontés au défi de créer 51 millions d’emplois nouveaux sur les dix prochaines années s’ils veulent non pas réduire ce taux de chômage, mais simplement le maintenir à son niveau actuel.

Ce rapport qui porte sur 18 pays a été rédigé en vue du sommet de l’ONU en septembre prochain qui sera chargé de faire un bilan dix ans après l’adoption des « objectifs du Millénaire », par lesquels la communauté internationale s’était engagée à réduire de moitié la pauvreté et la malnutrition d’ici 2015. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Avec « Live Lebanon », le Pnud invite la diaspora à soutenir les projets de développement local au Liban

Posted by jeunempl sur novembre 14, 2009

Iloubnan

Le Programme des Nations-Unies pour le développement (Pnud) et le ministre libanais des Affaires Etrangères et des Expatriés ont lancé jeudi 12 novembre à Beyrouth le projet Live Lebanon. Objectif de l’initiative : inciter les Libanais de la diaspora à effectuer des dons pour soutenir des projets de développement local au Liban, susceptibles de lutter contre la pauvreté dans les régions du pays.

Il est 17h ce jeudi quand divers représentants du secteur politique et économique ou encore des medias se dirigent vers le Dôme, ce drôle de bâtiment qui au Centre Ville est habitué à accueillir les manifestations culturelles beyrouthines. Cette fois, tous sont là pour saluer la naissance de Live Lebanon, un projet du Pnud et du ministère libanais des Affaires étrangères et des expatriés visant à lutter contre la pauvreté au Liban via le soutien de l’économie locale. Orchestre de sept musiciens, logo « Live Lebanon » accroché un peu partout : le lancement de l’initiative ne doit pas passer inaperçu. Quand l’orchestre entame l’hymne national libanais, il résonne sous la coupole du Dôme ainsi que dans l’oreillette des responsables étrangers, reliée à la cabine où officie une interprète.

L’initiative “Live Lebanon” vise à mobiliser le plus grand nombre possible de libanais expatriés pour financer, via des dons pouvant être effectués en ligne sur le site livelebanon.net, le développement local des régions les plus défavorisées du pays. Ragheb Assi, Directeur de programmation du PNUD, explique qu’à travers cette plateforme internet, « le donateur aura la liberté de choisir le projet Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Elections 2009 – Programme du CPL: Politiques sociales

Posted by dodzi sur mai 29, 2009

MPLBelgique.org

Programme complet du Courant Patriotique Libre

Programme-CPLChapitre 7 Politiques sociales

Diagnostic

1. Des gouvernements qui se soucient peu du fait que près de 56% de la population est dépourvue de tout système de retraite, d’indemnité de fin de service, de protection contre les accidents de travail et autres, et que 30% des salariés ne sont pas inscrit à la Sécurité Sociale, en contravention avec la Loi.

2. Des gouvernements qui n’hésitent pas à se décharger de leurs responsabilités sur les entreprises en leur imposant de financer notamment des frais de scolarité et de transport pour leurs employés, sans se soucier d’aggraver leurs coûts de fonctionnement et de pénaliser leur compétitivité.

3. Des gouvernements qui ont renoncé à imposer aux employeurs le respect des droits des salariés et leur laissent la possibilité, quand ils le souhaitent, d’offrir à ces derniers des assurances privées qui ne couvrent souvent qu’une faible partie des droits que la Loi leur garantit.

4. Des gouvernements qui n’hésitent pas à mettre la main-d’oeuvre libanaise la moins qualifiée et la plus pauvre en compétition avec une main-d’oeuvre étrangère sans protection et sans droits, employée souvent de manière illégale, aggravant le chômage et la pauvreté des groupes sociaux les plus vulnérables (voir le programme du CPL au sujet du marché du travail et de l’Emploi).

5. Des gouvernements qui ont renoncé à lutter contre le secteur informel dans lequel les conditions de travail sont souvent en deçà des normes libanaises et les droits des salariés, notamment l’accès à des filets de sécurité sociaux, inexistants (voir le programme du CPL au sujet du marché du travail et de l’Emploi).

6. Des gouvernements qui se soucient peu du chômage, préférant inciter les personnes sans emploi à émigrer.

7. Des gouvernements qui se sont peu soucié jusqu’à présent du fait que les personnes ayant cotisé à la Sécurité Sociale sont dépourvues de couverture santé dans leurs années de vieillesse, que les émigrés souhaitant s’installer dans leur pays d’origine une fois leur vie active terminée ne bénéficient d’aucune couverture sociale (ni retraite vieillesse ni couverture santé).

8. Les aides octroyées aux populations vulnérables se font de manière désordonnée et sans contrôle. De nombreuses ONG qui reçoivent des fonds du ministère des Affaires Sociales sont fictives. Le Ministère ne contrôle pas leur action et ne vérifie pas leur efficacité de manière sérieuse. De plus, sa structure ouvre la voie à de nombreuses duplications dans ses dépenses. Par ailleurs, son action n’est pas coordonnée avec celle des ONG libanaises et étrangères actives dans le pays et il ne supervise pas leur travail.

9. La décision d’abaisser brutalement les cotisations sociales des employeurs aux branches « Maladie » et « Allocations familiales » de la Sécurité Sociale a créé un déficit durable des comptes de celles-ci et les gouvernements ne semblent pas se soucier du fait que leur déficit est actuellement comblé par la direction de la CNSS en puisant dans les réserves de la branche « Indemnités de fin de service ». Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Dossiers, Géneral, Nos articles | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Elections 2009 – Programme du CPL : Le Développement rural

Posted by jeunempl sur mai 28, 2009

MPLBelgique.org

Programme complet du Courant Patriotique Libre

Programme-CPLChapitre 2 – Le Développement rural

Diagnostic

1. Aucun gouvernement, depuis l’Indépendance, ne s’est soucié d’établir une politique de développement rural.
L’exode des habitants des campagnes se poursuit. Elles se vident de leurs éléments les plus dynamiques. La vie économique, sociale et culturelle se dégrade, ce qui aggrave la situation des campagnes et la pauvreté qui y règne et ce dans l’indifférence des gouvernants.
2. Les infrastructures de transport (routes, chemins de fer) et les infrastructures hydrauliques (barrages, lacs collinaires, réseaux d’eau potable et d’irrigation, stations d’épuration, etc.) sont sous-développées.
3. L’accès aux infrastructures vitales relatives à la santé et à l’éducation est rendu difficile par le faible développement des infrastructures de transport.
4. Les paysages sont défigurés par le mitage urbain, le manque de plans d’urbanisme locaux, les carrières, les incendies de forêt, les coupes d’arbre incontrôlées, les déblais de construction, les ordures ménagères, etc.
5. Les eaux de surface (mer, rivières, lacs), les nappes phréatiques et les sources sont polluées.

6. Le patrimoine bâti est partout menacé. Le cœur historique des villages et les abords des constructions à caractère patrimonial sont la plupart du temps défigurés.
7. Ni l’agriculture ni l’industrie ni l’artisanat ni le tourisme rural ne sont encouragés.
8. Les activités récréatives en milieu rural ne sont pas développées, que ce soit pour les habitants des campagnes eux-mêmes, notamment les jeunes et les femmes, ou pour les touristes.
9. Le caractère centralisé de l’administration et de la fiscalité empêche les collectivités locales de lancer des initiatives de développement local.
10. Conséquence : le monde rural ne crée que très peu d’emplois. Ses habitants quittent leur village pour la ville, ce qui est souvent un premier pas sur le chemin de l’émigration.

Objectifs

1. Dynamiser l’activité économique des zones rurales afin de limiter l’exode rural et l’émigration et d’augmenter le revenu national.
2. Faciliter le mouvement des personnes et des marchandises à travers ces régions elles-mêmes et entre ces régions et le reste du pays.
3. Assurer un approvisionnement suffisant en eau potable et en eau d’irrigation afin d’améliorer le bien-être des habitants et les Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pourquoi Hariri ne doit pas perdre les législatives

Posted by dodzi sur avril 8, 2009

Dr. Elie Haddad

saad-hariri-libanMalgré les changements stratégiques profonds survenus au niveau régional et international,  malgré l’ouverture américaine et européenne vers l’Iran et la Syrie, malgré les plans de retrait militaire  de l’Irak, malgré les prémices de  rapprochement syro-saoudien, la majorité au pouvoir actuellement au Liban ne peut pas se résigner à perdre les élections législatives ni à trouver des terrains d’entente avec l’opposition.

Les raisons sont beaucoup plus profondes et en étroite liaison avec les rapports de force internes et avec l’historique de cette majorité au Liban.

En effet, la défaite aux législatives sonnera le glas d’une hégémonie politique quasi totale et presque ininterrompue sur l’échiquier national. La coalition actuelle au pouvoir dirige le pays depuis pratiquement deux décennies, portée aux affaires par les accords de Taëf. Depuis, les mêmes responsables se sont accommodés des différents changements locaux et régionaux. Ils étaient en effet les collaborateurs directs du régime syrien durant son occupation du Liban ainsi que les alliés les plus fidèles des iraniens ou autres révolutionnaires de la région. Avec le changement de la direction du vent et le retrait de l’armée syrienne, ils ont revu radicalement leurs choix et se sont affichés dans un antisyrianisme des plus farouches, osant même défier le Général Aoun sur ce terrain, lui qui était exilé par la Syrie et ses acolytes et qui a œuvré sans cesse pour la libération du Liban et jusqu’à son obtention en 2005.

Cette coalition a profondément abusé de son pouvoir, tout au long de ces deux décennies, afin de remodeler le paysage politique à sa façon et d’éliminer toute concurrence éventuelle. C’est ainsi qu’ils ont conçu, avec les syriens, les différentes lois électorales afin de diluer le vote protestataire et limiter le risque de voir des opposants accéder au pouvoir. C’est ainsi aussi qu’ils ont voulu retarder, voire interdire, le retour du Général Aoun au Liban, en 2005, pour continuer à occuper l’espace politique qui lui est dû.

Par ailleurs, bien que Taëf était leur invention, les dirigeants de la coalition ont entrepris  une application sélective et arbitraire de cet accord, le vidant ainsi de son contenu et aggravant du coup les inégalités et le manque de représentativité au profit de cette coalition.

La défaite permettra aussi la mise à nu du système de corruption actuel. Le pouvoir était principalement une source d’enrichissement personnel et familial. Les magazines spécialisés (comme Forbes) sont là pour témoigner de l’accroissement exceptionnel des fortunes de quelques uns des ténors de cette majorité. D’ailleurs, le système de corruption  a été bien développé, de sorte à faire profiter toute la cour, ce qui a permis d’éviter les rebellions et les convoitises. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Billets & Opinions, Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Positions du Général Aoun et du CPL sur les sujets d’actualités

Posted by dodzi sur mars 31, 2009

Tayyar.org

general-michel-aoun1. Sur la question des réfugiés palestiniens

« Le droit au retour des Palestiniens est une question fondamentale et établie, et le refus de l’implantation fait l’unanimité auprès des Libanais. Cette décision est définitive et irrévocable » Document d’Entente entre le Hezbollah et le Courant Patriotique Libre Nous sommes principalement préoccupés par l’implantation des réfugiés palestiniens au Liban. A cet égard, nous avons exprimé notre inquiétude à maintes reprises et avons appelé les Etats-Unis et la communauté internationale à assumer leurs responsabilités pour trouver une solution adéquate à ce problème, en accord avec les Palestiniens eux-mêmes. L’implantation des réfugiés palestiniens au Liban constitue un lourd fardeau qui aura pour conséquences un déséquilibre démographique avec de graves répercussions sur le tissu social du pays, exacerbant ainsi les tensions communautaires et politiques. Elle pèsera aussi de tout son poids sur l’économie libanaise qui bat déjà de l’aile, sachant que le Liban est un pays très densément peuplé -environ 400 habitants par kilomètre carré- et qui possède le moins de ressources parmi les pays de la région.

Dans des pays d’accueil comme le Liban, ces réfugiés vivent dans des conditions déplorables. En effet, la misère et la pauvreté qui règnent sur leurs camps constituent un terreau fertile pour l’émergence de groupes islamistes radicaux. Les évènements du camp de Nahr el Bared au Liban Nord en mai 2007, en sont la triste preuve. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Billets & Opinions, Culture & Société, Dossiers, Géneral, Tayyar & Hezbollah | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Environ 28% des Libanais sont pauvres et 8% vivent dans des conditions de pauvreté extrême

Posted by dodzi sur février 8, 2009

Iloubnan.info

Dans son rapport hebdomadaire, la banque Byblos a publiée dans « Lebanon this week » que le ministère des affaires sociales et le Programme des Nations Unies pour le développement ont lancés deux rapports sur la pauvreté et les conditions de vie au Liban.

Les rapports prouvent que presque 28% de la population libanaise qualifie en tant que pauvres, tandis que 8% vivent dans des conditions de pauvreté extrême, qui signifie que 300.000 individus ne peuvent pas satisfaire leurs besoins alimentaires et autres.

Les rapports indiquent que la pauvreté est concentrée dans la ville de Tripoli, les régions d’Akkar et de Minieh-Dennieh dans le nord, les villes méridionales de Jezzine et Saida, et les régions de Hermel et de Baalbeck du Bekaa.

Les études ont indiqués que ces régions abritent deux tiers de pauvreté extrême et à 50% de pauvreté totale bien qu’elles incluent moins d’un tiers de la population libanaise.

D’ailleurs, des disparités substantielles ont été trouvées à travers les régions. Le nord comporte 20.7% de la population du Liban mais inclut 38% de l’entière population pauvre, alors que des ménages extrêmement pauvres sont représentés dans les régions du sud et de Bekaa.

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Liban : 28 % de la population vit sous le seul de pauvreté

Posted by dodzi sur février 5, 2009

Libnanews

Beyrouth, le 4 février – Dans une étude publiée conjointement par le ministère des affaires sociales et le PNUD, on indique que 28% de la population libanaise vit sous le seul de pauvreté, tandis que 8%, soit 300 000 personnes, vivraient dans des conditions de pauvreté extrêmes, ne leur permettant par de financer leur besoins les plus nécessaires.

Cette étude qui s’est étalée durant les 10 dernières années a été dévoilée en présence du ministre des affaires sociales, le Docteur Mario Aoun ainsi que la représentante au Liban du Pnud, Mara Ruedas. Selon cette étude, 50% des personnes vivant sous le seuil de pauvreté résideraient dans 4 régions, dont Tripoli, la plaine du Akkar, Minieh Denniyé au Nord Liban ainsi que Saida et Jezzine au Sud Liban et dans la région du Hermel et de Baalbeck dans la vallée de la Békaa. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Coûts des transactions immobilières : le Liban à la 62e place mondiale et 4e régionale

Posted by dodzi sur février 5, 2009

DubaiFrance.com

Dans son dernier rapport annuel sur les tendances de l’immobilier à travers le monde, cité par le bulletin de la Banque Byblos, le Global Property Guide a classé le Liban à la 60e place mondiale et à la 4e place régionale (parmi une dizaine de marchés de la région du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord) en termes de transactions immobilières.

L’indicateur répercute tous les coûts d’achat et de revente d’une propriété résidentielle exprimés en pourcentage de sa valeur. Ces coûts comprennent les frais d’enregistrement du bien-fonds et la commission de l’agent immobilier. Ils excluent les taxes annuelles sur la propriété et les taxes sur la plus-value (inexistante au Liban). L’enquête couvre des appartements en excellent état, situés à Achrafié, au centre-ville, à Hamra, Jnah, Ramlet el- Baïda, Ras Beyrouth et Verdun. L’indicateur pour le Liban est passé de 10,7 % en 2007 à 11,6 % en 2008. Toujours selon le même rapport, le Liban a été classé à la 38e place mondiale et 6e place régionale (sur sept marchés) en termes de rendement locatif global qui représente le loyer annuel rapporté au prix de l’appartement, avec un indice de 5,13 % contre 7,46 % en 2007, légèrement inférieur à l’indice moyen régional qui est de 5,34 %. En ce qui concerne le ratio prix de vente sur le loyer utilisé traditionnellement pour mesurer la sous-évaluation ou la surévaluation du prix de l’immobilier, Beyrouth a enregistré le niveau 19, le plus élevé de la région, à égalité avec Tel-Aviv, c’est-àdire qu’il faut 19 années de loyer pour acheter un appartement contre huit ans pour acquérir un appartement au Caire.

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Liban, 106e mondialement et 4e sur le plan régional en termes de qualité de vie

Posted by dodzi sur janvier 12, 2009

L’Orient le Jour

Selon l’étude annuelle de l’International Living Magazine, le Liban a été classé 106e parmi 195 pays dans le monde et 4e parmi 20 pays du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA) en termes d’indice de qualité de vie. Pour calculer ce dernier, divers critères sont pris en compte, à savoir : le coût de la vie, les loisirs et la culture, l’économie, l’environnement, les libertés, la santé, les infrastructures, la sécurité, le risque et le climat.

Chaque pays reçoit un score variant de 0 à 100 pour chacun de ces sous-indices, avant qu’une note pondérée finale lui soit attribuée. Avec un score général de 54 points (le même que celui obtenu l’an dernier), Le Liban est arrivé ex aequo avec huit autres pays sur le plan mondial dont la Chine, la Jordanie, le Pérou et Cuba. Il est arrivé, par ailleurs, juste devant le Brunei, les Fidji, le Macao, et le Madagascar et juste derrière la Mongolie, le Guyana (ancienne Guyane britannique), la Géorgie et le Belarus. Sur le plan régional, Israël a marqué le score le plus élevé en termes de qualité de vie (62 points), suivi par la Tunisie (56 points), le Maroc (55 points), et le Liban, qui est arrivé devant 15 autres pays de la région MENA. D’ailleurs son score est plus élevé que la moyenne régionale de 47,4 points.

En détail, le Liban a obtenu un score de 74 points au niveau du sous-indice du coût de la vie, contre 63 l’an dernier, ce qui laisse prévoir une baisse générale des prix en 2009 et une amélioration du pouvoir d’achat. Le Liban a d’ailleurs été classé 3e sur le plan régional et 28e sur le plan mondial en termes de cherté de vie. Au niveau du sous-indice des loisirs et de la culture, évalué à partir du taux d’alphabétisation, du taux d’enrôlement dans le système scolaire ainsi qu’à partir du nombre d’habitants par musée, le Liban a connu une détérioration avec un score de 53 points en 2009, contre 59 points l’an dernier. Quant au sous-indice de l’économie, calculé à partir du PIB, du PIB par habitant, du taux de croissance, du taux d’inflation et du PNB par habitant, le Liban a obtenu un score de 30 points, en baisse de 3,2 % par rapport à l’an dernier. Le score qu’il a obtenu est inférieur aux moyennes mondiale et régionale de 33,8 et 34,4 points respectivement, toutefois en baisse de 19,9 % et 23,7 %.

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :