Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

  • N'oubliez pas de visiter nos galeries d'images.

  • MPL Belgique

  • Rubriques

  • Actualités

  • Archives

  • Méta

Posts Tagged ‘Haret Hreik’

Promesse tenue : 270 immeubles à Haret Hreik entièrement reconstruits à l’initiative de Waad

Posted by jeunempl sur mai 11, 2012

(Scarlett Haddad – L’Orient le Jour)

Ce soir, la banlieue sud revêtira ses plus beaux atours pour la grande célébration de l’exécution totale du projet Waad qui prévoyait la reconstruction de 270 immeubles à Haret Hreik détruits pendant la guerre de 2006, sur une superficie d’un million 50 m2. 3 941 appartements ainsi que 1 771 magasins, dépôts et locaux commerciaux seront remis à leurs propriétaires. Le projet était ambitieux, l’exécution est grandiose et les quelque 20 000 personnes qui en profitent sont heureuses aujourd’hui d’habiter des lieux bien plus beaux que ceux qui ont été détruits.

Pour célébrer ce rendez-vous attendu depuis un peu moins de six ans, le Hezbollah, dont l’association Jihad el-Binaa a conçu le projet Waad, a décidé de faire les choses en grand : jeux de lumière sur les immeubles flambant neufs, avec recommandation de ranger au moins pour une soirée les rideaux sur les balcons chers aux habitants, et discours du secrétaire général Hassan Nasrallah ainsi que du directeur du projet, Hassan Jechi. Ce dernier ne cache d’ailleurs pas sa satisfaction devant l’accomplissement de la mission qui lui a été confiée.

Depuis mai 2007, date à laquelle le projet a été lancé, Jechi n’a cessé de Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral, Tayyar & Hezbollah | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les derniers adieux au journaliste Ali Chaabane

Posted by jeunempl sur avril 11, 2012

Mediarama

Les habitants de Maïfadoun, au Liban-Sud, la communauté des journalistes et les Libanais en général, ont fait, hier, leur dernier adieu au caméraman de la NTV, Ali Chaabane, tué lundi du côté libanais de la frontière à Wadi Khaled, par des tirs provenant vraisemblablement de l’armée syrienne.

Une fois n’est pas coutume, la mort d’Ali Chaabane a été unanimement condamnée par les Libanais, toutes tendances confondues, même si certaines parties tentent de politiser cette tragédie.

Les collègues du jeune homme de 32 ans se sont recueillis devant le cercueil, au siège de la NTV, avant que le convoi funéraire ne se dirige vers le domicile du défunt, à Haret Hreik, dans la banlieue sud de Beyrouth, où la famille, les proches et les voisins, lui ont réservé un accueil émouvant. Le cortège a ensuite pris la direction du Liban-Sud, où le malheureux a été inhumé après des funérailles officielles auxquelles ont assisté des représentants du président de la République Michel Sleiman, du chef du législatif Nabih Berry, et du Premier ministre Najib Mikati. Le représentant du secrétaire général du Hezbollah, sayyed Hassan Nasrallah, le député Hassan Fadallah, a condamné le meurtre du caméraman et réclamé que Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Campagne de reboisement: Sayed Nasrallah plante le millionième arbre

Posted by jeunempl sur octobre 8, 2010

Al Manar

Le secrétaire général du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah a planté le millionième arbre, dans le cadre d’une campagne de plantation d’un million d’arbres, menée depuis quelques mois par la Fondation Jihad pour la construction, affiliée au Hezbollah.

La plantation de cet arbre s’est faite dans l’ancienne demeure du numéro un du Hezbollah, toujours en cours de construction, depuis qu’elle a été détruite par l’aviation israélienne durant la guerre 2006, en présence des deux députés du Hezbollah Ali Ammar et Hussein Hajj Hassan.
«  Nous avons voulu que la plantation de l’arbre se fasse dans cette adresse en particulier, c’est-à-dire devant ma maison à Haret Hreik, …, car c’est un appel à tous les citoyens libanais, car si chacun d’entre eux se charge de planter un arbre devant sa maison, et Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral, Tayyar & Hezbollah | Tagué: , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Les plages dorées du Saint-Simon

Posted by jeunempl sur octobre 1, 2010

(L’Orient le Jour)

Il fut un temps, béni de tous les dieux, où les plages au Liban avaient leurs saints, Simon, Georges, Michel, et une beauté simple, presque naïve, où l’on croyait au bonheur. Le Saint-Simon reste l’icône toujours imitée, jamais égalée, le mythe évidemment regretté… Un mirage.

On en a souvent parlé, reparlé, écrit des lignes bourrées de nostalgie, soupiré. Regretté en retrouvant les photos sépia diluées dans une mémoire sélective, où des parents et des grands-parents encore jeunes se bronzaient, le sourire au bord du cœur, sur le perron de leur chalet, abandonnés sur une chaise longue en bois et tissu rayé. Et pourtant, ce n’est jamais assez.

Jamais assez pour étancher la soif d’un Liban pluriel, pour se rappeler, ne pas effacer les détails et surtout, que ce bain de liberté, cette légèreté ont existé un temps.

Heureux temps où le sable était blanc, la mer pure, l’élégance de rigueur. Même en maillot… Même en maillot de laine loué pour la journée. Car il en était ainsi, en 1937, quand le Saint-Simon ouvre ses portes sur un projet insensé, étalé sur 42 500 m2, loué aux municipalités de Chiyah, Ghobeiré et Haret Hreik. Le saint du Saint-Simon n’était autre que Joseph Semaan (Simon en arabe). Fou, diront certains, illuminé, penseront plus tard les autres, il rêve d’une plage de sable, les pieds dans l’eau, et des chalets blancs en bois, avec des volets colorés, alignés en toute démocratie, sans doute inspirés des bords de mer de Deauville ou de la Côte d’Azur. Il l’exécute, vite, tellement vite que, comme en témoigne son fils Nassif, « les Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le projet Waad efface les dernières séquelles de la guerre de 2006 à Haret Hreik

Posted by jeunempl sur août 30, 2010

(L’Orient le Jour)

Ali et Roula, comme tant d’autres, ont retrouvé à Haret Hreik leur appartement détruit par les bombardements israéliens de 2006.

Quatre ans après la guerre meurtrière de juillet 2006, au cours de laquelle ils croyaient avoir tout perdu, Ali et Roula ont regagné un appartement neuf dans un immeuble entièrement reconstruit sans payer un sou. En ouvrant la porte d’entrée, ils retrouvent aussi leurs voisins comme si rien n’avait changé. Ou plutôt si, en mieux. C’était le pari du projet Waad, qui a déjà tenu sa promesse à 79 %… Le responsable hajj Hassan Jechi en explique les détails en précisant qu’avec la fin de ce mois, 17 nouveaux immeubles ont été livrés à leurs habitants.

Il y a quelques mois encore, la banlieue sud de Beyrouth était un immense chantier. Aujourd’hui, certains quartiers commencent à prendre forme et les immeubles flambant neufs ont un petit air pimpant qui ne peut que ravir les visiteurs, même si les routes, elles, laissent encore à désirer. C’est d’ailleurs une des grandes revendications des habitants de Haret Hreik, tout heureux de retrouver leurs appartements dans un environnement beaucoup plus agréable qu’il ne l’était en 2006, mais souffrant encore de l’état des routes. Les habitants ont quitté en catastrophe des appartements qui ne valaient pas plus que 50 000 dollars en juillet 2006 et ils reviennent aujourd’hui dans des maisons qui ont nettement plus de valeur et qui sont équipés de parkings et de générateurs autonomes, tout en étant, comme le disent les entrepreneurs, construits selon les normes « des amis de l’environnement ». L’attente a certes été un peu longue, mais elle en valait la peine, d’autant que, pendant ces années, le Hezbollah leur a payé les frais de location d’un appartement équivalent. Aujourd’hui, ils sont de nouveau chez eux, retrouvant leurs marques et leurs habitudes, dans du neuf, du moderne, tout en respectant leurs propres goûts.

Pour hajj Hassan Jechi, la joie des habitants est la meilleure récompense pour un travail acharné pendant cinq ans, au cours desquels il a dû déployer des trésors de patience pour concilier les exigences des entrepreneurs et celles des habitants avec les coûts souvent minimalistes. Cinq ans après la guerre de 2006, il peut pousser un soupir de soulagement : 79 % du travail a déjà été accompli et en principe, le projet Waad devrait remplir toutes ses promesses à la mi-2011 en ayant reconstruit au total 250 immeubles qui regroupent 4 000 appartements, et 1 500 bureaux et boutiques. Autrement dit, plus de 20 000 Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Alain Aoun : Engagé… et modéré

Posted by jeunempl sur juin 26, 2010

Par Joumana Nahas – L’Hebdo Magazine

Il a 38 ans, et le Courant patriotique libre, il est «tombé dedans» depuis avant même sa création. Il coule dans ses veines depuis qu’il a compris, très jeune, que son patronyme ne serait jamais anodin dans la vie publique libanaise. Cet ingénieur de formation, détenteur aussi d’un diplôme de gestion de l’Ecole supérieure des affaires, aurait pourtant pu, à son âge, devenir l’un de ces jeunes cadres brillants qui font et défont les marchés, loin de toute turbulence politique. Ce n’est pas le cas d’Alain Aoun, qui devient même député en 2009, embrassant à 100% une carrière politique. Magazine a été à sa rencontre.

Simple, décontracté, souriant, Alain Aoun s’est prêté au jeu des questions-vérités de Magazine avec l’élégance de ceux qui n’ont rien à cacher. Derrière ses lunettes discrètes, on devine pourtant un rien de timidité, ou, plutôt, une pudeur qui fait qu’on n’a pas envie de lui poser des questions qui dérangent. Le jeune député CPL ne s’est pas laissé prendre la grosse tête, comme on dit, depuis son élection au Parlement, le 7 juin 2009. Il est resté égal à lui-même, le même jeune homme très engagé dans sa lutte politique, tout en restant capable d’autocritique quand il le faut.

Il a tout juste quelques petites années, quand, en ce début de guerre civile, la famille Aoun déménage de Haret Hreik pour s’installer dans le Metn, à l’époque une Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Haret Hreik renait de ses cendres

Posted by jeunempl sur juin 12, 2010

Par Pierre Benedetti – Media Part

Bombardée sans relâche par l’aviation israélienne durant la Guerre de 2006, cette banlieue sud de Beyrouth, où se situe le bastion du Hezbollah à Haret Hreik, a été reconstruite à la vitesse grand V. Grâce à l’injection de sommes faramineuses, le Parti de Dieu polit encore plus son image auprès d’une population libanaise qui se sent délaissée par le gouvernement et renforce ainsi ses ambitions politiques sur le terrain. Reportage.

« Regarde ! Tu vois cette allée ? Et bien, c’est le Hezbollah qui a tout rénové. Après la guerre, il n’y avait que des ruines. Mais, aujourd’hui grâce à eux, le quartier revit ». Mounir R.*, jeune Syrien d’Alep de 27 ans, a le regard qui change lorsqu’il évoque la renaissance de Dahiyeh, banlieue chiite de la capitale, et de Haret Hreik, son centre névralgique qu’il côtoie depuis sept ans. Il est reconnaissant, fier des 400 millions de dollars investis pour panser les plaies de ces quelque 262 immeubles anéantis. Commerces, magasins… 25 000 au total soufflés de la carte, trois ans et demi plus tôt (1). À l’époque, Tsahal cherchait à éradiquer les caches d’armes – surestimées ? – et à détruire les réseaux sousterrains dont personne ne pouvait soupçonner l’étendue. Pilonnage en règle. Que des pertes matérielles, « aucun cadre du parti est mort », selon le Hezbollah. Le doigt de Mounir R., qui balaie le paysage, s’arrête sur un moignon de building à moitié décharné. Comme les 150 autres du quartier, dont une cinquantaine, trop abîmés, devront être rasés : « Nous avons souffert. Et Al hamdoulillah (merci à Dieu), Dahiyeh s’est relevé. »

Derrière lui, au milieu des façades lézardées et du tohu-bohu incessant d’un après-midi hivernal de mars, le bruit des grues et des travaux a remplacé le bourdonnement des 942 bombes lâchées par Israël*. Sur les affiches essaimées un peu partout, notamment aux alentours des chantiers restants, où gisent des immeubles ensevelis sous des tonnes de poussière grisâtre, de fils électriques dépecés et de verre éclaté, le message est clair :« Dahiyeh sera plus belle qu’avant ». Le leader chiite Hassan Nasrallah avait insisté sur le fait qu’« il n’y aurait pas de « victoire divine » (nom de l’opération de résistance) sans reconstruction », lors de son discours du 14 août 2006. Une date qui marque la fin de la guerre, durant laquelle des milliers d’habitants fuirent leur domicile et trouvent refuge – par exemple – à Baada, un faubourg cossu peuplé de chrétiens maronites, tandis que les plus téméraires, en restant sur place, narguent la mort et snobent les dépliants de mise en garde annonçant la pluie des obus, déversés depuis les airs par Israël.

Près de 240 immeubles reconstruits

Assis le scooter – bon pour la ferraille -, qui lui sert d’outil de travail en tant que livreur chez Durée Resto et Subway, Mounir R. sillonne les rues embouteillées de cette zone habitée par plus de 700 000 personnes. Pour me démontrer l’ampleur des travaux, l’étudiant en comptabilité, à la longue chevelure brune, décide de se rendre (m’amener) à Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Elections municipales 2010: Listes des candidats aux municipales de Baabda

Posted by jeunempl sur avril 29, 2010

MPLBelgique.org

Le Caza (Qada’a) de Baabda est l’un des six Caza (Qada’a) de la Mohafazah du Mont-Liban. L’autoroute internationale Beyrouth-Damas marque sa limite sud, et le fleuve de Beyrouth sa limite nord. Il s’étend de la côte méditerranéenne à l’ouest, pour s’élever à l’est vers les sommets du Mont Knaiysseh à 1 800 mètres d’altitude, atteignant une superficie de 194 kilomètres carrés.

Il est délimité au nord par le Caza du Matn et la capitale Beyrouth, à l’est par le Caza de Zahleh, et au sud par le Caza de Aaley.
Son centre administratif est la ville de Baabda, siège officiel de la Présidence de la République du Liban, où est établi le Palais Présidentiel.

La population du Caza (Qada’a) est estimée à 511 200 habitants, ce qui équivaut à 12 % de la population totale du Liban, répartis sur 63 localités disposant de 45 conseils municipaux élus. Aux dernières élections municipales de 2004, le Caza (Qada’a) de Baabda comptait 585 244 résidents, 233 536 électeurs incrits, dont 139 779 votants.

Il existe trois fédérations de municipalités (Fédération des Municipalités du Matn El Aala, Fédération des Municipalités de Dahiyeh Janoubiat, Fédération des Municipalités de Sahel El Matn El Janoubi) dans le Caza (Qada’a) de Baabda.

Le Caza (Qada’a) de Baabda comprend la banlieue sud de Beyrouth, où, en raison d’émigrations successives des populations rurales vers la ville, s’est développée la plus grande concentration démographique du pays, atteignant un million d’habitants selon certaines statistiques.

C’est pourquoi une part importante de l’activité économique du Liban se développe au sein de ce Caza (Qada’a), sans compter la présence d’un grand nombre d’institutions officielles telles que les administrations et les ministères, ainsi que la Cité Universitaire qui regroupera toutes les facultés de l’Université Libanaise Nationale. (Source: Localiban.org)

Détails des listes soutenues par le CPL et les familles de différents villages (mises à jour fréquentes)

Listes complètes du Mont-Liban (en arabe)

Listes complètes de Baabda (en arabe)

Baabda-Louaize
Liste: « Le Renouveau et l’Entente »
Alliance: Courant Patriotique Libre – Familles locales

Henri Carmelo Helou (Baabda)
Gerard Camile Helou (Baabda)
Josiane Farid Helou (Baabda)
Rcheid Assaf Fayad (Baabda)
Chawki Najib Bou Khalil (Baabda)
Pierre Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Dossiers, Géneral, Nos articles | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Aoun conciliant : Les différends sont résolus par le dialogue, pas par le sang

Posted by jeunempl sur mars 22, 2010

(L’Orient le Jour)

À l’occasion de la Saint-Joseph, saint patron de Haret Hreik, la localité a organisé hier une messe commémorative célébrée par l’évêque de Beyrouth, Mgr Boulos Matar, en l’église St-Joseph en présence notamment de Michel Aoun, d’Alain Aoun et de Hikmat Dib ainsi que des membres de la municipalité de Haret Hreik, des municipalités des localités environnantes et d’une importante délégation du Hezbollah.

Prenant la parole en réponse aux questions des journalistes, Michel Aoun a d’abord pris le temps de se rappeler son enfance passée dans cette région de la banlieue sud de Beyrouth, soulignant que son départ de cette localité en 1976 a été un départ « forcé ». Il a ensuite mis l’accent sur le message que véhicule la chrétienté, à savoir celui de l’amour du prochain. « Il ne faut pas se disputer avec l’autre si nous ne partageons pas son avis, sauf si nous sommes en présence d’un grand danger. Nous devons résoudre nos différends par le dialogue, c’est là le premier principe sur lequel nous sommes tombés d’accord avec le Hezbollah. Les différends sont résolus par le dialogue, pas par le sang », a ainsi martelé M. Aoun.

Mgr Matar avait par ailleurs prononcé un sermon dans lequel il a choisi de mettre l’accent sur l’unité entre les Libanais : « Nous demandons à Dieu de pousser tous les Libanais à s’unir, et, par unité, je veux dire d’une part l’unité des chrétiens à travers la croyance et l’amour, et, d’autre part, Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Culture & Société, Géneral, Tayyar & Hezbollah | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Waad, un projet immobilier pour la banlieue sud aux dimensions d’un rêve

Posted by jeunempl sur mars 4, 2010

(L’Orient le Jour – Scarlett Haddad)

Les grues prennent d’assaut le ciel alors que la frénésie des chantiers donne une animation joyeuse et poussiéreuse aux rues. Nous sommes à Haret Hreik, au cœur de la banlieue sud de Beyrouth dans le quartier jadis appelé carré sécuritaire du Hezbollah. Si le trou dans le sol est profond, les échafaudages s’élèvent aussi en hauteur et les immeubles s’annoncent élégants sans ostentation, en tout cas plus beaux qu’ils ne l’étaient.

Plus de trois ans après avoir été transformé par les avions israéliens en « terrain de football », selon l’expression consacrée à l’époque, la banlieue sud renaît de ses cendres et prend des allures de modernité alors que les filles en jeans côtoient les femmes voilées et que les ouvriers du bâtiment font des heures supplémentaires pour achever à temps leurs chantiers. Le projet « Waad », annoncé par le secrétaire général du Hezbollah dès le 14 août 2006, est en train de prendre forme. Des 260 immeubles détruits, 75 sont déjà achevés et habités, alors que le directeur général du projet, Hassan Jechi, espère remettre une centaine d’autres à la fin de 2010.

À quelques mètres de l’église flambant neuve de Haret Hreik, une femme blonde, menue et gracieuse mène tambour battant une dizaine d’ingénieurs et d’entrepreneurs devant les ouvriers syriens qui attendent les instructions.

Elle dirige 53 ingénieurs et contremaîtres, et 630 ouvriers avec rigueur et au pas de charge. Information prise, elle travaille pour une société chrétienne et a la charge de la reconstruction de 20 immeubles… Ainsi va la banlieue sud où les temps changent. Les Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :