Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘luxe’

Le Liban séduit les français

Posted by jeunempl sur septembre 30, 2010

Business Travel

Le Liban a enregistré une hausse de 14%  des arrivées de touristes français de janvier à août 2010. Beyrouth redevient un ville chic et branchée avec l’ouverture de plusieurs hôtels de luxe.

97844 français se sont rendus au Liban entre le 1er janvier et le 31 août 2010, soit une hausse de 14% par rapport à 2010.

Il faut dire que ce pays a tout pour plaire avec sa communauté francophone (la moitié des habitants parlent français), ses sites historiques comme l’ancienne ville phénicienne de Baalbek ou Byblos, ses paysages variés et son climat idyllique, dont viennent d’ailleurs profiter de nombreux touristes du Golfe Persique en été pour échapper à la chaleur.

Le pays a vu arriver deux nouveaux hôtels de luxe, le Gray Beyrouth, un hôtel design de 87 chambres et suites avec un restaurant à ciel ouvert offrant une superbe vue sur la ville et l’hôtel Four Seasons Beyrouth situé près de la Marina.

Ce dernier comprend 230 chambres dont 60 suites avec de grandes terrasses avec vue sur la Mediterranée ou la vieille ville.

Beyrouth, le Paris du Moyen-Orient renait depuis quelques années et le futur s’annonce plein de promesses avec l’arrivée prochaine d’un nouvel Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sauver les derniers joyaux architecturaux de Beyrouth

Posted by jeunempl sur septembre 24, 2010

Angola Press

Beyrouth - patrimoine

A  l’heure où les belles demeures traditionnelles de Beyrouth se réduisent comme peau de chagrin, les consciences se réveillent -trop tard- pour sauver le peu qui reste d’un patrimoine malmené par la frénésie immobilière et la complicité des hommes politiques.

« Beyrouth était une ville-jardin, avec des maisons à l’architecture exquise. C’est devenu un amas de constructions d’un ennui mortel », regrette Yvonne Sursock Cochrane, 88 ans. Elle est l’une des rares propriétaires d’une superbe demeure héritée de son illustre famille beyrouthine. « On détruit les oeuvres les plus belles qui, à l’étranger, seraient intouchables », dit-elle à l’AFP.

Ces oeuvres, ce sont des villas au style ottoman ou vénitien du XIXe siècle ou des maisons au style colonial datant du mandat français (1920-1943) avec des façades aux triples arcades adornées d’enluminures, des toits en tuile, des halls somptueux et des jardins où embaume le jasmin.

Après la guerre civile au Liban (1975-1990) et le chantier de reconstruction, des tours d’appartements de luxe se sont implantés en plein coeur de quartiers dits « à caractère traditionnel », faisant disparaître de centaines de bijoux du patrimoine. Des 1.200 recensés en 1995 uniquement autour du centre-ville, il n’en reste plus que 400 répertoriés.

« Les Libanais se sont habitués à cette laideur », martèle Pascale Ingea, militante dans « Save Beirut Heritage », une initiative lancée en 2010. Pascale a vu de son balcon comment un palace de 200 ans qui la faisait rêver quand elle était petite a été détruit pierre par pierre. « C’est un tissu socio-urbain qui est en train de disparaître. Beyrouth ressemble à une ville qui n’est plus la nôtre », lâche cette peintre de 33 ans.

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les dépensiers du soir : La valse des milliards

Posted by jeunempl sur août 9, 2010

L’Hebdo Magazine -Mona Alami

Champagne et paillettes, soirées déjantées de rigueur… A Beyrouth, le tourisme de luxe se porte particulirement bien. Zoom in.

Dans l’une des boîtes branchées de la capitale, la musique est interrompue durant quelques secondes, le temps, pour une bouteille de champagne, de traverser les flots de noctambules, illuminée par des feux de Bengale, pour être servie à la table VIP. «Une bouteille de six litres de vodka Belvédère est vendue à environ 3 000 dollars, celle de champagne; de 12 litres, à 6 000 dollars. Les dépenses encourues par une seule table peuvent s’élever certains soirs, entre 10 000 et 50 000 dollars américains», précise le barman de l’une des boîtes de nuit les plus à la mode du Liban, s’exprimant sous couvert d’anonymat. Le pays du Cèdre semble attentif aux besoins de la jet-set libanaise expatriée qui vient dépenser sans compter dans les restaurants et les plages en vogue, au rythme de la musique électronique.

«Le Liban s’est démarqué, ces dernières années, dans le segment tourisme de luxe», signale Naji Morcos, associé du cabinet de conseil en hôtellerie Hodema. Près d’un milliard de dollars ont été récemment investis dans Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Georges Corm: « Le Liban n’est pas Monaco ou Dubaï. Il a quatre millions d’habitants à nourrir »

Posted by dodzi sur février 24, 2010

Iloubnan.info

Par Anne Ilcinkas

Le Liban doit-il adhérer ou pas à l’OMC? Pour Georges Corm, ce n’est pas la question. L’ ancien ministre des Finances libanais dénonce l’économie de rente qui règne dans le pays et appelle à un changement de société. Empêcher la fuite des cerveaux, c’est l’une des grandes mesures à prendre pour rendre le Liban compétitif selon lui. Eclairage.

iloubnan.info : Le Liban a-t-il intérêt à adhérer à l’OMC?

Georges Corm : Aujourd’hui, tout le monde adhère à l’OMC. Les pays qui ne le font pas sont pointés du doigt et n’ont pas très bonne presse dans la communauté internationale. Alors oui, il vaut mieux adhérer. Mais le Liban n’est pas préparé pour tirer profit de cette adhésion. C’est une évidence.

Aujourd’hui, adhérer à l’OMC, pour le pays, cela n’avance ni ne retarde quoique ce soit. Le problème n’est pas d’adhérer ou non. Le problème c’est de changer de politique économique. Il faut dynamiser l’économie du pays et ce n’est pas l’adhésion à l’OMC qui a un effet dynamisant, mais des capacités et une volonté internes.

D’ailleurs, aucun des pays qui a réussi dans l’économie mondiale n’a appliqué les recettes néolibérales. C’est d’une naïveté intellectuelle sans limites de le penser. La crise l’a démontré.

De plus, nos tarifs douaniers ont considérablement baissé, une baisse qui s’accentuera encore plus sous l’effet des accords de libre échange déjà signés par le Liban, notamment l’adhésion à la zone de libre échange arabe (GAFTA), ou au partenariat Euromed, sans compter les nombreux accords bilatéraux signés. Le Liban a déjà tout cédé. Il a signé des accords souvent désavantageux pour l’économie du pays avec l’Arabie saoudite, la Jordanie, l’Egypte, Bahrain et d’autres. Le pays a choisi d’abandonner toute ambition dans le domaine de ses propres capacités compétitives dans l’économie mondiale. Tout l’afflux de capitaux reçus depuis 20 ans n’a pas été investi dans l’économie productive, mais dans le secteur foncier de luxe et les deux secteurs bancaire et touristique. Cela a produit une prospérité extrême dans une économie aux dimensions de 50 km2, centrée sur les quartiers chics de Beyrouth et quelques centres d’estivage courus dans le Mont Liban. Mais le Liban a un territoire de 10 452km2. Ce n’est pas Monaco ou Dubai. Il a quatre millions d’habitants à nourrir. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Beyrouth veut redevenir une vitrine du luxe du Moyen-Orient

Posted by dodzi sur novembre 23, 2009

Iloubnan.info

Détrôné par Dubaï au fil des ans, Beyrouth compte redevenir une destination privilégiée pour le luxe au Moyen-Orient, avec l’implantation de grands noms tel Dior ou Louis Vuitton, et des « souks » modernes qui offriront le nec plus ultra du shopping.

 

« Le luxe grignote davantage d’espace et s’étend comme une tâche d’huile », dit Guillaume Boudisseau, de la société de conseil immobilier Ramco à Beyrouth. Le centre-ville inaugurera prochainement ce qui était, il y a 20 ans, un champ de bataille en pleine guerre civile: ses anciens souks populaires, reconstruits par le géant immobilier Solidere dans une version plus sophistiquée pour plus de 100 millions de dollars. Aux côtés de marques grand public, ces souks –400 projets de magasins, dont 49 de bijoux–, compteront des enseignes tel Yves Saint Laurent, Chloé, Burberry ou Vivienne Westwood. Ils jouxtent les rues Foch et Allenby, sortes d’avenue Montaigne ou de Sloane Street, qui accueilleront également de nouvelles marques de luxe. « Le centre-ville est le passage obligé pour le luxe au Liban », constate M. Boudisseau, en référence aux marques déjà implantées telles Armani, Berluti, aux maisons de célèbres couturiers libanais comme Elie Saab et Zuhair Murad, et aux appartements à plus d’un million de dollars du front de mer, où se dressent les hôtels les plus chers du Liban. « Beyrouth va devenir une destination de choix jusqu’à récupérer sa place d’ici à deux ans », avance Tony Salamé, PDG d’Aïshti, le groupe libanais qui a le plus de contrats de franchise dans le luxe. Selon lui, le marché à Beyrouth augmente à près de 15% en rythme annuel, avec des clients n’hésitant pas à dépenser jusqu’à 200.000 dollars par saison.

 

Surnommé le « Paris du Moyen-Orient » dans les années 1950-60, Beyrouth s’est imposé de nouveau comme la vitrine du luxe dans les années 90, malgré le marasme économique. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :