Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

  • N'oubliez pas de visiter nos galeries d'images.

  • MPL Belgique

  • Rubriques

  • Actualités

  • Archives

  • Méta

  • Publicités

Posts Tagged ‘Nadine Labaki’

Trois femmes d’affaires libanaises dans le classement des 100 femmes arabes les plus puissantes

Posted by dodzi sur mars 7, 2012

Le Commerce du Levant

Douze Libanaises au total se trouvent dans le classement dévoilé au début du mois de mars par le mensuel économique CEO Middle East (Dubaï). Initié en 2011, ce palmarès se veut la copie panarabe du classement du magazine Forbes, qui salue les femmes les plus influentes dans le monde (principalement des Américaines) depuis 2004.

Le classement est largement dominé par des représentantes des Emirats : Loubna el-Qassimi, ministre émiratie du Commerce extérieur, figure ainsi en première position, suivie par la militante des droits de l’homme yéménite et du Prix Nobel de la paix, Tawakkol Tarwan.

Côté Libanaises, on retrouve parmi les plus influentes les indétrônables artistes comme la chanteuse Fayrouz (13e position), la réalisatrice Nadine Labaki (14e) ou encore la star Haifa Wehbé (69e). A noter également la présence de la journaliste américaine d’origine libanaise Octavia Nasr en 72e position, licenciée par CNN en 2010 pour un tweet de condoléances à la mort du cheikh Hassan Fadlallah.

Trois « femmes d’affaires » libanaises parviennent toutefois à s’imposer. Il s’agit de Christine Sfeir (15e position), PDG de la franchise Dunkin’ Donuts pour le Moyen-Orient depuis 1995 et fondatrice de la chaîne de restauration libanaise Semson. Elle avait déjà été la première femme libanaise à se trouver récompensée au titre de « Femme d’affaires 2011 » lors des Arabian Business Awards.

A la 81e place, on retrouve Mona Bawarshi, qui a rejoint l’entreprise familiale Gezairi Transport après des études d’administration des affaires à l’Université Américaine de Beyrouth (AUB). Sa société compte quelque 500 employés et possède sept bureaux régionaux dans le monde (Liban, Syrie, Jordanie, Irak, Turquie, Chypre et Bulgarie).

La dernière Libanaise (et avant-dernière femme du classement) est Mayada Baydas, qui a beaucoup œuvré au développement du microcrédit. Agronome de formation, elle est notamment connue pour son engagement en faveur du microcrédit. Depuis 2011, Mayada Baydas dirige l’ONG Emkan, qui propose des services de microcrédit aux plus défavorisés pour les aider à développer leurs idées ou leur micro-entreprise. Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Posted in Culture & Société, Economie, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Violence domestique contre la femme au Liban : le projet de loi en passe d’être dépouillé de son sens

Posted by jeunempl sur février 20, 2012

(Gabriel N. Ferneini – L’Orient le Jour)

Parlement libanais

Samedi matin, 11h. Sur la place Samir Kassir une petite foule plutôt féminine commence à naître. Bravant les intempéries, ils et elles sont venus exprimer leur mécontentement à l’égard des modifications qui risquent d’affecter le projet de loi tant controversé qui devrait protéger les femmes de la violence domestique. Présenté par une Coalition nationale défendant cette même cause, ce projet de loi avait été avalisé par le Conseil des ministres en avril 2010, après l’ajout d’une vingt-sixième clause qui en modifiait déjà profondément l’aspect. Selon cette clause, « la femme peut porter les cas de violence conjugale et familiale devant les tribunaux civils, uniquement dans le cas où les tribunaux religieux le permettent ». Un an plus tard, le 28 avril 2011, une sous-commission parlementaire présidée par le député Samir Jisr fut créée pour en étudier les « clauses contradictoires ».

Depuis qu’il est en étude, ce projet a subi, à cause des diverses pressions politico-religieuses, des modifications portant atteinte à sa nature et à son but mêmes, phénomène qu’on pourrait trouver habituel dans un pays où la tendance est de reculer ou dans le meilleur des cas de stagner. « Les lois libanaises sont hallucinantes ! s’exclame Tarek Homsi, un des organisateurs du sit-in. Je ne comprends pas pourquoi Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

« Et maintenant on va où ? » : la Libanaise Nadine Labaki tente d’exorciser les fantômes de la mort

Posted by dodzi sur septembre 14, 2011

Le Monde

Certaines séquences d’Et maintenant on va où ? ont été tournées sous les yeux amusés et effarés de miliciens proche du Hezbollah, dans la Bekaa, qui s’étend entre Beyrouth et Damas. D’autres ont été réalisées dans la montagne chrétienne, au nord de la capitale du Liban. Tourné à l’automne 2010, Et maintenant on va où ?, présenté au Festival de Cannes, dans la section Un certain regard, est apparu comme une hirondelle cinématographique annonçant le printemps arabe.

Le second long métrage de Nadine Labaki (après Caramel, présenté en 2007 à la Quinzaine des réalisateurs) ne parle pas de multipartisme ou de liberté d’expression. A cette aune-là, le Liban n’est pas le plus mal loti des pays arabes. Et maintenant on va où ? commence par une séquence saisissante qui montre des femmes vêtues de noir, dans la poussière d’une plaine presque désertique. Elles cheminent en dansant jusqu’au cimetière. Là, le groupe homogène, la masse noire des veuves et des orphelines, se divise : les unes vont vers les croix, les autres vers les croissants.

C’est à ça, rien que ça, que Nadine Labaki a voulu se mesurer : la foi et la mort. Dans cette région du monde, on meurt encore (volontairement ou non) pour le nom du dieu qu’on invoque. De loin, dans notre Europe dont le désir de religion s’épuise comme à la fin d’un mariage interminable, on se dit que là-bas c’est ainsi, parfois avec un peu de nostalgie pour l’énergie que l’on mettait à étriper le catholique ou le protestant. La jeune réalisatrice libanaise ne veut pas tenir pour acquis ce danger permanent qui plane sur les communautés et remet en cause le fondement de la société dans laquelle elle vit. Elle a inventé un village isolé après la fin de la guerre (ni le pays ni le conflit ne sont nommés). Pour se ravitailler, il faut passer des champs de mines ; chrétiens et musulmans partagent la même pénurie, fréquentent les mêmes échoppes, le même café, la même douleur héritée de la guerre. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

« Et maintenant, on va où ? », de Nadine Labaki

Posted by jeunempl sur avril 16, 2011

Thomas Sotinel – Le Monde Blog

Pour son deuxième film, la réalisatrice de Caramel s’est éloignée de Beyrouth. A la fois tragédie et comédie musicale, Et maintenant, on va où ? montre un village d’un pays du Moyen-Orient qui ressemble au Liban, vacillant au bord de la guerre civile entre chrétiens et musulmans.

Interprété par des acteurs non-professionnels et par la réalisatrice, ce sera le seul film arabe de la sélection officielle.

Thomas Sotinel a suivi une partie du tournage de ce film sur son blog. Ses 3 articles sont repris ci-dessous.

Après “Caramel”, Nadine Labaki tourne “Et maintenant, on va où?”
08/12/2010 – Thomas Sotinel

Nadine Labaki a beaucoup de chance, ou un talent qui relève de la parapsychologie. Pour la deuxième fois, elle tourne un film sans acteurs professionnels, et sur son plateau on ne devinera jamais que ce n’est pas le métier de ces comédiens talentueux. Le premier long métrage de Nadine Labaki s’appelait Caramel. Celui qu’elle tourne en ce moment a pour titre peu maniable (mais encore amendable) Et maintenant, on va où? Ce 8 décembre, elle est installée dans une belle maison de pierre de Douma, une petite ville perchée à mille mètres d’altitude, à une heure et demie de route au Nord de Beyrouth.

Le plat de résistance de la journée met en scène deux mères meurtries et un garçon qui n’est pas tout à fait encore un jeune homme. Comme cette séquence est située presque à la fin du film, on ne peut la raconter. Il suffit de savoir que Et maintenant, on va où? est un film musical, une comédie burlesque et une tragédie, qui met aux prises les femmes et les hommes d’un village encore meurtri par la guerre civile. D’un côté le principe de vie féminin qui passe par dessus les divisions religieuses, de l’autre le désir de mort masculin. Ce jour-là, pris entre les deux, le personnage adolescent d’Hammoudi, incarné par Mustapha Sakka, étudiant en business, vigile dans une galerie marchande à Saïda, qui n’avait jamais joué la comédie avant de croiser les pas d’une des recruteuses de Nadine Labaki. La performance du jeune Mustapha est étonnante de consistance et d’intensité. Il joue vraiment la comédie, comme s’il en avait appris les techniques.

Prise après prise (et Nadine Labaki aime apparemment avoir un matériau abondant), il varie légèrement sa Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sortie DVD : Interview avec Nadine Labaki

Posted by jeunempl sur mars 12, 2008

(www.Cinema-France.com)

DVD CaramelLe 13 mars, le DVD de Caramel sort en France. Cinema-France a pu interviewer la réalisatrice du film Nadine Labaki.

Sorti en aout dernier, Caramel, premier film de Nadine Labaki, a su conquérir près de 500 000 spectateurs en France après avoir enchanté la Croisette où il était présenté à la Quinzaine des Réalisateurs. Pour la sortie du DVD, le 13 mars, Cinema-France a interviewé la réalisatrice.

– On va d’abord parler de l’accueil de votre film en France : il a eu de très bons échos lors de sa présentation à la quinzaine des réalisateurs à Cannes. Comment avez-vous vécu cette aventure dans l’un des festivals les plus importants au monde ?

Evidemment, c’est un rêve qui se réalise pour moi ; c’est un moment Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Nadine Labaki: portrait de femmes

Posted by jeunempl sur février 2, 2008

(Le Soleil – Normand Provencher)

Nadine Labaki - CaramelLa jeune réalisatrice libanaise Nadine Labaki, 34 ans, ne croyait jamais que son premier long métrage la mènerait aussi loin. D’abord au Festival de Cannes, l’an dernier, où Caramel a été présenté à la Quinzaine des réalisateurs. Ensuite, un peu partout dans le monde, où son film a pris l’affiche, dans la foulée des louanges récoltés sur la Croisette.

Dans un grand hôtel parisien du quartier de l’Opéra, où elle rencontrait Le Soleil il y a trois semaines, Nadine Labaki affiche une fatigue non dissimulée. Depuis le matin, elle enfile les entrevues. Tout un chacun veut en savoir davantage sur ce petit film sorti de nulle part, sur la vie de cinq femmes de Beyrouth, dont l’existence gravite autour d’un salon de beauté. Le titre fait d’ailleurs référence à la pâte à la consistance de caramel utilisée pour l’épilation. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Film met de zoete smaak van karamel

Posted by jeunempl sur janvier 19, 2008

(De Standaard)

Film libanais - CaramelDe film ‘Caramel’ van Nadine Labaki vertelt het verhaal van vrouwen met een verschillende achtergrond en godsdienst, die elkaar ontmoeten. Deze film die zich situeert in het woelige Libanon, is zondag en dinsdag te zien in ‘t Getouw.

Film

In de Libanese stad Beiroet runt Layal (rol gespeeld door regisseur Nadine Labaki) het schoonheidssalon Si belle. Het salon fungeert als een soort van microkosmos waar vrouwen elkaar ontmoeten en hun dagelijkse bekommernissen delen. Toch delen ze allemaal dezelfde passies en hebben dezelfde verzuchtingen. Hun gesprekken gaan over de liefde, over hun carrière, over mannen. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral, Nederlands | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :