Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘OTAN’

La Syrie se replace au centre du jeu moyen-oriental

Posted by jeunempl sur novembre 2, 2009

Le Monde – Patrice Claude

USA-drapeauSyrieeurope-drapeauAméricains, Français, Britanniques, Chinois, Russes, Saoudiens, etc. Depuis quelques mois, les visiteurs se bousculent à Damas. Le retour en grâce internationale de la Syrie s’accélère. Après huit ans d’isolement orchestré par l’administration Bush, l’ancien « partenaire junior de l' »axe du Mal » », comme on disait à Washington, revient au centre du jeu moyen-oriental et modifie insensiblement l’équation régionale à son avantage.

Il y a peu, le 16 octobre, Damas a signé avec la Turquie, pays membre de l’OTAN qui a récemment pris ses distances avec Israël, un vaste accord de coopération économico-stratégique sans précédent. Les frontières entre les deux voisins sont désormais grandes ouvertes et les projets communs se multiplient.

Imperturbablement, avec une propension nouvelle au compromis mais sans s’éloigner beaucoup de ses lignes politico-stratégiques traditionnelles, qui consistent évidemment à veiller sur ses intérêts propres et à s’opposer au projet d’hégémonie israélo-américaine sur la région, la Syrie est en train de redéfinir à son avantage tout son espace géopolitique.

Le régime de Bachar Al-Assad s’est rabiboché avec les Etats « frères » dits « modérés » et proches des Etats-Unis. Les rois de Jordanie et d’Arabie saoudite, qui n’avaient pas de mots assez durs pour fustiger l’unique régime arabe allié à « l’ennemi traditionnel » – l’Iran et ses protégés du Hezbollah au Liban et du Hamas en Palestine -, ont renoué avec Damas des liens plus Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Washington proche de l’interdiction des BASM

Posted by dodzi sur septembre 17, 2009

The Guardian/Courrier International

Par Peter Beaumon

Convention on cluster munitions - Convention sur les bombes à sous-munitions

Le président américain Barak Obama a déjà franchi un grand pas dans la lutte contre les BASM en interdisant leur exportation. Il doit désormais aller plus loin en signant le traité d’Oslo.

Les Etats-Unis ont franchi une nouvelle étape vers l’interdiction totale des bombes à sous-munitions (BASM) et de leur exportation, avec la signature par Barack Obama d’une nouvelle loi susceptible de rendre pratiquement impossible la vente par les Etats-Unis des ces armes controversées. Cette décision a été saluée par les opposants aux BASM comme un « tournant majeur de la politique américaine » désavouant l’appel du Pentagone en faveur de la poursuite de ces exportations.

Le nouveau texte de loi, annexé à une importante loi de finance, a été adopté au début du mois de mars 2009. Il impose de telles restrictions à l’usage des bombes à sous-munitions – interdisant notamment leur vente dans des régions où elles pourraient servir contre des civils – que les Etats-Unis semblent condamnés à devoir renoncer à leur exportation.

Selon les spécialistes, les Etats-Unis auraient fourni à 28 pays des centaines de milliers de bombes à sous-munitions, soit des dizaines de millions de petites bombes aussi peu fiables que peu précises. La nouvelle réglementation américaine exige que les armes utilisées par les forces aériennes et par l’artillerie pour disperser des centaines de sous-munitions présentent un risque de non-explosion inférieur à 1 %, ce qui est loin d’être le cas des BASM vendues par les Etats-Unis. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Projet de George Mitchell : « Un plan de paix » ou bien la préparation de guerres arabes ?

Posted by dodzi sur septembre 14, 2009

An-Nidaa/Palestine Solidarité

Par Marie Nassif-Debs

Jerusalem_al-Quds_from_mt_olives

Avec le retour prochain de George Mitchell au Moyen Orient, on a recommencé à parler du « plan de paix » qu’il présenta, à la fin du mois de juillet, sur les bases du discours de son président, Barak Obama, au Caire. Et les déclarations se sont multipliées de la part des Israéliens et des Arabes, à commencer par Benjamin Netanyahu et son ministre de la guerre Ehud Barak, mais aussi Amro Moussa, secrétaire général de la Ligue arabe, et Khaled Mechaal, chef politique du Hamas.

Ainsi, Netanyahu, qui avait commencé, dimanche passé, ses discours presque quotidiens par une décision ambiguë selon laquelle il gèlerait la construction des colonies en Cisjordanie, s’est vite rétracté en spécifiant qu’il poursuivrait ses exactions à Jérusalem (Al Qods), tandis que son gouvernement prenait la décision de donner le feu vert à la construction d’une colonie au Nord du Jourdain, selon une décision, dite stratégique, déjà prise par l’ex ministre de guerre Amir Perets.

Quant aux Arabes, et aux Palestiniens en particulier, ils sont divisés sur eux-mêmes, mme d’habitude, entre ceux qui, comme Khaled Mechaal, pensent que la « normalisation des relations avec Israël doit se faire après qu’il ait accepté de mettre un terme définitif à la construction des colonies » et ceux qui, comme Amro Moussa, trouvent que la normalisation doit se faire, mais ne doit pas être « gratuite ». Cependant les deux tendances ne disent mot sur le droit au retour de tout le peuple palestinien et oublient de parler de la nécessité d’une position unique et ferme en ce qui concerne l’Etat palestinien et l’avenir d’Al Qods que Barak Obama voudrait transformer en ville ouverte.

Paix provisoire et bombe à retardement

Commençons, d’abord, par préciser le contenu du « plan Mitchell », ainsi que ses différentes étapes et si les Etats-Unis sont vraiment sérieux en ce qui concerne la mise en avant d’une solution juste du problème palestinien ou si le nouveau projet ira rejoindre d’autres, semblables, rédigés au fil des ans, depuis les années Soixante du XX° siècle. D’ailleurs, il est nécessaire pour nous d’ajouter que nous partons, dans notre étude, de la vision pragmatique en politique de la nouvelle administration étasunienne (en quoi elle ne diffère pas de celle qui l’avait précédée, sauf sur le plan formel) qualifiée par le quotidien israélien Haaretz comme étant une « politique de boutiquier » qui accorde une étagère à l’Irak et une autre au dossier nucléaire iranien… auxquelles nous ajoutons une troisième consacrée à la Palestine. Mais, toutes sont sous le contrôle partiel d’Israël, représentante du boutiquier dans la région. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Israël : L’armée de l’air prévoit des exercices aériens aux Etats-Unis et en Europe

Posted by jeunempl sur juillet 7, 2009

El Nashra

avion IsraelL’armée de l’air israélienne prévoit de participer à des exercices aériens aux Etats-Unis et en Europe. Objectif : entraîner ses pilotes au vol de longue distance, a appris le Jérusalem post dimanche.

Un peu plus tôt dans la journée du 5 juillet, le vice-président américain Joe Biden a donné une interview sur la chaine ABC dans laquelle il semblait donner le feu vert à Israël pour une action militaire visant à éliminer la menace nucléaire iranienne.

A la question de savoir si Washington barrerait la route par des moyens militaires à l’Etat hébreu dans le cas où ce dernier décide de mettre un terme au programme nucléaire iranien, Biden a répondu : « Les Etats-Unis ne peuvent pas dicter à une autre nation étrangère ce qu’elle doit faire ou pas. »

« Israël peut décider lui-même – [puisque] c’est une nation souveraine – de ce qui est dans son intérêt et [choisir seule] la manière d’agir face à l’Iran ou à n’importe quel autre Etat », a-t-il ajouté lors de l’entretien diffusé dimanche.

Selon le vice-président, si le gouvernement israélien opte pour un moyen d’action différent de l’actuel, c’est son droit à souveraineté d’agir ainsi. « Cela ne relève pas de notre décision », a insisté Biden.

Le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahou a cependant déclaré qu’il préférait voir l’arrêt du programme nucléaire iranien grâce à la voie diplomatique, mais n’exclut pas une action militaire.

Les avions de l’armée de l’air israélienne participeront ainsi cette année à un exercice aérien commun avec un Etat-membre de Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un cargo libanais capturé mardi au large de la Corne de l’Afrique

Posted by jeunempl sur avril 15, 2009

AFP

Un cargo libanais, battant pavillon togolais, a été capturé mardi par des pirates au large de la Corne de l’Afrique, après la prise plus tôt dans la journée d’un cargo grec, a indiqué une porte-parole de l’OTAN.

« Je peux confirmer qu’un deuxième cargo, le Sea Horse, a été pris », a déclaré la porte-parole, Shona Lowe, depuis le commandement naval de l’Otan situé à Northwood, en Angleterre. Elle n’a pu préciser ni le nombre de membres d’équipage à bord, ni leur nationalité. Elle ne savait pas non plus s’ils étaient sains et saufs. Les pirates ont attaqué le bateau libanais à partir de « trois ou quatre embarcations », a-t-elle ajouté.

Mardi matin, des pirates somaliens avaient déjà capturé dans le golfe d’Aden un cargo grec, le Irene EM, battant pavillon de Saint-Vincent et Grenadines avec 22 membres d’équipage philippins à son bord. Ces deux prises semblent démontrer que les récentes opérations commando menées contre eux par les forces françaises et américaines n’ont pas entamé la détermination des pirates à s’attaquer aux navires passant au large de la Somalie.

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Herman Van Rompuy en Jordanie avant le Liban la semaine prochaine

Posted by dodzi sur avril 9, 2009

RTL Info

herman-van-rompuyLe premier ministre Herman Van Rompuy, en visite actuellement en Jordanie, a été reçu jeudi à Amman par le roi Abdallah II et a également rencontré son homologue jordanien Nader Dahabi, avant un déplacement la semaine prochaine au Liban.

Avec son homologue jordanien Nader Dahabi, M. Van Rompuy s’est entretenu de la situation régionale au sens large (conflit israélo-palestinien, Afghanistan dans la foulée du sommet de l’OTAN, etc) ainsi que des relations bilatérales avec la Jordanie. Le premier ministre belge a en particulier remercié le roi Abdallah II et M. Dahabi du soutien de la Jordanie dans l’acheminement de l’aide belge humanitaire lors du récent conflit de Gaza.

M. Van Rompuy passera le week-end pascal en Jordanie à titre privé. Il se rendra ensuite au Liban du 15 au 17 avril afin de rencontrer, en compagnie du ministre belge de la Défense, Pieter De Crem, les militaires belges qui participent à la force intérimaire de l’ONU au Liban (FINUL). Le premier ministre et le ministre de la Défense rendront également visite aux démineurs actifs dans la région de Tebnine (sud-Liban), ainsi qu’à la frégate belge « Léopold Ier » qui assure le commandement de la composante maritime de l’opération de paix.

Posted in Géneral, Régional, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

P. De Crem: « On fait un travail exemplaire au Liban »

Posted by dodzi sur avril 8, 2009

RTBF

pieter-de-kremLes forces militaires belges sont présentes à l’étranger. Interrogé par Arnaud Ruyssen, Pieter De crem se défend de privilégier les opérations menées avec l’OTAN par rapport à celles sous mandat des Nations Unies.

La Belgique a augmenté son contingent en Afghanistan alors qu’elle retiré une partie des forces qu’elle avait au Liban dans le cadre de la Finul (l’opération des Nations Unies). Cela veut-il dire que le ministre de la Défense glisse vers un tout à l’OTAN au détriment de l’ONU ou même des éventuelles opérations européennes futures ?

Pieter De Crem se justifie : «Je donne exécution à l’accord gouvernemental qui dit que les forces armées belges devront être plus petites et plus performantes. Elles devront pouvoir être déployées dans des opérations militaires à l’étranger. C’est ce qu’on fait au Liban : on fait un travail exemplaire au Liban. On a retiré notre hôpital de campagne. Mon collègue de la Coopération au développement Charles Michel, en versant presque 4 millions d’euros, reprend l’hôpital de Tibnin en finançant sa reconstruction. A partir du 1er juillet, nous sommes à la tête de l’European Battle Group. Cela veut dire qu’il faut avoir 2 000 militaires, y compris un hôpital militaire, disponibles pour être déployés après un mandat de l’Union européenne. Deuxièmement, en ce moment, on est toujours avec quelques 200 personnes au Liban dans le génie et le déminage. Et ce déminage était la tâche la plus importante qu’on s’est vu confier. Et on est là aussi avec la frégate Léopold I, où on est pour la première fois à la tête d’une opération internationale : une opération maritime menée par l’ONU. » Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Thierry Meyssan : Reconstruire une alternative prendra hélas du temps, mais ce n’est pas une raison pour y renoncer

Posted by jeunempl sur avril 5, 2009

Par Egalité et Réconciliation/ ISM

thierry-meyssanRéfugié au Liban, Thierry Meyssan nous a accordé une longue interview dans laquelle il nous livre son analyse décoiffante de la situation internationale. Une analyse qui rejoint souvent celle d’Egalité et Réconciliation.

Thierry Meyssan, on ne vous voit plus en France, que devenez-vous ?

Je vis actuellement au Liban. Après l’arrivée de Nicolas Sarkozy au pouvoir, j’ai été directement menacé par de hauts fonctionnaires français. Des amis au ministère de la Défense, m’ont informé que les États-Unis me considèrent comme un danger pour leur sécurité nationale. Dans le cadre de l’OTAN, ils ont demandé aux services alliés de me neutraliser et certains Français semblaient vouloir faire du zèle.
J’ai donc pris la décision non seulement de quitter la France, mais la zone OTAN. Après avoir erré de Caracas à Damas en passant par Moscou, je me suis fixé à Beyrouth où je me suis placé au service de la Résistance.

Sur quoi travaillez-vous en ce moment ?

Je travaille actuellement à un livre d’analyse sur l’administration Obama, ses origines, sa composition, ses projets etc. Une première édition, limitée à quelques exemplaires, sera adressée à des quelques leaders le mois prochain.
Puis une édition grand public sera publiée dans diverses langues à l’automne. Je vis exclusivement de ma plume et je collabore à des journaux ou magazines dans le domaine de la politique internationale, au Proche-Orient et en Russie.

Quelle analyse faite vous de l’évolution de la politique américaine ?

Aujourd’hui se dégage un relatif consensus sur le constat d’échec de la politique Bush, le surdéploiement militaire, les conséquences néfastes de l’unilatéralisme sur les relations avec les alliés et la perte de leadership.

A partir de 2006, James Baker et Lee Hamilton, qui présidaient une commission créée par le Congrès pour évaluer la stratégie en Irak, ont milité en faveur d’un retour à une position plus sage. Ils ont préconisé un retrait d’Irak et un prudent rapprochement avec les pays riverains (Syrie, Iran) indispensable pour éviter que le départ des GI’s ne tourne à la débâcle, comme au Vietnam.

Ils ont fait tomber la tête de Donald Rumsfeld, et ont imposé un membre de leur commission, Robert Gates, pour lui succéder. Mais s’ils ont gelé la politique de «remodelage du Grand Moyen-Orient», ils ne sont pas parvenus à y faire renoncer George Bush et Dick Cheney; raison pour laquelle il a fallu organiser une rupture avec Barack Obama.

En réalité Obama avait été lancé dans la course au Sénat fédéral et à la présidence dès 2004. Il a fait son entrée en scène lors de la convention démocrate pour l’investiture de John Kerry. Il n’était alors qu’un obscur parlementaire de l’Assemblée de l’Illinois, mais il était déjà encadré et entrainé par Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Après l’année de la crise, l’année de la guerre ?, par Gérard Chaliand

Posted by dodzi sur février 9, 2009

Le Monde/Nouvelles Arménie Magazine

par Stéphane/armenews

La crise financière puis économique de la seconde moitié de l’année 2008 ont fait oublier la gravité croissante de la situation au Moyen-Orient. L’intervention israélienne à Gaza n’est que le premier signal du recours à la force armée pour chercher à résoudre une situation qui depuis quatre ans n’a cessé de se détériorer.

La guerre du Liban de l’été 2006 n’avait apporté aucune solution. On constate au contraire un effet de dominos qui affecte l’ensemble du Grand Moyen-Orient, celui-là même que les néoconservateurs américains prétendaient remodeler de Beyrouth à Islamabad.

La perspective de la création d’un Etat palestinien paraît plus lointaine que jamais. Depuis quatre ans (seconde présidence Bush, élection de Mahmoud Ahmadinejad en Iran), les théâtres de conflits ont plutôt pris de l’ampleur : Liban, Afghanistan, Gaza. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’ONU remercie la Belgique

Posted by dodzi sur février 8, 2009

RTL info

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a remercié la Belgique pour sa contribution aux opérations de maintien de la paix, lors d’un entretien avec le ministre de la Défense, Pieter De Crem.

M. De Crem a rencontré M. Ban mardi en fin d’après-midi (heure locale) au siège de l’ONU à New York, dernière étape d’une tournée de près d’une semaine aux Etats-Unis. Il s’est également entretenu avec le responsable des opérations onusiennes de maintien de la paix, Jean-Marie Guéhenno. Selon un des conseillers du ministre, M. Ban a « explicitement remercié la Belgique pour sa contribution aux opérations de maintien de la paix », qu’elles soient placées sous la direction de l’ONU -comme la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL)- ou simplement autorisées par le Conseil de sécurité, comme les opérations de l’OTAN au Kosovo (KFOR) ou en Afghanistan (ISAF). (NLE)

Posted in Géneral, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :