Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘intifada’

Flottille de Gaza : La crise de trop pour Washington, Tel-Aviv & co. ?

Posted by jeunempl sur mai 31, 2010

Medialibre – Jacques Borde & Charlotte Sawyer

À quoi tiennent les choses ? Classique, bien que brutale, au plan de l’action commando, l’abordage par les Kommando Yami, de la flottille pacifiste cherchant à forcer le blocus de Gaza, a quelques chances de sceller le sort de l’État hébreu, en tant que puissance thalassocratique dominante de la région. Sauf, bien sûr, si Ankara décide de passer l’éponge sur l’attaque d’un navire battant pavillon turc. Hypothèse de travail hasardeuse pourtant privilégiée, en amont, par les planificateurs de Tsahal et les analystes de l’Agaf Ha’Modi’in (SR militaires israéliens). Une nouvelle donne particulièrement explosive pour Washington et ses alliés, ce d’autant que l’Égypte, elle aussi, se retrouve plongée dans une situation d’affrontement asymétriques dans le Sinaï…

Sur le drame lui-même, selon Tsahal, citée par le Jerusalem Post au moins « dix activistes auraient été tués » et « six commandos de marine israéliens blessés » dans l’assaut à 02h00 du matin d’un navire turc de la flottille humanitaire qui voulait forcer le blocus de Gaza. D’autres sources dont Channel-10, font état de « seize morts » et, côté arabe, Al-Jazira a fait état de « quinze morts ».

Toujours selon ces mêmes sources militaires israéliennes, les commandos se sont heurtés à une « forte résistance » d’hommes équipés d’armes blanches et la situation a dégénéré en tuerie quand l’un d’entre eux « s’est emparé de l’arme d’un soldat et a ouvert le feu ». Une version des faits qui Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Israël n’a toujours pas réglé ses comptes avec le Liban

Posted by jeunempl sur mai 25, 2010

AFP

Dix ans après le retrait de ses troupes du Liban, une décision unilatérale qui a coûté cher à son image en termes de supériorité militaire, Israël n’a toujours pas réglé ses comptes avec le Hezbollah libanais.

Depuis le 24 mai 2000, date à laquelle l’armée israélienne a quitté le sud du Liban après 22 ans d’occupation, une guerre dévastatrice a d’ailleurs opposé Israël et le mouvement chiite libanais, qui dispose d’un important arsenal militaire, pendant l’été 2006.

Et la tension à la frontière reste élevée: Israël a récemment accusé le Hezbollah d’accumuler les armes, y compris des missiles Scud, en vue d’un nouveau conflit.

Le retrait du Liban était censé mettre fin à ce que beaucoup dans l’Etat hébreu considéraient comme le Vietnam d’Israël, les Israéliens espérant que le « Parti de Dieu » se tournerait alors vers les affaires politiques libanaises.

En Israël, on continue de penser que cette décision était la bonne en dépit du conflit de 2006, mais la manière dont le retrait a été mené a affecté l’image de supériorité militaire d’Israël.

« L’image que le retrait a donnée, celle d’Israël forcé de se retirer sous la pression, a eu des conséquences presque immédiates. Quel qu’ait été le pouvoir de dissuasion d’Israël à l’époque, il a été perdu et a dû être rétabli à un coût considérable« , a écrit l’ex-ministre israélien de la Défense Moshe Arens dans le quotidien Haaretz cette semaine.

La victoire morale du Hezbollah « contraignant » la machine militaire israélienne à partir a préparé le terrain à Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Liban dans l'Histoire, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Gideon Levy : « J’essaye de raconter au peuple israélien…

Posted by dodzi sur janvier 20, 2010

Article11.info/Altermonde-sans-frontières

Par Lémi

Il force le respect, Gideon Levy. 25 ans qu’il s’échine à dénoncer de sa plume les exactions israéliennes en Palestine et à remettre en cause une meurtrière stratégie de l’engrenage sans jamais baisser les bras. Jeudi dernier et alors qu’un recueil de ses articles vient d’être publié à La Fabrique, le journaliste israélien donnait une conférence à Paris. On y était : compte-rendu.

Je suis un « bon garçon » typique de Tel Aviv, un produit banal du système éducatif israélien. Je ne viens pas d’une famille engagée et j’ai fait mon service militaire quand j’ai eu l’âge. J’ai même fait pire que ça : j’ai travaillé pour Shimon Perès pendant quatre ans… Pendant tout ce temps, on m’a dit que les Arabes étaient mauvais et cherchaient à nous détruire, qu’Israël était David et faisait face au Goliath Arabe. J’ai écouté Golda Meir quand elle disait qu’après la Shoah, les Israéliens pouvaient tout se permettre. J’aurais dû rester dans cet état d’esprit, normalement. Mais voilà, je suis allé dans les territoires palestiniens, j’y ai rencontré des gens, et j’ai évolué du tout au tout. Depuis 25 ans j’essaye de raconter au peuple israélien une histoire qu’il ne veut pas entendre.

L’homme qui parle ce soir [1] et décrit ainsi son parcours s’appelle Gideon Levy. Israélien, il est journaliste à Haaretz, unique grand quotidien du pays à laisser s’exprimer des voix discordantes sur la question palestinienne. Le dernier sanctuaire d’une presse qui a abdiqué toute velléité de discours critique pour servir la soupe au gouvernement et à Tsahal. Il y tient une chronique hebdomadaire intitulée « Twilight Zone » (Zone d’ombre). Par ses papiers aussi limpides que glaçants, il tente de sortir la population israélienne de son apathie et de son indifférence au sort des territoires occupés. Avec sa consœur Amira Haas, il fait partie des rares Justes à ne pas baisser les bras devant l’horreur, à tenter de stopper cette machine de guerre qui toujours se relance. Tâche ingrate : « Ce supplice de Sisyphe que nous nous étions imposé pendant des années – couvrir l’occupation israélienne pour le lecteur israélien qui ne veut rien savoir, rien voir, rien entendre. », écrit-il. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Où en est le Hezbollah ?

Posted by dodzi sur mai 6, 2009

Al Oufok

par Dominique Avon

hezbollah-august-richard-nortonEitan Azani, Hezbollah : The Story of the Party of God, New York, Palgrave Macmillan, « Middle East in Focus », 2009, 293 p.

Augustus Richard Norton, Hezbollah, Princeton University Press, 2009 [2007], 199 p. (5e édition avec postface de 2009).

***

Ici dénoncé comme composante majeure d’une « vague islamique », là présenté comme parti révolutionnaire en voie de normalisation politique, le Hezbollah est au centre d’études controversées dans le monde anglophone. Deux livres tentent, inégalement, de faire le point sur l’histoire et l’évolution du « parti de Dieu ».

Eitan Azani et Augustus R. Norton ont une longue expérience du terrain et des acteurs libanais, le premier comme officier de l’armée israélienne occupante, le deuxième comme observateur militaire non armé des Nations Unies ayant coopéré avec la FINUL [1] au printemps 1980. Leurs études sont nourries de références en langues anglaise et arabe (ponctuellement française) auxquelles s’ajoute, dans le premier cas, l’hébreu. Azani est un haut responsable de l’International Policy Institute for Counter-Terrorism au sein du Interdisciplinary Center (IDC) situé à Herzlia, au nord de Tel-Aviv ; Norton est professeur de relations internationales et d’anthropologie à Boston University. Leurs travaux n’ont pas la même facture : l’ouvrage d’Azani est une composition de type universitaire fondée sur le dépouillement de nombreuses sources ; celui de Norton se présente comme une synthèse de recherches alimentées par ses contacts et son vécu dans des milieux chiites à l’attachement confessionnel variable.

Azani adopte comme clé de lecture le binôme terrorisme/contre-terrorisme. L’ensemble des événements, depuis l’invasion israélienne du sud Liban en 1978 jusqu’à la tentative échouée de réoccupation lors de la guerre de 2006, en passant par la seconde invasion de 1982 ou les bombardements massifs de 1993 et 1996, sont présentés comme des actes défensifs de « contrôle » face à des « terroristes », qu’ils soient palestiniens ou libanais. La thèse défendue consiste à dire que le monde contemporain est marqué par la montée d’une vague menaçante contre une citadelle. Derrière les remparts campent les représentants de l’« ordre » auxquels sont associées les notions de « démocratie », de « sécularité », de « nationalité », de « modernité ». Dans cet affrontement aux dimensions universelles, Israël est le poste avancé sur le terrain miné du « Moyen-Orient », bénéficiant avec peine de quelques alliés locaux de faible consistance. Quant au Hezbollah, il est inscrit une fois pour toutes dans une nébuleuse « islamique », sans qu’une identité claire n’émerge de traits liés à son inspiration chiite et au contexte social et institutionnel libanais. Il est accusé de mener une « activité terroriste secrète et violente » derrière le rideau d’une façade légale. Les attentats-suicides perpétrés contre la Force multinationale en 1983, les « attaques terroristes » qui ont visé Tsahal dans le Liban occupé, les prises d’otages, les bombardements de civils du nord d’Israël, les attentats qui ont visé la communauté juive en Argentine (en 1992 et 1994) sont englobés dans un même concept et attribués au même acteur.

L’éclairage donné à ces faits par Augustus Norton est différent. Un indice en dit long sur l’engagement diplomatique de cet ancien professeur à West Point : l’emploi du terme « invasion anglo-américaine » pour évoquer la guerre en Irak de 2003. Norton tente de régler la question du concept de « terrorisme » de deux manières. D’une part, il montre la relativité de l’acception suivant le contexte d’énonciation : les mentions relatives à l’OLP dans les discours de nombreux États étaient quasiment toutes accompagnées du terme « terroriste » dans les années 1970 et 1980, qualificatif abandonné après les accords d’Oslo (1993) ; le rôle de groupes de pression comme l’American-Israel Public Affairs Committee est démontré pour la qualification du Hezbollah comme groupe ennemi dans la « guerre contre le terrorisme » après 2001, alors qu’il figure déjà dans la liste du Département d’État labellisée « foreign terrorist organization » (1997). D’autre part, il affirme que « le Hezbollah et d’autres groupes libanais étaient pleinement dans leurs droits pour résister aux forces d’occupation et recourir pour ce faire à une violence mortelle », tout en précisant que nombre d’activités du Hezbollah, en matière de santé ou d’éducation, n’ont rien à voir avec l’usage de la violence contre des civils. Quant aux deux attentats en Argentine, son propos laisse à penser que le Hezbollah n’a pas été directement impliqué, contrairement aux services secrets iraniens. Cependant, beaucoup de questions restent en suspens, en particulier celle de l’implication d’Imad Mughniyeh, aujourd’hui présenté comme un des grands « martyrs » par le Hezbollah et les autorités iraniennes (une rue de Téhéran porte son nom). Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Dossiers, Géneral, Liban dans l'Histoire, Régional, Tayyar & Hezbollah | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Interview de Pierre Stambul :  » Moi, juif anti-sioniste… »

Posted by dodzi sur mars 5, 2009

Le Matin DZ

Tandis qu’à Gaza un fragile cessez-le-feu se maintient depuis le 18 janvier, les négociations se poursuivent pour la mise en place d’une trêve durable entre le Hamas et Israël, de nombreuses voix s’élèvent et demandent des comptes à Israël.  Celle de Pierre Stambul, membre du bureau national de l’Union Juive Française pour la Paix, en est l’une d’elles.

Dans cet entretien, il explique comment l’impunité dont a joui Israël   jusqu’à présent a permis  le crime.

Le Matin: L’UJFP  fait partie de ces voix juives qui s’élèvent en France et en Europe pour critiquer la politique d’occupation israélienne et condamner fermement l’agression criminelle contre la population de Gaza qui a fait plus de 1300 morts, notamment des centaines d’enfants. Comment votre action est-elle perçue en France?

Dans les manifestations de soutien au peuple de Gaza, les militant-e-s  de l’UJFP ont défilé sous leurs banderoles, avec des mots d’ordre : « juifs et arabes ensemble contre l’occupation ». À Paris, il y a (à toutes les manifestations) une grande banderole commune à l’UJFP et l’ATMF (Association des Travailleurs Maghrébins de France). Il y avait aussi une pancarte : « Israéliens contre l’Apartheid » portée par des Israéliens de Paris. Pour les manifestants qui ne nous connaissaient pas, ça a été à la fois une grande surprise et une grande satisfaction. Nos interventions au micro ont été très chaudement applaudies avec émotion et nous avons reçu beaucoup plus d’invitations que d’habitude pour venir parler ou expliquer. Aussi bien devant des publics issus de l’immigration que devant des associations engagées pour la Palestine et même devant des publics de Français d’origine juive qui partagent notre condamnation totale du crime qui vient de se dérouler. Pour l’UJFP, la découverte réciproque avec les Musulmans et les Français d’origine arabe est très importante.

Du côté des médias français, globalement, ils continuent de nous ignorer, mais nous avons quand même été interviewés ou filmés à quelques occasions pendant les manifestations.

Du côté du CRIF et des institutions communautaires  juives, nous sommes plus que jamais des traîtres « ayant la haine de soi ». Notre existence les irrite. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Palestijnen in Libanon zijn toekomstloos

Posted by dodzi sur février 26, 2009

Trouw

Het Palestijnse kamp Burj al-Barajneh

De Palestijnse vluchtelingenkampen in Libanon vormen een ’tijdbom’. Geen enkele partij in het land wil zijn vingers aan de kwestie branden.

Ahmed is elektricien, maar de elektriciteit doet het niet. In zijn kleine werkplaats aan de enige straat van kamp Bourj el-Barajneh staan twee ontmantelde tv’s. De 22-jarige Palestijn laat het bezoek op de enige stoel zitten en steekt zelf een sigaret op. Het duurt nog uren voordat de stroom terugkomt.

Bourj el-Barajneh is één van de twaalf vluchtelingenkampen in Libanon waar verdreven Palestijnen uit wat nu Israël is wonen, samen met hun nageslacht. Er zijn meer dan 400.000 geregistreerde Palestijnen in Libanon. Zeker de helft van hen woont in de kampen.

De omstandigheden zijn daar erbarmelijk. Overal in Libanon gaat de stroom er een paar uur per dag af, maar in de Palestijnse kampen extra lang. In Bourj el-Barajneh is één geplaveide straat– voor de rest bestaat de wijk in Zuid-Beiroet uit een labyrint van smalle steegjes waar vooral veel kleine kinderen rondrennen. Er is één toegangspoort voor de bijna 20.000 inwoners.

De denktank International Crisis Group (ICG) waarschuwt in een recent rapport dat de Palestijnse kampen een ’tijdbom’ vormen in het toch al instabiele Libanon. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral, Nederlands, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Comment expliquer le succès du Hamas ?

Posted by dodzi sur février 12, 2009

Geostratégie

Pour les grands médias, l’affaire semble entendue : le Hamas est terroriste, intégriste et fanatique. Pourtant, ce mouvement a gagné les dernières élections et sa popularité ne cesse de croître auprès des Palestiniens. Pourquoi ? Nous l’avons demandé à Mohamed Hassan, auteur de “L’Irak face à l’occupation”, et un des meilleurs spécialistes du Moyen-Orient…

Qu’est réellement le Hamas ?

Le Hamas est un mouvement politique issu d’un des plus vieux mouvements politiques d’Egypte, les Frères Musulmans. Le mot « Hamas » signifie l’éveil, il fait référence à quelque chose en éruption… C’est un mouvement nationaliste islamiste que l’on pourrait comparer au mouvement nationaliste irlandais. Face à l’occupation coloniale de l’Irlande par les Britanniques, se développa à partir de 1916 un mouvement de résistance, l’Irish Republican Army. Comme les Irlandais étaient catholiques et les colons britanniques protestants, l’occupant tenta d’en faire une guerre de religions. La religion peut être utilisée pour mobiliser un peuple pour une cause.

Quel contexte historique explique l’émergence du Hamas ?

Pour le comprendre, nous devons prendre en considération différents événements historiques. Le premier est la guerre des Six Jours qui discrédita le nassérisme en 1967. Nasser était un président égyptien qui encouragea une révolution arabe pour l’indépendance et le développement. Suite à la sévère défaite que lui infligea Israël, son idéologie perdit en influence. Après sa mort, l’Egypte et Israël entrèrent à nouveau en conflit lors de la guerre d’Octobre en 1973. L’Egypte et la Syrie voulait récupérer des territoires sous occupation israélienne. Finalement, l’Egypte et Israël signèrent un accord, mais cet événement marqua une profonde division dans le monde arabe entre les pays qui étaient prêts à accepter les conditions israéliennes et ceux qui voulaient résister comme la Syrie, l’Algérie, l’Irak… Bien sûr, la question palestinienne restait un élément crucial dans ces conflits. La résistance à Israël avait d’ailleurs mené à la formation de l’OLP, l’Organisation pour la Libération de la Palestine. Cette organisation a été créée dans le but de rassembler les différents mouvements de résistance pour allier leurs efforts dans la résistance à Israël. Avant de négocier avec cette organisation lors des accords d’Oslo, Israël la considérait comme un groupe terroriste et lui infligea plusieurs défaites qui peuvent expliquer l’émergence du Hamas. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La paix, grande oubliée de la campagne

Posted by dodzi sur février 10, 2009

Dernières Nouvelles d’Alsace

« Lopinion na plus confiance dans les Palestiniens. »

Dror Sullaper : « L'opinion n'a plus confiance dans les Palestiniens. »

Dans la démocratie en guerre qu’est Israël, aucun candidat ne fait campagne sur un plan de paix. Dror Sullaper, journaliste à la radio publique israélienne, y voit le signe d’une perte de confiance de l’opinion. Elle ne croit plus ni à la négociation, ni au retrait unilatéral.

– Quelles sont, à vos yeux, les spécificités de ce scrutin ?
– Il a lieu très peu de temps après le précédent : deux ans et demi à peu près [au lieu de quatre ans]. C’est un signe net de l’instabilité politique du pays. La notion de grand parti n’existe plus : on s’achemine vers quatre partis « moyens », de taille similaire. Par ailleurs, observateurs et instituts de sondages sont tous d’accord : un bloc composite, partis de droite et partis religieux, devrait obtenir sinon la majorité des sièges, du moins une minorité de blocage empêchant le petit bloc de gauche de former un gouvernement.

– Est-ce que cela tient à la guerre de Gaza ou à un mouvement d’opinion plus profond ?
– Probablement aux deux. Le lendemain de chaque guerre, il y a eu ici une évolution à droite de la société. J’y ajouterai deux autres éléments. Le premier, c’est que les Israéliens, à tort ou a raison, pensent qu’en 2000, aux négociations de Camp David, Israël a donné tout ce qu’il pouvait donner, notamment en matière territoriale. Or les Palestiniens ont répondu par la troisième Intifada, particulièrement meurtrière pour les civils israéliens. L’opinion n’a donc plus confiance dans les Palestiniens. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Hezbollah n’ouvrira pas un deuxième front au Liban

Posted by dodzi sur décembre 30, 2008

Sibylle Rizk – Le Figaro

AFP

Lundi, des dizaines de milliers de manifestants ont assisté au discours de Hassan Nasrallah, dans un stade de la banlieue sud de Beyrouth. Le chef du Hezbollah a concentré ses attaques contre les «élites et certains médias arabes» accusés de collusion avec Israël. Crédits photo : AFP

Les nombreuses manifestations de soutien aux Palestiniens organisées à Beyrouth restent pacifiques.

Le Liban retient son souffle depuis le début de l’offensive israélienne sur Gaza par crainte d’une extension du conflit sur son territoire. Le parallèle avec la guerre de juillet 2006 qui avait duré 33 jours est dans tous les esprits et une réédition de ce scénario serait vécue comme une catastrophe nationale. En tournée dans le sud du pays, le président de la République Michel Sleimane s’est voulu rassurant en affirmant que le Liban «n’est pas une arène pour les conflits».

Les nombreuses manifestations de solidarité avec les Palestiniens qui se tiennent depuis ce week-end un peu partout dans le pays devraient de fait rester pacifiques. «Nous nous sacrifierons pour Gaza par notre âme et par notre sang », ont scandé des jeunes de différentes obédiences devant l’ambassade d’Égypte à Beyrouth ou le siège des Nations unies dans le centre-ville de la capitale. «Nous transformerons nos corps en bombes contre tous les sionistes dans le monde», affichaient des pancartes dans les camps palestiniens de Beddaoui et de Nahr el-Bared, dans le nord du Liban.

Mais les propos du secrétaire général du Hezbollah, seul acteur en mesure de riposter militairement, écartent pour l’instant l’hypothèse d’un engagement de son parti auprès du Hamas assiégé, même s’il dit avoir «demandé aux résistants dans le Sud de rester en état d’alerte». Selon le premier ministre israélien, Ehoud Olmert, le Hezbollah a triplé sa capacité militaire depuis la guerre de l’été 2006 et il disposerait d’environ 40 000 missiles en mesure d’atteindre le territoire israélien. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :