Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘islamistes’

L’armée frappe fort : Le projet d’émirat avorté

Posted by jeunempl sur novembre 1, 2014

L’Hebdo Magazine – Julien Abi Ramia

Soutien à l'Armée LibanaiseCherchant à s’assurer un accès à la mer, les groupes terroristes lorgnent depuis longtemps le nord du Liban. Ils ont donc mis en place une cellule dirigée depuis Assoun par Ahmad Mikati qui devait piloter la prise de contrôle d’un territoire entre Tripoli, Minié et Dennié. Sur le terrain, le cheikh salafiste Khaled Hoblos coordonnait les opérations avec 200 combattants jihadistes menés par Chadi Maoulawi et Oussama Mansour. Le projet a été avorté après trois jours de combats acharnés contre l’Armée libanaise. La bataille est gagnée, mais la guerre continue.

Le 11 octobre, une vidéo fait le buzz sur les réseaux sociaux. On y voit le soldat Abdel-Kader Akoumi, originaire de Fnaydek dans le Akkar, annoncer sa défection des rangs de l’Armée libanaise et prêter allégeance à l’Etat islamique. L’armée expliquera qu’il avait disparu depuis le mois de juillet. Les services de renseignements décident alors de placer le téléphone du déserteur sur écoute. Aucune activité n’est signalée jusqu’aux alentours du 20 octobre. Ce jour-là, l’appareil n’émettra de signal que pendant quelques secondes, mais suffisamment pour le localiser dans une maison isolée du village de Assoun, en contrebas de Sir el-Dennié. Une unité des services de renseignements se rend sur place. Elle apprend par son propriétaire que la maison a été louée par plusieurs personnes qui ont prétendu vouloir organiser des parties de chasse. Trois locataires sont identifiés.

Akoumi est présent, en compagnie de Mohammad el-Otor, originaire de Minié, accusé d’avoir attaqué l’Armée libanaise à Tripoli à coups de grenades et, surtout, d’Ahmad Salim Mikati, l’un des hommes les plus recherchés du pays.
L’opération de capture est fixée au jeudi 23 octobre. L’assaut de l’armée fera Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Syrie : le village arménien de Kassab, victime « d’une épuration ethnique »

Posted by jeunempl sur mars 27, 2014

France24

Kassab - Syrie : village arménien près de la frontière turqueLe village de Kassab en Syrie, situé dans un fief du régime de Bachar al-Assad et adossé à la frontière turque, est tombé aux mains des rebelles islamistes syriens. Un évènement qui a provoqué la fuite de ses habitants majoritairement arméniens.

La prise de Kassab, une localité adossée à la frontière turco-syrienne dans la province de Lattaquié, fief du régime du président Bachar al-Assad, par les rebelles, entre samedi et dimanche, constitue un important revers pour les forces loyalistes. Ce point de passage était, en effet, l’un des deux derniers postes frontières officiels avec la Turquie encore aux mains de Damas.

Mais Kassab n’est pas seulement un village frontalier très prisé pour le charme qu’offre son climat et sa proximité avec la mer. Il s’agit surtout du seul village arménien de l’ancien Empire ottoman situé hors des frontières de la Turquie actuelle.

Selon Fabrice Balanche, spécialiste de la Syrie et directeur du Groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (GREMMO), l’enjeu dissimulé derrière cette bataille « officiellement » menée pour s’emparer d’un poste frontière, est tout autre.

« Les rebelles n’ont pas besoin de passer par ce poste frontière pour faire venir des armes et des munitions, ils traversent facilement par les collines boisées du Djebel turkmène plus au sud, explique-t-il. La prise du poste frontière n’est qu’un prétexte, nous sommes face à une stratégie d’épuration ethnique à l’égard de la population arménienne de Kassab ».

Un village vidé de ses habitants

Kassab est en effet peuplé très majoritairement de rescapés du génocide des Arméniens de Turquie, en 1915. Sur les 5 000 habitants des cinq villages du canton, les deux-tiers sont Arméniens et le dernier tiers est alaouite, la communauté du président syrien.

En août 2012, le village, protégé par des combattants locaux, accusés d’être à la solde du régime, et les forces gouvernementales, avait déjà repoussé une attaque de la rébellion. À l’époque, dans un article du « Monde » daté du 24 octobre 2012, un rebelle turkmène (syrien d’origine turque) avait lancé un avertissement très clair à la population arménienne de la bourgade. « Je préviens nos frères arméniens à Kassab : qu’ils partent avant l’offensive de l’Armée syrienne libre, sinon ils vont avoir des pertes civiles et encore se plaindre d’un génocide perpétré par des Turcs ».

Un message qui semble avoir été entendu puisque le village s’est vidé de ses habitants. « La population arménienne a été obligée de fuir à Lattaquié devant l’arrivée, via la Turquie, des centaines de combattants islamistes, dirigés par le Front Al-Nosra [la branche d’Al-Qaïda en Syrie, NDLR] tandis que le gros des troupes est composé de Turkmènes de la région », explique Fabrice Balanche.

Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Piccinin persiste et signe: « Al-Assad n’est pas derrière » l’attaque au gaz

Posted by jeunempl sur septembre 9, 2013

(RTL info)

Cliquez ici pour visionner la video du reportage et de l’interview

Pierre Piccinin - otage belge détenu par les islamistes a été libéré : ses révélationsL’enseignant belge Pierre Piccinin, kidnappé en Syrie au mois d’avril et libéré dimanche en même temps que le journaliste de La Stampa Domenico Quirico, a accordé une interview à RTL-TVI, lundi matin. Il a indiqué que le gaz sarin n’avait pas été utilisé par le régime de Bachar Al-Assad. Confronté au démenti de M. Quirico, il a maintenu sa position, ajoutant qu’il serait suicidaire pour l’occident de soutenir les islamistes qui dirigent désormais la rébellion.

« C’est un devoir moral de le dire. Ce n’est pas le gouvernement de Bachar Al-Assad qui a utilisé le gaz sarin ou autre gaz de combat dans la banlieue de Damas. Nous en sommes certains suite à une conversation que nous avons surprise. Même s’il m’en coûte de le dire parce que depuis mai 2012 je soutiens férocement l’armée syrienne libre dans sa juste lutte pour la démocratie », a déclaré M. Piccinin à Luc Gilson dans une interview enregistrée à Gembloux pour RTL-TVI et diffusée à 13h.

Quirico dément ces « preuves »

Entre-temps, Domenico Quirico a détaillé à La Stampa ces « preuves », qui selon lui n’en sont pas. « Un jour, depuis la pièce dans laquelle nous étions retenus prisonniers, à travers une porte entrouverte, nous avons entendu une conversation en anglais via Skype entre trois hommes », a-t-il raconté. « Lors de cette conversation, les hommes disaient que l’opération au gaz dans les deux quartiers de Damas avait été commise par les rebelles comme provocation, pour pousser l’Occident à agir. » Mais M. Quirico a ajouté n’avoir « aucune idée ni de la fiabilité ni de l’identité des personnes. Je ne suis absolument pas en mesure d’affirmer que cette conversation est basée sur des faits réels ou sur une rumeur. C’est une folie de dire que je sais que ce n’est pas Assad qui a utilisé le gaz. »

Réponse de Piccinin: il ne met pas en doute la conversation entendue

« C’est son point de vue. Je ne l’ai pas encore contacté sur ce propos », a réagi M. Piccinin, invité du journal de 19h de RTL-TVI en direct. « Je suis un petit peu étonné car nous étions ensemble quand nous avons entendu cette conversation. Ça impliquait le général de l’armée libre qui Lire le reste de cette entrée »

Posted in Belgique, Géneral, Régional, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Liban : Tripoli frappée par un double attentat meurtrier

Posted by jeunempl sur août 23, 2013

AFP

Tripoli - Attentat meurtrierUn double attentat à la voiture piégé a fait au moins 42 morts et 500 blessés vendredi à Tripoli, dans le nord du Liban, selon le ministère de la Santé. Ces explosions sont les plus meurtrières à Tripoli depuis la fin de la guerre civile au Liban en 1990.

«Il y a au moins 42 morts et 500 blessées, dont beaucoup se trouvent dans un état grave en raison de brûlures et de blessures à la tête», a indiqué Georges Kettané, directeur des opérations à la Croix Rouge libanaise. Les télévisions locales ont montré plusieurs véhicules en flammes, des hommes transportant dans leurs bras des blessés et des devantures d’immeubles totalement détruites. Selon différentes sources, les deux explosions, apparemment coordonnées, ont eu lieu devant des mosquées, à l’heure de la sortie de la prière du vendredi. «J’ai vu sept corps à l’intérieur de plusieurs voitures incendiés», a déclaré un journaliste de Reuters présent sur place, à propos de la première explosion survenue aux abords de la mosquée Taqwa, fréquentée par des fondamentalistes sunnites.

Le ciel de Tripoli était peu après 13h (heure française) noir des fumées provoquées par les explosions, selon des témoins. Après les explosions, des hommes sont descendus dans les rues de Tripoli, tirant des coups de feu en l’air. Près des sites touchés, des hommes ont lancé des pierres aux militaires venus se rendre compte des dégâts.

Ces attaques interviennent dans un contexte tendu dans le pays en raison de la proximité de la guerre civile en Syrie, à laquelle le Hezbollah chiite s’est joint pour combattre les rebelles radicaux sunnites.

Il y a une semaine, un autre attentat avait ainsi secoué la banlieue sud de Beyrouth, fief du Hezbollah chiite et allié du régime de Bachar el-Assad. L’explosion qui s’était produite dans une zone commerciale avait fait plus de 20 morts et 200 blessés. Plusieurs Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Eviter de succomber aux tentations de la fitna : Analyse des manipulations médiatiques de l’Après-Roueiss

Posted by jeunempl sur août 22, 2013

JCA

Drapeau LibanLe 15 août et avant cela le 9 juillet derniers, la banlieue sud de Beyrouth a fait l’objet d’une véritable agression. 27 morts et des centaines de blessés…
Naturellement, les soupçons se dirigent principalement vers les services de renseignement israéliens et les groupes salafistes et/ou takfiristes soutenus par une certaine partie de l’Arabie saoudite officielle.

Plutôt que de se poser les véritables questions derrière cette agression dont est victime le Liban, plusieurs médias ont décidé de poursuivre leur campagne de diabolisation du Hezbollah… certains allant même jusqu’à accuser le Hezb de fabriquer ces attentats. Or, il ne fait aucun doute que ce parti est visé et que plusieurs groupes salafistes encouragent depuis longtemps déjà ce type d’opération.

Les médias tenus par le clan Hariri, Al Moustakbal en tête, mais aussi leurs satellites tels l’Orient le Jour, font fi des normes de bonne conduite journalistique. Ils préfèrent suivre leurs parrains politico-financiers plutôt que d’honorer leur métier. Cela, on le sait depuis mi-2005, moment à partir duquel ces médias ont débuté leur campagne anti-Hezbollah, stigmatisant une grande partie de la population libanaise. C’est ainsi que les lecteurs de ces journaux insultent désormais ouvertement, et sans en mesurer l’impact, les chiites et plus spécialement les sympathisants du Hezbollah. On le remarque dans leur espace de discussion mais aussi ailleurs, dans la vie de tous les jours. Cette situation est malheureuse mais il s’agit d’une réalité qu’il faut dénoncer, condamner et combattre à tout prix, avant qu’il ne soit trop tard. Les bases de la fitna, le conflit sunnite-chiite, sont alimentées par de tels médias irresponsables.

l'Orient le JourPour comprendre la manière dont ces médias manipulent leur opinion, l’épisode post-attentat de Roueiss est flagrant et intéressant à analyser. L’opinion étant francophone, dans ce billet, le doigt est pointé sur les manipulations de l’Orient le Jour qui est une composante d’un groupe médiatique important regroupant Al Moustakbal, MTV, Future TV, NOW Lebanon,… ces derniers appliquent les directives de communication de leurs parrains politiques.

Le Hezbollah impliqué en Syrie « mérite » cet attentat

Dans ces médias, la détresse des habitants occupe quelques lignes (ou quelques secondes) pour laisser place à une campagne de diabolisation d’une férocité sans nom, en ces temps difficiles.

Très vite, la plupart des articles de l’Orient le Jour relayaient des messages imputant la responsabilité de l’attentat de Roueiss… au Hezbollah. Voici ce qu’on pouvait lire Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Attentat terroriste dans la banlieue sud de Beyrouth

Posted by jeunempl sur juillet 9, 2013

Mediarama

Banlieue sud de Beyrouth - attentat contre le HezbollahAu premier jour du mois de ramadan, un attentat terroriste a visé mardi matin le quartier de Bir al-Abed, au cœur de la banlieue sud de Beyrouth, faisant une cinquantaine de blessés légers, dont de nombreux enfants, et d’importants dégâts matériels. La bombe, évaluée à 40 kilogrammes, était placée dans une voiture garée dans un parking près de la Coopérative islamique. La puissante explosion, entendue à Beyrouth, a détruit une vingtaine de voitures et a soufflé les vitres des appartements dans un rayon de 100 mètres, provoquant un cratère de 2 mètres de profondeur.

La défense civile est arrivée sur les lieux pour éteindre les incendies qui se sont déclarés dans les voitures, et les ambulances ont évacué les blessés vers les hôpitaux. Des unités de l’Armée libanaise ont établi un cordon de sécurité, empêchant les civils d’approcher. Des artificiers et des experts sont ensuite arrivés, ont dressé une tente au dessus du lieu de l’explosion et ont commencé leur enquête.

Cet attentat intervient un mois et demi après le tir de deux roquettes contre Mar Mikhael, dans le sillage de menaces proférées par les rebelles syriens de s’en prendre à certaines régions libanaises. Un des porte-parole de l’Armée syrienne libre, Salim el-Dada, a d’ailleurs déclaré, mardi, que «cet attentat a été perpétré par une unité de l’ASL».

De nombreuses personnalités officielles et politiques ont réagi ou se sont rendues sur les lieux de l’explosion pour exprimer leur solidarité avec les habitants de la région et dénoncer «ce crime». Le président Michel Sleiman a vivement condamné l’attentat qui «nous rappelle les épisodes noirs de la guerre libanaise et que les Libanais veulent effacer de leur mémoire». Le président de la Chambre, Nabih Berry, a estimé que «cet attentat visait à semer la mort et les destructions et à provoquer des dissensions entre les Libanais.»

L’ancien Premier ministre Saad Hariri a condamné l’attentat qu’il a qualifié d’«acte criminel». Selon lui, «l’ennemi israélien tente d’engendrer une dissension au Liban en menant des opérations terroristes». Le ministre de l’Intérieur Marwan Charbel a estimé que Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional, Tayyar & Hezbollah | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pédagogie pour les extrémistes en Belgique

Posted by jeunempl sur mai 11, 2013

AFP – Mediarama

Belges en Syrie - perquisition chez des islamistesLes autorités musulmanes en Belgique ont mis en garde mercredi les jeunes tentés de partir combattre en Syrie, en affirmant que le Coran n’incitait pas à se battre et qu’ils risquaient de se radicaliser au contact de groupes extrémistes luttant contre le régime d’Assad. « Leur retour après la fin du conflit est beaucoup plus redouté que leur départ », ont averti les principales organisations musulmanes en Belgique, dont le Conseil européen des Oulémas marocains, la Ligue des Imams et l’Union des Mosquées. « Il est à craindre que ces jeunes n’adoptent les programmes des groupes extrémistes aux côtés desquels ils combattent, ce qui compliquera leurs relations avec leurs concitoyens européens » lorsqu’ils rentreront en Belgique, estiment-ils dans un texte destiné à être discuté dans les mosquées.

Posted in Belgique, Géneral, Régional, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Belges en Syrie: 48 perquisitions et 6 interpellations

Posted by jeunempl sur avril 16, 2013

Le Soir

Belges en Syrie - perquisition chez des islamistesL’enquête, initiée en février 2012, s’inscrit dans le cadre de la nouvelle législation fédérale « antiterrorisme ». Les autorités judiciaires avaient pour mission de vérifier si le groupe islamiste radical Sharia4Belgium était bel et bien une organisation terroriste aux yeux de la loi belge.

48 adresses ont été perquisitionnées à Anvers, Schaerbeek, Molenbeek, Vilvorde et Charleroi. Les 225 policiers mobilisés ont saisi 30.000 euros, des GSM et des ordinateurs mais aucune arme ou explosif n’ont été retrouvés.

Belkacem placé sous mandat d’arrêt

Six personnes ont été interpellées. Parmi elles, Fouad Belkacem, l’ancien porte-parole du groupe islamiste Sharia4Belgium, qui a été placé sous mandat d’arrêt. Il comparaîtra vendredi devant la chambre du conseil qui décidera de son maintien ou non en détention. «  Mon client conteste toute implication dans des activités terroristes. Il nie également avoir enrôlé des jeunes pour les envoyer en Syrie  », a indiqué son avocat, Me Walter Damen.

Pour le parquet fédéral, l’idéologie salafiste-djihadiste diffusée par Sharia4Belgium vise à faire renverser les régimes démocratiques pour en faire des Etats islamiques appliquant la charia. L’instruction tend à démontrer que le groupuscule fait partie d’un mouvement international plus large, participant au recrutement, à l’entraînement et à Lire le reste de cette entrée »

Posted in Belgique, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tripoli, Wadi Khaled : Une cinquième colonne islamiste

Posted by jeunempl sur avril 1, 2013

L’Hebdo Magazine – Mona Alami

Tripoli - Bab Tebbaneh & Kobbe - déploiement de l'armée libanaiseLes rumeurs les plus folles courent sur le Liban-Nord, accusé par certains médias d’abriter des mouvances radicales alliées au Front syrien al-Nosra. Comment tirer le vrai du faux? Magazine enquête.

L’artère principale tripolitaine, reliant le nord du pays au rond-point central d’Abou Ali, s’habille de teintes grisâtres entre chien et loup. Les bâtiments délabrés prennent des allures fantomatiques. Les rues sont vidées par les tirs de francs-tireurs résonnant de part et d’autre, provoquant la panique des conducteurs.

Depuis une dizaine de jours, l’insécurité s’est aggravée à Tripoli, ventre mou du Liban. L’agression à Beyrouth de quatre cheikhs sunnites, dans deux incidents séparés, impliquant des jeunes de la communauté chiite, a mis le feu aux poudres dans la capitale du Nord. Des affrontements ont opposé les quartiers de Bab el-Tebbané, à majorité sunnite, soutenant la rébellion syrienne, à ceux de Jabal Mohsen, dont les résidants sont alaouites et appuient le régime du président Bachar el-Assad, lui-même membre de la communauté. En fin de semaine, la situation a également dégénéré après l’annonce de la démission du Premier ministre Najib Mikati, sunnite de Tripoli, en raison de divergences politiques à l’intérieur du gouvernement, portant notamment sur la prorogation du mandat du chef des Forces de sécurité intérieure, Achraf Rifi. Au moins sept personnes, dont un soldat, sont tuées et une trentaine d’autres blessées dans ce nouveau cycle de violences. Les affrontements se sont également propagés à d’autres quartiers comme Chaarani, Maloula, Rifa et Baqqar.

Vingt-cinq fauteurs de troubles

«Ce regain de tensions et de violences entre Bab el-Tebbané et Jabal Mohsen est attribué à un groupe de vingt-cinq jeunes gens. On ignore tout des factions politiques qui les appuient mais il semble que l’armée soit réticente à les arrêter», signale une source salafiste s’exprimant sous couvert d’anonymat.

Autre facteur préoccupant: le changement des priorités dans certains cercles extrémistes. On assure, en effet, que certains membres de la communauté salafiste tripolitaine, très enthousiastes auparavant, à l’idée de combattre en Syrie, estiment désormais devoir concentrer leurs efforts sur leur ville. «Ils pensent qu’ils seront amenés à jouer un plus grand rôle (dans ce nouveau front qu’est devenu Tripoli) en raison des tensions croissantes entre Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les islamistes du Fatah el Islam continuent d’imposer leur loi dans la prison de Roumieh et manifestent leur soutien au front Al-Nosra…

Posted by jeunempl sur février 27, 2013

Al Joumhouria – Merline Wehbé (Traduit par Mediarama)

Marwan Charbel - ministre de l'Intérieur (gouvernement Mikati II)Les détenus de Fatah al-Islam ont retiré les habits de leur organisation d’origine et ont revêtu la abaya du Front al-Nosra, transformant le bloc B de la prison de Roumié en centre de commandement dirigé par un comité secret de cinq cheikhs qui ne quittent jamais leurs cellules. Ils émettent des fatwas, donnent des ordres à des groupes combattants au Liban-Nord, au Liban-Sud et dans la Békaa. Les investigations ont montré que leur objectif est de fonder un émirat islamique allant de Lattaquié, en Syrie, à Saïda, au Liban.

Les plans des détenus ont été divulgués après que des éléments de l’Armée syrienne libre (ASL) aient été incarcérés dans le bloc B, partant du principe qu’ils devraient être en bonne harmonie puisqu’ils sont tous hostiles au régime syrien.

Mais il y a un mois et demi, les divergences politiques et idéologiques entre les deux groupes ont surgi et se sont transformées en confrontation après que l’ASL eut réalisé qu’al-Nosra ne combat pas le régime Assad parce qu’il est oppressif mais dans l’objectif de créer un émirat islamique.

L’enquête a permis de découvrir que plusieurs groupes de détenus sont en contact permanent dans les prisons de Roumié, de Kobbé, à Tripoli, et de Zahlé. Ces groupes, qui coordonnent leur action, sont dirigés par Abou Salim Taha, qui a recruté les Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :