Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘milice’

Liban: tirs entre soldats et hommes armés dans un quartier sunnite à Beyrouth

Posted by jeunempl sur octobre 22, 2012

RTBF

[Note du MPLBelgique.org à la RTBF : Comment peut-on en venir à justifier de tels actes miliciens ?]

Des échanges de tirs ont opposé lundi dans un quartier sunnite de Beyrouth des militaires et des hommes armés. Des hommes armés et cagoulés, se réclamant de l’ancien Premier ministre Saad Hariri, étaient présents lundi matin dans des quartiers sunnites de Beyrouth où ils ont fermé des rues.

Les soldats ont essuyé des tirs de la part d’hommes armés lorsqu’ils ont voulu rouvrir la route menant à Tariq al-Jdidé, un bastion des partisans de l’ancien Premier ministre sunnite Saad Hariri, et l’armée à riposté.

Dans la matinée, sur l’avenue Qasqas, au rond point Cola et sur la corniche Mazraa, proche du quartier de Tariq al-Jdidé, des hommes armés de kalachnikovs, et portant des cagoules noires, empêchaient les voitures de passer en obstruant la chaussée avec des ordures, des pierres et des morceaux de fer.

Tension

Sur l’avenue Qasqas, au rond point Cola et sur la corniche Mazraa, proche du quartier de Tariq al-Jdidé, bastion du Courant du futur de Saad Hariri, des hommes armés de kalachnikovs empêchaient les voitures de passer en Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ersal : L’ASL agresse l’armée… et les civils

Posted by jeunempl sur octobre 3, 2012

Jenny Saleh – L’Hebdo Magazine

Victime collatérale du conflit qui se joue en Syrie, le village d’Ersal a été cette fois le théâtre d’une attaque de rebelles syriens. Ceux-ci s’en sont pris pendant plusieurs heures à un poste de l’Armée libanaise. Que se passe-t-il dans ce coin perdu du Liban?

Le village tranquille n’est plus ce qu’il était. Depuis le début du conflit syrien, le village d’Ersal, dans l’Est du Liban, continue d’essuyer les tirs ou les attaques. En l’espace d’une semaine, les rebelles de l’Armée syrienne libre (ASL) ont ainsi effectué deux incursions en territoire libanais. La dernière s’est produite dans la nuit du 21 au 22 septembre derniers. «Pour la deuxième fois en moins d’une semaine, une force de l’Armée syrienne libre est entrée dans la nuit dans les environs du (village libanais) d’Ersal et ont attaqué un poste de l’armée libanaise avec un grand nombre d’hommes armés, sans faire de blessés parmi les soldats», indique laconiquement un communiqué de l’Armée libanaise. «Des renforts de l’armée ont été dépêchés vers la zone et ont commencé à poursuivre les hommes armés qui se sont enfuis après l’agression en direction des montagnes et de certaines localités et villages frontaliers libanais», poursuit le communiqué. Ce nouvel accrochage a encore fait résonner dans la nuit à Ersal des échanges de coups de feu d’armes automatiques et de grenades.

Quelques jours plus tôt, un autre groupe de rebelles de l’ASL, composé tout de même d’une centaine d’hommes en partance pour la frontière syrienne, s’en était pris à Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Syrie: l’armée contrôle Damas, bombardements violents sur Alep

Posted by jeunempl sur août 5, 2012

AFP

L’armée syrienne a repris un quartier aux mains des rebelles à Damas et contrôle désormais l’ensemble de la capitale, au moment où Alep, capitale économique du pays, était le théâtre d’intenses combats et pilonnages.

Un haut responsable de la sécurité dans la région a assuré que les raids aériens et les bombardements sur Alep n’étaient que le « hors-d’oeuvre » à une bataille de grande ampleur. Au moins 20.000 militaires, a-t-il dit, ont été déployés sur le front d’Alep où l’armée et les insurgés continuent à envoyer des renforts.

« Nous avons nettoyé tous les quartiers de Damas, de Midane à Mazzé, Qadam, Hajar al Aswad et Tadamoun », a affirmé le général en charge des opérations dans ce dernier quartier, dans le sud de la capitale, en le faisant visiter aux journalistes.

La reprise du quartier, où vivent de nombreux Palestiniens, a été confirmée par l’opposition. « L’Armée syrienne libre (ASL) s’est retirée de Tadamoun mais ses membres sont présents dans toute la capitale où ils mènent des attaques ciblées avant de disparaître », a indiqué à l’AFP une militante Lena al-Chami.

« La situation à Damas est excellente et stable. Il n’y a plus de présence de groupes armés, à l’exception de quelques individus qui se déplacent d’un endroit à un autre pour prouver qu’ils Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une majorité écrasante de Turcs opposée à une intervention en Syrie

Posted by jeunempl sur juin 18, 2012

Al Manar

La majorité des Turcs sont opposés à une intervention militaire de leur pays en Syrie, selon un sondage publié vendredi.

Au total, 57% des sondés se déclarent contre une intervention militaire dans la Syrie voisine, contre 11,7 % qui sont favorables à une telle intervention, selon ce sondage commandé par le Centre des études économiques et de politique étrangère (EDAM, Istanbul).

Parmi les opposants à une intervention, 41,1% pensent que la Turquie ne doit s’ingérer en aucune façon, les autres (15,9%) déclarant se satisfaire de l’attitude du gouvernement, qui condamne politiquement le régime syrien.

Le sondage fut réalisé du 5 mai au 5 juin auprès de 1.500 personnes.

La Turquie, qui partage une frontière de plus de 900 km avec la Syrie, accueille 30.800 réfugiés de ce pays. Elle abrite la milice du Conseil national syrien, l’Armée syrienne libre (ASL) et constitue l’un des passages les plus importants d’armements et de miliciens via la région d’Idleb et d’Alep.

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Syrie – Massacre de Houla : « L’extermination » par les rebelles sunnites

Posted by jeunempl sur juin 17, 2012

Rainer Hermann – Frankfurter Allgemeine Zeitung

Le journaliste allemand du Frankfurter Allgemeine Zeitung Rainer Hermann confirme ici son premier article selon lequel le massacre de Houla a été perpétré par les rebelles sunnites. Et non par l’armée régulière syrienne comme cela a été rapporté.

Le massacre de Houla marqua un tournant dans le drame syrien. Il y eut un grand nombre de réactions indignées à travers le monde lorsqu’on appris que 108 personnes avaient été tuées à Houla le 25 Mai, dont 49 enfants. Les demandes pour une intervention militaire afin de faire cesser le bain de sang en Syrie se firent de plus en plus forte tandis que la violence s’en est allé crescendo depuis lors. Basés sur les« nouvelles » délivrée par les médias des pays du Golfe et les dires des observateurs de l’ONU le jours suivant le massacre, l’opinion mondiale condamna quasiment sans exception l’armée régulière syrienne et les milices Shabiha proche du régime pour le massacre perpétué.

Au cours des semaines qui suivirent, et sur la base de témoins des événements, le Frankfurter Allgemeine Zeitungcontesta cette version officielle des événements. Il rapporta que les civils tués étaient soit des alaouites soit des chiites. Ils furent tués de sang froid par des sunnites à Taldou, une ville située dans la plaine de Homs, tandis que de violents combats faisaient rage aux check points entourant le village entre l’armée régulière syrienne et l’« Armée Syrienne Libre ».Notre article fut passé sous silence par de nombreux médias à travers le monde et rejeté par les autres sous prétexte qu’il n’était pas crédible. Ce qui nous amène à poser quatre questions :
Pourquoi l’opinion mondiale a-t-elle suivi jusqu’à maintenant une autre version des événements ?
Pourquoi le contexte de la guerre civile rend-il douteux ce qui est vraisemblable ?
Pourquoi les témoins sont-ils crédibles ?
Quels sont les autres faits qui renforcent notre version des faits ?

Premièrement, pourquoi l’opinion mondiale suit-elle une autre version des faits ? Il n’est pas douteux que durant les premiers mois du conflit, alors que l’opposition ne possédait pas d’armes et se trouvait sans défense, toutes les atrocités qui furent commises le furent par le régime. On assuma donc qu’il était évident que cela continuerait ainsi. De plus les médias syrien gouvernementaux n’ont aucune crédibilité. Par exemple ils se servent de l’étiquette « gangs de terroristes armés » depuis le début du conflit. Du coup personne ne les croit, même quand c’est effectivement le cas. Deux chaines de médias, Al Jazeera et Al Arabia sont devenues les chaînes d’information de référence alors que leurs propriétaires, le Qatar et l’Arabie Saoudite, sont deux États activement impliqués dans le conflit en cours. Nous avons de très bonnes raisons de faire nôtre le dicton : « Dans une guerre c’est la vérité qui meurt en premier ».

Deuxièmement, pourquoi dans ce contexte de guerre civile, la version douteuse est-elle celle qui apparaît comme vraie ? Depuis quelques mois de très nombreuses armes furent infiltrées en Syrie et les rebelles ont des armes de calibres moyens depuis très longtemps. Chaque jour plus de 100 personnes sont tuées en Syrie, pour moitié environ entre chaque camp. Les milices qui opèrent sous la bannière de l’« Armée Syrienne Libre » contrôlent de larges parties des provinces de Homs et de Idlib et elles tentent d’étendre leur domination sur d’autres parties du pays. L’augmentation du chaos a fait apparaître une vague de kidnapping criminels et a favorisé le règlement de vieilles disputes. Si on regarde les pages de Facebook où parlent des Syriens : tout le monde a des histoires quotidiennes de nettoyages ethniques à raconter, des histoires de gens assassinés uniquement parce qu’ils sont alaouites où sunnites.

La plaine de Houla, qui se trouve entre la ville sunnite de Homs et les montagnes des alaouites, est majoritairement peuplée de sunnites ; elle a une longue histoire de tensions entre communautés. Le massacre se produisit à Toulda, un des plus grand villages d’Houla. De tous les noms des civils tués, 84 sont connus. Ce sont ceux des pères, mères et 49 enfants de la famille Al Sayyid et des deux branches de la famille Abdarrazzaq. Les habitants de la ville affirment que les victimes étaient des alaouites ou bien des sunnites convertis au chiisme. A quelques kilomètres de là, près de la frontière Libanaise, cela les rend suspect d’être des sympathisants du Hezbollah, haïs par les sunnites. Furent également tués à Toulda des parents du membre du parlement, fidèle au gouvernement, Abdalmuti Mashlab.

Les maisons de ces trois familles sont situées dans Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tribune Libre: Pour comprendre la politique des Joumblatt par Lina Murr Nehmé

Posted by jeunempl sur mai 22, 2012

Lina Murr Nehmé – Libnanews

PSP – Walid Joumblatt

Le consul anglais Churchill écrit : « Les druzes, toujours prêts à courtiser un parti dominant… »
On ne disait pas cela des druzes quand régnaient sur eux les familles d’origine druze. Ce qui a changé les choses, c’est l’achat, par Ali Joumblatt en 1723, de la place de chef de la communauté druze — puis la collaboration de son petit-fils, Béchir Joumblatt, avec l’émir Béchir, en vue de soumettre les chrétiens et les chiites du Liban.

À l’époque, les deux Béchir se disaient sunnites comme leurs grands-parents, et chacun d’eux jeûnait le ramadan, offrait la zakat, et s’était construit une mosquée dans laquelle il observait les prières islamiques.

La force des Joumblatt a affaibli le parti yazbeki, qui ne peut combattre l’argent avec l’argent, puisque le Liban, qu’il défend, est une entité pauvre, qui ne tire sa force que de l’unité de son peuple. C’est justement cette défense du Liban qui pousse la majorité des druzes à se rassembler autour du parti yazbeki en temps de paix civile.

Les Joumblatt ont donc intérêt à combattre la paix qui les prive de ce pouvoir pour lequel ils ont sacrifié beaucoup d’or et payé les vies de plusieurs de leurs chefs. C’est pourquoi ils soutiennent l’ingérence étrangère qui leur procure l’argent, les armes et le soutien politique. Celle-ci, en échange, exige qu’ils allument la discorde qui affaiblit le Liban et rend son invasion possible. De là, la violence verbale et les attaques confessionnelles et racistes qui remplissent les discours les plus célèbres des Joumblatt. De là, aussi, leurs revirements quand la puissance qui les soutient change de politique.

L’argent et les discours racistes assurent aux Joumblatt la suprématie sur la communauté druze par temps de guerre ou de crise. Car la peur existentielle pousse alors la plupart des druzes à oublier que les Joumblatt, quand ils étaient venus au Liban, n’avaient combattu que Fakhreddine et les autres druzes qui défendaient le Liban, et que leurs fusils ne se sont dirigés vers les poitrines des chrétiens et des chiites du Liban, qu’après avoir éliminé la force des familles druzes qui Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Liban dans l'Histoire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le député Haririste Khaled Daher appelle à chasser l’armée libanaise du Nord !

Posted by jeunempl sur mai 20, 2012

Presse

« L’armée libanaise a ouvert le feu sur la voiture du cheikh Ahmad Abdel Wahed qui a été tué sur le champ après avoir été atteint au cou », c’est ce qu’a déclaré le député du Courant du Futur à Akkar (Nord Liban) Khaled Daher.

Le correspondant du site d’information en continu libanais elNashra a indiqué que « des tirs ont été entendus au poste de l’armée libanaise à Kouweykhat – Akkar », et que « l’un des partisans principaux du député Khaled Daher, cheikh Ahmad Abdel Wahed, a été visé par les tirs pour ne pas avoir respecté les ordres de l’armée de s’arrêter ».

Selon ce correspondant, Abdel Wahed était accompagné de plusieurs hommes armés, et celui-ci est l’un des dirigeants locaux les plus proches de Daher.

Peu de temps après, l’une des gardes du cheikh Abdel Wahed, un certain Mohammed Hussein Merheb, lui aussi partisan du député du Futur Khaled Daher, a succombé à ses blessures.

« L’armée libanaise a confisqué les armes qui étaient à bord des deux voitures du cheikh Abdel Wahed, et les députés d’Akkar se sont réunis à Halba pour publier un communiqué sur l’incident », précise-t-on aussi de même source.

Un soldat de l’armée blessé des tirs provenant des deux voitures

Selon la chaine de télévision libanaise OTV, un soldat de l’armée a été blessé par les tirs des hommes armés présents à bord d’une voiture du convoi du cheikh précité. Le convoi est formé de dix voitures.

« Huit hommes armés, dont Abdel Wahed étaient à bord des deux voitures Jeep. Des armes M4 y ont été trouvées et confisquées par l’armée », a indiqué le correspondant de la chaine OTV. Sachant qu’Abdel Wahed avait attaqué auparavant Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Lutfallah II : L’affaire qui embarrasse la FINUL

Posted by jeunempl sur mai 7, 2012

Walid Raad – L’Hebdo Magazine

Le navire battant pavillon de la Sierra Leone, intercepté par la marine libanaise le 27 avril, a capté l’attention des observateurs. Stupéfaction et inquiétude devant l’importance de la cargaison d’armes, saisie à bord, suffisante pour équiper une petite armée. Comment ce navire a-t-il pu passer à travers les mailles des filets israéliens et onusiens?

Le trajet du Lutfallah II, à bord duquel une importante cargaison d’armes, sans doute destinées aux insurgés syriens a été découverte, est des plus surprenants. Le cargo a quitté le port d’al-Khamss, en Libye (situé à 120 kilomètres de Tripoli), s’est d’abord dirigé vers le port d’Alexandrie, en Egypte, a ensuite fait escale dans le port turc de Mersin, avant de mettre le cap vers sa destination finale, le Liban. La suite est bien connue: le navire transportait 150 tonnes d’armes et de munitions destinées aux opposants syriens, qui devaient leur être acheminées via la région de Wadi Khaled, au Liban-Nord. Il s’agit de plusieurs milliers de fusils mitrailleurs russes, Kalachnikov, et américains, M16, des lance-roquettes de divers types, des canons de mortier de 120 mm, des munitions et des explosifs.

Des sources proches de la majorité ont assuré que l’opération a été montée avec la complicité de partis libanais sympathisant avec la révolte syrienne, et que les armes devaient être transportées par ces mêmes partis vers la région frontalière. Mais d’autres ont nié ces informations, affirmant que seuls des citoyens syriens seraient impliqués dans ce trafic. Pour le moment, aucun indice ne prouve l’implication d’acteurs libanais, et l’interrogatoire des onze personnes arrêtées, dont l’agent Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Liban : découverte d’une importante quantité d’explosifs à Achrafieh

Posted by jeunempl sur avril 26, 2012

(L’Orient le Jour)

Les forces de sécurité ont découvert une énorme cache d’armes dans le dépôt de l’immeuble Zeidane dans le quartier de Jeitawi, à Achrafieh, a rapporté jeudi soir la chaîne de télévision al-Jadeed. A l’intérieur du dépôt, les forces de l’ordre ont trouvé 33 engins contenant 200 grammes d’explosifs, ainsi que plus de 37 kilos de TNT, une mine anti-personnelle israélienne de type M4 et une quantité de munitions pour armes automatiques.

Selon al-Jadeed, chacun des propriétaires de l’immeuble, Kamal et Ahmad Zeidan, possède une clé du dépôt, « mais aucun d’eux n’était au courant de la cache ». La découverte des explosifs a été rendue possible grâce au concierge de l’immeuble qui l’a trouvée en faisant le ménage du dépôt, précise la chaîne.

La chaîne OTV a, de son côté, ajouté que des photos montrant des membres des Forces libanaises effectuant des entraînements militaires ont également été trouvées dans le dépôt. La chaîne du Courant patriotique libre du général Michel Aoun a par ailleurs indiqué qu’un important membre des FL réside dans l’immeuble Zeidane.

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce que symbolise la dissolution des «Forces Libanaises»… loin des slogans et des émotions

Posted by jeunempl sur avril 5, 2012

Jad Abou Jaoudé
Traduit par Tayyar Intishar

Il est certain que la dissolution du «Parti des Forces libanaises» le 23 Mars 1994 fut un crime à la fois moral, constitutionnel, juridique et politique, comme la torture des personnes qui lui étaient affiliées avant et après la «dissolution», loin de tout « prétexte » de sécurité.

Il est certain aussi que la responsabilité morale, constitutionnelle, juridique et politique de la dissolution du parti des « Forces libanaises » revient à l’autorité de la tutelle syrienne qui a couvert la résolution, ainsi qu’au pouvoir exécutif libanais qui a pris cette décision et l’a mise en application.

Il est de notoriété publique que le pouvoir exécutif libanais ayant pris la décision et mise en application, était composé de l’ancien Président de la République feu Elias Hraoui, l’ancien Premier Ministre feu Rafic Hariri et des ministres du gouvernement libanais consentant à « la dissolution » -dont la plupart est aujourd’hui devenue alliée des Forces libanaises dans le rassemblement du 14 Mars- en plus des outils militaires et sécuritaires qui ont mis en œuvre la décision…

Ceci, dans le passé…
Dans le présent, avant d’être une occasion pour se rappeler de ce qui s’est passé dans les années 90, « les membres des Forces Libanaises » sont invités aujourd’hui – comme tous les jours – à réfléchir sur la signification réelle du 23 Mars 1994.

En politique, le 23 Mars 1994 est une déclaration claire de l’échec total de l’itinéraire de Samir Geagea prise à partir de 1988. Ce dernier a conduit en fin de compte à la légalisation de l’occupation syrienne du Liban d’abord, puis Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Géneral, Liban dans l'Histoire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :