Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘Imad Moughnieh’

Assassinat Rafic Hariri – Daniel Bellemare: Les membres du Hezbollah n’ont pas été convoqués pour être interrogés

Posted by jeunempl sur mars 29, 2010

Tayyar.org

Le bureau du procureur général du Tribunal Spécial pour le Liban (TSL) Daniel Bellemare a démenti dans un communiqué, les dernières rumeurs selon lesquelles six membres du Hezbollah avaient été convoqués et que l’enquête se dirigeait pour accuser le martyr Imad Moughniyé, responsable militaire du Hezbollah.

Et d’ajouter : « Les informations transmises au sujet de l’enquête internationale sur l’assassinat de Rafic Hariri ainsi que les fuites ne sont que des spéculations. Les spéculations sur les travaux du tribunal et la date de délivrance de l’acte d’accusation visent à induire en erreur l’opinion publique».

Selon le communiqué, M. Bellemare  a rejeté toutes les rumeurs et les spéculations, rappelant que depuis l’ouverture officielle du TSL, la politique adoptée est celle de l’élaboration d’un cadre institutionnel solide pour protéger la confidentialité de l’enquête et son honnêteté.

Pour conclure, le communiqué a déclaré que si le bureau voulait diffuser certaines informations à l’opinion publique, il le ferait de façon ouverte et formelle, par la voix du procureur général ou de son porte-parole et non par le biais d’une tierce partie.

Publicités

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

« The Independent » révèle le scénario diabolique de l’assassinat de Moghnieh par le Mossad

Posted by jeunempl sur février 24, 2010

El Nashra

Le quotidien britannique « The Independent » dévoile aujourd’hui le scénario de l’assassinat du responsable militaire du Hezbollah Imad Moghnieh par le Mossad, qui avoue l’avoir espionné pendant de longues années. Un jour, une source proche d’un de ses agents l’informe que Moghnieh s’est rendu en Europe puis à Damas après avoir subi plusieurs opérations de chirurgie esthétique dans l’objectif de modifier son apparence. Rohofine, un agent du Mossad présent en Allemagne, est parvenu à se procurer de 34 photos de Moghnieh après ses opérations. Photos vendues à la Mossad contre de grandes sommes d’argent.

Le 3 février 2008, 9 jours avant l’attentat, le Mossad découvre que Moghnieh est présent à Damas. C’est alors que le chef et les commandants du réseau, le chef du « Chabak », le conseiller sécuritaire et politique du Premier ministre israélien de l’époque et d’autres responsables se réunissent : ils décident d’assassiner Moghnieh par un attentat à la voiture piégée. Le chef du Mossad demande à ne pas exécuter l’opération avant le 12 février. Ce jour-là, Damas organisait la commémoration de la révolution islamique en Iran, et Tel Aviv était convaincue que Moghnieh y participera.

La mission a été assignée à 3 personnes personnifiant des juifs européens qui ont accepté de prêter leurs passeports au Mossad. Les 3 ont été surnommés Pierre (ingénieur mécanique français), Ammanoïl (guide touristique espagnol) et Ludvich (ingénieur électrique en Allemagne) et ont attendu le feu vert pour exécuter l’opération. Le 10 février, Pierre Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nasrallah répond aux dernières menaces des dirigeants israéliens

Posted by jeunempl sur février 17, 2010

AFP

Le chef du Hezbollah chiite libanais a prévenu mardi que son mouvement bombarderait les infrastructures d’Israël, y compris les aéroports et raffineries, en cas d’attaque israélienne contre le Liban.

« Si vous attaquez l’aéroport Rafic Hariri de Beyrouth, nous attaquerons l’aéroport Ben Gourion, si vous attaquez nos ports, nous attaquerons vos ports, si vous bombardez nos raffineries de pétrole, nous bombarderons les vôtres, si vous bombardez nos centrales électriques et nos usines, nous bombarderons les vôtres », a lancé Hassan Nasrallah.

Il prononçait un discours retransmis sur grand écran devant des milliers de partisans dans la banlieue sud de Beyrouth.

« Si vous détruisez un seul immeuble de la banlieue sud (de Beyrouth), nous détruirons des immeubles à Tel-Aviv », a-t-il ajouté, sous les applaudissements de la foule, en évoquant « différentes capacités » de son mouvement sans plus de précisions.

« J’annonce aujourd’hui que j’accepte ce défi », a poursuivi Sayyed Nasrallah en réponse aux mises en garde de responsables israéliens ces dernières semaines que toute attaque de la part du Hezbollah entraînerait une sévère riposte.

Il a toutefois indiqué que son parti « ne souhaitait pas » le déclenchement d’une guerre, affirmant que les « menaces » israéliennes n’étaient qu’une « guerre psychologique visant à effrayer les Libanais ».

« Les Israéliens ne se lanceront dans une guerre que s’ils étaient Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Où en est le Hezbollah ?

Posted by dodzi sur mai 6, 2009

Al Oufok

par Dominique Avon

hezbollah-august-richard-nortonEitan Azani, Hezbollah : The Story of the Party of God, New York, Palgrave Macmillan, « Middle East in Focus », 2009, 293 p.

Augustus Richard Norton, Hezbollah, Princeton University Press, 2009 [2007], 199 p. (5e édition avec postface de 2009).

***

Ici dénoncé comme composante majeure d’une « vague islamique », là présenté comme parti révolutionnaire en voie de normalisation politique, le Hezbollah est au centre d’études controversées dans le monde anglophone. Deux livres tentent, inégalement, de faire le point sur l’histoire et l’évolution du « parti de Dieu ».

Eitan Azani et Augustus R. Norton ont une longue expérience du terrain et des acteurs libanais, le premier comme officier de l’armée israélienne occupante, le deuxième comme observateur militaire non armé des Nations Unies ayant coopéré avec la FINUL [1] au printemps 1980. Leurs études sont nourries de références en langues anglaise et arabe (ponctuellement française) auxquelles s’ajoute, dans le premier cas, l’hébreu. Azani est un haut responsable de l’International Policy Institute for Counter-Terrorism au sein du Interdisciplinary Center (IDC) situé à Herzlia, au nord de Tel-Aviv ; Norton est professeur de relations internationales et d’anthropologie à Boston University. Leurs travaux n’ont pas la même facture : l’ouvrage d’Azani est une composition de type universitaire fondée sur le dépouillement de nombreuses sources ; celui de Norton se présente comme une synthèse de recherches alimentées par ses contacts et son vécu dans des milieux chiites à l’attachement confessionnel variable.

Azani adopte comme clé de lecture le binôme terrorisme/contre-terrorisme. L’ensemble des événements, depuis l’invasion israélienne du sud Liban en 1978 jusqu’à la tentative échouée de réoccupation lors de la guerre de 2006, en passant par la seconde invasion de 1982 ou les bombardements massifs de 1993 et 1996, sont présentés comme des actes défensifs de « contrôle » face à des « terroristes », qu’ils soient palestiniens ou libanais. La thèse défendue consiste à dire que le monde contemporain est marqué par la montée d’une vague menaçante contre une citadelle. Derrière les remparts campent les représentants de l’« ordre » auxquels sont associées les notions de « démocratie », de « sécularité », de « nationalité », de « modernité ». Dans cet affrontement aux dimensions universelles, Israël est le poste avancé sur le terrain miné du « Moyen-Orient », bénéficiant avec peine de quelques alliés locaux de faible consistance. Quant au Hezbollah, il est inscrit une fois pour toutes dans une nébuleuse « islamique », sans qu’une identité claire n’émerge de traits liés à son inspiration chiite et au contexte social et institutionnel libanais. Il est accusé de mener une « activité terroriste secrète et violente » derrière le rideau d’une façade légale. Les attentats-suicides perpétrés contre la Force multinationale en 1983, les « attaques terroristes » qui ont visé Tsahal dans le Liban occupé, les prises d’otages, les bombardements de civils du nord d’Israël, les attentats qui ont visé la communauté juive en Argentine (en 1992 et 1994) sont englobés dans un même concept et attribués au même acteur.

L’éclairage donné à ces faits par Augustus Norton est différent. Un indice en dit long sur l’engagement diplomatique de cet ancien professeur à West Point : l’emploi du terme « invasion anglo-américaine » pour évoquer la guerre en Irak de 2003. Norton tente de régler la question du concept de « terrorisme » de deux manières. D’une part, il montre la relativité de l’acception suivant le contexte d’énonciation : les mentions relatives à l’OLP dans les discours de nombreux États étaient quasiment toutes accompagnées du terme « terroriste » dans les années 1970 et 1980, qualificatif abandonné après les accords d’Oslo (1993) ; le rôle de groupes de pression comme l’American-Israel Public Affairs Committee est démontré pour la qualification du Hezbollah comme groupe ennemi dans la « guerre contre le terrorisme » après 2001, alors qu’il figure déjà dans la liste du Département d’État labellisée « foreign terrorist organization » (1997). D’autre part, il affirme que « le Hezbollah et d’autres groupes libanais étaient pleinement dans leurs droits pour résister aux forces d’occupation et recourir pour ce faire à une violence mortelle », tout en précisant que nombre d’activités du Hezbollah, en matière de santé ou d’éducation, n’ont rien à voir avec l’usage de la violence contre des civils. Quant aux deux attentats en Argentine, son propos laisse à penser que le Hezbollah n’a pas été directement impliqué, contrairement aux services secrets iraniens. Cependant, beaucoup de questions restent en suspens, en particulier celle de l’implication d’Imad Mughniyeh, aujourd’hui présenté comme un des grands « martyrs » par le Hezbollah et les autorités iraniennes (une rue de Téhéran porte son nom). Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Dossiers, Géneral, Liban dans l'Histoire, Régional, Tayyar & Hezbollah | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sud Liban : Nouvelles mesures de sécurité du Hezbollah suite à la découverte d’un réseau d’espionnage

Posted by dodzi sur février 19, 2009

Libnanews

Beyrouth, le 19 février – Selon un article publié ce matin dans le quotidien local Al-Balad citant des sources proches du Hezbollah, le parti chiite aurait pris de nouvelles mesures de sécurité et procédé à une réorganisation au sein du parti depuis le 16 février à l’issue de l’arrestation d’un citoyen libanais originaire de la localité de Nabatié au Sud Liban par l’armée libanaise dénommé Marwan Faqih, suspecté d’être un espion collaborant avec le Mossad.

Selon Al-Balad, Faqih a collaboré avec les services de renseignements israéliens après avoir été recruté par le Mossad en France dans la moitié des années 1990.

Selon le quotidien local Al-Akhbar, Faqih aurait été chargé de collecter des informations sur le Hezbollah à l’issue du conflit israélo-libanais qui a opposé les forces israéliennes au Hezbollah libanais pendant 34 jour en juillet-août 2006.

Depuis son arrestation, aucune charge n’a été prise contre lui, et son dossier est toujours en cours d’examen, selon des sources sécuritaires. Faqih, qui détient une station d’essence à Nabatié, était une figure respectée par les cadres du Hezbollah qui avaient confiance en lui, en raison de ses multiples donations et sa générosité envers le Hezb. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Discours de fermeté d’Hassan Nasrallah

Posted by jeunempl sur mars 24, 2008

(RFI – Paul Khalifeh)

Hassan Nassrallah - HezbollahLe Hezbollah commémorait aujourd’hui le 40e jour de l’assassinat de l’un de ses chefs, Imad Moughnieh, tué le 12 février dernier dans l’explosion d’une voiture piégée à Damas. A cette occasion, le numéro 1 de la formation chiite libanaise a prononcé un discours retransmis sur un écran géant dans un complexe de la banlieue sud de Beyrouth devant des milliers de personnes. Hassan Nasrallah affirme que son mouvement vengera la mort d’Imad Moughnieh.

Hassan Nasrallah s’est une nouvelle fois livré à un habile exercice de guerre psychologique : fermeté et détermination face à Israël, ouverture envers ses adversaires au Liban.

Pour Hassan Nasrallah, l’Etat hébreu est sur une pente descendante. Se référant à un sondage dont il n’a pas précisé la source, le leader chiite a indiqué que 85% des Libanais, toutes communautés confondues, soutiennent la chute d’Israël.

Mais cela ne signifie pas que le front sud va être réactivé Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :