Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘MOTGE’

Près de 90% de postes vacants au ministère de l’Energie et de l’Eau

Posted by jeunempl sur décembre 10, 2010

Le Commerce du Levant

On ne peut pas renforcer les capacités des acteurs institutionels dans le secteur de l’eau sans combler le manque cruel de ressources humaines, a déclaré vendredi le ministre de l’Energie et de l’Eau Gebran Bassil.

Il a indiqué que 88% des postes au ministère sont vacants. A l’Office de l’eau du Nord et du Sud, le taux de vacances est de 75%. Il est de 69% à l’Office de la Békaa et de 44% à l’Office de Beyrouth et du Mont-Liban.

Ces propos ont été tenus dans le cadre de la clôture du projet MOTGE (mise en application des outils techniques pour la gestion de l’eau), financé par l’Union européenne, à hauteur de 5 millions d’euros: 1,3 million sous forme d’équipements, 3,3 millions en aide technique au ministère et aux offices d’eau, et 400000 dollars de frais d’audit et frais divers. Le projet avait été lancé en octobre 2008.

L’objectif du programme était de renforcer les capacités du ministère dans la gestion intégrée du secteur de l’eau.

Publicités

Posted in Dossiers, Géneral, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LIBAN: Les réserves d’eau menacées

Posted by dodzi sur août 17, 2009

IRIN

Lac Qaraoun

Le lac artificiel de Qaraoun, dans la vallée de la Bekaa, est l’un des deux seuls barrages du Liban

D’après Wael Hmaidan, directeur exécutif d’IndyACT, la Ligue des activistes indépendants, le Liban sera le premier pays du Moyen-Orient à être touché par le changement climatique. « La répartition des pluies a changé, la densité de la neige décroît et les feux de forêt se multiplient », a-t-il dit.

Les précipitations annuelles moyennes du Liban sont supérieures à 800 millions de mètres cubes (m3), et permettent le maintien de plus de 2 000 sources pendant la saison sèche, qui dure sept mois. De quoi rendre jaloux les pays voisins plus arides, comme l’Irak ou la Jordanie.

Mais la situation est en train de changer. « Il y a 20 ans, nous comptions sur 80-90 jours de pluie par an au Liban. Aujourd’hui nous prévoyons 70 jours de pluie », a indiqué Bassem Jaber, expert de l’eau du Projet de mise en place des outils techniques de gestion de l’eau (MOTGE), au ministère libanais de l’Energie et de l’eau.

D’après M. Jaber, ce n’est pas la quantité de pluie qui change, mais la période à laquelle elle tombe : « Il tombe la même quantité d’eau, mais en un temps plus court, ce qui empêche l’infiltration dans le sol. L’eau coule en surface et se jette dans l’océan, sans avoir été exploitée. Sur son chemin, elle provoque l’érosion du sol, des glissements de terrain et des inondations soudaines. A long terme, ces phénomènes aboutissent à la désertification ».

M. Hmaidan, d’IndyACT, affirme que ces changements météorologiques pourraient conduire le pays au désastre : « Les seules ressources naturelles du Liban sont son climat agréable, ses forêts et son eau. L’économie du pays repose sur le tourisme, qui dépend de ces ressources. Si elles disparaissent, c’en est fini de l’économie libanaise ». Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :