Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘légitimité’

Nouvelle polémique autour du Tribunal spécial sur le Liban

Posted by jeunempl sur octobre 29, 2010

RFI

Recevant, ce jeudi 28 octobre, le président du Parlement libanais, Nabih Berri, le président français Nicolas Sarkozy a réaffirmé son soutien au Tribunal spécial sur le Liban (TSL) chargé de faire la lumière sur l’assassinat du Premier ministre libanais Rafic Hariri, le 14 février 2005, à Beyrouth. La prise de position de Nicolas Sarkozy intervient après qu’hier des enquêteurs du TSL se sont vus empêcher l’accès à des dossiers dans une clinique de la banlieue du sud de Beyrouth, bastion du Hezbollah, après une altercation avec des femmes. La légitimité du TSL est de plus en plus contestée par l’opposition libanaise, le mouvement chiite Hezbollah en tête.

Pour le Hezbollah, la venue des enquêteurs dans la banlieue sud est une provocation. Une preuve de plus que l’accusation s’oriente dans sa direction après avoir été focalisée sur Damas.

Le Tribunal spécial s’est en effet construit sur la conviction internationale que la Syrie était responsable de l’assassinat du Premier ministre libanais Rafic Hariri en 2005. La certitude s’est altérée avec notamment la volonté diplomatique d’éloigner la Syrie de l’Iran et du Hezbollah. Et finalement, le fils du défunt, l’actuel Premier ministre Saad Hariri a pris le chemin de Damas. Il continue de soutenir le TSL. Mais, en septembre dernier, Hariri a déclaré que les accusations contre la Syrie étaient purement politiques et ne se justifiaient plus.

Entre temps, des témoins à charge présentés par la commission d’enquête internationale ont été désavoués. L’opposition demande d’ailleurs qu’ils comparaissent devant la justice libanaise, cette fois. C’est l’avis par exemple du général chrétien Michel Aoun. Il estime que le Tribunal international hypothèque la souveraineté libanaise. Et l’affaire des faux témoins alimente une crise politique comme celle de 2006 qui avait provoqué la démission des ministres chiites du Hezbollah et du parti Amal de Nabih Berri, le président du Parlement.

C’est à nouveau l’équilibre libanais qui vacille dans la polémique sur le Tribunal spécial.

Publicités

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quel avenir pour la loi électorale libanaise ?

Posted by jeunempl sur avril 25, 2010

Par Dory Moutran – MPLBelgique.org

A l’issue des débats autour de la réforme de loi électorale (en vue des élections municipales de mai 2010) qui s’est soldée par un échec, il est important à présent de faire un pas en arrière afin de réfléchir quant à l’avenir des lois électorales au Liban, loin de toute politisation et surenchère. Les partis l’ayant fait chuter, évoquant souvent des prétextes, tels que la complexité de la loi, le temps trop court pour les mettre en application, ou même l’électeur, qui ne réussirait pas à la comprendre.

Et pourtant il s’agit d’une loi qui aurait fait avancer le Liban vers une démocratie plus consensuelle, voir tout simplement vers une démocratie, car la loi en vigueur actuellement, tant pour les législatives que pour les municipales, est tout sauf démocratique et représentative. Et la représentativité est importante. La majorité actuelle se lasse de l’argument souvent cité par l’opposition, qui prétend avoir obtenu un plus grand nombre de voix que le mouvement du 14 mars. Et pourtant, l’argument est de poids : comment une coalition peut-elle remporter des élections, alors qu’elle ait obtenu un nombre inférieur de voix ? Et la légitimité du parti gagnant est-elle remise en question dans ces conditions ? Et comment éviter ce genre de scénario à l’avenir ?

Loin de nous intéresser aux accusations liées aux fraudes – vote des expatriés, achats de voix, transferts de registres civils, etc. – nous nous intéresserons particulièrement aux résultats officiels de ces élections, ainsi qu’à la loi électorale qui a décidé de la répartition des sièges au parlement. Nous examinerons pourquoi la loi, dite « de 1960 », appliquée lors des élections législatives de juin 2009, et étant ressuscitée comme un consensus lors des pourparlers de Doha en mai 2008, ne peut nous offrir qu’une solution temporaire aux conflits interlibanais, intrinsèquement liés à la participation gouvernementale d’un parti – mais également à la part de chacun dans ce gouvernement. Elle n’offre rien de neuf, ne serait-ce qu’elle atténue légèrement les effets déséquilibrant de la loi de 2000, surnommée « loi Hariri-Kanaan ».

Nous explorerons par la suite les alternatives à la loi actuelle, et leurs applicabilités dans le contexte libanais. Le scrutin majoritaire uninominal et la représentation proportionnelle étant les deux systèmes les plus utilisés dans les pays démocratiques, nous exposerons les avantages et les inconvénients de chacun.

Enfin, nous nous attarderons sur la politisation des débats qui ont entouré la réforme manquée de la loi électorale pour les municipales, les partis ayant agi par égoïsme plutôt que par intérêt général. Nous ne manquerons pas non plus d’expliciter la problématique de la municipalité de Beyrouth.

Les inconvénients de la loi 1960

Le scrutin majoritaire plurinominal ou le vote en bloc

Le système électoral libanais est basé sur le système majoritaire, mais il ne peut cependant être comparé aux systèmes majoritaires utilisés dans les démocraties occidentales, ceux-ci étant basés sur la circonscription uninominale, soit un siège par circonscription – les Etats-Unis ou le Royaume-Uni à un tour, la France à deux tours. Les circonscriptions libanaises étant de taille moyenne, c’est-à-dire comportant plusieurs sièges chacune – allant de 2 à Becharré Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Nos articles | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mahmoud Abbas en quête de légitimité

Posted by jeunempl sur août 5, 2009

Monique Mas – RFI

Clarifier son message politique, définir une stratégie dans les négociations avec Israël, sinon refaire l’unité palestinienne, tels sont les sujets brûlants à l’ordre du jour de ce congrès du Fatah dont le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas attend un regain de légitimité. Vingt ans après son dernier congrès, en 1989, sous son père fondateur Yasser Arafat, alors en exil à Tunis, le Fatah a en effet perdu sa place de chef de file incontesté de la lutte de libération des Palestiniens. Pire encore, l’Autorité palestinienne s’est transformée en coquille vide depuis que le Hamas islamique à chassé le Fatah de Gaza en juin 2007. Et pour son président, Mahmoud Abbas, l’enjeu est donc aussi de reconquérir une majorité électorale aux scrutins législatif et présidentiel qu’il appelle de ses vœux d’ici fin janvier 2010.

Mahmoud Abbas a voulu battre le rappel de la diaspora des délégués du Fatah dans la cité emblématique de Bethléem, en Cisjordanie, son camp retranché depuis que le Hamas fait bande à part à Gaza. Ce faisant, le mouvement islamique l’a confiné à Ramallah, lui déniant toute autorité après avoir emporté les législatives haut la main en 2006, deux ans après la mort de Yasser Arafat, le père charismatique d’un Fatah miné par la division et discrédité par la corruption de ses élites. Vingt ans après son précédent congrès tenu dans l’exil de Tunis sous la férule d’Arafat, le Fatah n’est plus le fer de lance de la lutte de libération des Palestiniens. Mahmoud Abbas ne peut plus l’ignorer même si Occidentaux et Israéliens ont choisi de l’appuyer contre les islamistes diabolisés du Hamas.

Rhétorique diplomatique pour un pouvoir en trompe l’oeil

Sur ses Territoires grignotés un peu plus chaque jour par une colonisation israélienne qui se poursuit sans désemparer, quinze ans après des accords d’Oslo jamais appliqués, l’Autorité palestinienne est rien moins qu’un pouvoir en trompe l’œil dans un Etat virtuel de plus en plus hypothétique. Quant au Fatah, il n’est plus que Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :