Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘Mezze’

Le Buzz de Facebook: La Food War est relancée à Harvard

Posted by jeunempl sur novembre 6, 2012

Libnanews

La guerre de la Bouffe est relancée aux USA, à la Harvard Business School entre les Pays Arabes et Israël après la fameuse bataille des records des Hommos et des Tabbouleh géants entre le Liban et l’Etat Hébreux.

Ainsi, selon des ressortissants libanais effectuant leurs études dans la célèbre université située à proximité Cambridge dans le Massachusetts et connue pour former une grande partie des futurs décideurs américains ainsi que pour la culture générale de son personnel, un buffet intitulé « Station Mezze Israélien » a été installé dans un des restaurants universitaires. Sauf que le menu proposé, selon les étudiants du Pays des Cèdres n’a rien d’Israélien mais comporte plutôt différentes recettes empruntées aux pays arabes.

Selon la liste établie par Sara el Yafi, on peut constater pêlemêle que le Harissa est une sauce tunisienne et libyenne, le couscous d’origine maghrébine alors que le plat servi et présenté comme étant un couscous israélien serait en fait le Maftoul d’origine Palestinienne, le Fattouch d’origine arabo-turc, tout comme le Hommos.

L’étudiante libanaise s’interroge également sur le cas du Halloumi, un fromage chypriote

4. Halloumi (χαλούμι) is a Cypriot semi-hard, unripened brined cheese made from a mixture of goats’ and sheep milk. It’s not even ARABIC. So seriously, your « fuck-you » is not even centered around Arabs, it’s going west. –> Until Cyprus becomes another conquered Israeli territory, Halloumi is considered NOT Israeli.

Le Halloumi est un fromage mi-dur, non affiné fabriqué à partir de la saumure de lait de chèvres et de moutons. il n’est même pas arabe (…) Jusqu’à ce que Chypre ne soit devenu un autre Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Posted in Culture & Société, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Eten en Drinken in Libanon

Posted by jeunempl sur juin 17, 2010

De Standaard

Libanese keuken

Mezze. Dat is het woord dat je moet onthouden wanneer je Libanees gaat eten. Vergelijk het een beetje met de tapa’s in de Spaanse keuken: minigerechtjes die op tafel gezet worden en waarvan iedereen wat neemt. Prikken met een vork of met een stuk brood, al heeft Libanees brood eerder de vorm van dunne pannenkoeken. Mezze eten is een groepsgebeuren. Je hebt er warme en koude, op basis van vlees en van vis, en vegetarische. Klassiekers zijn hummus (een gladde mousse van kikkererwten), baba ghanoush (auberginepuree) en tabouleh (een peterselieslaatje). Maar onthoud ook fattoush (een slaatje met broodkorstjes), gegrilde haloumikaas, soujouk-worstjes, falafel (kikkererwtenkroketjes), kibbeh (een vleesgerecht met lamsgehakt en bulgur) en met kaas gevulde bladerdeegpijpjes.

Belgen hebben nogal eens de neiging om mezze als voorgerecht te nemen en dan nog een hoofdgerecht te bestellen. Dat is niet altijd een goed plan. Om te beginnen is er het Walibi-effect: je wilt alles tegelijk, kiezen is lastig. Waardoor de honger natuurlijk weg is na het voorgerecht. Terwijl mezze net veel typischer en gevarieerder zijn dan de hoofdgerechten, en een leuke kennismaking met de rijkdom van de Libanese keuken. De hoofdgerechten zijn eerder eenvoudig, maar altijd karakteristiek gekruid. Vlees- en visgrillades zijn typisch, maar ook peulvruchten – vooral bonen en linzen die verwerkt worden in soepen en stoofschotels.

De drank is traditiegetrouw arak, een koud geserveerde alcohol die het liefst wordt aangelengd met flink wat water. ‘Dat is een traditie die nog van vroeger komt’, zegt jurylid Tony Nawar, ‘toen er meer dan nu rauw vlees op het menu stond. De alcohol moest eventuele bacteriën in het vlees doden. Pas de laatste jaren, nu expats naar eigen land terugkeren, zie je jonge wijnhuizen opduiken, en daar zitten er echt wel goeie tussen. Onthoud bijvoorbeeld chateaux als Musar, Kefraia, Ka, Fakra, Clos St.-Thomas of Domaine Wardy. Al kun je ze in België niet altijd gemakkelijk krijgen, en als dat wel het geval is zijn ze door de importrechten vaak erg duur.’ Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral, Nederlands, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Le Liban que j’aime !

Posted by jeunempl sur juillet 25, 2009

Francois Couplan – Ibrahim el Ali – Blog

Voyage d’un ethnobotaniste au Liban : François Couplan

Attention, se rendre au Liban peut s’avérer dangereux ! Mais cette mise en garde n’est pas à prendre au sens où l’on pourrait l’entendre. Si la situation politique est toujours volatile dans la région, là ne réside pas le plus grave risque. À mon sens, c’est surtout l’addiction résultant d’un séjour, même bref, au pays des cèdres qui peut se montrer douloureuse… L’hospitalité, qui reste en Occident une notion très vague, est ici mise en pratique au quotidien. Les Libanais sont profondément heureux de faire découvrir à leurs hôtes leur pays et leurs traditions, et de partager avec eux des moments conviviaux pour le simple plaisir d’être ensemble.

La beauté de la contrée n’est pas l’un de ses moindres atouts. Le Liban est un pays de montagnes. Partant de la côte, l’altitude augmente rapidement le long les pentes des monts du Liban qui atteignent plus de 3000 m au nord de la chaîne. Les crêtes et les terrasses de cette façade maritime sont parsemées d’innombrables villages qui se développent anarchiquement. Mais la majorité de la population se concentre dans les villes de la côte : Trablous (Tripoli), Jbeil (Byblos), Saïda (Sidon), Sour (Tyr), et surtout la chaotique métropole de Beyrouth, sans doute la ville la plus animée du Proche-Orient.

À l’est de la première chaîne s’étale la vaste plaine de la Bekaa, cultivée depuis des millénaires, puisque cette région faisait partie du « croissant fertile » où naquit l’agriculture. Certaines des Graminées et des Légumineuses sauvages figurant parmi les premières plantes à avoir été Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Souk el Tayeb : voyage en terre saine

Posted by dodzi sur février 27, 2009

Iloubnan.info

BEYROUTH, Par Greg Demarque

reportage

Souk el Tayeb

Sur le parking en face de l’église Saint-Maron à Beyrouth, les samedis sont résolument bio. C’est ici, tout près de Saïfi village, que se posent chaque semaine les quelque vingt stands qui forment le Souk el Tayeb, un marché « bio » rassemblant depuis quatre ans des producteurs de toutes les régions du Liban. Entre les étalages règne une atmosphère conviviale, et assez familiale, avec une clientèle plutôt aisée et un peu « bo-bo ».

Légumes verts, salades, pommes de terre, tomates, herbes fraîches aromatiques, jus de raisin, de grenade, d’orange, pressés à la demande, miel, pâtisseries orientales, fruits confits, olives, conserves de légumes artisanales, labbné… ou encore man’ouchis fabriqués sur le sage, devant des clients qui en salivent d’avance.

Tous ces produits, provenant de toutes les régions du Liban, font chaque semaine le voyage jusqu’à Beyrouth en plein quartier d’Achrafieh.

Certains produits sont certifiés «bio» : un prospectus explique sur les étalages que ce label est délivré par le ministère de l’Agriculture. D’autres sont simplement vendus en tant que produits fermiers. Le marché Souk el Tayeb a été lancé il y a quatre ans par le Libanais Kamal Mouzawak, également rédacteur gastronomique auteur d’un glossaire gourmand des produits et plats du terroir du Liban publié dans le guide touristique A complete insiders guide to Lebanon (de Cherine Yazbeck et Carole Corm, Editions Souk el Tayeb, 2008). Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Des mezze comme au Liban

Posted by jeunempl sur juillet 29, 2008

(La Presse – Robert Beauchemin)

Le contact étroit avec la culture libanaise et, surtout, sa cuisine, a fait de nous des adeptes. Au Québec, pas un placard qui n’ait son pot de tahini, pas un buffet qui ne compte sa jarre de hoummos ou de baba ghanouj.

Spontanée, simple et fraîche, la cuisine libanaise n’est jamais aussi connue que par ses mezze, une série de petits plats qui seraient l’équivalent de l’entrée et de l’amuse-bouche si on les servait au même moment. Le mezze se compose de tout ce qu’on a sous la main, légumes frais ou secs, herbes, noix, viandes et volaille, et se décline surtout en miniatures qu’on dépose sur la table. Plus il y a de convives, plus il y a de plats différents.

Les Libanais aiment à croire qu’ils ont perfectionné cet art des miniatures, en ajoutant de nouveaux plats et en réinventant les anciens, à chaque génération. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :