Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

  • N'oubliez pas de visiter nos galeries d'images.

  • MPL Belgique

  • Rubriques

  • Actualités

  • Archives

  • Méta

Posts Tagged ‘Guerre civile’

La polémique sur le manuel unifié : Une histoire sans livre

Posted by jeunempl sur mars 23, 2014

Arlette Kassas – L’Hebdo Magazine

Elias Abou Saab - ministre de l'EducationL’unification du livre d’histoire revient sur le tapis. Elias Bou Saab, ministre de l’Education et de l’Enseignement supérieur, trouve «honteux» qu’on ne parvienne pas à s’entendre sur un même programme d’histoire et que, depuis 1947, les faits ne soient pas rapportés pour cause de désaccords politiques. Il se dit décidé à plonger dans le dossier et à proposer, enfin, un projet objectif.

Faute de consensus, le livre d’histoire, tel que prévu dans les accords de Taëf, n’a pas vu le jour. Selon le décret de 1970, l’histoire du Liban s’arrête à l’année 1946. Après cette date, le silence est absolu. Les étudiants ignorent pratiquement les événements qui se sont déroulés au cours de ces années et leurs causes profondes: de l’insurrection de 1958, à la guerre de 2006 en passant par la guerre dite civile entre 1975 et 1990, les invasions israéliennes de 1978 et de 1982, ou les changements intervenus depuis 2005…

L’accord conclu par les parlementaires à Taëf, en 1989, prévoit une révision des programmes scolaires «afin de renforcer le sentiment d’intégration et d’appartenance nationales». Ainsi «les programmes d’histoire et d’éducation civique seront unifiés». Cependant, cette clause n’a pas pu être respectée, les manuels scolaires n’ont pas été unifiés faute d’unité et d’entente sur les termes à utiliser pour décrire tel ou tel événement ou incident.

En 2000, un comité ministériel rédige un nouveau livre d’histoire. Les objections qu’il a soulevées obligent le ministère de l’Education à arrêter les cours d’histoire et à les remplacer par l’éducation civique. Depuis 2002, le Liban fait une nouvelle tentative de se doter d’un livre d’histoire unifié, mais les différends sur la terminologie à utiliser pour parler de certains incidents dont le Liban a été la scène l’ont sabotée.

Le 21 septembre 2011, le gouvernement de Najib Mikati forme un comité, présidé par le ministre Nicolas Fattouche, chargé de remettre ce projet à exécution. Mais, avec un gouvernement qui ne représentait qu’une partie des Libanais, l’exploit devient quasi impossible, et le livre scolaire suscite une large polémique avant même que Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral, Liban dans l'Histoire | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Jejoen Bontinck sera déféré samedi devant un juge d’instruction

Posted by jeunempl sur octobre 19, 2013

RTBF

Jejoen Bontinck - combattant extrémisteJejoen Bontinck, ce Belge de 18 ans parti se battre en Syrie au début de l’année et que son père avait tenté de rapatrier, est revenu en Belgique ce vendredi. Il a été interpellé par la police et sera déféré ce samedi devant un juge d’instruction à Anvers. Il affirme qu’il ne s’est pas battu, et qu’il n’a pas été influencé par Sharia4Belgium.

Le juge d’instruction devra décider s’il délivre ou pas un mandat d’arrêt à l’encontre du jeune homme, indique le parquet fédéral. Jejoen Bontinck a été interpellé vendredi soir par la police alors qu’il se trouvait au domicile de sa mère.

Jejoen Bontinck est soupçonné de s’être rendu en Syrie, à la demande de Fouad Belkacem, le leader de Sharia4Belgium. Une version que le jeune homme a niée, mettant en avant des raisons humanitaires. Il a expliqué à certains médias avoir été pendant plusieurs mois chauffeur pour « une sorte d’hôpital, où les médecins étaient moins compétents qu’un étudiant débutant chez nous ».

Très médiatisé au printemps, le cas de ce jeune issu d’un milieu catholique et converti à l’islam radical avait révélé aux yeux du public l’existence de filières de recrutement de volontaires pour combattre le régime de Bachar al-Assad.

En février, le jeune Anversois avait dit à ses parents qu’il partait en vacances aux Pays-Bas, alors qu’il s’apprêtait en fait à se rendre en Syrie. En avril, son père, Dimitri Bontinck, avait affirmé l’avoir eu au téléphone. « Il pleurait, il voulait quitter la Syrie », avait expliqué ce dernier, un ancien militaire, qui s’est ensuite rendu en Syrie pour Lire le reste de cette entrée »

Posted in Belgique, Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dimanche 13 octobre 2013 : Messe en hommage aux martyrs tombés le 13 octobre 1990

Posted by jeunempl sur octobre 8, 2013

MPL Belgique

Martyrs 13 octobre 1990Chers amis,
En hommage aux martyrs tombés le 13 octobre 1990,

En hommage à tous les militaires, civils et personnalités politiques tombés martyrs pour un Liban Libre, Souverain, Uni et Indépendant,

En hommage à tous les disparus de la guerre, notamment les deux Pères Antonins Sleimane Abi Khalil et Albert Cherfane

Le Mouvement pour le Liban (Courant Patriotique Libre – Belgique) vous convie à la messe qui aura lieu le:

Dimanche 13 octobre 2013 à 11h30 à l’Eglise Saint Adrien
Avenue des Grenadiers 27, 1050 Bruxelles (Ixelles)

Nous vous remercions d’avance de votre participation, et vous serions très reconnaissants de bien vouloir faire circuler cette information auprès de votre entourage.

Sincères salutations,

Le Mouvement Pour le Liban

Posted in Activités MPL, Actualité Tayyar-CPL, Géneral, Nos articles | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’ONU diminue son aide aux réfugiés syriens au Liban

Posted by jeunempl sur septembre 13, 2013

Le Commerce du Levant

Refugiés syriens au LibanFaute de fonds suffisants, le Haut commissariat aux réfugiés (HCR) va limiter l’aide alimentaire fournie aux réfugiés syriens. À compter du 1er octobre 2013, 28 % des 726 000 réfugiés syriens enregistrés par le HCR au Liban – soit environ 203 000 personnes – ne percevront plus d’aide alimentaire.

« Nous mettons en place un programme d’assistance ciblée, basée sur une étude de la situation sociale de chacun des réfugiés enregistrés », explique Roberta Russo, chargée de la communication du HCR au Liban.

En cause ? Les donateurs internationaux – Etats-unis et Europe en tête – qui ont fait la sourde oreille aux appels à contribution, lancés par les Nations unies.

Pour l’année 2013, l’organisation internationale demandait 1,7 milliard de dollars afin de gérer la situation des réfugiés syriens au Liban.

« À ce jour, nous avons reçu 438 millions de dollars, soit 27 % de la contribution espérée », ajoute Roberta Russo qui poursuit : « Il est possible que nous recevions encore certaines contributions, mais il y a fort peu de chance pour qu’elles atteignent le niveau de 2012 : l’an passé, nous avons reçu 90 % du financement demandé, soit 95 millions de dollars sur les 106 millions souhaités. En terme absolu, le financement reçu pour 2013 a augmenté, mais il n’est pas proportionnel aux besoins qui se sont accrus plus rapidement. »

Pour l’ensemble de la région, les Nations unies réclamaient trois milliards de dollars pour 2013. À ce jour, 40 % de la somme attendue ont été perçus.

« L’exode des réfugiés syriens [dans la région] s’est dramatiquement accéléré, avec plus d’un million de réfugiés arrivés sur les premiers cinq mois de 2013 seulement. (…) Si cette tendance se maintient, ce sont plus de Lire le reste de cette entrée »

Posted in Economie, Géneral, Régional, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Syrie : « A Alep, je me sens assiégée jusque dans ma maison »

Posted by jeunempl sur août 12, 2013

La Croix – Gauderique Traub

Syrie - à Alep, les rebelles sèment la terreurMusulmane sunnite, elle ne souhaite pas donner son nom. « Mon témoignage n’est pas seulement le mien, mais celui de milliers d’autres Syriennes », dit-elle. Elle a étudié à l’université d’Alep et enseigne le français dans une école privée. Elle vit à Alep, dans la zone contrôlée par les forces gouvernementales. « Aujourd’hui, j’ai peur de dire ce que je pense. Je ne sais pas à qui faire confiance, explique cette femme. Je me sens assiégée jusque dans ma maison. »

« À Alep, on étouffe, dit-elle dans une longue conversation au téléphone. On se sent isolés, comme sur une île que personne ne voudrait approcher parce qu’il y règne un grand danger. Même d’autres régions de Syrie, comme Lattaquié, sont à mille lieux de vivre ce que nous vivons à Alep. » La ville est entourée par les rebelles qui contrôlent la partie nord-est et les banlieues pauvres. Le régime tient encore le centre et l’ouest, où se trouvaient les quartiers les plus aisées. « Mais jusqu’à quand ? », s’interroge la jeune femme, qui dit sentir « le danger se rapprocher ».

Alep, dans le nord de la Syrie, était une ville prospère et touristique, avec sa citadelle et ses souks. Aujourd’hui, elle est détruite, comme en témoignent les images diffusées le 7 août par Amnesty International. La population de la zone gouvernementale n’est plus ravitaillée et les quelques denrées encore disponibles sont hors de prix. Le cours de la livre syrienne s’est effondré.

FRUITS ET VIANDE ONT DISPARU DES ÉTALS

« Depuis le début du Ramadan, les rebelles ont bloqué les routes par lesquelles passent les camions censés approvisionner les deux millions d’habitants de la ville. Les gens peuvent tenter de passer des quartiers sous contrôle gouvernemental aux régions contrôlées par les rebelles. On appelle ce chemin le “passage de la mort” » , explique la jeune femme.

Les fruits et la viande ont disparu des étals. Le pain se fait rare. Elle trouve encore quelques légumes, tomates, aubergines, courgettes, nécessaires à la cuisine locale, mais pas Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les Libanais dans la crainte de perdre leur travail au profit de réfugiés syriens

Posted by jeunempl sur juillet 25, 2013

Le Commerce du Levant

Logo de l'Armée Syrienne Libre (ASL)Les Libanais craignent de plus en plus de perdre leur emploi au profit de réfugiés syriens, bien moins regardant sur le salaire perçu ou leurs conditions de travail. C’est particulièrement vrai pour les emplois peu ou non qualifiés, du secteur informel qui représente 30% du PIB national.

Ce constat figure parmi les principales conclusions du récent rapport de la FAFO, une fondation norvégienne indépendante, qui a mené une enquête dans le village de Bebdine (Tripoli), un village pauvre de 35.000 habitants, qui accueille 6.000 réfugiés syriens.

Selon l’étude, 82% des personnes interrogées pensent que les réfugiés syriens accaparent l’emploi des libanais ; 75% considèrent que cela entraîne une baisse des salaires.

Cette crainte est hélas étayée : le rapport cite des témoignages de Libanais licenciés et remplacés par leurs alter ego syriens. Ahmed 21 ans, garagiste à Bebdine, a ainsi perdu son emploi : « Ils nous volent nos emplois. Je ne vois plus de futur possible ».

Pareille dérive n’est pas propre au Liban, qui compte aujourd’hui 750 000 réfugiés enregistrés auprès des services du Haut commissariat des Nations unis aux réfugiés (HCR), et environ 1 million selon des estimations plus globales, soit Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Le cri d’alarme de Mansour : Bientôt un habitant sur deux ne sera pas libanais

Posted by jeunempl sur juillet 6, 2013

(Scarlett Haddad – L’Orient le Jour)

Attack against Lebanese government by thugsLe ministre des Affaires étrangères Adnane Mansour a des nerfs d’acier. Les critiques souvent virulentes qui pleuvent contre lui – venant parfois de responsables de l’État – ne lui font pas perdre son calme… ni changer d’avis. Trente-cinq ans de carrière diplomatique lui ont appris à ne pas se laisser démonter. Devant une délégation de l’ordre des rédacteurs menée par Élias Aoun, il explique les motifs de ses prises de position, assurant qu’il a toujours suivi la politique de distanciation parce qu’il y voit l’intérêt du pays.

Adnane Mansour entre très vite dans le vif du sujet. Il rappelle qu’il y a deux ans et trois mois, au moment où les incidents ont commencé en Syrie, il avait déclaré que ce qui se passe en Syrie aura forcément des répercussions sur les pays voisins, dont le Liban. C’est pourquoi la priorité pour le Liban devra être de se protéger de ces conséquences en n’intervenant pas dans ce conflit. D’autant que depuis la création de la Ligue arabe, le Liban a toujours refusé d’intervenir en faveur d’un pays arabe contre l’autre, tout en respectant les peuples.

En même temps, dans le cas syrien, le Liban a signé un traité de fraternité, de coopération et de défense en mai 1991, et un autre de défense en septembre de la même année, avec la Syrie, qui, jusqu’à présent, n’ont pas été remis en cause. « Malheureusement, précise le ministre, les parties libanaises se sont impliquées dans ce dossier, alors que nous avions dit que nous ne voulons pas que le Liban abrite un nouveau camp Achraf (celui de l’opposition iranienne Moujahidine Khalq en Irak) et nous ne voulons pas que le jurd de Ersal devienne un nouveau Tora Bora (les régions montagneuses qui ont abrité les talibans chassés d’Afghanistan). Nous n’avons pas été entendus. Le Liban a commencé Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Escalade militaire, blocage politique en Syrie : C’est parti pour des années

Posted by jeunempl sur avril 27, 2013

L’Hebdo Magazine – Paul Khalifeh

Armée Arabe Syrienne - de victoire en victoireLes lignes de front ont changé en Syrie ces cinq dernières semaines. Une offensive générale lancée par l’armée syrienne à Damas, Homs et Idleb modifie les équilibres militaires et compromet les efforts des rebelles de lancer la «bataille finale» contre la capitale syrienne. Ces développements inattendus, couplés à un blocage politique entre la Russie et les Etats-Unis, risquent de prolonger pour des années le conflit syrien.

L’assassinat des quatre généraux syriens chargés de diriger la lutte contre les rebelles (dont le beau-frère du président Assad, Assef Chaoukat), le 18 juillet 2012, a donné le signal d’une vaste offensive de l’opposition armée sur l’ensemble du territoire syrien. Depuis ce jour, l’armée régulière est sur la défensive. Elle a reculé un peu partout; s’est retirée de régions entières, notamment des campagnes de Damas, Homs, Idleb, Raqqa, Deir Ezzor et Daraa; a perdu le contrôle d’une partie d’Alep, la deuxième ville du pays et de plusieurs aérodromes militaires. Les insurgés sont arrivés aux portes de Damas et se battent à moins d’un kilomètre de la place des Abbassides, dans le quartier de Jobar.

Les succès des rebelles sont dus à plusieurs facteurs. En prenant le contrôle d’une grande partie de la frontière avec la Turquie et l’Irak, ils ont pu acheminer, assez facilement, hommes, armes et matériels.

En plus des milliers de Syriens qui ont pris les armes contre le régime, de vastes réseaux internationaux ont fait passer, dans le pays, des jihadistes de 29 nationalités au moins, selon un rapport des Nations unies. L’envoyé spécial arabe et international, Lakhdar Brahimi, a avancé le chiffre de «quarante mille combattants arabes et étrangers en Syrie», lors d’une intervention devant le Conseil de sécurité, lundi dernier. Ils viennent surtout de Libye, de Tunisie, des pays du Golfe, du Pakistan, de Tchétchénie, mais aussi des pays européens, notamment la France, la Belgique et les Pays-Bas, ainsi que des Etats-Unis (Voir encadré). Les jihadistes étrangers rejoignent principalement les rangs du Front qaïdiste al-Nosra et d’autres groupes extrémistes.

Armes et matériels affluent

Ces rebelles, regroupés dans plus d’une cinquantaine de brigades plus ou moins organisées et efficaces – y compris l’Armée syrienne libre (ASL) – ont reçu un financement, des armes, du matériel militaire et un entraînement, fournis par la coalition internationale mise en place pour combattre le régime syrien, sous la direction des Etats-Unis. Selon des sources occidentales, les achats d’armement sont financés par l’Arabie saoudite et le Qatar. Les armes proviennent essentiellement des arsenaux libyens et de Croatie. Le New York Times a rapporté que 3500 tonnes d’armes ont été achetées dans ce pays avant d’être transportées vers des aéroports turcs et jordaniens dans des avions affrétés par l’Arabie saoudite, le Qatar et le royaume hachémite.

Un rapport des Nations unies élaboré par un groupe d’experts du Conseil de sécurité indique, pour sa part, que «des combattants libyens ainsi que des armes et des munitions provenant de ce pays, sont arrivés en Syrie dans le cadre d’opérations organisées par des parties basées en Libye ou dans des pays voisins de la Syrie, parfois, avec leur Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Destruction du tombeau de Saint Maron et pillage de l’église à Brad en Syrie

Posted by jeunempl sur janvier 13, 2013

Tayyar

L'église Julianos - BradLogo de l'Armée Syrienne Libre (ASL)Brad (Syrie) – Samedi 12 Janvier 2013 – 12h45 – Nous apprenons du Curé, Responsable de l’Eglise de Brad, située à 10 km de la Basilique Saint Siméon, que l’Eglise qui abrite le tombeau St Maron, Patron de l’Eglise Maronite, a été pillée et que la Statue du Saint a été totalement détruite.

Les huit chambres destinées à recevoir les pèlerins maronites ont été complètement saccagées. Les Bandes armées de l’Armée Syrienne « Libre », soutenue par les Etats fanatiques du Proche-Orient et les « démolicraties » occidentales, sont en train de détruire toutes les croix taillées sur les Linteaux.

Le sarcophage de Saint Maron a aussi été pillé et détruit. La foudre du Très Haut devrait s’abbatre sur ces criminels et leurs commanditaires.

Saint Maron, nous vous prions de demander à Dieu la levée de l’armée des anges pour protéger tout ce que vous avez bâti avec amour en Syrie.

Posted in Culture & Société, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Livre – Toufic Youssef Aouad : « Les meules de Beyrouth »

Posted by jeunempl sur décembre 24, 2012

Cultureopoing.com

Les meules de Beyrouth (Toufic Youssef Aouad)Mort en 1989 dans un bombardement à Beyrouth, Toufic Youssef Aouad fut longtemps considéré comme le chef de file de la littérature libanaise. Ancien diplomate, il fut également professeur de langue arabe à Damas avant de créer son propre journal, politique et littéraire au Liban, Al-Jadid. Les meules de Beyrouth, paru en 1973 au Liban, est son second livre traduit en français.

C’est un roman sur son pays. Il dresse, ainsi, un tableau saisissant de la société libanaise deux ans avant le déclenchement de la guerre civile. Prenant pour cadre Beyrouth, « juvénile et dévergondé » selon les mots de Régis Debray lors de son séjour au Proche-Orient, il met en scène les amours contrariées de Tamina et Hani et avec eux les désirs irrépressibles d’une société cloisonnée. A travers cette relation amoureuse, Toufic Youssef Aouad fait le portrait d’un pays rêvant d’émancipation mais enlisé dans les traditions. Les meules de Beyrouth préfigure l’histoire contemporaine du Liban ; roman prophétique tant les tensions communautaires décrites trouveront un exutoire particulièrement tragique.

L’œil attentif de l’auteur met en lumière les diverses aspirations de la société libanaise dans les années soixante, en particulier au sein de l’université. En effet, ces années fastes au niveau intellectuel, vont se traduire par des mouvements étudiants remettant en cause les autorités religieuses et politiques. A ce tumulte social s’ajoute la présence sur le sol libanais de Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral, Liban dans l'Histoire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :