Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘logiciels’

Piratage et droits d’auteur : des obstacles majeurs au développement économique du Liban

Posted by jeunempl sur février 29, 2012

Le Commerce du Levant

L’Alliance internationale pour la propriété intellectuelle (IIPA) a demandé au département américain du Commerce de maintenir le Liban sur la liste des pays à surveiller en matière d’infractions graves et de violation des droits d’auteur et de la propriété intellectuelle. L’IIPA est une organisation regroupant plus de 1900 entreprises qui produisent et distribuent du matériel protégé par les droits d’auteur à travers le monde.

La requête de l’IIPA faite aux Etats-Unis s’inscrit dans le cadre de ses recommandations consignées dans son rapport annuel « Special 301 » qui couvre le problème du copyright dans 41 pays. Selon le rapport, le Liban fait partie d’une liste de 22 pays « à surveiller » en matière de respect de la propriété intellectuelle, au même titre que l’Egypte, l’Arabie saoudite, Israël et la Turquie dans la région.

D’après l’IIPA, le piratage demeure un obstacle significatif au développement des entreprises au Liban en dépit des progrès réalisés par les autorités pour lutter contre ce type de fraudes. L’organisation a en outre cité des problèmes tels que le piratage des logiciels d’entreprise qui continuent de causer d’énormes pertes aux éditeurs de logiciels, le piratage d’ouvrages sous la forme de photocopies illégales aux alentours des campus universitaires, la piraterie au détail (films, musique, jeux vidéo).

Par ailleurs, l’IIPA a constaté une augmentation de dispositifs de piratage sur Internet et les mobiles, et la vente de Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Posted in Culture & Société, Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Liban, petit royaume du piratage

Posted by dodzi sur février 23, 2009

AFP/iloubnan.info

reportagePlus de 50% des CD, DVD et logiciels vendus au Liban ne sont que des copies : c’est ce qu’affirme un récent rapport de l’Alliance internationale pour la propriété intellectuelle (IIPA). Selon les instances gouvernementales libanaises concernées, cette situation serait l’une des principales causes empêchant le Liban d’adhérer à l’Organisation mondiale du commerce. Les cinémas libanais se sentent quant à eux menacés d’extinction.

Tarek ne se déplacera pas aujourd’hui pour aller voir « Walkyrie » ou « Revolutionary Road » au cinéma: comme la plupart des Libanais, il peut les voir sur son canapé pour un dollar, grâce à un piratage galopant qui nuit à l’économie du pays. « Pourquoi paierais-je 30 dollars pour m’acheter un film alors que je peux en obtenir une copie à trois dollars? », dit cet adolescent en parcourant un paquet de copies des derniers succès d’Hollywood dans une échoppe de Beyrouth. Selon un récent rapport de l’Alliance internationale pour la propriété intellectuelle (IIPA), plus de 50% des CD, DVD et logiciels vendus au Liban sont des copies. « Cette situation est l’une des principales causes empêchant le Liban d’adhérer à l’Organisation mondiale du commerce » (OMC), assure Wissam al Aamil, responsable au département de la protection de la propriété intellectuelle rattaché au ministère de l’Economie. Il y a quelques années, la société Microsoft voulait installer son centre régional à Beyrouth, mais ce phénomène l’en aurait dissuadé. Pour les professionnels du 7e art, le piratage a eu un effet dévastateur. Les cinémas libanais, souvent déserts, « ont vu leur chiffre d’affaires diminuer de plus de 50% en 10 ans », déplore Bassam Eid, directeur de production pour Cinémas Empire et agent de Columbia/Sony et 20th Century Fox. « Pour moi, ils sont menacés d’extinction », dit-il. Sous le nez des policiers, les disques piratés sont vendus à la sauvette et même dans des boutiques ayant pignon sur rue, avec des façades aussi alléchantes que n’importe quel magasin de CD et de DVD qui se respecte. « Comment voulez-vous que je gagne ma vie si je vends des films ou des CD originaux? », demande « Karim », un vendeur qui s’exprime sous un faux nom. « Regardez, dit-il en montrant des caisses au coin de son magasin. Cela vaut 5.000 dollars et ils sont là depuis une éternité! » Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :