Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘guerre du Liban’

Achkar : Le livre d’histoire ne saurait occulter certains épisodes de la guerre

Posted by dodzi sur mars 7, 2012

L’Orient le Jour

M. Massoud Achkar, a souligné hier, dans une déclaration à la presse, que la rédaction du livre d’histoire unifié ne saurait occulter certains épisodes de la guerre libanaise, de 1975 à 1990.

« L’écriture du livre d’histoire ne peut pas être partiale, a-t-il souligné. Les faits doivent être relatés tels qu’ils sont. Nul ne saurait occulter les sacrifices de la résistance libanaise et passer sous silence les martyrs de la guerre des deux ans, en 1975 et 1976, et ceux qui sont tombés pour défendre le Liban, son unité, et pour lutter contre l’implantation, les projets hégémoniques et la présence étrangère sur le territoire libanais. »

Dénonçant la politique de deux poids, deux mesures dans la rédaction du livre d’histoire, M. Achkar a souligné que « nos enfants doivent savoir sans détour ce qui s’est passé » durant la guerre. Et de critiquer « ceux qui considèrent qu’il existe des martyrs de première catégorie et des martyrs de deuxième catégorie ».

Publicités

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Culture & Société, Géneral, Liban dans l'Histoire | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

« Lebanon » : la guerre à travers le périscope d’un char israélien

Posted by dodzi sur février 2, 2010

Le Monde

Refusé au Festival de Cannes par toutes les sections (de la Sélection officielle à la Semaine de la critique en passant par la Quinzaine des réalisateurs), Lebanon s’est imposé quelques mois plus tard comme un Lion d’or indiscutable à la Mostra de Venise. Voilà qui relativise le jugement sacro-saint des sélectionneurs, et prouve en même temps qu’aucun film ne fait jamais tout à fait l’unanimité, chacun ayant ses raisons de plébisciter ou de rejeter l’oeuvre en fonction de critères qui sont affaire de goût, de subjectivité, d’idéologie.

Ce film, le premier réalisé par Samuel Maoz, se situe dans le sillage d’autres oeuvres retraçant, comme lui, la première guerre du Liban d’un point de vue israélien. Les plus connus sont Beaufort (2007), de Joseph Cedar, qui, dépeignant les derniers jours d’une forteresse israélienne assiégée par le Hezbollah, reçut l’Ours d’argent au Festival de Berlin. Et Valse avec Bachir (2008), d’Ari Folman, qui retraçait, par le biais du cinéma d’animation, l’invasion israélienne du sud du Liban en 1982 et la nuit du massacre des camps de réfugiés palestiniens de Sabra et Chatila.

Le terme « point de vue israélien » n’est pas tout à fait exact. Lebanon et ces deux précédents films ont ceci de commun qu’ils adoptent le regard des soldats israéliens, et non celui de leur gouvernement. Charges contre la guerre et son absurdité en général, ces films se gardent bien d’émettre des jugements politiques (ce qui leur a été reproché), se polarisent sur le traumatisme que cette campagne a provoqué dans des consciences. Il s’agit moins de films historiques que d’expériences individuelles, de mémoires intimes, de chocs psychiques générant des cauchemars privés. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Culture & Société, Géneral, Liban dans l'Histoire, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

« Lebanon », lion d’or de Venise fraichement accueilli au Liban

Posted by dodzi sur septembre 16, 2009

Rue 89

Par Antoun Issa

Lebanon - Samuel MoazLes blogueurs libanais ont fait un accueil mitigé au film de l’Israélien Samuel Maoz « Lebanon », qui a reçu le lion d’or à la 66e Mostra de Venise, et qui est consacré à l’invasion par Israël en 1982 de son voisin du nord.

Nommé de façon très directe « Lebanon » (Liban), ce film autobiographique est entièrement tourné dans un char, tandis qu’il retrace l’implication de l’armée israélienne dans le conflit.

« Lebanon » est le second film autobiographique qui montre les soldats de l’IDF (Israeli Defence Force) en action durant la guerre civile au Liban (1975-1990), un an seulement après la sortie du film d’animation « Valse avec Bachir ». Les deux films tente de retracer -de la façon la plus sanglante- la brutalité et les dévastations de la guerre moderne.

Il était évident que ce film allait soulever une controverse parmi les Libanais, tous les événements liés la guerre civile étant extrêmement sensibles.

Ce film a reçu des critiques élogieuses dans le monde entier après avoir remporté le lion d’Or à la Mostra de Venise dernièrement, mais qu’en pensent les Libanais, et du film, et de l’accueil qu’il a reçu ?

Asad Abu Khalil, sur le blog Angry Arab, [en anglais, comme tous les liens suivants], qui n’a pas encore vu le film, douche le succès du film à la Mostra de Venise avec le commentaire suivant :

« “Je dédie ce film à tous les gens dans le monde qui reviennent sain et sauf de la guerre‘, a dit le metteur en scène quand on lui a remis son prix. Ils travaillent, ils se marient, ils ont des enfants, mais les souvenirs restent logés au fonds de leur âme.’”

Donc, ce clown sioniste dédie son fim aux guerriers (Je dirais ce que je pense du film quand je recevrais ma copie gratuite) et non aux victimes des terroristes israéliens. »

Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral, Liban dans l'Histoire, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Lion d’or à « Lebanon », premier film de l’Israélien Samuel Maoz

Posted by dodzi sur septembre 13, 2009

Romandie News

L’Israélien Samuel Maoz, 47 ans, a remporté le Lion d’or avec « Lebanon », un premier film autobiographique, lors de la cérémonie de clôture de la 66e Mostra de Venise. Son film raconte l’enfer de la guerre depuis l’intérieur d’un char.

L’actrice russe Kseniya Rappoport, 35 ans, a remporté la Coupe Volpi de la meilleure actrice pour « La doppia ora » de Giuseppe Capotondi où elle joue une jeune émigrée femme de chambre au trouble passé.

L’acteur britannique Colin Firth, 49 ans, a remporté la Coupe Volpi du meilleur acteur en jouant un homme brisé par le deuil dans « A single man », la première réalisation du couturier américain Tom Ford.

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Paraplégique, il va entamer le tour d’Australie en hand-bike

Posted by dodzi sur août 16, 2009

AFP

Antoine AounCAEN — Un Normand paraplégique de 48 ans, Antoine Aoun, va entreprendre début septembre un tour d’Australie en hand-bike, un vélo aux pédales actionnées à la main, a annoncé samedi à l’AFP ce sportif handicapé qui a déjà plusieurs défis de ce genre à son actif.

Cet habitant de Caen, originaire du Liban, a l’intention de parcourir 6.000 des 17.000 km du parcours au guidon de son hand-bike, reliant notamment Canberra, Perth, Darwin et Brisbane, du 3 septembre au 30 octobre.

Blessé par balles pendant la guerre du Liban en 1979, Antoine Aoun a déjà réalisé plusieurs périples dont la traversée de la France en fauteuil roulant en 1989, la traversée des Etats-Unis en tandem en 1990 ou un tour d’Europe en hand-bike en 2000.

« Quand je suis devenu paraplégique voilà trente ans, c’est une nouvelle vie qui a commencé pour moi; tant que je pourrai, je continuerai à relever des défis », a expliqué le sportif.

Antoine Aoun roulera au profit de la recherche sur la moelle épinière et de l’éradication de la poliomyélite, en menant tout au long de ce parcours des actions de sensibilisation et de récolte de fonds pour des associations oeuvrant dans ce domaine.

Antoine Aoun sera accompagné d’un Australien également paraplégique, d’un cycliste valide, « pour aider à garder un rythme de 22 à 25 km par heure », et de trois personnes chargées de l’intendance.

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

La bande de Gaza expliquée en court-métrage

Posted by dodzi sur mars 11, 2009

20 minutes

CULTURE – Et pas n’importe lequel. Celui réalisé par le directeur de l’animation de «Valse avec Bachir»…

Il ne se tourne pas les pouces, Yoni Goodman, directeur de l’animation de «Valse avec Bachir», le formidable film sur la guerre du Liban qui a obtenu le Golden Globe et le César du meilleur film étranger. Il vient de réaliser un court-métrage d’1 minute 35 pour le compte d’une association israélienne Gisha. Une séquence vidéo sans parole, intitulée «Closed zone» (zone close) qui montre un jeune homme bloqué dans la bande de Gaza. Dès qu’il veut bouger, une main de géant lui barre le passage. Même quand il fuit les bombes qui tombent à quelques mètres. Même quand il tente de fuir par la mer.

Selon Gisha, qui demande à Israël la libre circulation des habitants de Gaza, le but de cette vidéo est de montrer «les résidents de la bande tels qu’ils sont vraiment – un million et demi d’êtres humains qui ne peuvent pas circuler librement». Commentant le making-off de la vidéo, Yoni Goodman a expliqué qu’il espérait que les spectateurs de ce court-métrage arriveraient à surmonter le traditionnel clivage entre les gentils et les méchants, qui anime les deux pays depuis des années.

Posted in Culture & Société, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :