Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘Netanyahou’

Flottille de Gaza : La crise de trop pour Washington, Tel-Aviv & co. ?

Posted by jeunempl sur mai 31, 2010

Medialibre – Jacques Borde & Charlotte Sawyer

À quoi tiennent les choses ? Classique, bien que brutale, au plan de l’action commando, l’abordage par les Kommando Yami, de la flottille pacifiste cherchant à forcer le blocus de Gaza, a quelques chances de sceller le sort de l’État hébreu, en tant que puissance thalassocratique dominante de la région. Sauf, bien sûr, si Ankara décide de passer l’éponge sur l’attaque d’un navire battant pavillon turc. Hypothèse de travail hasardeuse pourtant privilégiée, en amont, par les planificateurs de Tsahal et les analystes de l’Agaf Ha’Modi’in (SR militaires israéliens). Une nouvelle donne particulièrement explosive pour Washington et ses alliés, ce d’autant que l’Égypte, elle aussi, se retrouve plongée dans une situation d’affrontement asymétriques dans le Sinaï…

Sur le drame lui-même, selon Tsahal, citée par le Jerusalem Post au moins « dix activistes auraient été tués » et « six commandos de marine israéliens blessés » dans l’assaut à 02h00 du matin d’un navire turc de la flottille humanitaire qui voulait forcer le blocus de Gaza. D’autres sources dont Channel-10, font état de « seize morts » et, côté arabe, Al-Jazira a fait état de « quinze morts ».

Toujours selon ces mêmes sources militaires israéliennes, les commandos se sont heurtés à une « forte résistance » d’hommes équipés d’armes blanches et la situation a dégénéré en tuerie quand l’un d’entre eux « s’est emparé de l’arme d’un soldat et a ouvert le feu ». Une version des faits qui Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La médiation d’Ankara sur le nucléaire iranien irrite les Etats-Unis et Israël

Posted by jeunempl sur mai 27, 2010

AP

La Turquie irrite ses alliés américains et israéliens en contrariant les efforts diplomatiques pour renforcer les sanctions de l’ONU contre Téhéran. Sa médiation avec le Brésil sur le nucléaire iranien suggère également qu’Ankara pourrait chercher à accroître son influence internationale au détriment de son rôle de « pont » entre l’Orient et l’Occident.

En vertu d’un accord conclu le 17 mai avec la Turquie et le Brésil, l’Iran a accepté d’envoyer son uranium faiblement enrichi (3,5 en Turquie pour recevoir en échange du combustible enrichi à 20% destiné à son réacteur de recherche médicale de Téhéran. Mais cet accord ne rassure pas les Occidentaux, qui craignent de voir les Iraniens poursuivre leurs activités d’enrichissement d’uranium pour se doter de l’arme nucléaire, malgré les dénégations de Téhéran.

« La Turquie veut empêcher l’escalade des tensions avec l’Iran pour éviter d’en souffrir économiquement », explique Nihat Ali Ozcan, de l’Institut de recherche de politique économique à Ankara. « Elle cherche également à renforcer son image dans le monde musulman. »

L’administration Obama dit apprécier les efforts diplomatiques d’Ankara. Mais, alors que les Etats-Unis poussent à de nouvelles sanctions internationales contre l’Iran, l’accord avec Téhéran tombe mal pour les autorités américaines, également agacées par Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Erdogan au sommet arabe : Si la Palestine brûle, le Proche-Orient en entier brûlera

Posted by dodzi sur mars 28, 2010

L’Orient le Jour

Quatorze chefs d'État sur les 22 membres de la Ligue arabe participent au sommet ordinaire annuel de deux jours, le premier à se tenir chez le sulfureux numéro un libyen Mouammar Kadhafi, et duquel sont absents deux poids lourds de la région, le Saoudien Abdallah et l'Égyptien Hosni Moubarak.

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan s’en est violemment pris à Israël,

à l’ouverture samedi en Libye d’un sommet arabe placé sous le signe de la défense de Jérusalem, estimant que considérer cette ville comme la capitale indivisible de l’État hébreu, comme le fait Israël, est une « folie ».

« Jérusalem est la prunelle des yeux du monde musulman. Si Jérusalem brûle, ceci signifie que la Palestine brûle. Et si la Palestine brûle, ceci veut dire que le Proche-Orient brûle », a-t-il mis en garde.

Quatorze chefs d’État sur les 22 membres de la Ligue arabe participent au sommet ordinaire annuel de deux jours, le premier à se tenir chez le sulfureux numéro un libyen Mouammar Kadhafi, et duquel sont absents deux poids lourds de la région, le Saoudien Abdallah et l’Égyptien Hosni Moubarak.

Les dirigeants arabes étaient réunis à huis clos en soirée dans la ville méditerranéenne de Syrte, à 500 km à l’est de Tripoli. Ils n’avaient pas le droit d’avoir plus de deux accompagnateurs dans la salle de conférences. « C’est pour discuter en toute tranquillité », a dit le colonel Kadhafi. Selon le programme, le sommet doit reprendre aujourd’hui vers 10h00 locales (08h00 GMT) et s’achever par une conférence de presse vers 18h30 GMT.

« Nous ne pouvons pas tenir des négociations indirectes tant qu’Israël n’arrête pas totalement ses activités de colonisation à Jérusalem et ne mette pas fin à sa politique du fait accompli », a dit le président palestinien Mahmoud Abbas à l’ouverture du sommet dans l’après-midi. « L’État de Palestine n’aura aucun sens si Jérusalem n’est pas sa capitale », a-t-il souligné, appelant les pays arabes à « sauver Jérusalem ».

Alors que les pays arabes ont écarté tout soutien à la reprise des négociations israélo-palestiniennes sans un gel de la colonisation, le patron de l’ONU Ban Ki-moon, invité au sommet, les a appelés à soutenir ces pourparlers, tout en condamnant les projets de colonisation.

Jérusalem-Est, annexée par Israël en 1967, est au centre du conflit israélo-palestinien. Les Palestiniens veulent en faire la capitale de leur futur État, alors qu’Israël considère l’ensemble de Jérusalem comme sa capitale « éternelle et indivisible ».

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a encore assuré vendredi que sa politique concernant Jérusalem demeurerait inchangée. Israël a approuvé le 9 mars un projet de construction de 1 600 logements dans un quartier de colonisation à Jérusalem-Est, provoquant une grave crise avec Washington qui s’employait à lancer des pourparlers indirects entre Israël et les Palestiniens, alors que le processus de paix est bloqué depuis plus d’un an. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Devant l’Aipac, Mme Clinton réaffirme l’engagement des Etats-Unis envers Israël

Posted by dodzi sur mars 24, 2010

Le Monde

Il n’y a pas beaucoup de rassemblements où l’apparition de George Bush sur les écrans déclenche des applaudissements enthousiastes. Celui de l’Aipac est de ceux-là. Plus de 7 500 personnes ont assisté, cette année, à la conférence de l’American Israel Public Affairs Committee, le lobby pro-israélien à Washington, un record de participation.

Du temps de George Bush et du vice-président Dick Cheney, les relations étaient sans nuage. Après l’élection de Barack Obama en 2008, l’Aipac s’est prudemment doté d’un président originaire de Chicago, Lee Rosenberg, ex-financier de la campagne d’Obama. Dès son premier discours, dimanche 21 mars, il a pris ses distances. « Des alliés se doivent de gérer leurs divergences en privé », a-t-il affirmé. « L’Histoire montre que quand l’Amérique fait publiquement pression sur Israël, elle fournit un prétexte à ceux qui veulent faire dérailler le processus de paix », a-t-il ajouté.

L’Iran devait être le thème central mais les esprits ont surtout été occupés par la « crise qui n’en est pas une » entre l’administration Obama et le gouvernement de Benyamin Nétanyahou à propos des nouvelles constructions à Jérusalem-Est annoncées pendant la récente visite en Israël du vice-président Joe Biden. Pour beaucoup, la « crise » est une exagération médiatique, ou malintentionnée. « S’il y a une crise, elle est en Iran », a dit Harold Blix, un retraité de Floride, venu avec son épouse et leur petit-fils de 16 ans « qui s’est déjà inscrit pour l’an prochain ».

Mais d’autres reconnaissent les difficultés, comme Don Durbin, un homme d’affaires républicain de Philadelphie: « Les relations sont mauvaises. Il y a un manque de confiance. Les Etats-Unis ont l’impression que, pour avoir la coopération des Arabes contre l’Iran, ils doivent résoudre le conflit israélo-palestinien. C’est une erreur. » Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Statu quo régional en dépit de la tension ambiante

Posted by jeunempl sur mars 15, 2010

(Scarlett Haddad – L’Orient le Jour)

La région vit plus que jamais sur un volcan qui menace à tout instant d’entrer en éruption. C’est le constat auquel aboutissent les observateurs politiques qui suivent de près les déclarations de toutes les parties. La décision du Premier ministre israélien de construire de nouvelles colonies de peuplement annoncée au moment où le vice-président américain Joe Biden effectuait une visite en Israël n’est pas venue calmer le jeu, bien au contraire. À l’heure où les États-Unis tentent péniblement de relancer un processus de négociations indirectes avec les Palestiniens et alors que Mahmoud Abbas avait réussi à arracher une couverture arabe à cette relance, Benyamin Netanyahu est venu fermer les portes et les fenêtres devant toute éventuelle reprise de contact. Au-delà de la crise diplomatique et politique naissante entre le gouvernement israélien et l’administration américaine provoquée par la décision de Netanyahu, celle-ci montre une fois de plus que les Israéliens ne veulent pas d’une solution, confortant ainsi la position des Arabes hostiles au compromis, notamment la Syrie, qui affiche désormais une assurance qu’elle n’avait pas connue depuis longtemps.

Selon des informations diplomatiques, le Premier ministre israélien avait déjà confié au ministre espagnol des AE, Miguel Angel Moratinos, au cours de la dernière tournée de celui-ci dans la région, un message musclé à l’adresse des dirigeants syriens : soit vous acceptez des négociations directes sur le Golan, soit vous aurez droit à une guerre totale qui verra la destruction de la Syrie. La réponse des autorités syriennes n’avait pas tardé à fuser par la voix du plus diplomate des Syriens, le ministre Walid Moallem, qui avait qualifié le comportement des Israéliens de « voyou ». La secrétaire d’État américaine avait repris le ton des menaces en demandant à la Syrie, dans une déclaration officielle, de s’éloigner de l’Iran au moment où elle annonçait l’envoi de son ambassadeur à Damas, dans une tentative d’alterner la carotte et le bâton. Cette fois encore, la réponse a été on ne peut plus claire et bien peu diplomatique, à travers la rencontre de Damas entre le président iranien Ahmadinejad, son homologue syrien Bachar el-Assad et le chef de la résistance contre Israël au Liban, doté de liens solides avec Téhéran, Hassan Nasrallah. Le message a été si bien perçu que les dirigeants israéliens ont alors multiplié les déclarations dans lesquelles ils ont affirmé qu’ils ne souhaitent pas lancer une guerre contre la Syrie ou le Liban. Il est ainsi devenu clair qu’une nouvelle équation a été établie : une attaque israélienne contre le Liban, la Syrie ou l’Iran provoquera une Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nasrallah répond aux dernières menaces des dirigeants israéliens

Posted by jeunempl sur février 17, 2010

AFP

Le chef du Hezbollah chiite libanais a prévenu mardi que son mouvement bombarderait les infrastructures d’Israël, y compris les aéroports et raffineries, en cas d’attaque israélienne contre le Liban.

« Si vous attaquez l’aéroport Rafic Hariri de Beyrouth, nous attaquerons l’aéroport Ben Gourion, si vous attaquez nos ports, nous attaquerons vos ports, si vous bombardez nos raffineries de pétrole, nous bombarderons les vôtres, si vous bombardez nos centrales électriques et nos usines, nous bombarderons les vôtres », a lancé Hassan Nasrallah.

Il prononçait un discours retransmis sur grand écran devant des milliers de partisans dans la banlieue sud de Beyrouth.

« Si vous détruisez un seul immeuble de la banlieue sud (de Beyrouth), nous détruirons des immeubles à Tel-Aviv », a-t-il ajouté, sous les applaudissements de la foule, en évoquant « différentes capacités » de son mouvement sans plus de précisions.

« J’annonce aujourd’hui que j’accepte ce défi », a poursuivi Sayyed Nasrallah en réponse aux mises en garde de responsables israéliens ces dernières semaines que toute attaque de la part du Hezbollah entraînerait une sévère riposte.

Il a toutefois indiqué que son parti « ne souhaitait pas » le déclenchement d’une guerre, affirmant que les « menaces » israéliennes n’étaient qu’une « guerre psychologique visant à effrayer les Libanais ».

« Les Israéliens ne se lanceront dans une guerre que s’ils étaient Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pourquoi la lune de miel avec Tel-Aviv est terminée

Posted by jeunempl sur janvier 29, 2010

Turquie News – Ibrahim Karagül

La presse turque a violemment réagi à l’accueil humiliant réservé à l’ambassadeur de Turquie par Israël. L’influence régionale grandissante d’Ankara ne serait pas étrangère à l’aigreur des Israéliens.

La Turquie traverse aujourd’hui une crise avec un gouvernement israélien composé en grande partie de criminels de guerre. Affirmer que le manque de respect des officiels israéliens – y compris le Premier ministre, Benyamin Netanyahou – à l’égard de la Turquie s’expliquerait essentiellement par les tiraillements au sein de la coalition gouvernementale en Israël, afin d’adoucir la réaction d’Ankara, ne correspond pas à la réalité de la situation.

La réalité est en effet tout autre. Ce qui se passe, c’est qu’Israël est en train de perdre toutes les cartes qu’il avait dans son jeu. Le processus diplomatique entamé par la Turquie vis-à-vis de ses voisins inquiète fortement Israël. La création d’un espace exerçant un pouvoir d’attraction pour des pays tels que l’Iran, l’Irak, la Syrie et le Liban, la mise en place de partenariats régionaux qui transcendent les cadres nationaux habituels [notamment l’abolition des visas entre la Turquie, la Syrie et le Liban], le développement de la sphère d’influence turque, tout cela contribue à réduire le champ d’action des Israéliens.

Le lancement par la Turquie d’un processus de nature à empêcher l’apparition de crises régionales et qui annihilerait ainsi tout recours militaire contre l’Iran affaiblit considérablement l’État hébreu. La perspective d’une union politique, économique et militaire qui à l’initiative d’Ankara pourrait à l’avenir rassembler les pays de la région empêche visiblement les dirigeants israéliens de dormir.

Désormais, les intérêts de la Turquie et d’Israël ne sont plus les mêmes. Tel-Aviv, qui avec l’appui du lobby juif américain était habitué à s’ingérer dans les affaires intérieures turques au point de pouvoir y réaliser un coup d’Etat, se trouve de plus en plus isolé dans un rapport inversement proportionnel à la montée en puissance de l’influence turque dans la région. En voulant isoler l’Iran, l’Etat hébreu est en train de s’enfermer. Et plus il s’isole, plus il s’aigrit. Les Israéliens désignent les Turcs comme premiers responsables de cette situation. Voilà pourquoi Israël s’efforce depuis plusieurs années d’empêcher Ankara de développer ses initiatives régionales, utilisant à cet effet tous les moyens possibles, y compris le terrorisme.

DIFFICILE D’IMAGINER UN RÉCHAUFFEMENT DIPLOMATIQUE

C’est ainsi que le lobby juif des Etats-Unis, les milieux néoconservateurs ainsi que quelques célèbres plumes toujours prêtes à louer leurs services au plus offrant n’ont pas hésité à souhaiter un coup d’État en Turquie [contre le gouvernement AKP]. Tel-Aviv utilise également le lobby juif [pro-israélien] en Turquie. Ce fut le cas notamment lors de manœuvres militaires conjointes entre la Turquie et la Syrie, en avril 2009, lorsque certains journaux turcs ont condamné en des termes Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La Syrie se replace au centre du jeu moyen-oriental

Posted by jeunempl sur novembre 2, 2009

Le Monde – Patrice Claude

USA-drapeauSyrieeurope-drapeauAméricains, Français, Britanniques, Chinois, Russes, Saoudiens, etc. Depuis quelques mois, les visiteurs se bousculent à Damas. Le retour en grâce internationale de la Syrie s’accélère. Après huit ans d’isolement orchestré par l’administration Bush, l’ancien « partenaire junior de l' »axe du Mal » », comme on disait à Washington, revient au centre du jeu moyen-oriental et modifie insensiblement l’équation régionale à son avantage.

Il y a peu, le 16 octobre, Damas a signé avec la Turquie, pays membre de l’OTAN qui a récemment pris ses distances avec Israël, un vaste accord de coopération économico-stratégique sans précédent. Les frontières entre les deux voisins sont désormais grandes ouvertes et les projets communs se multiplient.

Imperturbablement, avec une propension nouvelle au compromis mais sans s’éloigner beaucoup de ses lignes politico-stratégiques traditionnelles, qui consistent évidemment à veiller sur ses intérêts propres et à s’opposer au projet d’hégémonie israélo-américaine sur la région, la Syrie est en train de redéfinir à son avantage tout son espace géopolitique.

Le régime de Bachar Al-Assad s’est rabiboché avec les Etats « frères » dits « modérés » et proches des Etats-Unis. Les rois de Jordanie et d’Arabie saoudite, qui n’avaient pas de mots assez durs pour fustiger l’unique régime arabe allié à « l’ennemi traditionnel » – l’Iran et ses protégés du Hezbollah au Liban et du Hamas en Palestine -, ont renoué avec Damas des liens plus Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Liban: Saad Hariri veut faire entrer le Hezbollah au gouvernement

Posted by jeunempl sur août 26, 2009

AP

Saad Hariri - APLe Premier ministre libanais désigné Saad Hariri a réaffirmé son engagement à faire entrer le Hezbollah dans le nouveau gouvernement, en dépit des avertissements d’Israël, hostile à une telle implication du mouvement islamiste.

M. Hariri, chargé de former le gouvernement en tant que chef de la majorité parlementaire, tente depuis plus de deux mois de composer une équipe d’union nationale, dans la foulée des élections du 7 juin, remportées par sa coalition pro-occidentale aux dépens du Hezbollah.

Le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a récemment averti que l’Etat hébreu tiendrait le gouvernement libanais pour responsable en cas d’attaques menées par des militants du Parti de Dieu contre des objectifs israéliens.

Saad Hariri a néanmoins répété mardi soir qu’il était déterminé à « inclure toutes les factions » dans le gouvernement en préparation, dont la formation a été retardée par les revendications des alliés chrétiens du Hezbollah .

« Un gouvernement d’union nationale inclura, bien sûr, l’alliance des forces du 14 mars », a-t-il dit, en référence à sa coalition antisyrienne, sortie victorieuse du scrutin.

« Je veux aussi affirmer à l’ennemi israélien que Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , | 1 Comment »

Sud Liban : L’Armée libanaise déployée sur les collines de Kfarchouba (média)

Posted by jeunempl sur juillet 20, 2009

Libnanews

armee libanaiseL’Armée libanaise est actuellement déployée sur les collines de la localité frontalière de Kfarchouba au Sud Liban, selon le site El-Nachra. Pour le moment, aucun média libanais ne confirme cette information. Toujours selon la même source, le quotidien israélien Yediot Aharonot lance un appel à Netenyahu l’incitant à résoudre l’affaire des hameaux de Chebaa et du village de Ghajar avec le Premier ministre désigné Saad Hariri afin d’éviter de probables lancements de roquettes de la part du Hezbollah sur l’Etat hébreu.

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :