Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘Ghosta’

Elections municipales 2010: Listes des candidats aux municipales du Kesrouan

Posted by jeunempl sur avril 28, 2010

MPLBelgique.org

Kesrouan

Baie de Jounieh - Kesrouan

Le caza du Kesrouan est l’un des six cazas de la Mohafazah du Mont-Liban. Il s’étend du fleuve Nahr Ibrahim au nord jusqu’au fleuve Nahr El Kalb au sud, et de la côte méditerranéenne à l’ouest jusqu’aux sommets du Mont Sannine à 2 600 mètres d’altitude, à l’est, atteignant une superficie de 342 kilomètres carrés.

Il est délimité au nord par le caza de Jbayl (Byblos), à l’est par le caza de Baalbek, et au sud par le caza du Matn. Son centre administratif est la ville de Jounieh.

La population du caza est estimée à 174 660 habitants, ce qui équivaut à 4,1 % de la population totale du Liban, répartis sur 67 localités disposant de 48 conseils municipaux élus. Aux dernières élections municipales de 2004, le caza de Kesrouan comptait 202 345 résidents, 123 606 électeurs inscrits, dont 80 188 votants.

Il existe une fédération de municipalités (Fédération des Municipalités de Kesrouan-Ftouh) dans le caza de Kesrouan.

Les villes et villages du Kesrouan accueillent dans leur majorité une importante activité touristique. C’est sur les côtes de ce caza que sont répartis les principaux produits issus de la mer, et sur les flancs du Mont Sannine est installée la plus grande station de ski au Liban (à Kfardebian), destination sportive des touristes arabes et occidentaux. Le caza compte également un important port touristique, ainsi que la grotte naturelle de Jeita (Source: Localiban.org).

Détails des listes soutenues par le CPL et les familles de différents villages (mises à jour fréquentes)

Listes complètes (en arabe) – cliquez ici

Jounieh (chef-lieu du Kesrouan)
Liste: « Le développement consensuel »
Alliance: Neemat Georges Frem – Courant Patriotique Libre – Forces Libanaises – Kataeb – notables et familles locales

Antoine Frem – président de la liste
Assem Richa
Georges Saade
Antoine Chamoun (les représentants de Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Dossiers, Géneral, Nos articles | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

1990 – Devoir de mémoire: La population libanaise témoigne (Chapitre 6)

Posted by jeunempl sur avril 15, 2009

(Livre Blanc du conflit Armée Libanaise – Forces Libanaises)

Ce texte entre dans le cadre plus large de la publication du Livre Blanc, regroupant les témoignages de la population lors de la guerre civile libanaise en 1990. Vous pouvez suivre l’intégralité de ce document sur cette page:
1990 – Devoir de mémoire: La population libanaise témoigne

– Parce que les politiques ont voulu effacer de notre mémoire, à travers une loi d’amnistie, toutes les exactions qu’ils ont commises durant la guerre civile,
– Parce que les médias n’assurent pas leur rôle de conscientisation de la population,

5-livre-blanc_miliciens-flLe Livre Blanc reste encore aujourd’hui une référence pour rappeler à la population, de tous ages, les malheurs que peuvent engendrer tout conflit opposant un Libanais à son propre frère libanais. En attendant que l’état assure un jour pleinement ce rôle de mémoire au niveau de ses institutions, nous vous publions en plusieurs parties le Livre Blanc, rédigé à la fin de la guerre civile par de jeunes étudiants français, extérieurs au conflit, venus au Liban dans le seul but de comprendre. Pour cela, ils partent à la rencontre de la population témoin des exactions de la milice des Forces Libanaises dans le conflit l’opposant à l’Armée Libanaise.

Chapitre 6: Miliciens

Les miliciens morts ont souvent été enterrés à la sauvette. Les parents ne sont pas toujours prévenus. Quoi de plus horrible pour une mère que de rester dans l’incertitude du sort de son fils ?

Combien de familles ont eu la même réponse que celle donnée à ce père de famille allé demander des nouvelles de son enfant.
Un responsable des F.L. lui a rétorqué : « Allez voir chez Aoun, il n’est pas chez nous». Alors qu’il s’apprêtait à partir, un autre milicien le prend à l’écart et lui révèle que son fils est mort et que son corps était entreposé dans la chambre froide de Zouk-Mikhaël – initialement destinée à la conservation des pommes.
Le père, au désespoir, se rend au lieu dit et reconnaît effectivement son fils.

Tous n’ont pas eu cette « chance ». Des parents continuent de vivre encore dans le doute comme le montrent les faits suivants:

Après la bataille d’Ajaltoun, des miliciens sont allés chercher un Père du haut Kesrouan et ils lui ont bandé les yeux dans la voiture pour qu’il ignore sa destination. Une fois arrivé, on lui enlève son badaud et le religieux découvre un camion rempli de cadavres qu’il devait bénir et un énorme trou qui devait les contenir. Cette nuit-là, les habitants avaient entendu un bulldozer sur une colline proche du Casino du Liban creuser un trou pendant environ un quart d’heure.

Un autre Père a rapporté le même événement à la différence près qu’on ne lui avait pas bandé les yeux et qu’il n’y avait que 6 cadavres.

Pourquoi cette dissimulation ? S’agit-il de ne pas porter atteinte au moral des troupes en évitant de publier des chiffres trop élevés de victimes ? Ou ces morts seraient-ils des déserteurs que l’on enterre en cachette pour ne laisser aucune trace de leur exécution ?

Car les miliciens des F.L. sont obligés de combattre. Et toute défection est passible d’exécution sans autre forme de procès.
Combien auraient déserté sans cette menace ? Nous avons rencontré des miliciens complètement démoralisés. Beaucoup ne Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :