Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘nappes phréatiques’

Les amateurs de neige ont été comblés durant le week-end

Posted by jeunempl sur décembre 27, 2010

(L’Orient le Jour)

La dernière tempête qui a frappé le Liban, il y a deux semaines, a laissé derrière elle une quantité de neige qui a permis aux amateurs de sports d’hiver d’exercer leurs activités favorites ce week-end.

La neige a tenu sur les cimes malgré les températures trop élevées pour la saison, en particulier en raison du gel la nuit. Mais les connaisseurs soulignent qu’une seule tempête de neige ne suffit pas et en espèrent une autre bientôt, idéalement avant fin décembre, car cette neige est réputée plus tenace et plus bénéfique, pour la longévité de la saison de ski comme pour le renflouement des nappes phréatiques. À noter que le temps clément se poursuivra jusqu’à mercredi, alors que la pluie et une baisse significative de la température sont prévues à partir de jeudi.

Le temps printanier a coïncidé avec les vacances de Noël ce week-end, et a poussé les particuliers et les familles à prendre le chemin des montagnes pour profiter de la neige qui n’est peut-être pas la meilleure, comme toujours en décembre, mais assez poudreuse pour faire le bonheur des skieurs. Même si les rocs sont visibles sur certaines cimes, avec les moyens modernes, les snowcats, notamment à Mzaar, des corridors très skiables sont balisés pour le bénéfice des skieurs, auxquels on recommande de ne pas faire de hors-pistes dans ce cas.

Dans la station de ski de Mzaar, Kfardebian, les skieurs ont pris d’assaut les pistes qui leur avaient été quasiment fermées l’année dernière en raison de l’hiver particulièrement doux. Les remonte-pentes étaient quasiment pleins. De nombreux skieurs ont dévalé les pentes de difficultés diverses. Enfants et adultes étaient aussi enchantés de retrouver le contact avec la neige.

Le ski n’était pas la seule activité pratiquée hier. Les amateurs de luge et de ski-doo étaient également au rendez-vous. Il y avait aussi, dans les différentes régions, les pique-niqueurs et les partisans de la conduite off-road, qui n’ont pas hésité à mener leurs voitures jusqu’aux cimes, malgré les dangers potentiels.
Dorénavant, les amoureux de la neige n’auront plus qu’à espérer que celle-ci refasse son apparition dans les prochaines semaines.

Publicités

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Elections 2009 – Programme du CPL: Environnement, gestion des ressources naturelles et aménagement du territoire

Posted by jeunempl sur mai 28, 2009

MPLBelgique.org

Programme complet du Courant Patriotique Libre

Programme-CPLChapitre 3 – Environnement, gestion des ressources naturelles et aménagement du territoire

Diagnostic

A. Le patrimoine naturel, les forêts et les sols

1. Un patrimoine naturel détruit par un mitage urbain incontrôlé, par des carrières, par des incendies, par des décharges sauvages et par des travaux d’infrastructure. Seulement 10% du territoire bénéficie de plans d’urbanisme qui réglementent la construction.
2. Perte de forêts due à l’expansion urbaine, aux feux de forêts d’origine inconnue ou criminelle, à un excès de pâturage et à l’abattage incontrôlé d’arbres pour le chauffage domestique des populations les plus défavorisées et pour la fabrication de charbon. Les conséquences en sont une désertification qui menace 60% du territoire libanais ainsi que l’érosion des sols qui ne retiennent plus les eaux de pluie. La conséquence de cette érosion est la perte de terres agricoles et l’écoulement accéléré des eaux de pluie vers la mer.
3. Les sols sont dégradés par les eaux d’irrigation qui, le long de la côte, sont souvent polluées, et même salinisées, ainsi que par les intrants agricoles chimiques, d’où une baisse de leur productivité.

B. Les eaux de surface et les eaux souterraines

1. Pertes élevées dans le réseau de distribution.
2. Contamination de l’eau potable à l’intérieur du réseau de distribution.
3. Consommation excessive et non régulée d’où un pompage excessif des nappes phréatiques côtières qui provoque la pénétration de l’eau de mer dans ces nappes et leur salinisation.
4. Pas de stations d’épuration des eaux usées dans la plupart des localités du pays et, quand elles existent, elles ne fonctionnent pas ou ne sont pas efficaces. Les eaux usées sont rejetées dans les vallées, dans les nappes phréatiques, dans la mer.
5. Pollution des eaux de surface et des eaux souterraines par les eaux usées, les lixiviats des décharges de déchets solides, les hydrocarbures qui s’échappent des réservoirs souterrains, les huiles de vidange, les engrais chimiques, etc. Impact sur la santé, sur les coûts de traitement, sur la valeur récréative de l’eau et sur le tourisme, sur l’exportabilité des produits agricoles et sur les rendements agricoles.

C. L’air

1. Pollution de l’air en milieu urbain et dans la périphérie des zones industrielles au-delà des standards locaux et internationaux et affectant directement la santé publique (166 microgr/m3 de particules suspendues à Beyrouth alors que les standards de l’OMS indiquent un maximum recommandé de 90 et les standards libanais 120) : le trafic automobile est intense et congestionné en l’absence de transports publics, de nombreux véhicules polluants circulent en infraction avec les règlements, de nombreuses installations industrielles échappent à des contrôles sérieux, les groupes électrogènes ne sont pas contrôlés, etc.

2. Pertes de PIB dus à la pollution de l’air générée par les transports (0,4% de PIB estimés perdus à cause des particules suspendues et 0,2% de PIB perdus à cause du plomb qui provoquent maladies respiratoires et décès prématurés).

D. Le littoral et la zone côtière

1. Forte pression urbaine.
2. Privatisation progressive et tacite.
3. Changement de la structure de la ligne de côte : polders et marinas privées qui génère une érosion accélérée, d’où une perte de terres agricoles.

E. La flore

1. 206 espèces classées comme menacées sur un total de 2.600, soit 8% d’entre elles.
2. L’expansion urbaine menace couramment 120 des 206 espèces, soit 60% d’entre elles.
3. La cueillette sauvage menace 20 variétés parmi lesquelles des variétés qui possèdent une importance économique comme le thym, la sauge et des plantes ornementales qui sont cueillies en toute liberté.
4. 15 espèces endémiques sur 92 sont menacées, soit 16% d’entre elles.

F. La faune

1. 17 variétés de mammifères sur les 52 variétés répertoriées sont devenues rares, 4 sont proches de l’extinction, 4 sont grandement diminuées et 13 sont vulnérables.
2. Les mammifères marins ont presque complètement disparu de la côte et des eaux libanaises, notamment les Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :