Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘Kamal Hayeck’

Fin du sit-in des journaliers, tout le monde a gagné …

Posted by jeunempl sur août 4, 2012

(L’Orient le Jour)

Le chef de la Confédération générale des travailleurs, Ghassan Ghosn, a annoncé vendredi au nom des journaliers de l’Electricité du Liban (EDL) qu’un accord a été conlcu pour mettre un terme au sit-in que les journaliers observent depuis trois mois au siège central de l’EDL, à Mar Mikhaël, à Beyrouth.

Lors d’une conférence de presse, M. Ghosn a salué un accord représentant une « victoire pour les travailleurs » et a annoncé la levée du sit-in des journaliers de l’EDL et la reprise de leur travail.

Le comité de suivi des journaliers a pour sa part publié un communiqué dans lequel il annonce la fin du mouvement. « Nous allons lever notre sit-in mais nous poursuivrons nos réunions pour suivre l’application de l’accord », assure le comité.

Pour le ministre de l’Energie et de l’Eau, Gebran Bassil, la victoire est celle de « la logique de l’Etat et de la loi ». Le ministre a remercié, lors d’une conférence de presse, le président de la République Michel Sleiman pour sa « défense des institutions », et la direction d’EDL pour avoir « épargné au Liban un grand problème » en préservant l’autorité de l’Etat.

« Un accord politique clair et qui n’a pas besoin d’explications a vu le jour aujourd’hui. Ceux qui l’ont conclu ont la loi comme seule référence », s’est félicité M. Bassil dédiant cette heureuse fin à Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

De l’électricité en continu pour tout le Liban ?

Posted by jeunempl sur décembre 18, 2011

(Mariesol Rifai – L’Orient le Jour)

Réunis le temps d’une conférence, le ministre de l’Énergie et de l’Eau, le directeur général de l’Électricité du Liban et des experts économiques ont, tour à tour, exposé leur point de vue sur l’un des sujets les plus brûlants de l’actualité du pays : celui de l’électricité. La situation est tellement critique dans le secteur qu’il n’était presque pas question de courant 24h/24 autant que des moyens d’éviter le black-out dans quelques années.

De l’électricité en continu pour tout un pays… Cette phrase pourrait sembler banale en ce début de XXIe siècle, et pourtant, elle relève encore du rêve pour la grande majorité des Libanais qui subissent un rationnement électrique moyen de 14 heures par jour. Définir les principaux enjeux et problématiques du secteur de l’électricité, proposer des solutions et réunir autour d’une même table ses différents acteurs en vue d’une mise au point claire et intelligible de l’état d’avancement des réformes en cours : tels étaient les défis (relevés) de la conférence organisée hier par le think tank libanais, le Centre Issam Farès.

Un désastre économique, financier et social

Dans le dossier de l’électricité, nul besoin de disserter très longuement sur les causes et conséquences de la dégradation de la situation sans s’arrêter sur les chiffres de l’hémorragie financière subie par le Trésor public. « Celui-ci transfère l’équivalent de quelque 20 % du budget de l’État pour couvrir le déficit de l’Électricité du Liban (EDL). C’est la deuxième plus grande dépense après le service de la dette », a expliqué l’économiste Kamal Hamdan. D’autre part, le ministre de l’Énergie et de l’Eau, Gebran Bassil, a rappelé que les pertes annuelles engendrées pour la production de l’électricité s’élèvent à 6 milliards de dollars, soit près de 15 % du PIB.

Et ce désastre financier est accompagné d’un autre, économique et social, dû à une production énergétique largement en dessous de la demande nationale. « En 2010, la production maximale a atteint Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le projet de l’électricité au coeur de la deuxième séance des commissions communes

Posted by jeunempl sur septembre 19, 2011

D.H. – ANI

Les commissions communes de l’Administration, de la Justice, des Finances, du Budget, des Travaux publics et de l’Energie et des Eaux ont tenu mardi après-midi leur deuxième séance au Parlement pour discuter du projet de l’électricité, séance qui a été ajournée jusqu’à mercredi après maintes discussions qui n’ont pas mené à l’approbation dudit projet.

Le ministre de l’Energie et des Eaux Gebran Bassil, le ministre des Finances Mohammed Safadi, le PDG de l’EDL Kamal Hayek et plusieurs conseilleurs de ministres ont assisté à cette séance présidée par le député Robert Ghanem, en présence des députés membres des commissions concernées.

M. Bassil a d’abord tenté de répondre aux questions posées lors de la précédente séance, mais ses propos ont souvent été coupés par les députés des 14 Mars qui s’y opposaient.

Le député Samer Saadé a ensuite évoqué l’incident de Faraya et les poteaux électriques érigés sur ses terres sans permission, selon lui, ce qui a suscité un brouhaha dans la salle. Le député Ghanem est alors intervenu pour ramener les discussions au sujet principal, celui du plan relatif à l’électricité.

Les députés de l’opposition ont toutefois campé sur leurs positions, s’opposant au plan selon eux « plein de failles » et présentant plusieurs propositions concernant les Fonds de financement.
Le député Akram Chehayeb a estimé que « cette affaire politique par excellence doit être résolue loin des commissions parlementaires ». Les députés de la majorité ont, quant à eux, demandé à M. Ghanem de contrôler la situation afin que les réponses du ministre Bassil aux questions soient entendues.

Le député Jean Oghassapian, qui s’est exprimé à sa sortie du Parlement, s’est interrogé sur la stratégie que le projet de l’électricité adoptera, soulignant que M. Bassil devrait présenter au Conseil des ministres tous les détails sur son plan.

Le député Atef Majdalani a, pour sa part, abordé les questions relatives à la santé au niveau de l’électricité, notamment en ce qui concerne les lignes à haute tension traversant des zones habitées, critiquant M. Bassil et le Courant Patriotique Libre qui prétendent que ces lignes sont sans danger pour l’environnement et pour la santé et la sécurité des citoyens et appelant à ce que ces lignes soient souterraines pour éviter toute pollution électrique.

Le député Ibrahim Kanaan a noté que « la proposition du camp adverse au sujet de l’électricité est inacceptable parce qu’elle sépare les pouvoirs, ce que la loi ne permet pas aux parlementaires », accusant l’opposition de « ne pas vouloir l’électricité au Liban » et de jouer un rôle de blocage lors des séances des commissions.

Le député Ali Ammar a enfin dénoncé les agissements de l’opposition que  » use de revanchisme politique  » et qui « bloque le projet d’électricité », assurant que la majorité ne permettra pas de « faire passer des propositions visant à anéantir les prérogatives du ministre ».

Posted in Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Liban – Energie : malgré le manque de soutien du gouvernement, le ministre de l’Energie passe à l’action

Posted by jeunempl sur avril 15, 2010

MPLBelgique.org

Depuis son entrée en fonction, le nouveau ministre de l’Energie et des Ressources hydrauliques Gebran Bassil sait que le ministère des Finances n’est pas prêt à lui accorder le moindre centime pour combler le déficit de production d’électricité. Bassil s’était alors dans un premier temps lancé dans un travail de reconnaissance afin de restructurer la gestion de l’Energie.

C’est ainsi qu’il a commencé par supprimer dès le mois de mars les subventions annuelles au mazout. Ces dernières ne profitaient qu’aux trafiquants alors qu’elles étaient destinées à réduire les charges sur le citoyen. Cette mesure permet d’économiser près de 9 millions de dollars à l’état. Cette somme, le ministre a voulu la dédier aux premières mesures destinées en faveur des énergies renouvelables au Liban.

Quelles sont ces mesures et leur étendue à l’échelle nationale?

Grâce aux 9 millions de dollars dégagés, 3 projets ont été lancés pour promouvoir la réduction de la consommation électrique ainsi que l’utilisation des énergies renouvelables.

C’est ainsi qu’1 million de ménages libanais recevront chacun 3 lampes économes. Chacune de ces ampoules consomme 24 watts et remplacera une ampoule conventionnelle de 100 watts, permettant à chaque foyer d’économiser 28 dollars par an de facture énergétique. Le coût du projet est estimé à 7 millions de dollars et devrait permettre à l’état d’économiser 76 millions de dollars sur 4 ans. Autrement dit, si 15% de ces ampoules sont effectivement utilisées, une installation de 30 MW de puissance serait économisée, soit 2% de la production actuelle. A noter que cette mesure concerne essentiellement les consommations de nuit.

Le second projet consiste à subventionner les crédits à l’acquisition de chauffe-eau solaire, à hauteur de Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Dossiers, Economie, Géneral, Nos articles | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Gebran Bassil réussira-t-il son pari de réformer le secteur de l’énergie au Liban?

Posted by jeunempl sur février 16, 2010

MPLBelgique.org

Le nouveau ministre de l’Energie et de l’Eau, Gebran Bassil, avait été accueilli plutôt froidement par la nouvelle ministre des Finances dès l’entrée en fonction du nouveau gouvernement fin de l’année 2009.
« Si l’augmentation de la production électrique devra coûter 1 à 2 milliards de dollars, Bassil et son équipe feraient mieux de trouver un financement externe parce que le gouvernement est incapable d’assumer cette tâche », avait asséné Mme. Raya Haffar Hassan.

Du fait d’un déficit chronique depuis la fin de la guerre civile, le ministère de l’Energie et de l’Eau est dépendant du ministère des Finances, ce qui lui procure de facto une dépendance politique. La somme de 2 milliards de dollars représente pourtant un minimum pour réformer le secteur électrique au Liban et combler le déficit de production actuel, soit un tiers de la demande.

Le jeune ministre a alors débuté en envoyant plusieurs signes aux Libanais en faveur de toute initiative en direction des énergies renouvelables. Dès son entrée en fonction au mois de novembre, il adresse un message à l’Ordre des Ingénieurs dans lequel il place les énergies renouvelables au sommet de ses priorités, avant de révéler plusieurs projets dans ce sens le 15 décembre en coopération avec le PNUD et l’ALMEE.

Il s’est ensuite attaqué au problème de la répartition équitable de l’approvisionnement en électricité sur tout le territoire. C’est ainsi qu’il s’est déplacé au Nord dans les régions « politiquement privilégiées » de Minieh, Donnieh et Akkar, alimentées 24h/24, pour expliquer à la population locale que l’approvisionnement devait y être réduit au profit de la ville de Tripoli.

Au mois de janvier, le ministre Bassil contacte le ministre des Travaux Publics Ghazi Aridi et le ministre de l’Intérieur Ziad Baroud pour leur suggérer de coopérer sur un projet ayant pour objectif de réformer le secteur de l’éclairage public. Bassil souhaite effectivement remplacer les lampes actuelles par des Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Billets & Opinions, Dossiers, Géneral, Nos articles | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Bassil évoque un tarif spécial pour les plus démunis

Posted by jeunempl sur décembre 30, 2009

L’Orient le Jour

Le ministre de l’Énergie et de l’Eau, Gebran Bassil, a effectué hier une tournée d’inspection à l’EDL en compagnie du PDG de l’établissement Kamal Hayeck. Dans un mot de circonstance, le ministre Bassil a souligné l’importance d’une distribution équitable du courant électrique entre toutes les régions. Il a considéré que l’EDL est un grand chantier qui devrait être alimenté par des ressources humaines jeunes, rappelant que les postes vacants s’élèvent à près de 5 000 alors que la moyenne d’âge des employés est de 58 ans.

Il a également mis l’accent sur la nécessité de lutter contre la corruption ainsi que sur l’importance de mettre au point une stratégie qui prenne en considération la production, le transport, la distribution et la collecte, affirmant que la réhabilitation de l’EDL nécessite une décision politique.

Le ministre a aussi déclaré que les sociétés privées concessionnaires de l’électricité dans certaines régions doivent de l’argent à l’État, affirmant que les accords de concession sont obsolètes aujourd’hui et devraient être révisés. Il a affirmé que l’État ne peut continuer à couvrir la différence du coût de production, soulignant avoir entendu dire que les sociétés concessionnaires doivent à l’État quelque 40 milliards de livres.

Il s’est engagé par ailleurs à reconsidérer les tarifs appliqués aux industriels. Le ministre Bassil a aussi évoqué la possibilité d’un tarif spécial pour les tranches de la société les plus démunies, et ce, dans le but d’empêcher les branchements illicites sur les réseaux.

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :