Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

  • N'oubliez pas de visiter nos galeries d'images.

  • MPL Belgique

  • Rubriques

  • Actualités

  • Archives

  • Méta

Posts Tagged ‘Jérusalem-est’

Le voyage du Pape au Liban

Posted by jeunempl sur août 26, 2012

RPLFrance.org

Le successeur de Saint Pierre ne sera-t-il pas chez lui, lors de son séjour au Liban, où il se rendra à Beyrouth, dans cette échelle du Levant, non loin de la Galilée natale du père des pontifes ?

On ne saura sans doute pas si cela a été décisif dans l’initiative de Benoit XVI de se rendre au Liban pour clore symboliquement le synode sur le Moyen Orient, mais il a choisi d’aller à Beyrouth au détriment du Caire, de Damas et de Bagdad. Au détriment encore de Ryad dont le roi a été reçu, pour la première fois dans l’histoire de l’Arabie Saoudite, au Saint Siège, le 6 novembre 2007.

C’est donc à Beyrouth que le Pape s’adressera non seulement aux libanais, mais encore à tous les arabes et à l’ensemble des peuples du Moyen Orient, de l’Atlantique jusqu’à la vallée de l’Indus. Et il espère que son message sera entendu de tous, sans distinction de religion. Le Pape compte même s’adresser personnellement aux musulmans, pour leurs délivrer un message de paix, qui devrait faire taire bien des gens malintentionnés, qui souhaiteraient susciter la discorde entre les musulmans et le Saint Père, comme en attestent les dernières rumeurs prétendant qu’il serait antisémite, quand il ne serait pas islamophobe.

Cette visite, à laquelle le Vatican travaille consciencieusement, pourrait mettre fin au quiproquo qui entoure le Pape chez les musulmans, et permettre au dialogue avec Al Azhar de reprendre sérieusement, ce qui aurait des effets sensibles sur le sort des chrétiens d’Orient, soient arabes, perses, berbères, turcs ou qu’ils vivent dans les anciennes républiques soviétiques d’Asie centrale. Espérons en ce sens qu’une rencontre entre le pape et le mufti du Liban sera à l’ordre du jour, car il s’agit du chef musulman le plus à même d’agir dans le sens de la reprise du dialogue que le Vatican et Al Azhar ont conduit depuis de nombreuses années, et qui a été suspendu par l’université sunnite en novembre 2011, suite aux déclarations du Pape, après les attentats dont les coptes ont été victimes le même mois.

La reprise de ce dialogue aurait, en effet, pour conséquence de freiner les effets de la montée du wahabo-salafisme au sein des sociétés du Moyen Orient, puisque cela obligerait les deux parties à plus de bienveillance l’une envers l’autre. Cela signifie en clair que les récents régimes arabes seraient surveillés de plus près et qu’ils auraient ainsi toujours plus de pression, non seulement de la part du Vatican, mais encore de celle des autorités musulmanes historiques, et probablement de l’Arabie Saoudite, qui est certes wahabite, mais qui est très engagée dans le dialogue inter-religieux, dont elle est à l’origine, et qui pourrait vouloir dépasser le wahabisme dans la décennie qui a commencé, car, si cette doctrine a permis la fondation du Royaume, elle menace aujourd’hui son avenir, au regard des attentats revendiqués par des groupes salafistes, dont le pays a été victime.

Cela pourrait également avoir des conséquences sur la politique étrangère du Vatican, qui, si elle a toujours été décidée dans Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le gouvernement fait évacuer une maison occupée par des colons à Hébron

Posted by dodzi sur avril 6, 2012

AFP/France 24

Sur ordre du ministre de la Défense Ehud Barak, l’armée israélienne a expulsé ce mercredi une quinzaine de colons juifs qui occupaient une maison à Hébron, en Cisjordanie. Le gouvernement n’entend pas pour autant renoncer à la colonisation.

Le gouvernement israélien a fait évacuer mercredi des colons installés sans autorisation militaire dans une maison contestée à Hébron, mais annoncé son intention de légaliser plusieurs autres colonies sauvages en Cisjordanie occupée.

Au même moment, le ministère israélien du Logement publiait des appels d’offres pour la construction de 1.121 habitations, dont 1.002 dans des quartiers de colonisation à Jérusalem-Est, occupé et annexé, 180 dans des colonies de Cisjordanie et 69 dans le Golan syrien occupé.

« La police a achevé l’évacuation de la maison à Hébron, dont 15 personnes ont été sorties, des femmes, des enfants et quelques hommes. Il n’y a pas eu de blessé », a déclaré le porte-parole de la police israélienne, Micky Rosenfeld.

Un photographe de l’AFP a assisté à l’évacuation d’une douzaine de personnes, essentiellement des femmes et des enfants, qui n’ont pas opposé de résistance aux forces israéliennes, intervenues en nombre pour les déloger du deuxième étage de la maison, où elles s’étaient installées il y a six jours.

« L’évacuation a été menée sur ordre du ministre de la Défense Ehud Barak à la suite de l’ordre donné aux colons », selon un communiqué de son ministère.

L’armée israélienne avait donné lundi aux colons jusqu’à mardi 15H00 (12H00 GMT) pour évacuer le deuxième étage inhabité de la maison dont elles revendiquent la propriété, un titre contesté par des parents palestiniens du propriétaire, habitant pour leur part au premier étage.

M. Barak « a ajouté que la demande d’approbation de l’achat et par conséquent sa légalité continuerait à être examinée », selon le communiqué.

Peu auparavant, Benjamin Netanyahu avait annoncé son intention de légaliser trois colonies sauvages en Cisjordanie occupée, dans lesquelles vivent un peu moins d’un millier de personnes. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tollé international contre les nouvelles constructions à Jérusalem-Est

Posted by dodzi sur octobre 3, 2011

AFP/France 24

L’autorisation de nouvelles constructions à Jérusalem-Est suscite de vives critiques au sein de la communauté internationale. Les États-Unis se disent « profondément déçus », Paris et Bruxelles parlent de « provocation ».

Le ministère israélien de l’Intérieur a annoncé mardi avoir approuvé la construction de 1.100 nouveaux logements dans le quartier de colonisation juive de Gilo à Jérusalem-Est occupé et annexé, s’attirant les condamnations palestiniennes et de la communauté internationale.

La décision a été vivement critiquée par les Etats-Unis, « profondément déçus », l’Union européenne, la France, qui a parlé de « provocation », et la Grande-Bretagne qui a demandé l’abandon du projet, au moment où la communauté internationale s’efforce de relancer les négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens.

Dans un communiqué, le coordinateur spécial de l’ONU pour le processus de paix au Proche-Orient, Robert Serry, a estimé que l’annonce israélienne « nuit aux chances de reprise des négociations en vue de régler le conflit par la solution de deux Etats », Israël et la Palestine.

Le plan de Gilo a été approuvé par le comité d’urbanisation du ministère et il est à présent ouvert aux objections du public pendant 60 jours, selon un communiqué.

Les éventuelles objections seront discutées par le comité, avant le lancement d’un appel d’offres pour la construction, a précisé à l’AFP un porte-parole du ministère, Roei Lachmanovich.

« Israël répond au communiqué du Quartette par 1.100 +non+ », a réagi le négociateur palestinien Saëb Erakat, en référence à l’appel du Quartette (Etats-Unis, Union européenne, ONU et Russie) vendredi à une reprise des négociations de paix israélo-palestiniennes.

Le Quartette a appelé les deux parties à reprendre les pourparlers et à « se garder d’actes provocateurs pour que les négociations soient efficaces », quelques heures après le dépôt par le président palestinien Mahmoud Abbas de la demande d’adhésion à l’ONU d’un Etat de Palestine, sur laquelle doit se prononcer le Conseil de sécurité.

« Nous disons aux pays qui ne soutiennent pas notre démarche au Conseil de sécurité que la seule voie vers la paix et une solution à deux Etats est de soutenir la demande palestinienne pour une adhésion en tant que membre à part entière » de l’ONU, a plaidé M. Erakat, dans une déclaration à l’AFP.

« Le Premier ministre israélien affirme n’avoir aucune condition préalable, mais par cette décision il crée des conditions préalables sur le terrain. Il dit qu’il ne devrait pas y avoir de mesures unilatérales, mais rien n’est plus unilatéral qu’une énorme vague de construction de colonie sur la terre palestinienne », affirme le gouvernement palestinien dans un communiqué.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a laissé entendre qu’il n’avait pas l’intention de décréter un nouveau gel de la colonisation en Cisjordanie pour convaincre les Palestiniens de revenir aux négociations, arrêtées il y a un an. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les Palestiniens déposeront leur demande d’adhésion à l’ONU le 20 septembre

Posted by jeunempl sur août 14, 2011

AFP

Le président palestinien Mahmoud Abbas va présenter la demande d’adhésion à part entière d’un Etat de Palestine aux Nations unies le 20 septembre malgré l’hostilité d’Israël et des Etats-Unis.

Le président de l’Autorité palestinienne remettra « directement » la requête –qualifiée de « démarche historique »– au secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, le jour de l’ouverture de la prochaine Assemblée générale de l’ONU à New York, a déclaré samedi à l’AFP le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malki.

« M. Ban Ki-moon transmettra la demande au président du Conseil de sécurité », a ajouté le chef de la diplomatie palestinienne, en soulignant que M. Abbas « veut présenter la demande en septembre, car le Liban assurera alors la présidence du Conseil de sécurité ».

« Cela nous va nous aider, car le rôle du président du Conseil de sécurité, qui a des prérogatives, est crucial », a-t-il expliqué.

Un haut responsable israélien qui a requis l’anonymat a critiqué la décision palestinienne: « Apparemment Mahmoud Abbas a pris la décision de s’abstenir de mener des négociations directes, c’était prévu et c’est dommage ».

« Le Premier ministre Benjamin Netanyahu continue à croire que le processus de paix ne peut avancer que par des négociations directes et réelles », a ajouté ce responsable.

Les Palestiniens avaient déjà fait part de leur l’intention de demander au Conseil de sécurité l’adhésion de leur Etat à l’ONU en septembre, excluant une reprise des négociations avec Israël avant l’Assemblée générale annuelle des Nations unies.

Les Palestiniens veulent obtenir une adhésion à part entière à l’ONU et la reconnaissance de la Palestine sur les lignes du 4 juin 1967, avant la Guerre des Six jours, soit la totalité de la Cisjordanie, de la bande de Gaza et de Jérusalem-Est.

Ils se heurtent toutefois à l’opposition des Etats-Unis qui menacent de faire échouer la requête palestinienne en utilisant leur veto au Conseil de sécurité. Une demande d’adhésion à l’ONU doit être validée par le Conseil.

Pour contourner le veto américain, les Palestiniens pourraient se tourner vers l’Assemblée générale afin « d’élever (leur) statut à l’ONU d’observateur à Etat non membre ».

Cette formule leur permettrait de devenir membre à part entière de toutes les agences de l’ONU, comme Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Erdogan au sommet arabe : Si la Palestine brûle, le Proche-Orient en entier brûlera

Posted by dodzi sur mars 28, 2010

L’Orient le Jour

Quatorze chefs d'État sur les 22 membres de la Ligue arabe participent au sommet ordinaire annuel de deux jours, le premier à se tenir chez le sulfureux numéro un libyen Mouammar Kadhafi, et duquel sont absents deux poids lourds de la région, le Saoudien Abdallah et l'Égyptien Hosni Moubarak.

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan s’en est violemment pris à Israël,

à l’ouverture samedi en Libye d’un sommet arabe placé sous le signe de la défense de Jérusalem, estimant que considérer cette ville comme la capitale indivisible de l’État hébreu, comme le fait Israël, est une « folie ».

« Jérusalem est la prunelle des yeux du monde musulman. Si Jérusalem brûle, ceci signifie que la Palestine brûle. Et si la Palestine brûle, ceci veut dire que le Proche-Orient brûle », a-t-il mis en garde.

Quatorze chefs d’État sur les 22 membres de la Ligue arabe participent au sommet ordinaire annuel de deux jours, le premier à se tenir chez le sulfureux numéro un libyen Mouammar Kadhafi, et duquel sont absents deux poids lourds de la région, le Saoudien Abdallah et l’Égyptien Hosni Moubarak.

Les dirigeants arabes étaient réunis à huis clos en soirée dans la ville méditerranéenne de Syrte, à 500 km à l’est de Tripoli. Ils n’avaient pas le droit d’avoir plus de deux accompagnateurs dans la salle de conférences. « C’est pour discuter en toute tranquillité », a dit le colonel Kadhafi. Selon le programme, le sommet doit reprendre aujourd’hui vers 10h00 locales (08h00 GMT) et s’achever par une conférence de presse vers 18h30 GMT.

« Nous ne pouvons pas tenir des négociations indirectes tant qu’Israël n’arrête pas totalement ses activités de colonisation à Jérusalem et ne mette pas fin à sa politique du fait accompli », a dit le président palestinien Mahmoud Abbas à l’ouverture du sommet dans l’après-midi. « L’État de Palestine n’aura aucun sens si Jérusalem n’est pas sa capitale », a-t-il souligné, appelant les pays arabes à « sauver Jérusalem ».

Alors que les pays arabes ont écarté tout soutien à la reprise des négociations israélo-palestiniennes sans un gel de la colonisation, le patron de l’ONU Ban Ki-moon, invité au sommet, les a appelés à soutenir ces pourparlers, tout en condamnant les projets de colonisation.

Jérusalem-Est, annexée par Israël en 1967, est au centre du conflit israélo-palestinien. Les Palestiniens veulent en faire la capitale de leur futur État, alors qu’Israël considère l’ensemble de Jérusalem comme sa capitale « éternelle et indivisible ».

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a encore assuré vendredi que sa politique concernant Jérusalem demeurerait inchangée. Israël a approuvé le 9 mars un projet de construction de 1 600 logements dans un quartier de colonisation à Jérusalem-Est, provoquant une grave crise avec Washington qui s’employait à lancer des pourparlers indirects entre Israël et les Palestiniens, alors que le processus de paix est bloqué depuis plus d’un an. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Devant l’Aipac, Mme Clinton réaffirme l’engagement des Etats-Unis envers Israël

Posted by dodzi sur mars 24, 2010

Le Monde

Il n’y a pas beaucoup de rassemblements où l’apparition de George Bush sur les écrans déclenche des applaudissements enthousiastes. Celui de l’Aipac est de ceux-là. Plus de 7 500 personnes ont assisté, cette année, à la conférence de l’American Israel Public Affairs Committee, le lobby pro-israélien à Washington, un record de participation.

Du temps de George Bush et du vice-président Dick Cheney, les relations étaient sans nuage. Après l’élection de Barack Obama en 2008, l’Aipac s’est prudemment doté d’un président originaire de Chicago, Lee Rosenberg, ex-financier de la campagne d’Obama. Dès son premier discours, dimanche 21 mars, il a pris ses distances. « Des alliés se doivent de gérer leurs divergences en privé », a-t-il affirmé. « L’Histoire montre que quand l’Amérique fait publiquement pression sur Israël, elle fournit un prétexte à ceux qui veulent faire dérailler le processus de paix », a-t-il ajouté.

L’Iran devait être le thème central mais les esprits ont surtout été occupés par la « crise qui n’en est pas une » entre l’administration Obama et le gouvernement de Benyamin Nétanyahou à propos des nouvelles constructions à Jérusalem-Est annoncées pendant la récente visite en Israël du vice-président Joe Biden. Pour beaucoup, la « crise » est une exagération médiatique, ou malintentionnée. « S’il y a une crise, elle est en Iran », a dit Harold Blix, un retraité de Floride, venu avec son épouse et leur petit-fils de 16 ans « qui s’est déjà inscrit pour l’an prochain ».

Mais d’autres reconnaissent les difficultés, comme Don Durbin, un homme d’affaires républicain de Philadelphie: « Les relations sont mauvaises. Il y a un manque de confiance. Les Etats-Unis ont l’impression que, pour avoir la coopération des Arabes contre l’Iran, ils doivent résoudre le conflit israélo-palestinien. C’est une erreur. » Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mordechai Vanunu demande le retrait de sa candidature au Prix Nobel de la Paix

Posted by dodzi sur mars 16, 2010

Info-Palestine/CounterPunch

Par Rannie Amiri

L’opposant israélien qui a fait 18 ans de prison dans les geôles israéliennes pour avoir dénoncé l’activité nucléaire clandestine de son pays, refuse d’être Nobelizable, en expliquant qu’il n’est pas question qu’on lui décerne un prix accordé au criminel de guerre Shimon Peres.

« Pas question, vient de déclarer Vanunu, d’être mis sur le même plan qu’un homme qui a joué un rôle ignoble dans l’introduction d’armes nucléaires au Moyen-Orient, dans le massacre de Qana et dans les crimes de guerre perpétrés à Gaza, comme de la brutale occupation israélienne de Jérusalem-Est et de la Cisjordanie. »

« Vanunu nous a écrit cette année et l’an passé des lettres dans lesquelles il indiquait explicitement qu’il ne voulait pas être candidat au Prix Nobel de la Paix. La raison qu’il a donnée était que Shimon Peres avait reçu ce prix, qu’il attribuait à Peres la paternité de la bombe atomique israélienne, et qu’il ne souhaitait être associé à Peres en aucune manière » , rapporte Geir Lundestad, Directeur de l’Institut Nobel de Norvège et Secrétaire du Comité Nobel, 24 février 2010.

Rannie AMIRI*, souligne dans Counterpunch :

Pour la première fois dans l’histoire du Comité Nobel de Norvège, a été présentée – par l’impétrant lui-même – une requête préalable de retrait de candidature. Il a été révélé la semaine dernière que, dans une lettre au Comité, Mordechai Vanunu avait demandé que sa candidature fût retirée. Le fait est suffisamment inhabituel en soi pour que Geir Lundestad reconnaisse le fait même qu’une candidature avait été reçue, et qui plus est, pour qu’il révèle la requête de Vanunu.

Mais pour Vanunu – un homme à qui le Nobel de la Paix devrait avoir été décerné voilà longtemps – la démarché était en pleine cohérence avec la dignité, l’intégrité et le caractère sans compromission de quelqu’un à qui le monde est grandement redevable.

Mordechai Vanunu a travaillé comme technicien sur le site nucléaire de Dimona ; dans le désert du Néguev, de 1976 à 1985. Dans une interview de 1986 au Sunday Times, il a révélé courageusement, pour la première fois, l’activité nucléaire clandestine de son pays. Une semaine avant la publication de l’interview, une ruse d’un agent du Mossad l’a amené de Londres à Rome, où il a été appréhendé et expédié vers Israël. Sous des procédures secrètes, Vanunu a été jugé pour trahison, prestement déclaré coupable et condamné à 18 ans d’emprisonnement. Il en a passé plus de onze en isolement. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La Cour européenne de Justice dessine les frontières d’Israël

Posted by jeunempl sur mars 7, 2010

Par Me Gilles Devers – Libnanews

Israël, c’est 1967. La Cour de Justice de l’Union Européenne a rendu hier un très important arrêt : les produits issus des territoires occupés de Palestine ne peuvent être exportés que par les Palestiniens. Au départ, une affaire de droit douanier, et à l’arrivée,  la frontière de 1967 comme limite de la souveraineté de l’Etat d’Israël consacrée par une cour internationale. C’est la politique, et non le droit, qui mène le monde, mais cette décision de justice est destinée à marquer.

Le processus de Barcelone

Tout part du processus de Barcelone, de 1995 : l’Union européenne décide de s’ouvrir aux pays du pourtour de la Méditerranée. Un objectif, faciliter les échanges, et un moyen, la levée des droits de douanes. Dans ce cadre ont été signé des accords avec l’Algérie, Chypre, l’Égypte, Israël, la Jordanie, le Liban, Malte, le Maroc, la Syrie, Tunisie, la Turquie et Autorité palestinienne. L’accord avec Israël est entré en vigueur le 1er juin 2000. Tout va bien.

Le débat est apparu non pas sur la validité juridique de l’accord, mais sur les pratiques qu’il induisait,  par des exportations sous certificat israélien de produits issus des territoires occupés de Palestine, et donc palestiniens. Il s’en est suivi une série de mises au point de la part des instances européennes, qui par un dernier avis (n° 2005/C 20/02) exigent à compter du 1er février 2005 sur tous les certificats de circulation « le nom de la ville, du village ou de la zone industrielle où a eu lieu la production conférant le statut d’origine ». Impeccable ? Imparable ? Non, car le texte s’en remet à l’entreprise exportatrice et aux autorités israéliennes pour établir ce certificat… C’est tout problème de l’affaire Brita.

L’affaire Brita

Brita est une société allemande qui importe des gazéificateurs d’eau fabriqués par un fournisseur israélien, Soda-Club, société dont le site de production est implanté à Mishor Adumin, en Cisjordanie, à l’est de Jérusalem. Démarche banale : Brita demande aux autorités douanières allemandes de Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mitchell attendu mardi au Liban dans le cadre d’une tournée régionale

Posted by dodzi sur janvier 19, 2010

Iloubnan.info

L’envoyé spécial américain pour le Proche-Orient George Mitchell est attendu mardi soir au Liban, où il doit débuter une tournée régionale qui le mènera ensuite en Israël, en Cisjordanie et en Syrie.

Selon un responsable du ministère libanais des Affaires étrangères, M. Mitchell doit notamment rencontrer à Beyrouth le président Michel Sleimane, le Premier ministre Saad Hariri et le chef de la diplomatie, Ali Chami. Il doit quitter le pays mercredi.

La dernière visite de M. Mitchell au Liban remonte à juin. Ce nouveau séjour a été critiqué lundi par un député du Hezbollah chiite, mouvement considéré par Washington comme une « organisation terroriste ».

La visite de l’émissaire américain « ne sert pas les intérêts du Liban », a estimé à la radio ce député, Hassan Fadlallah.

En Israël et en Cisjordanie, George Mitchell évoquera ensuite le blocage actuel du processus de paix israélo-palestinien.

Pour reprendre les pourparlers, interrompus fin 2008 lors de l’offensive israélienne contre la bande de Gaza, les Palestiniens réclament d’Israël qu’il proclame un gel total de ses activités de colonisation en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, ce que l’Etat hébreu refuse.

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Israël poursuit sa conquête de Jérusalem

Posted by jeunempl sur décembre 6, 2009

El Nashra

Depuis la guerre des Six-Jours et l’annexion de la ville, un lent travail d’encerclement est à l’œuvre.

Pour la loi internationale, Jérusalem reste une ville divisée. La ligne verte, l’ancienne ligne de cessez-le-feu de 1948, sépare encore l’Ouest, à majorité juive, de l’Est, à majorité palestinienne. Les projets de création d’un État palestinien considèrent Jérusalem-Est comme sa future capitale. La plupart des solutions de partage de la ville se basent sur les « paramètres de Clinton », énoncés en 2000 par le président américain d’alors : « Les quartiers juifs pour Israël, les quartiers arabes aux Palestiniens. »

L’inconvénient, c’est que la réalité a beaucoup changé depuis la conquête de Jérusalem-Est par les Israéliens en 1967. La ville a été « réunifiée » par l’État hébreu, mais cette « capitale » autoproclamée n’est reconnue par pratiquement aucun État étranger. Une active politique de colonisation urbaine modifie peu à peu, sur le terrain, à la fois les limites de la municipalité et la démographie de la ville. Jour après jour, la question de Jérusalem devient plus inextricable, et une division de ce « territoire disputé » de moins en moins faisable.

Une majorité d’Israéliens, même ceux qui se déclarent favorables à la création d’un État palestinien, ne veulent pas voir la ville être à nouveau partagée. Pour eux, la question de Jérusalem est réglée par la loi fondamentale votée à la Knesset en juillet 1980, qui fait de la ville « complète et unifiée » la Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :